05/10/2011

Les Belges se garent juste à côté de leur garage privé

garage.jpg

Quatre Belges sur dix qui disposent d'un garage personnel ne l'utilisent pas pour garer leur voiture, selon une enquête menée par Touring et évoquée mercredi dans les quotidiens de "Sud Presse" et "Het Laatste Nieuws".

 
"En moyenne, nous recevons entre 5 et 10 appels de nos membres chaque mois pour se plaindre qu'ils ne trouvent plus d'emplacements dans la rue à cause de leurs voisins qui ne se garent pas chez eux. Nos interlocuteurs veulent notamment savoir si on ne peut pas modifier le code de la route pour obliger les gens à utiliser leur propre garage", explique Danny Smagghe de Touring.

 
La première raison avancée par les automobilistes pour expliquer la non-utilisation de leur garage est la "nonchalance". "Le soir, les automobilistes ne veulent plus faire l'effort d'ouvrir leur porte et de faire les manoeuvres pour se garer", précise M. Smagghe.

 
Parmi les autres raisons figurent aussi la taille des voitures actuelles qui ne rentrent plus dans les anciens garages ou l'utilisation du garage comme lieu de stockage et de rangement.

16:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/10/2011

Les enfants qui vont dormir trop tard sont aussi trop gros

dodo.jpg

Les enfants, et en particulier lorsqu'ils atteignent l'adolescence, qui se couchent tôt et qui se réveillent tôt sont moins susceptibles de devenir obèses.

Les habitudes de sommeil de 2.200 enfants âgés entre neuf et 16 ans ont été analysées et les chercheurs ont découvert que les enfants qui allaient dormir plus tard avaient 1,5 fois plus de risques de présenter un surpoids et ont généralement un indice de masse corporelle plus élevé que les autres.


Et peu importe si, au final, les deux groupes dorment le même nombre d'heures. Les résultats révèlent que l'heure du coucher est plus importante que la durée de sommeil. Les ados ou jeunes ados qui vont au lit à 21h20 et se réveillent à 7h30 sont plus actifs que ceux qui vont dormir à 22h40 et se lèvent à 8h15.


"Nos résultats montrent que ce rythme de sommeil est associé avec des activités défavorables - les lève-tard regardent plus la télé, jouent plus à des jeux vidéo, etc. - ce qui influence directement leur santé" a déclaré le médecin responsable de cette enquête.

22:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/10/2011

Le prix, premier critère pour 43% consommateurs

prix.jpg

Le prix est le premier critère de choix de 43% des consommateurs, relève une étude réalisée par le Centre de Recherche et d'Information des Organisations de Consommateurs (CRIOC) qui insiste sur l'importance de ce critère en période de crise.

 

Le CRIOC a étudié pour la dixième année consécutive la façon dont les consommateurs choisissent leurs produits et leurs magasins. Pour 84% des consommateurs, l'achat d'un produit alimentaire est guidé par la qualité, la fraîcheur, le goût et la sécurité, qui constituent les critères les plus importants. D'autres critères comme le respect de l'environnement, le prix, le respect commerce équitable et l'odeur sont cités par plus de deux consommateurs sur trois.


Plus l'âge du consommateur augmente, plus l'intérêt pour l'information sur l'emballage ou communiquée par le vendeur est important. L'intérêt pour les conditions de production éthiques est aussi beaucoup plus vif que les années précédentes puisqu'en moyenne pour 65% des consommateurs, elles représentent un critère de choix.


L'élément essentiel pour un produit non-alimentaire est le rapport qualité/prix mais la solidité, la sécurité, le prix, la variété, la confiance en la marque et les conseils des vendeurs apparaissent aussi comme des critères importants. L'environnement, le commerce équitable, le bien-être des animaux, la disponibilité, l'information sur l'emballage, les conditions de travail ou l'absence d'additifs sont cités par six consommateurs sur dix.


Proximité
Quant au choix d'un magasin alimentaire, il se fonde sur la proximité, le prix et la qualité des produits. La proximité devient, pour la sixième année consécutive, le critère décisif. Le prix est à nouveau spontanément cité par plus de répondants que les années précédentes (21% soit une augmentation de 5% par rapport à l'année passée).


En ce qui concerne les critères de choix d'un magasin non alimentaire, apparaissent, dans l'ordre, la proximité, la qualité et le prix. Lorsque ces critères sont perçus comme équivalents, le consommateur sélectionne un magasin qui offre des produits solides, une gamme variée proposée par du personnel convivial et compétent. Ce dernier critère apparaît pour la première fois depuis la création de ce baromètre comme critère déterminant.


Ethique
L'intérêt pour des produits éthiques augmente même si d'une part, l'offre reste limitée et, d'autre part, les consommateurs estiment ne pas disposer de garanties suffisantes en matière de label ou d'allégations. Parmi ceux-ci, le critère "respect de l'environnement" confirme son importance aux yeux des consommateurs.


L'étude insiste encore sur quelques différences entre consommateurs: Les femmes sont plus attentives à la fraîcheur, les familles flamandes à la marque et les Wallons au goût.

16:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/09/2011

Les jeunes font de plus en plus l'amour sans protection

amour.jpg

Partout dans le monde, de plus en plus de jeunes ont des rapports sexuels non protégés, selon un sondage commandé par la société pharmaceutique Bayer et réalisé dans 26 pays. Les ados s'intéressent de moins en moins aux moyens de contraception et aux risques de maladies sexuellement transmissibles.


Le nombre de jeunes qui font l'amour sans protection avec un nouveau partenaire augmente de manière frappante. En France, on a observé une hausse de 111% au cours des trois dernières années. Aux États-Unis, de 39%, et de 19% au Royaume-Uni.


"Peu importe où vous êtes dans le monde, il existe beaucoup d'obstacles à la prévention chez les jeunes", explique Denise Keller de l'organisation de la Journée mondiale de la Contraception. "Quand les jeunes ont accès à des informations fiables et précises sur le sexe et la contraception, ils peuvent faire des choix qui influenceront chaque aspect de leur vie."

22:28 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/09/2011

Sexe et alcool, une étape incontournable pour les ados

ados.jpg

Les parents sont prévenus : si votre ado vous mène la vie dure, c'est totalement normal, son comportement pénible est une étape nécessaire du développement humain selon les experts. Les pré-adultes aiment prendre des risques et ils ont un penchant naturel pour les beuveries, le sexe sans lendemain, et l'agressivité.


Le rapport de l'université de Philadelphie décrit l'attitude des adolescents comme un moyen de survivre dans un environnement difficile. Laurence Steinberg explique qu'adopter des comportements à risques à l'adolescence est normal, dicté par la biologie et inévitable. Et les parents ne peuvent rien y faire.


"Plus de 90% des collégiens aux USA ont reçu des cours d'éducation sexuelle, contre la drogue et de prévention routière mais la plupart ont tout de même des rapports sexuels non protégés, boivent trop, fument des joints et conduisent de manière irresponsable", observe Steinberg. Il estime que la société devrait prendre des mesures pour augmenter le prix des cigarettes, limiter l'accès à l'alcool et faciliter la contraception.


Une autre étude démontre l'influence sociale des groupes. Les adolescents se montrent prêts à prendre plus de risques quand ils se sentent observés par leurs amis. Selon le professeur B.J Casey, neuroscientifique, c'est aussi un mécanisme de survie. "Nous sommes habitués à voir l'adolescence comme un problème. Mais plus on l'étudie, plus on la voit comme une période fonctionnelle et d'adaptation."

21:36 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/09/2011

73% des Belges pensent "ne pas avoir d'accent"

accent.jpg

Un sondage mené auprès de Wallons et Bruxellois rapporte que 73% des Belges francophones affirment ne pas avoir d'accent.

Pourtant, dans la réalité, de nombreux Liégeois pensent que les Carolos ont un accent. Et inversement. Les Bruxellois sont reconnaissables à leur accentuation par les Montois ou les Namurois.

A l'étranger aussi, les Belges sont reconnaissables des Français ou des Suisses dans une conversation... Alors, qu'est-ce qui fait dire aux Belges qu'ils n'ont pas d'accent ?

Parler normalement

" Il est vrai que la plupart des gens ne se rendent pas compte qu'ils ont un accent", lit-on dans le sondage. "Et quand on leur fait remarquer  leur particularité de langage, souvent ils sont persuadés de parler tout à fait normalement.  Avoir un accent est une sorte de témoignage soit de ses origines, soit de la région où on habite, soit du pays d'où on vient."

18:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/09/2011

Dormir 9 heures pour ne pas souffrir à l'école

dormir.jpg

Des chercheurs ont démontré que les enfants qui ne dorment pas plus de huit heures par nuit luttent la journée.

 

On ne répètera jamais assez l'importance de bien dormir. Et de faire dormir suffisamment les enfants.


Menée sur 142 enfants du primaire, les scientifiques espagnols ont comparé le nombre d'heures de sommeil avec l'éveil et les compétences des enfants durant la journée.

Quand la réflexion souffre

La plupart des enfants de six ou sept ans qui n'avaient pas dormi suffisamment éprouvaient des difficultés à répondre et travailler en mathématiques.


L'orthographe, la grammaire et la compréhension des énoncés ont également souffert des lacunes nocturnes. La mémoire, heureusement, est toujours active et n'a pas trop souffert.

 

La faute aux technologies

Les scientifiques attribuent le manque de sommeil à "l'augmentation du temps passé à regarder la télévision et l'ordinateur", souligne le Daily Mail.


Ramon Cladellas, de l'Université Autonome de Barcelone, qui a mené l'étude, indique: "La plupart des enfants dorment moins que ce qui est recommandé pour leur développement intellectuel. Celui-ci est entravé parce que le manque de sommeil ne peut pas être récupéré."


"Les élèves qui dorment huit heures ou neuf ont une moins bonne performance que ceux qui dorment neuf ou 11 heures", ajoute-t-il.


Des tâches de routine

Le professeur Russell Foster, chef des neurosciences à Oxford, explique au Daily Mail qu'il "est très clair qu'une nuit de neuf à neuf heures et demie est optimale pour améliorer les performances cognitives chez les pré-adolescents".


Avec moins d'heures de sommeil, "ils ne peuvent effectuer que des tâches routinières, mais ils éprouveront des difficultés à innover et à trouver des solutions à des problèmes complexes. Un bon sommeil est essentiel."

21:26 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/09/2011

Emma, Jade, Nathan et Lucas, des prénoms au top !

bébé10.jpg

Attendez-vous à accueillir de nombreux petits Nathan, Lucas, Jules, Emma, Jade ou encore Zoé : ils sont en tête du palmarès de l'Officiel des prénoms 2012, avec une arrivée en force de l'Ancien testament, côté garçons, et une tendance rétro chez les filles.


Ancien Testament

Le triomphe de Nathan sur Lucas est une première pour ce prénom dont l'histoire est récente en France. Sa victoire, si courte soit-elle, confirme la renaissance des prénoms de l'Ancien testament.


En témoigne aussi la progression de Gabriel, en 5e position, Raphaël (8e), Noah (11e) et Adam (16e), souligne l'auteur, Stéphanie Rapoport.


Arthur revient en force

La palme des meilleures remontées n'en revient pas moins à Arthur, qui gagne 9 places en un an, et à Jules qui rejoint le trio de tête.


Maël, valeureux 20e, bénéficie de la vogue des terminaisons en "el".


Quant au rebond de Léo, il n'empêche pas le reflux des terminaisons en "o" qui tenaient auparavant le haut du pavé.


Emma, Zoé et Jade chez les filles

Du côté des berceaux féminins, Emma conserve cette année encore sa couronne, talonnée par les assauts de Jade.


Camille (11e) et Sarah (13e) cèdent quelques places tandis que Clara (15e) s'effondre.


Maëlys et Lilou progressent, mais c'est dans le registre rétro que la plus grande amplitude est observée : Zoé arrive en troisième position, en gagnant huit places au classement en un an.


Et Louise prend aussi du galon, à la 9e place.


Un paysage multiculturel

Pour réaliser cet ouvrage aux 12.000 prénoms, l'auteur collecte, classe et analyse les données de l'Insee relatives aux prénoms en France et dans les pays francophones, en jetant un oeil sur les palmarès des autres pays européens ou des Etats-Unis.

Ces vingt dernières années, le patrimoine français des prénoms s'est enrichi, en partie grâce à l'immigration, de nouvelles sonorités.


C'est ainsi que l'on trouve une nouvelle gamme de prénoms aux accents italiens, slaves, scandinaves, russes, arabes ou anglophones dans L'officiel des prénoms de Stéphanie Rapoport.

17:01 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/09/2011

Les travailleurs belges sont les plus stressés d'Europe

stress.jpg

La majorité des Belges (54%) souffrent de stress au travail et sont les travailleurs les plus stressés d'Europe, selon une enquête menée par le site de recrutement en ligne Stepstone auprès de 6.000 Européens.

A l'échelle européenne, 44% des travailleurs ressentent du stress au travail constamment ou de manière croissante.

 
En Belgique, 19% des travailleurs sont stressés constamment et le ressentent physiquement et mentalement. Et plus d'un tiers des travailleurs (35%) ressentent du stress d'une manière croissante.

 
Si les Belges sont les plus stressés d'Europe, ce sont les Néerlandais qui gèrent le mieux, dans une très grande majorité (66%) leur charge de travail. "Ce n'est pas un résultat dont nous pouvons être fiers. Nous occupons la tête du classement des pays qui comptent le plus grand nombre de travailleurs stressés. Ce stress est probablement imputable à des facteurs externes tels que les embouteillages, la situation économique et l'insécurité."

 
"Toutefois, des facteurs internes jouent également un rôle. Le travail à domicile, des horaires flexibles et un travail à temps partiel sont des mesures susceptibles de remédier à cette situation malsaine au travail", explique Michel Tubbax, Managing Director de StepStone Belgique.

22:14 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2011

Un véhicule sur cinq dispose déjà des nouvelles plaques

plaque6.jpg

Plus d'1,3 millions de voitures en Belgique sont munies de la nouvelle plaque d'immatriculation "européenne", peut-on lire dimanche dans le journal flamand De Zondag, qui cite des chiffres émanant du secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe.

 
" Notre parc de voitures et de motos compte quelque 6,5 millions de véhicules. Un sur cinq est donc muni d'une plaque d'immatriculation européenne", indique M. Schouppe. Sur les 1,3 millions de nouvelles plaques d'immatriculation déjà délivrées en Belgique, 830.000 ont été attribuées à des véhicules roulant au diesel et 404.000 à des véhicules à essence.

 
Les nouvelles plaques belges répondant aux normes européennes comportent sept caractères (contre six précédemment) de couleur rubis (qui remplace le rouge). Elles sont délivrées depuis le 16 novembre 2010.

14:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2011

10% des enfants belges grandissent dans une famille recomposée

media_xl_4354606.jpg

Plus d'un enfant sur 10 grandit dans une famille recomposée en Belgique. A côté de cela, 20% des familles sont monoparentales. Il y a également 1,5 million de célibataires, selon les résultats d'une enquête de la banque Dexia et du groupe Roularta consacrée aux nouvelles familles en Belgique et dévoilés mercredi.

Dans 8% des familles monoparentales, le père élève seul ses enfants alors que les femmes sont 17% dans ce cas. Par ailleurs, 15% des cellules familiales sont constituées de familles recomposées.

Les structures familiales alternatives - monoparentales, célibataires, adoptantes et recomposées - prennent lentement le pas sur le modèle classique même si celui-ci reste le plus courant, conclut l'étude réalisée auprès de 4.000 internautes âgés de 18 et 50 ans.

09:26 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/09/2011

Neuf enfants sur dix sont mal chaussés

basket.jpg

Neuf enfants sur dix âgés de 3 à 10 ans marchent avec des chaussures trop petites ou trop étroites, selon une étude menée par l'Université de Gand, publiée au printemps.

Un phénomène davantage constaté ces dernières années, explique le podologue Jean-Marie Laurent. "Avant il existait des marques recommandées pour les enfants et les parents y étaient attentifs.

Mais depuis l'avènement des baskets et autres chaussures à la mode, les enfants veulent des chaussures comme les adultes".

Il est important de choisir des chaussures qui soutiennent bien le pied mais aussi à la bonne pointure, car prendre une chaussure un peu plus grande est "très mauvais", selon le podologue. Les points d'appui d'une chaussure sont en effet calculés par rapport à la pointure.

Si une bonne chaussure pour enfant coûte souvent plus cher, cela reste un investissement rentable car cela permet d'éviter des lésions aux ongles, aux orteils, une déformation du pied ou des problèmes de genoux, hanche et dos.

17:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/09/2011

Les poux sont les bienvenus à l'école

poux.jpg

L'élève porteur de poux ne sera dorénavant plus écarté de l'école le temps de son traitement, peut-on lire jeudi dans les journaux du groupe L'Avenir. Cela fait suite à la révision des mesures de prévention des maladies transmissibles en milieu scolaire en Communauté française.

La Communauté française a actualisé, dans un décret signé en juillet dernier et envoyé il y a quelques jours aux pouvoirs organisateurs, centres de médecines scolaires et PMS, les mesures de prévention des maladies transmissibles en milieu scolaire.

Jusqu'à présent, un élève porteur de poux était renseigné à la médecine scolaire, qui devait s'assurer de l'éviction de l'élève qui ne pouvait ensuite revenir en classe qu'après qu'un médecin ou une infirmière de la médecine scolaire ou du PMS aient constaté qu'un traitement a été suivi et qu'il n'est plus porteur de poux et de lentes.

Selon le directeur général de la Santé en Communauté française, Serge Carabin, on s'est rendu compte "que la mesure d'éviction avait tendance à écarter plus longtemps les enfants issus des milieux plus défavorisés".

Avoir des poux n'étant "ni grave ni mortel", la Communauté française a décidé qu'on préférera désormais informer les parents et les suivre pour s'assurer qu'ils traitent correctement leur enfant plutôt qu'évincer celui-ci de l'école. Dorénavant, l'élève porteur de poux pourra donc rester en classe.

18:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/08/2011

La rentrée scolaire coûte en moyenne 785 euros par enfant

achat.jpg

La rentrée scolaire coûte en moyenne 785 euros par enfant en frais d'inscription et en matériel scolaire, une légère augmentation de 10 euros par rapport à l'an dernier, ressort-il d'un sondage menée par le CRIOC auprès de familles belges.

 

En ce qui concerne le matériel scolaire, le montant que les parents s'attendent à devoir payer varie en fonction du type d'enseignement. "Le matériel scolaire représente ainsi un coût d'environ 67 euros dans l'enseignement maternel, 76 euros à l'école primaire, 119 euros en secondaire et 132 euros dans le supérieur", selon le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs.

 
Les prix sont globalement plus bas qu'en 2010, même si le fossé entre les prix les plus bas et les plus hauts a augmenté, explique le CRIOC. Les parents ont cependant l'impression que le budget de rentrée augmente globalement. Chercher et comparer les prix, c'est le message, car l'addition peut être jusqu'à huit fois plus élevée d'un magasin à l'autre.

15:28 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/08/2011

La carte SIS devrait disparaître en 2014

carte sis.jpg

Les premiers pharmaciens et médecins pourront consulter à partir de 2012 les données en matière d'assurance soins de santé sur la base de l'utilisation de la carte d'identité électronique des patients au lieu de la carte SIS, appelée à disparaître, a indiqué la ministre des Affaires sociales, Laurette Onkelinx, dans une réponse à une question parlementaire.

Les cartes SIS continueront toutefois à être distribuées jusqu'au moins fin 2013, a-t-elle précisé en réponse à une question écrite du député Denis Ducarme (MR).

Selon Madame Onkelinx (PS), à l'avenir, le prestataire de soins utilisera la carte d'identité électronique de son patient, d'une part, pour obtenir ses données d'identification et, d'autre part, pour consulter en ligne ses données administratives d'assurance soins de santé auprès des organismes assureurs.

Le remplacement des cartes SIS est préparé par la Banque-Carrefour de la Sécurité sociale, l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami) et les organismes assureurs.

"Si les différents partenaires participant au projet peuvent maintenir le planning actuel, le système basé sur la carte SIS et le système futur basé sur la carte d'identité électronique du patient combiné à l'accès en ligne aux données d'assurance soins de santé coexisteront jusque fin 2013", a ajouté la ministre.

Selon elle, les patients qui, à l'avenir, devront utiliser leur carte d'identité électronique et les prestataires de soins qui devront adapter leur logiciel de gestion disposeront ainsi du temps nécessaire pour muter vers le nouveau système.

17:26 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/08/2011

Joëlle Milquet continuera à représenter le cdH après le 1er septembre

media_xl_4326706.jpg

Joëlle Milquet continuera à représenter le cdH dans les négociations institutionnelles après le 1er septembre, a indiqué jeudi Benoît Lutgen, ministre wallon appelé à remplacer Joëlle Milquet à la présidence du cdH à la fin du mois.

"Dans le cadre des négociations institutionnelles entre les huit partis qui commenceront le vendredi 19 septembre, Joëlle Milquet entamera comme il se doit cette discussion. A cet égard, dans un souci de continuité et de cohérence, Benoît Lutgen a demandé à Joëlle Milquet de poursuivre le travail entamé s'il se prolonge au-delà du 1er septembre", a expliqué la porte-parole de M. Lutgen à l'Agence Belga.

M. Lutgen a salué le travail fourni jusqu'à présent par la présidente, "signe de son engagement inconditionnel au service de l'avenir de notre pays". "Benoît Lutgen avec Joëlle Milquet, Melchior Wathelet et l'ensemble des forces vives du parti continueront à s'investir dans ces négociations de manière constructive et volontariste", a-t-elle ajouté.

M. Lutgen a également rappelé qu'il siégeait toujours au gouvernement wallon et que son remplacement dans l'exécutif interviendrait dans le courant de la rentrée parlementaire. A ce titre, il se doit donc d'honorer une série d'engagements et préparer la rentrée du gouvernement. Un remplacement prématuré impliquerait par ailleurs de convoquer le parlement wallon plus tôt que prévu pour permettre au successeur d'être élu par l'assemblée et prêter serment devant celle-ci.

M. Lutgen présentera son projet pour le cdH au début du mois de septembre, a-t-il précisé.

Le mandat de Joëlle Milquet à la présidence du parti centriste expire le 31 août.

16:19 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/08/2011

Vers la suppression des chèques-repas ?

chèque repas 2.jpg

Le groupe de réflexion ('think tank') Itinera Institute se prononce lundi, par la voix de son directeur Marc De Vos, pour la suppression des chèques-repas ainsi que tous les avantages instaurés pour comprimer les charges salariales. A la place, Itinera suggère une baisse de charges linéaire pour tous.

 
Cette proposition fait suite à l'information, révélée la semaine dernière, selon laquelle des chèques-repas et des éco-chèques d'un montant total de 80.000 euros ont disparu chez bpost au cours des derniers mois. En conséquence, de nombreux commerçants n'ont de ce fait pas reçu l'argent auquel ils avaient droit.

 
Le directeur d'Itinera se montre très critique à l'encontre du système des chèques-repas, instauré selon lui, parce que les salaires sont lourdement taxés, au contraire des chèques-repas et d'autres avantages de ce type (voitures de société...).

 
"J'ai une proposition", avance Marc De Vos, "supprimer tout ce bazar. La seule raison pour laquelle cela a été instauré, c'est pour comprimer les charges sur les salaires de manière sélective. Faisons cela pour tout le monde, de façon linéaire. (...) Au revoir la complexité, au revoir l'administratif, au revoir les abus, au revoir la criminalité. Une bonne chose de faite. Bye-bye chequeland", déclare le patron du think tank.

21:47 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/08/2011

L'abstention, grande gagnante des élections

élections2.jpg

Le taux d'abstention lors du scrutin fédéral anticipé de 2010 était supérieur à celui enregistré un an auparavant lors des élections régionales, selon des chiffres fournis par la ministre de l'Intérieur, Annemie Turtelboom.

 

L'analyse montre en effet une progression dans toutes les provinces du pays du nombre d'abstentionnistes en l'espace d'un an à peine.

 
C'est dans l'arrondissement de Bruxelles-Capitale que ceux-ci furent les plus nombreux, 17% des électeurs inscrits ne s'étant pas présentés dans les bureaux de vote le 13 juin 2010, contre 15,67% un an auparavant.


Les chiffres montrent également que les Wallons sont plus nombreux à bouder les urnes que les Flamands.

 
Le taux d'abstention en province de Liège en juin 2010 fut ainsi de 13,57%, devant 12,39% dans le Hainaut, 11,71% en province de Namur, et 11,28% en Brabant wallon. En Flandre en revanche, le nombre d'abstentionnistes n'a dans aucune province dépassé les 10% en juin 2010, à l'exception de celle d'Anvers (10,37%).

22:06 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/07/2011

Mère au foyer, un job qui devrait être payé 3500 euros par mois

mère.jpg

Si ce qu'elles font à la maison était considéré comme un travail, les mères au foyer seraient payées 42.000 euros par an, soit 3.500 euros par mois. Cela a été calculé en additionnant le salaire de personnes qui pourraient assumer cette tâche: femme de ménage, baby-sitter, tuteur. On imagine que chacun travaillerait 70 heures par semaine, en moyenne donc dix heures par jour.


Les mères passent dix heures par jour à s'activer: la cuisine leur prend 69 minutes, le nettoyage 63 minutes et les lessives 61 minutes. 55 minutes sont consacrées à la préparation des enfants, il faut 53 minutes pour coucher les petits et 47 minutes pour s'occuper des devoirs.


Moins de 45 minutes sont consacrées à leurs soins personnels et 42 minutes sont consacrées aux courses. Aller conduire les enfants à l'école, au sport, aux cours de musique prend 1 h 51.


Les mamans dorment généralement moins de six heures par nuit et la grande majorité d'entre elles (83%) a moins d'une heure par jour à se consacrer. Ce n'est donc étonnant que seule une mère sur six s'estime heureuse de son sort. Pour rendre les mamans plus heureuses dans leur vie, il faudrait au moins une heure de loisirs supplémentaire par jour.


Les chiffres proviennent d'une étude réalisée par le fournisseur GSM Three. 3.000 mères avec au moins un enfant de moins de 16 ans ont été interrogées. Certaines de ces femmes ont encore un temps partiel ou un emploi à temps plein. "La mère moderne fait beaucoup de sacrifices et abat une tonne de travail, sans que cela soit reconnu", conclut l'étude.

22:58 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/07/2011

Les plaques d'immatriculation personnalisées dégringolent

plaque5.jpg

Le nombre de demandes de plaques plaques d'immatriculation personnalisées a baissé de 19% depuis l'introduction de la nouvelle plaque européenne le 15 novembre 2010, rapporte mardi Le Soir Magazine. Cette baisse est vraisemblablement due à la hausse du prix ainsi qu'au fait que toutes les plaques personnalisées commencent désormais par le chiffre 9, selon l'hebdomadaire.

 
La DIV a délivré 1.086 plaques d'immatriculation personnalisées durant le premier semestre 2011, soit 19% de moins qu'au second semestre de 2010. Cette diminution est probablement imputable à la hausse du prix, qui est passé de 620 à 1.000 euros, ainsi qu'au fait que toutes les plaques personnalisées doivent désormais commencer par le chiffre 9, ce qui diminue l'aspect personnalisé de la plaque.

 
Malgré cette baisse du nombre de demandes, la Direction de l'Immatriculation des Véhicules se dit satisfaite. "Nous distribuons en moyenne huit plaques personnalisées par jour. Malgré le coût supplémentaire et l'existence d'un chiffre avant la combinaison, il y a toujours autant d'intérêt pour ce genre de plaques", assure la porte-parole de la DIV, Vasantha Fagard.

21:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/07/2011

Déjà 173.298 oublis des codes PIN des cartes d'identité

CI électronique2.jpg

L'an dernier, 173.298 personnes ou, en moyenne, 3.333 personnes par semaine ont contacté le SPF Intérieur parce qu'ils avaient oublié le code PIN et/ou PUK de leur carte d'identité électronique (eID), indique-t-il lundi dans un communiqué.

 
La demande d'un nouveau code PIN et/ou PUK est gratuite pour le citoyen, mais coûte cependant 0,59 euro au SPF Intérieur. Ainsi, l'an dernier, le département a dû débourser 102.245 euros pour de telles demandes.

 
"En plus de ce coût, nous constatons que le traitement des demandes PIN-PUK mobilise deux personnes à plein temps. C'est beaucoup", estime Luc Vanneste, directeur général de la DG Institutions et Population.

 
Par ailleurs, en 2010, le SPF a eu connaissance de 48.267 cas de puces électroniques défectueuses.
 
"Il arrive que l'eID soit manipulée avec négligence. La puce peut se décoller à cause d'un défaut de production, mais aussi parce que certains hommes - surtout les jeunes - la glissent, sans protection, dans leur poche arrière. En se pliant chaque fois que la personne s'assied, elle risque effectivement de se détériorer."

 
Le SPF Intérieur a dès lors décidé d'éditer des cartes reprenant des conseils de base en matière d'eID et de Kids-ID, une carte d'identité électronique réservée aux enfants de moins de 12 ans. Dès l'automne, plus de 2 millions de cartes informatives seront diffusées, par l'intermédiaire des communes.

 
Le SPF Intérieur entend de cette manière sensibiliser les citoyens à l'importance de conserver les codes PIN et PUK de l'eID et de demander à temps la Kids-ID.

 
En 2010, 8.028 Kids-ID ont été demandées en urgence, une procédure qui coûte 170 euros par carte (sans taxe communale), soit au total 1.364.760 euros à charge des parents.

18:24 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/07/2011

La prime de rentrée scolaire 2011

rentreescolaire.jpg

Comme l’an dernier, une « prime de rentrée scolaire » sera accordée en 2011, sous la forme d’un «supplément d’âge annuel».


Il s’agit donc d’un montant unique, à titre de complément aux allocations familiales, pour les enfants ayant un droit effectif aux allocations familiales en juillet 2011.


Les nouvelles conditions d’octroi de cette prime sont les suivantes:

 

Pour quels enfants ?

Quatre catégories d’âge sont visées:

 

• les enfants nés entre le 01/07/1986 et le 31/12/1993;

• les enfants nés entre le 01/01/1994 et le 31/12/1999;

• les enfants nés entre le 01/01/2000 et le 31/12/2005;

• les enfants nés entre le 01/01/2006 et le 30/06/2011.

 

Quels montants ?

• les enfants nés entre le 01/07/1986 et le 31/12/1993 percevront 79,59 €;

• les enfants nés entre le 01/01/1994 et le 31/12/1999 percevront 78,83 €;

• les enfants nés entre le 01/01/2000 et le 31/12/2005 percevront 56,31 €;

• les enfants nés entre le 01/01/2006 et le 30/06/2011 percevront 26,53 €.

 

Quand le supplément d’âge annuel de 2011 sera-t-il payé ?

Le paiement sera effectué en même temps que celui des allocations familiales du mois de juillet, soit le 28 juillet 2011.

01:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/07/2011

Les vélos bientôt autorisés à franchir les feux rouges ?

vélo.jpg

La commission Infrastructure de la Chambre a voté jeudi une proposition de loi autorisant les vélos à franchir le feu rouge pour tourner à droite, annonce Le Soir. Concrètement, les régions ou communes responsables des routes pourront permettre aux cyclistes de passer au rouge, mais: le long du trottoir, uniquement pour tourner à droite, à certains carrefours et si une signalisation spécifique est présente (un triangle avec un vélo et une flèche). De plus, les piétons et voitures gardent la priorité sur le vélo.


L'objectif est de "renforcer l'attractivité du vélo en améliorant le temps de parcours des cyclistes," poursuit Le Soir, les feux rouges augmentant le temps de parcours moyen de 20% affirme le quotidien. Si aucune hausse des accidents n'a été constatée dans les pays appliquant déjà cette mesure (comme en France ou en Allemagne notamment), Etienne Schouppe, secrétaire d'Etat fédéral à la Mobilité, y est resté opposé affirmant "qu'un feu rouge doit rester un feu rouge." Le vote en séance plénière aura lieu jeudi prochain.

 

Pour une fois, je suis d’accord avec un CD&V !

00:12 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/07/2011

Record du nombre de nouveaux noms de domaine ".be" en 2010

.be.jpg

Le nombre de nouveaux noms de domaine ".be" disponibles en 2010 a atteint un nouveau record d'enregistrement, en augmentation de 11% par rapport à 2009, a annoncé jeudi l'ASBL DNS.be, chargée d'enregistrer et de gérer les noms de domaine ".be", dans son rapport annuel 2010.

 
Au 31 décembre 2010, 1,1 millions de noms de domaine ".be" ont été recensés. Ce nouveau record annuel, le septième consécutif, représente 257.637 noms supplémentaires, soit 123.670 de plus qu'en 2009.

 
La grande majorité des sites, révèle l'étude, appartiennent à des entreprises (40%), mais les organisations non commerciales se multiplient aussi sur Internet (10,3%). Quant aux sites et blogs personnels, ils restent peu nombreux.

 
On note également le grand nombre de "holding pages" (ndlr: pages sans contenu) (plus de 20%). La répartition entre les régions belges n'évolue presque pas par rapport à 2009 : 68,1% des noms de domaine belges sont enregistrés par des personnes ou des entités flamandes, 19,5% sont enregistrés en Wallonie et 12,5% à Bruxelles.

22:42 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2011

Plus de 60% des pizzerias et snacks négligent l'hygiène

pitta.jpg

Près de 60 pour cent des contrôles réalisés en 2010 dans les restaurants belges, ont été jugés défavorables, a annoncé, mardi, l'Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (AFSCA), lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

 
Sur 2.828 contrôles effectués dans les restaurants, 57,5% ont été jugés défavorables par rapport à l'infrastructure et l'hygiène de l'établissement.

 
Les pizzerias et les vendeurs de pitas sont également pointés du doigt par l'AFSCA: 62,4% de contrôles défavorables sur 253 inspections réalisées dans les pizzerias, et 67,6% de contrôles défavorables sur 278 contrôles effectués chez les vendeurs de pitas.

 
La situation la plus négative reste dans le milieu carcéral, avec 87,5% d'inspections défavorables lors de huit contrôles opérés en prison.

 
De nombreux autres secteurs, comme les hôpitaux, les écoles et les crèches, récoltent environ 40% de contrôles défavorables. Après tout cela, bon appétit !

21:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/07/2011

De Wever perçu comme étant incapable de négocier

 

De Wever.jpg

Pour la presse belge francophone, le rejet jeudi de la note du formateur Di Rupo par la N-VA montre définitivement que le parti nationaliste flamand est incapable de négocier. Les éditorialistes s'en prennent également vendredi au CD&V.

"La N-VA n'est pas un parti démocratique capable de négocier des compromis mais une formation totalitaire", juge la Dernière Heure. La Libre Belgique se demandait si Bart De Wever était prêt à négocier. "Le doute était permis, il ne l'est plus : la réponse est non", conclut le journal.

Pour les éditions de l'Avenir, la N-VA "veut asseoir son pouvoir par une argumentation monolithique et un refus entêté du compromis". Le journal l'Echo traite le parti nationaliste flamand de "tête de mule". Le Soir considère que le non de la N-VA a le mérite de la clarté et "évite de nous entraîner à nouveau dans le jeu des idiots qui se mentent".

 
"La Belgique ne vaut plus la peine (...). Depuis jeudi 14h, c'est clair. M. De Wever nous l'a dit", réagit Le Soir qui demande à ce dernier d'arrêter de faire croire qu'il souhaite réformer le pays. Les journaux du groupe Sud Presse demandent également d'arrêter de nous faire croire qu'il y a encore un mince espoir et réclament un référendum. "La N-VA poursuit son objectif: mettre la Belgique à genoux".

 
Si le Soir estime la NV-A responsable de la situation actuelle, il considère le CD&V davantage coupable en raison de "sa démonstration jeudi de sa petitesse et d'une forme de lâcheté". Pour la Dernière Heure, le CD&V est devenu une formation "suiveuse et craintive, un ersatz de la N-VA".

 
Pour l'Avenir, le parti chrétien ressent le pressentiment du mâle de la mante religieuse après accouplement. Le CD&V est encore qualifié par la Libre Belgique et Sud Presse comme un "caniche servile des nationalistes flamands" ou un "parti croupion incapable de prendre des décisions".

22:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/07/2011

Près de 60% des jeunes Flamands refusent la scission

drapeau4.jpg

A peine 8,5% des jeunes Belges de 21 ans souhaitent une scission de la Belgique, ressort-il d'une enquête menée par la KUL. Et, paradoxalement, 4 jeunes électeurs de la N-VA ou du Vlaams Belang sur 10 rejettent catégoriquement cette option.

 
Presque autant de jeunes séparatistes au Nord qu'au Sud

Les séparatistes constituent 8% des sondés francophones et 8,8% des sondés néerlandophones. Les transferts de compétences recueillent en revanche des réactions beaucoup plus contrastées: 52,1% des néerlandophones sont favorables à une autonomie plus grande des entités fédérées contre 27,1% des francophones.

 
Au sud du pays, un courte majorité (50,9%) se dit favorable au retour d'une Belgique unitaire contre 23,6% au nord, surtout chez les électeurs socialistes et écologistes. La Belgique de papa séduit toutefois aussi 14,7% des jeunes électeurs de la N-VA et 20,3% des électeurs du Vlaams Belang.

 
Les jeunes francophones totalement contre la scission

Soixante-trois pour cent des jeunes Belges estiment encore que la Belgique ne peut certainement pas se scinder. En Flandre, leur proportion est de 58%, en Belgique francophone, elle est de 72,7%.

 
L'enquête a été réalisée entre mars et juillet auprès de 3.033 jeunes de 21 ans.

22:32 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/07/2011

Le Belge a coûté 2.048 euros en moyenne à l'assurance soins de santé

maladie.jpg

Le Belge a coûté, en moyenne, 2.048 euros à l'assurance soins de santé en 2009. Sans surprise, ces coûts sont plus élevés pour la catégorie des plus de 90 ans, avec une moyenne de 12.757 euros par an, d'après des chiffres issus du rapport annuel 2010 de l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami).

 
Au total, plus de 21,606 milliards d'euros ont été dépensés par l'assurance soins de santé en 2009, précise le rapport. Par ailleurs, le nombre total de médecins en droit de prester en Belgique a augmenté de 1 % entre 2009 et 2010, passant de 40.379 à 40.682, dont 14.547 généralistes. La Belgique comptait ainsi 29,1 médecins pour 10.000 habitants lors de l'année 2009.

 
Le nombre de pharmaciens en droit de prester en Belgique a quant à lui augmenté de 3 % entre 2009 et 2010, passant de 12.450 à 14.665. La densité de pharmaciens en 2009 était de 11,5 pharmaciens pour 10.000 habitants. Enfin, en 2009, 29.433.296 jours d'incapacité primaire (première année d'incapacité de travail) ont été indemnisés, ce qui représente une progression de 2,99% par rapport à l'année précédente.

20:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/07/2011

Le Belge est le plus taxé après le Suédois

Oups....jpg

En dix ans, le taux d'imposition dans notre pays a toutefois baissé de 6,9%.

 

Le taux maximal d'imposition sur les revenus des personnes physiques est le plus élevé en Suède (56,4%), devant la Belgique (53,7%) et les Pays-Bas (52%), ressort-il vendredi de chiffres de l'office européen de statistiques Eurostat.

 
Ce taux maximal d'imposition a baissé en 2011 dans les 27 pays de l'UE. Le taux le plus bas a été observé en Bulgarie (10 %). Etant donné que ce taux d'imposition a atteint 60,6 % en 2000 en Belgique, une baisse de 6,9% a été constatée entre 2000 et 2011. Les taux d'imposition sur les revenus des sociétés ont poursuivi leur baisse en 2011 dans l'UE27. Ils ont été les plus élevés à Malte (35%), en France (34,4%) et en Belgique (34%), et les plus faibles en Bulgarie et à Chypre (10% chacun).

 
Le taux standard de TVA a augmenté de 1,3% depuis le début de la crise économique dans les 27 pays de l'UE. Il est passé de 19,4% en 2008 à 20,7% en 2011. Le taux d'imposition implicite sur le travail, qui reste la principale source de recettes fiscales dans l'UE27, a baissé dans cette dernière en 2009. Il est le plus élevé en Italie (42,6%) devant la Belgique (41,5%). Celui sur la consommation et sur le capital est le plus élevé au Danemark (respectivement 31,5% et 43,8% et 20,9% et 30,9% en Belgique).

 
La charge fiscale a baissé en 2009 à 38,4% du PIB dans l'UE27. Elle a été la plus élevée au Danemark (48,1%), la plus faible en Lettonie (26,6%). Elle a atteint 43,5% en Belgique.

18:55 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/06/2011

La Belgique consomme toujours plus de diesel

pompe_a_essence.jpg

La part du diesel dans la consommation totale de carburant en Belgique en 2010 a grimpé à 83 %, contre 17 % pour l'essence, ressort-il du rapport annuel de la Fédération pétrolière belge.

 

La part de diesel en Belgique est en augmentation constante depuis des années. Elle était de 70 % en 2002, de 76 % en 2005 et de 82 % en 2009. L'an dernier, elle a continué à grimper pour atteindre donc 83 %.

 

Davantage de véhicules roulent au diesel

L'augmentation de la consommation de diesel est associée à une croissance de la part des voitures diesel en Belgique. Ainsi 61 % du parc automobile belge est composé de voitures diesel, contre 59 % en 2009 et 52 % en 2006. Il y avait en 2010 5,279 millions de voitures en Belgique.

 

Les recettes d'accises sur les produits pétroliers ont rapporté en 2010 4,58 milliards d'euros, contre 3,91 milliards en 2009 et 4,03 milliards en 2008.

 

Excédent d'essence

Pour l'industrie européenne du raffinage, la hausse de la demande de diesel provoque un déséquilibre croissant, caractérisé par un déficit en diesel et un excédent d'essence. « Cet excédent d'essence ne peut plus être entièrement absorbé par les États-Unis (qui diminuent eux aussi leur consommation de carburant) et l'importation de diesel en provenance de pays géopolitiquement moins stables affaiblit la sécurité d'approvisionnement de l'Europe. »

 

Equilibrer les prix

L'industrie européenne du raffinage recommande pour équilibrer les demandes en essence et en diesel, de résorber l'écart entre les prix à la consommation par le biais des accises sur le diesel et l'essence.

23:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |