26/03/2011

Attention n'oubliez pas de changer les heures cette nuit

heure3.jpg

Les pays européens repasseront dans la nuit de samedi à dimanche à l'heure d'été en avançant à 02H00 du matin leurs montres et horloges d'une heure.

 

La plupart des pays d'Europe continentale passeront de GMT (Greenwich Meridian Time) plus une heure à GMT plus deux heures jusqu'au dernier dimanche d'octobre. Le changement en heure d'été fin mars et heure d'hiver fin octobre a été institué en 1974 à la suite du choc pétrolier dans le but de réaliser des économies d'énergie en réduisant les besoins en éclairage en fin de journée.


L'Agence française de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a calculé qu'en 2030 la réduction globale des émissions due au changement d'heure pourrait être de 70.000 à 100.000 tonnes de CO2 dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Si l'opposition au changement d'heure s'est un peu essoufflée dans beaucoup de pays, pour les Russes ce sera dimanche le dernier passage à l'heure d'été. Le président russe Dmitri Medvedev a, en effet, décidé début février de ne plus appliquer le changement d'heure à partir de l'automne prochain.


Selon lui, "cela déstabilise le rythme biologique de l'homme, cela irrite (...) sans parler des pauvres vaches qui ne comprennent pas pourquoi on vient les traire à une heure différente". Comme l'an dernier, le passage à l'heure d'été coïncidera samedi soir avec l'opération "Earth hour, 60 minutes pour la planète", lancée par le World Wildlife Fund.


Selon les organisateurs, plus d'un milliard de citoyens éteindront leurs lumières dans 131 pays entre 20h30 et 21h30 dans leur fuseau horaire, geste symbolique de soutien à la lutte contre le réchauffement climatique.

21:12 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/03/2011

Carrefour des Générations...

Brocante.JPG

11:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/03/2011

Ce que les parents donnent comme argent de poche

argentdepoche.jpg

Près de 7 jeunes sur 10 (69%) âgés de 10 à 17 ans recevaient de l'argent de poche en 2010, en moyenne 39 euros par mois. Leur nombre est en légère baisse par rapport à 2009 (76%), mais la somme moyenne, elle, est en hausse (+13%), selon les chiffres d'une étude sur les jeunes et l'argent réalisée par le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (CRIOC).

 
107 euros à 18 ans

Le montant moyen de l'argent de poche passe à 107 euros pour les plus de 18 ans, qui sont près de 8 sur 10 à en recevoir. L'argent de poche varie en effet fortement en fonction de l'âge, du milieu social, de la filière d'enseignement, du type de ménage et du domicile, indique le CRIOC, pour qui il n'existe pas d'âge idéal ni de montant idéal. "Tout dépend de la logique éducative des parents et de la maturité de l'enfant", explique Marc Vandercammen, directeur général du CRIOC.

 
Plus de jobs étudiants chez les petits Flamands

L'étude révèle également que dès l'âge de 15 ans, les jeunes se contentent de moins en moins de leur argent de poche et complètent leurs revenus avec un job d'étudiant. Plus de la moitié des 16-17 travaillent ainsi pour avoir plus d'argent et les Flamands sont plus nombreux à le faire que les Bruxellois ou les Wallons. La majorité de ces jobistes déposent la plus grosse partie de leurs revenus sur un compte bancaire.

 
Des bonbons ou épargner ?

En ce qui concerne l'argent de poche, 57% des 10-17 gardent l'argent à la maison pour financer un achat plus important dans l'avenir, tandis que 30% le versent sur un compte bancaire. Cet argent est surtout utilisé pour acheter de la nourriture (snacks, friandises, ...), des vêtements ou des jeux vidéo, les sorties ou le GSM.

 

15:32 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/03/2011

Entre 5 et 10% des Belges vivent dans la pauvreté

pauvreté4.jpg

Entre 5 et 10% des Belges, un "noyau dur" de la population, vivent dans la pauvreté, relève une étude de l'Institut pour un développement durable (IDD).

 
Ces personnes cumulent "faibles revenus, difficultés matérielles, durée dans la pauvreté, faible implication sociale, accès limité voire nul à la culture et ont très peu ou pas d'espoir de voir 'l'ascenseur social' fonctionner", commentent les auteurs de l'étude.

 
Ceux-ci estiment entre autres que, pour l'analyse de cette thématique, il ne faut plus se contenter du seul indicateur de pauvreté monétaire et éviter de mettre tous les ménages pauvres dans une même catégorie indistincte.

 
La déprivation matérielle et immatérielle doit notamment pouvoir être prise en compte. Cette notion peut être définie "comme l'incapacité de posséder les biens et services et/ou de se livrer aux activités qui sont ordinaires dans la société où l'on vit et qui sont perçues comme des nécessités. C'est donc une mesure plus absolue que la notion de pauvreté monétaire, relative, mesurant d'avantage la dispersion des revenus", expliquent les chercheurs.

 
Ainsi, des personnes inscrites sous le seuil de pauvreté monétaire ne déclarent pas nécessairement avoir du mal à joindre les deux bouts et ne sont pas nécessairement déprivées, contrairement à beaucoup de ménages qui sont au-dessus du seuil de pauvreté, analysent-ils encore.

 
L'IDD énumère encore d'autres difficultés liées à l'étude de cette problématique.

 

21:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/03/2011

Le top 10 des prénoms en 2010 et les tendances 2011

bébé8.jpg

Le choix du prénom d'un enfant ne se fait pas au hasard. Certains aiment les prénoms courts, d'autres ceux qui sonnent rétro, d'autres encore l'aiment original. Petit tour d'horizon des prénoms qui ont fait fureur en 2010 et de ceux qui devraient être au top en 2011...

 

Les prénoms évoluent au fil du temps. On en invente, on en jette aux oubliettes qu'on ira rechercher dix ans plus tard, alors que d'autres traversent le temps sans jamais se démoder.

 

Le top 10 en 2010

En Belgique, le site Baby.be a classé dans le trio de tête Emma, Léa et Clara, suivis par Chloë, Jade, Manon, Sarah, Lola et Camille. Pour les garçons, ce sont les Lucas, Enzo et Nathan qui ont été le plus utilisés, suivis par Mathis, Louis, Raphaël, Gabriel, Yanis, Hugo et Thomas.


Du côté de la France, le site Notrefamille a réalisé un top 10 sur base de 7500 naissances en 2010, et on retrouve les mêmes grandes tendances.


Dans les prénoms féminins, on retrouve dans l'ordre Emma, Chloë et Lola, suivis de Camille, Manon, Léa, Jade, Louise, Lilou et Zoé. Chez les garçons, ce sont les Nathan, Noah et Lucas qui ont eu le plus de succès, suivis par Mathys, Léo, Théo, Jules, Arthur, Enzo et Clément.


Les prénoms de 2011

Si nous ne sommes qu'en mars, Notrefamille a pourtant déjà sa petite idée sur les prénoms qui feront l'année 2011. Quelques grandes tendances semblent déjà se dessiner...


Les grands classiques devraient faire leur comeback: Camille, Margot, Marie, Arthur, Clément, Maxime, Antoine devraient faire fureur, ainsi que les classiques plus écomme Jules, Louis(e) et Gabriel.


Les prénoms courts du type Théo ou Zoé devraient moins être choisis, au profit de prénoms plus longs. Par contre, les prénoms courts commençant par la lettre "L" devraient avoir beaucoup de succès, comme Léo, Lilou, Lily, Louna ou encore Lou.


Bien sûr, il ne s'agit là que d'hypothèses. Et bien sûr, le prénom que vous aurez choisi sera le plus beau de tous! Cependant, si Lou, Arthur, Jules ou Zoé ne vous inspirent pas, vous trouverez peut-être votre bonheur ici.

 

20:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/03/2011

16 faits de violence par jour dans les écoles

violence5.jpg

En Belgique, en moyenne seize faits de violence sont signalés quotidiennement les jours d'école dans les établissements scolaires.

 
Dans quatorze cas sur seize, il s'agit de coups et blessures volontaires. Il y a en moyenne plus d'un fait d'abus sexuel signalé par jour d'école, écrit dimanche De Zondag.

 
De 2008 jusqu'au premier trimestre de 2010, huit assassinats ou meurtres ont également été enregistrés. En chiffres absolus, 2.916 faits de violence ont été signalés en 2008, pour 2.994 faits de ce type l'année suivante et 1.032 faits au cours du premier trimestre de 2010, selon les chiffres rapportés par la ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom.

 
Parmi ces faits de violence, 46% ont été commis en Wallonie, 41% en Flandre et 13% à Bruxelles.

 

17:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/03/2011

Campagne des Responsible Young Drivers contre les utilitaires surchargés

ryd9.jpg

Les Responsible Young Drivers ont lancé jeudi une nouvelle campagne qui vise à endiguer le problème des véhicules utilitaires surchargés et dès lors dangereux.


La campagne a débuté jeudi aux établissements Ronveaux, à Ciney. La société active dans le domaine du bâtiment, de l'électricité, du génie civil et de la rénovation a décidé de peser 200 véhicules et d'ainsi sensibiliser son personnel à la problématique de la surcharge. "Les camionnettes et les camions légers surchargés représentent un réel risque sur la route", explique Pascal Huybrechts, coordinateur principal des Responsible Young Drivers. "La distance d'arrêt est bien plus longue que d'habitude et le risque d'accident de la route augmente significativement. A côté de ce risque, un chargement trop lourd endommage les véhicules mais aussi les voiries. Beaucoup de travailleurs ont tendance à prendre la totalité de leur matériel alors qu'au final, seule une partie leur servira." Une balance à essieux est utilisée par les Responsible Young Drivers afin de déterminer si la masse maximale autorisée est dépassée ou non. D'autres actions du même type auront lieu dans les prochaines semaines. Certaines d'entre elles pourraient impliquer d'autres entreprises, mais aussi des communes belges.

 

20:38 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/03/2011

Plus d'une demi-tonne de déchets par Européen et par an

déchet3.jpg

Les Européens ont généré en 2009 plus d'une demi-tonne de déchets municipaux (513 kg en moyenne dans l'UE), selon des données publiées mardi par Eurostat.

 
Avec 491 kilos par personne, la Belgique produit un peu moins de déchets que les autres pays. Elle présente en outre un taux de recyclage, mais aussi d'incinération, nettement supérieur à la moyenne.

 
La quantité générée par personne varie énormément à travers l'Union, de 316 kg en République tchèque et en Pologne à 833 kg au Danemark.

 
Le traitement de ces déchets varie lui aussi beaucoup d'un pays à l'autre, certains privilégiant le recyclage ou le compost, d'autres se satisfaisant de la mise en décharge ou de l'incinération. Ainsi, en Bulgarie, en Roumanie, à Malte, en Lituanie et en Lettonie, presque tous les déchets sont mis en décharge.

 
En Belgique, par contre, la mise en décharge ne concerne que 5% des déchets (contre 38% pour la moyenne européenne). Un bon tiers de la "production" (36%) est recyclée, bien au-delà de la moyenne européenne de 24%.

 
La Belgique incinère aussi davantage ses déchets (35%, contre une moyenne de 20%). Le reste est composté (24%, un peu plus que la moyenne de 18%).

 

23:53 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/03/2011

Les femmes s'occupent deux fois plus des enfants que les hommes

femme.jpg

Les femmes consacrent une heure quarante par jour en moyenne à s'occuper de leurs enfants tandis que les pères n'y consacrent que 42 minutes, révèle une étude de l'OCDE rendue publique vendredi, portant sur 22 pays de l'organisation.

 
Même si l'on fait la part entre les pères qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas, ces derniers passent toujours beaucoup moins de temps à s'occuper des enfants que leurs conjointes.

 
Ainsi, les pères qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas passent à peu près le même temps à s'occuper de leurs enfants (40 et 51 minutes respectivement), tandis que les femmes actives y consacrent une heure et quart et les mères au foyer presque deux heures et demie.

 
Les parents les moins présents sont les Coréens (12 et 13 minutes pour les pères actifs/inactifs; 31 minutes à une heure et demie pour les mères). Les plus attentifs sont les Australiens avec entre 69 et une heure quarante-cinq pour les pères et entre deux heures dix-sept et presque quatre heures pour les mères.

 
L'étude montre aussi que les pères se chargent surtout des tâches "éducatives" et "de loisir" (41% du total du temps qu'ils consacrent à leurs enfants) plutôt qu'aux tâches de "soins" ou de "surveillance", assumées à 60% par les mères.

 
Les tâches de "transports" -emmener les enfants à l'école ou au cours de danse- est partagé à égalité: 14% pour les pères, 13% pour les mères.

 

09:21 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/03/2011

Le panier de la ménagère s'élève à 594,47 euros

panier.jpg

Début mars, le panier de la famille, qui estime les dépenses nécessaires à une famille moyenne au cours d'une semaine, vaut 594,47 euros, annonce mardi le CRIOC dans un communiqué. Sur les douze derniers mois, ce panier a connu une augmentation de 21,21 euros (+3,39%).

 
A l'heure actuelle, un ménage moyen doit disposer de 2.576 euros par mois pour faire face à toutes ses dépenses. "En février, l'augmentation des produits pétroliers a entraîné dans son sillage une augmentation du prix de l'énergie, de l'électricité, du gaz et du gasoil de chauffage", note le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs dans un communiqué.

 
Face à l'augmentation du panier, le CRIOC plaide pour une meilleure régularisation et un contrôle des prix, ainsi qu'en faveur d'une analyse de l'indexation automatique des prestations publiques. Il réclame également, entre autres, un renforcement de la concurrence. "Les opérateurs alternatifs (en téléphonie et en énergie) sont toujours moins chers que les opérateurs historiques", constate le Centre.

 

13:51 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/02/2011

Les Belges infidèles à leur boulot

annonce.jpg

Le Belge s'attend à travailler au cours de sa carrière en moyenne pour 6,4 employeurs différents, selon une enquête de la société Manpower relayée lundi par Het Belang van Limburg. Manpower a interrogé 3.000 Belges.

 

L'enquête révèle que les femmes (5 employeurs en moyenne) sont plus fidèles que leurs homologues masculins (6,8). Vingt pour cent des Belges pensent même qu'ils travailleront pour au moins dix sociétés. En comparaison, un pensionné actuel sur trois a travaillé toute sa carrière au sein de la même entreprise.

 
Selon Marc Vandeleene, de Manpower, il y a plusieurs explications possibles à cette tendance en constante croissance. "La plus importante est que les travailleurs recherchent de plus en plus de nouvelles expériences. On peut comparer cela à la tendance observée il y a quelques années par rapport au comportement lié aux voyages.

 
Avant, les gens choisissaient pour la plupart toujours la même destination. Désormais, ils osent plus souvent opter pour des destinations lointaines et nouvelles. Sur le marché de l'emploi, on constate une évolution similaire. Les gens veulent essayer le plus possible de choses au cours de leur carrière".

 

20:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/02/2011

Les biberons européens ne seront plus composés de bisphénol A

biberon.jpg

La production de biberons contenant du bisphénol A (BPA), un composé chimique controversé utilisé dans la fabrication de plastiques alimentaires, sera interdit dans toute l'Union européenne à compter de ce mardi 1er mars.

 
La vente et l'importation de pareils biberons en Europe ne seront, elles, légalement interdites qu'à compter du 1er juin prochain, conformément à une décision adoptée par les Etats membres de l'UE fin janvier.

 
Selon la Commission européenne, l'industrie a toutefois déjà commencé à progressivement retirer du marché les biberons contenant du BPA pour les remplacer par des produits plus sûrs, une opération qui devrait être terminée d'ici le milieu de cette année.

 
Molécule organique utilisée pour assurer la rigidité du plastique, le BPA peut agir comme perturbateur endocrinien. Celui-ci peut passer d'un contenant en plastique vers son contenu alimentaire lorsque le plastique est porté à plus ou moins haute température.

 
Selon des études, le mécanisme d'élimination du BPA par le corps humain n'est pas pleinement opérationnel chez les nourrissons, particulièrement exposés à cette substance au cours de leurs premiers mois de vie via les biberons.

 
Le BPA avait déjà interdit l'année dernière en France et au Danemark pour la fabrication de biberons. Il est également prohibé au Canada, en Australie et dans plusieurs Etats américains.

 

18:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/02/2011

L'assurance auto plus chère à cause du mauvais état des routes

prime.jpg

Les primes des assurances omnium pour un véhicule à usage privé sont en forte hausse, écrit samedi le quotidien flamand Het Laatste Nieuws. Aux Assurances DVV, les clients paient quelque 8% de plus qu'il y a six mois. L'Union professionnelle des entreprises d'assurance, Assuralia, attribue cette évolution au mauvais état de routes et aux maigres résultats des compagnies d'assurance.

 

DVV explique dans une lettre à ses clients que la hausse de coût est dûe au mauvais état des routes. Assuralia ne s'effraie pas de cette situation et s'attend à ce que d'autres assureurs emboîtent le pas à DVV.

 
Assuralia met l'accent sur les résultats médiocres enregistrés par les compagnies qui ne gagneraient que 0,2 euro par prime de 100 euros. Beaucoup d'assureurs perdraient de l'argent sur ce type de produits. L'une des options s'offrant à eux serait donc d'augmenter la prime.

 
Les pertes sont dues en grande partie aux conditions hivernales extrêmes connues en 2009 et 2010 qui ont considérablement abîmé les routes et ont eu pour conséquence d'augmenter la casse, selon Assuralia.

 

08:09 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/02/2011

Facebook facilite la fraude aux devoirs

facebook2.jpg

Les devoirs des élèves passent de plus en plus souvent par les réseaux sociaux comme Facebook. Les élèves scannent leurs travaux ou en prennent une photo qu'ils publient ensuite sur leur profil, pour que leurs camarades puissent ensuite les recopier, constate samedi le journal Het Belang van Limburg.

 

La transmission des devoirs d'un élève à l'autre est un phénomène qui a toujours existé. Mais alors qu'avant les élèves se téléphonaient, l'opération est devenue beaucoup plus simple grâce aux réseaux sociaux. Selon les directions d'école, un test personnel est désormais nécessaire pour évaluer correctement l'élève.

 
"C'est la tâche du système d'enseignement de développer de nouvelles méthodes d'évaluation, permettant de contourner cette forme de "fraude aux devoirs"", estime Hervé Van De Weyer, directeur de formation en management de la communication à la Xios Hogeschool Limburg.

 

12:06 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/02/2011

Ce que gagnent le Premier ministre et les élus

Leterme2.jpg

Le Premier ministre fédéral gagne près d'un tiers de moins qu'un président de son Parlement, rapporte vendredi La Dernière Heure, qui cite les salaires des élus politiques du pays sur base d'une étude du politologue Jean Faniel, chercheur du Centre de recherche et d'information socio-politiques (CRISP).

 
Ainsi, Yves Leterme gagne un salaire net mensuel de 11.251 euros, alors que les présidents de la Chambre, André Flahaut, et du Sénat, Danny Pieters, touchent chacun 16.240 euros. Un constat plutôt curieux, selon le quotidien, quand on compare la charge de travail et le poids des responsabilités de chacun.

 
A noter, par ailleurs, que M. Leterme gagne le même salaire que ses vice-Premiers ministres et que son ministre des Affaires étrangères. Les autres ministres fédéraux touchent 10.930 euros (soit quelque 300 euros de moins). Un Secrétaire d'Etat gagne encore 10.490 euros.

 
Enfin, les ministres wallons et de la Communauté française sont les mieux payés du royaume, avec 11.226 euros mensuels (contre 10.392 euros à la Région de Bruxelles-Capitale et 9.890 euros au gouvernement flamand). Ceux qui cumulent dans les deux gouvernements ne touchent qu'un seul salaire. C'est notamment le cas du ministre-président Demotte.

 

09:19 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/02/2011

Les communes lèseraient illégalement les écoles libres mais pas à Berchem !

Ecoles.jpg

Une commune qui octroie des avantages (garderie, piscine, ...) aux écoles qu'elle organise est tenue, selon un décret de 2001, de les offrir également aux écoles libres. Mais en pratique, seules 66% des communes respectent la législation en la matière, écrit mercredi La Libre Belgique.

 
D'après le rapport 2008-2009 réalisé par l'administration de l'enseignement, quatre communes sur cinq déclarent octroyer des avantages sociaux, principalement l'accueil des élèves, la piscine et la surveillance à midi.

 
En 2009, 66% des communes respectaient la législation sur les avantages sociaux (67% en 2008 contre 65% en 2006-2007). Six pour cent par contre avouent ne pas la respecter (Schaerbeek, Mouscron, Jodoigne ou La Louvière par exemple). Neuf pour cent affirment pour leur part la respecter mais les écoles libres déclarent ne rien recevoir (Ixelles, Gembloux, Verviers, ...). Enfin, dans 23% des cas, les écoles libres disent recevoir des avantages différents ou moindres (Molenbeek, Wavre, Liège, etc).

 
Le rapport conclut que le prescrit légal n'est donc respecté que dans deux cas sur trois. Il souligne aussi que les divergences de vue entre communes et écoles libres proviennent souvent d'une confusion, due à la superposition de législations diverses et à la méconnaissance de la matière. De plus, aucun pouvoir de contrôle n'est prévu quant à l'obligation d'information entre communes et pouvoir organisateurs libres.

 

Heureusement ceci ne concerne pas la commune de Berchem-Sainte-Agathe qui depuis des années, octroient à la fois des avantages sociaux aux écoles communales, libres, communautaires, francophones et néerlandophones au grand dam de l’opposition socialiste qui sans cesse et sans relâche, interpelle la majorité pour que ce type d’avantages cessent pour les écoles libres. Sectarisme quand tu nous tiens… Dans notre commune, plus que jamais, un enfant = un enfant.

 

07:51 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/02/2011

2 millions de Belges ne reçoivent plus de déclaration d'impôt

impôt3.jpg

Près de 2 millions de Belges ne recevront plus leur déclaration d'impôt papier dans leur boîte aux lettres en 2011. C'est deux fois plus qu'en 2010, a indiqué vendredi Francis Adyns, le porte-parole du SPF Finances dans l'émission "Peeters & Pichal" sur Radio 1.


En 2010, 940.000 Belges n'avaient plus reçu leur déclaration d'impôts par la poste. En effet, 800.000 Belges avaient choisi de faire remplir cette déclaration par un professionnel tandis que 140.000 autres avaient signalé via le service tax-on-web qu'ils ne voulaient plus recevoir la version papier.


Ce dernier groupe a connu une forte augmentation, selon le porte-parole. En effet, 950.000 contribuables ont indiqué qu'ils ne voulaient plus recevoir leur enveloppe brune contre 140.000 l'an dernier.


Les Belges qui ont choisi de faire remplir leur déclaration par un professionnel sont également plus nombreux en 2011 (980.000) que l'année précédente.


Cette tendance permet une importante économie de papier. D'après "Peeters & Pichal", près de 6.000 arbres seront ainsi épargnés.

 

21:54 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/02/2011

Les jeunes sont plus heureux virtuellement que dans la vraie vie

virtuelle.jpg

Voilà une étude aux résultats un peu effrayants mais pourtant... Il s'avère que les enfants sont plus heureux de la vie qu'ils s'inventent virtuellement que celle qu'ils vivent en réalité. L'explication est simple: sur la toile, ils peuvent être qui ils veulent et cliquez sur le bouton "Quitter" dès que les choses tournent au vinaigre et ne sont plus amusantes.


Cette recherche, menée par l'association Kidscape en Angleterre a étudié les comportements en ligne de 2.300 enfants âgés de 11 à 18 ans. 45% ont déclaré être plus heureux sur Internet qu'en vrai. Pour eux, la vie virtuelle n'est plus considérée comme un jeu, elle fait partie intégrante de leur réalité.


"C'est plus facile d'être la personne que vous voulez être sur Internet, parce que personne ne vous connaît et si vous n'aimez pas ce qui est train de se passer, vous pouvez simplement vous déconnecter", détaille un chercheur.


Un autre ajoute: "Vous pouvez dire n'importe quoi en ligne. Vous pouvez parler à des gens à qui vous n'adresseriez pas la parole en temps normal et vous pouvez modifier vos photos pour apparaître sous votre meilleur jour. Comme si vous étiez une personne complètement différente."


Un adolescent a confié pendant la mise en place de l'étude qu'Internet était le seul endroit où il arrivait à assumer son homosexualité.


47% des jeunes interrogés affirment se comporter différemment en ligne que dans la vie normale. Beaucoup disent que ça les fait sentir plus puissants et plus confiants. Le psy Peter Bradley, également directeur adjoint du Kidscape, est préoccupé par ces résultats: "Ils suggèrent que les enfants voient le cyberespace comme un monde détachable du monde réal. C'est un lieu où ils explorent leur comportement et la personnalité qu'ils n'ont éventuellement pas dans la vraie vie. Nous ne pouvons pas permettre aux enfants d'être plus heureux virtuellement qu'en réalité sinon on crée une génération de jeunes qui ne s'adaptent pas à notre société."


Les jeunes qui ont discuté en ligne avec des étrangers ont menti sur leur âge à 60% tandis que 40% n'ont pas été sincères quand il s'agissait de parler de leur vie sentimentale.

 

21:38 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2011

La Belgique compte de plus en plus de pensionnés

pensionnés.jpg

Le nombre de pensionnés a augmenté ces cinq dernières années en Belgique, rapporte mardi le journal De Tijd sur base de statistiques de l'Office national des pensions. Quelque 70.000 pensionnés de plus ont ainsi été enregistrés en 5 ans.

 
En 2010, on dénombrait 24.535 pensionnés en plus dans le secteur privé, soit une augmentation de 1,47%. En moyenne, un pensionné issu du secteur privé recevait, fin de l'année dernière, 944 euros brut par mois, soit 2,85% de plus que durant la même période l'année précédente.

 
Un employé à la retraite reçoit en moyenne 953 euros de pension. Un indépendant reçoit quant à lui environ 756 euros.

 

18:59 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/02/2011

Près d'un tiers des Belges victimes d'un virus informatique

virus.jpg

Près d'un tiers des Belges (32%) qui ont utilisé internet sur une période de 12 mois en 2009 et 2010 ont déclaré avoir été victimes d'un virus ou d'une autre infection informatique ayant résulté en une perte d'informations ou de temps au cours de cette période, selon des données publiées lundi par Eurostat.

 
L'office européen de statistique a diffusé ces données à la veille de la journée pour un internet plus sûr, un événement organisé par INSAFE, le réseau européen pour la sécurité sur internet, cofinancé par la Commission.

 
Les chiffres belges sont très proches de la moyenne européenne, puisque 31% des internautes des 27 Etats membres ont été victimes d'un virus. Les abus concernant des informations personnelles et les autres violations de confidentialité ont concerné 3% des internautes belges, tandis que 3% ont subi une perte financière due à des attaques de "phishing" ou de "pharming" ou à une utilisation frauduleuse de cartes de paiement.

 
Les internautes belges ne s'efforcent pas moins de s'équiper pour faire face aux attaques informatiques: 89% d'entre eux utilisent en effet un logiciel de protection ou de pack de sécurité (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.). Dans l'UE, ce pourcentage atteint 84%.

 

15:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/02/2011

Toujours plus d'excès de vitesse sur les routes

radars2.jpg

En 2010, on a constaté près de 10% d'excès de vitesse en plus sur les routes, ce qui porterait le nombre total d'infractions de ce type à plus de 2,7 millions l'année dernière, écrit dimanche Het Nieuwsblad op zondag sur base de chiffres du sénateur Guido De Padt. "Malgré les campagnes de prévention, il n'y a aucune amélioration", commente M. De Padt.

 
En 2009, 2.481.691 excès de vitesse avaient été enregistrés, ce qui était déjà une augmentation importante par rapport aux années précédentes. La Région flamande en comptabilisait le plus, avec 1.875.509 amendes, contre 498.463 pour la Région wallonne et 107.707 pour Bruxelles.

 
Guido De Padt plaide pour une approche plus efficace de ce problème. "Un tiers des constatations d'excès de vitesse sont traitées actuellement par les centres régionaux de la police fédérale. Toutes les autres infractions au code de la route sont traitées par les zones de police locales et cela représente vraiment beaucoup de travail. Pouvoir faire aussi traiter ces infractions par les centres régionaux les soulagerait sensiblement", explique-t-il.

 

18:38 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2011

Les demandes d'allocation chauffage en hausse de 7%

chauffage.jpg

Le nombre de demandes d'allocation chauffage a augmenté de 7,22% en 2010 par rapport à 2009 et concerne désormais près de 106.000 foyers en Belgique, indique jeudi le Fonds social chauffage dans un communiqué. En Wallonie, 52.580 foyers ont fait une demande d'allocation, soit une hausse de 4,17%.

 
La Flandre (49,46%) et la Wallonie (49,64%) comptabilisent chacune environ la moitié des demandes d'allocation chauffage. Avec 949 foyers concernés, Bruxelles ne représente que 0,9% de l'ensemble des demandes belges.

 
La province de Hainaut représente plus d'un tiers des demandes wallonnes. Avec 17.769 foyers concernés (+1,64%), la province représente même 16,78% de l'ensemble des demandes belges. Le podium des provinces wallonnes est complété par Liège (14.278 foyers) et Namur (10.670). Suivent les provinces de Luxembourg (7.596) et le Brabant wallon (2.267).

 
Côté flamand, le Limbourg (14.775 foyers) devance la Flandre orientale (11.103) et le Brabant flamand (9.159).

 

21:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/02/2011

L'obésité a doublé dans le monde en 30 ans

obésité2.jpg

La prévalence de l'obésité a quasi doublé en près de 30 ans dans le monde et touche 500 millions d'adultes, davantage les femmes que les hommes, la palme du surpoids parmi les pays riches allant aux Etats-Unis.

 

Des chercheurs de l'Imperial College de Londres et de l'Institut de recherche Population/santé de Hamilton au Canada ont étudié la progression du surpoids entre 1980 et 2008 chez les personnes de plus de 20 ans.

 
Le surpoids est atteint quand l'indice de masse corporelle (IMC) dépasse 25, l'obésité quand il atteint 30. A 35, on parle d'obésité sévère.

 
En 28 ans, l'IMC a augmenté aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Dans le monde 1,460 milliard d'adultes sont en surpoids et la prévalence de l'obésité a quasi doublé, touchant 205 millions d'hommes et 297 millions de femmes -soit 9,8% des hommes et 13,8% des femmes.

 
Dans les pays riches, les Etats-Unis, avec une forte montée depuis 1980, gardent la palme du surpoids avec un IMC de plus de 28, tandis que le Japon a l'IMC le plus bas.

 
Les femmes du Bangladesh sont les plus maigres du monde, comme les hommes de RDCongo. Cas unique en Europe occidentale et rare dans le panorama mondial, l'indice de masse corporelle a baissé en 28 ans chez les femmes d'Italie, tandis qu'il n'augmentait que très peu en Belgique, en Finlande et en France.

 
Les chercheurs rappellent que le surpoids est un facteur de risque important pour les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancer et serait à l'origine de quelque 3 millions de morts chaque année.

 

20:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2011

Les Belges consomment de plus en plus d'électricité

électricité.jpg

La consommation d'électricité en Belgique a progressé de 6% pour l'ensemble de l'année 2010 et de 9% pour le seul mois de décembre en comparaison de 2009 d'après des chiffres de la fédération des gestionnaires de réseaux électricité et gaz en Belgique (Synergrid), indique jeudi le quotidien "La Libre Belgique".

 
En termes d'échange avec l'étranger, le solde de la balance importations/exportations est légèrement en faveur des importations en 2010. En 2009, le solde net exportateur était d'environ 2%, en raison d'un déficit de production à l'étranger.

 
En décembre 2010, une hausse des importations et une diminution des exportations imputables en grande partie à la mise à l'arrêt temporaire d'une unité nucléaire a été constatée.

 

16:41 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/02/2011

Les Belges ont des difficultés à rembourser leurs crédits

crédit.jpg

Le nombre de Belges qui n'ont pas remboursé à temps un ou plusieurs crédits, a atteint un niveau record en janvier, révèlent des chiffres publiés mercredi par la Centrale des crédits aux particuliers.


En janvier, 366.517 personnes n'avaient pas remboursé leurs crédits à temps, soit 1.170 de plus qu'en décembre 2010 (365.347). Il s'agit d'un record depuis le début de l'enregistrement de ces données en 2003.


Au total, les crédits défaillants représentent un montant de plus de 2,44 milliards d'euros, contre 2,41 milliards un mois plus tôt. Le nombre de nouveaux crédits défaillants s'établissait à 9.582 en janvier. Il y en avait 11.259 en décembre et 10.012 en novembre.

 

20:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2011

Le prix des vacances pas influencés par l'instabilité politique

vacances2.jpg

La situation en Egypte ne fera pas grimper le prix des vacances dans les jours à venir, a annoncé mardi Jetair, contredisant ainsi des propos tenus par la Fédération belge des tour-opérateurs dans le journal Het Laatste Nieuws.

 
Au vu de la situation en Egypte, le tour-opérateur a mis en place des vols supplémentaires vers d'autres destinations et plus particulièrement vers les Iles Canaries. "Cette solution ne serait pas possible si l'on augmentait les prix maintenant", explique Hans Vanhaelemeesch.

 
Les vacances d'été ne seront pas non plus plus chères, annonce Jetair. "Les prix augmentent et diminuent en permanence, c'est classique. Mais pour l'instant, il n'y a pas de fluctuation exceptionnelle", souligne Jetair.

 
L'Association belge des tour-opérateurs a avertit mardi dans le journal Het Laatste Nieuws que les prix des hôtels et des billets d'avion pourraient grimper durant les semaines à venir pour des destinations comme le Maroc, les Iles Canaries et la Turquie car la demande supplante petit à petit l'offre pour ces destinations.

 
Les touristes qui ont dû annuler leur voyage en Egypte (ou encore en Tunisie) sont en effet nombreux à réserver en même temps un voyage vers ces endroits. Les voyages tout compris - avec l'hôtel, le vol et l'organisation du voyage - ne devraient, quant à eux, pas être beaucoup plus chers. "Ces prix sont fixés dans la brochure pour toute la saison et sont très rarement augmentés", a indiqué Claude Pérignon de la Fédération belge des tour-opérateurs.

 

18:50 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/01/2011

Les navetteurs passent jusqu'à 300 jours dans les bouchons

embouteillage.jpg

Toute personne qui débute aujourd'hui sa vie professionnelle peut s'attendre à passer, durant toute sa carrière (35 ans), jusqu'à près de 300 jours dans les embouteillages. Les navetteurs qui font le trajet entre Louvain et Bruxelles sont les plus mal servis: ils passent près de la moitié du temps à l'arrêt dans leur véhicule sur l'autoroute, selon une étude du bureau d'études Transport & Mobility Leuven, publiée lundi dans les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

 
Une personne qui a commencé à travailler fin 2010 peut s'attendre à passer en moyenne 758 jours à faire la navette entre son domicile et son lieu de travail. Durant cette période, le navetteur passera près de 4.000 heures ou 160 journées complètes à l'arrêt sur la route. Il y a toutefois d'importantes différences selon le trajet, révèle l'étude.

 
Ainsi, le navetteur qui effectue le trajet Ostende-Bruxelles remporte la palme, avec près de 283 jours à l'arrêt en 35 ans. Les navetteurs qui rejoignent la capitale depuis Louvain passent eux 45 pc du temps à l'arrêt dans les embouteillages sur l'E40.

 
L'étude Transport & Mobility Leuven se base pour ses prévisions sur l'augmentation attendue des files sur les routes belges durant la prochaine décennie. "C'est le pire scénario", indique le chercheur Sven Maerivoet.

 
D'autres études indiquaient déjà que d'ici 2020, le nombre de kilomètres d'embouteillages va augmenter de près de 30%. Mais il n'est pas tenu compte des grands travaux et d'autres comportements routiers pouvant être influencés par le travail à domicile par exemple.

 

16:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/01/2011

Le Wallon vit deux ans de moins que le Flamand

ancien.jpg

L'espérance de vie en Belgique à la naissance frise les 80 ans, indique samedi le journal Le Soir sur base de statistiques de l'office fédéral Statbel, rendues publiques vendredi et portant sur l'année 2009. Elle continue de croître. Un Wallon vit en moyenne deux ans et trois mois de moins qu'un Flamand.

 
L'espérance de vie atteint en Belgique 79,8 ans; 80,7 ans en Flandre; 79,6 à Bruxelles et 78,4 ans en Wallonie. En dix ans les hommes ont vu leur espérance de vie augmenter de 2 ans et trois mois. Pour les femmes, le gain d'espérance de vie n'est que d'un an pour la même période.

 
Les hommes flamands vivent en moyenne 78,1 ans, les bruxellois 76,7 ans et les wallons 75,4 ans. Les Flamandes vivent elles en moyenne 83,1 ans contre 82,2 pour les Bruxelloises et 81,2 pour les Wallonnes.

 

18:06 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2011

Un élève francophone coûte 7.275 euros par an

élèves3.jpg

La dépense moyenne par élève-étudiant en Communauté française s'élève à 7.275 euros par an, révèlent pour la première fois l'étude annuelle des "indicateurs de l'enseignement", présentés vendredi à Bruxelles.

 
Ce chiffre situe la Communauté française au-dessus de la moyenne européenne (6.854 euros) et de l'Allemagne (7.075 euros), mais en dessous de la France (7.640 euros), de l'ensemble de la Belgique (7.838 euros, la Flandre tirant ce chiffre vers le haut) et des Pays-Bas (8.454 euros).

 
La "Dépense intérieure d'enseignement" (DEI) compile les dépenses de tous les niveaux de pouvoir public influant sur l'enseignement, ainsi que les dépenses privées (ménages, entreprises). En 2007, elle représentait environ 8,8 milliards d'euros. Sur cette somme, la dépense de la Communauté française représentait 5,7 milliards, celle du fédéral 1,5 milliard (pensions) et celle des pouvoirs locaux 465 millions.

 
Quant au financement privé, les frais liés aux études à charge des ménages sont estimés à environ 743 millions d'euros, la recherche financée dans l'enseignement supérieur par les entreprises à 79 millions (et 10 millions pour la recherche financée par des particuliers). Les dépenses de fonctionnement sur fonds propres des écoles n'ont pas été identifiées.

 
Le fait que le niveau d'investissement dans l'enseignement situe la Communauté française "plutôt dans la moyenne européenne, même s'il reste légèrement inférieur à celui de la Communauté flamande, a de quoi nuancer quelques idées reçues et parfois solidement ancrées", a estimé la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet.

 

18:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/01/2011

Une première maison de répit pour enfants malades

maison répit.jpg

La première "maison de répit" du pays, pour enfants gravement malades, a été inaugurée mercredi à Evere (Bruxelles) qui avait mis un terrain à la disposition de la Commission communautaire commune de la Région-capitale pour concrétiser ce projet.

 

Les frais de fonctionnement sont partiellement pris en charge par le département des Affaires sociales à l'échelon fédéral qui soutient des projets similaires en voie de concrétisation en Flandre et en Wallonie.

 
Cette maison est un lieu de vie intermédiaire, entre le domicile et l'hôpital. Elle accueille temporairement des enfants âgés de 0 à 18 ans, soit parce que le retour à domicile depuis l'hôpital impose un temps de réorganisation, soit lorsque la phase terminale à domicile devient ingérable, soit lorsque les proches ont besoin de se ressourcer. Elle concrétise des résolutions parlementaires bruxelloises de 2002 et 2003.

 
Sa réalisation a également été mise en exergue par les représentants politiques présents (e.a. les ministres bruxellois Benoît Cerexhe et Jean-Luc Vanraes, et fédéraux Laurette Onkelinx et Guy Vanhengel) comme la démonstration de la possibilité de s'entendre et de maintenir un système de solidarité dans les soins de santé à l'échelon fédéral.

 
L'établissement dont la construction a mobilisé 2,5 millions d'euros comporte deux ailes de 5 chambres d'accueil réparties sur un niveau, et des appartements pour les familles.

 
Pour porter le projet et exploiter la future institution de soins temporaires, une asbl a été créée en juin 2005. Les frais de fonctionnement (1,5 million d'euros par an) sont pris en charge à hauteur de 800.000 euros par la Commission communautaire commune et de 700.000 euros par l'INAMI.

 

19:16 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |