10/02/2012

Les pneus hiver obligatoires à l'avenir ?

pneus.jpg

Des pneus hiver obligatoires? C'est ce qu'a proposé Melchior Wathelet, le secrétaire d'Etat à la mobilité. Mais uniquement "en cas de couche de neige persistante et lors les routes sont glissantes".

 

Melchior Wathelet, relayé par Le Soir, se montre favorable à l'obligation d'équiper des voitures de pneus hiver en "certaines périodes, c'est à dire en cas de couche de neige persistante et lorsque les routes sont glissantes". Cette proposition s'inscrit dans la lignée des nouvelles règles en vigueur chez nos voisins. L'Allemagne impose le pneu neige sur les routes enneigées ou verglacées depuis 2010, et le Grand-Duché de Luxembourg l'imitera dès octobre prochain. Et une proposition de loi existe en France.


Au-delà de tout un nombre de dispositions à mettre en place, une telle décision doit tenir compte du coût qu'elle engendre. Un problème délicat qui, comme le rappelle Le Soir, avait freiné Benoît Lutgen à l'époque ministre wallon des Travaux publics. En outre, il faudra obtenir l'aval de la Flandre pour légiférer. Mais avant tout, Melchior Wathelet doit approfondir sa proposition qui, selon sa porte-parole, "figurera dans le plan de sécurité que le secrétaire d'Etat présentera à la fin du mois". Reste à voir comment sera accueilli ce ballon d'essai auprès du citoyen.

14:21 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2012

Le plan de Joëlle Milquet pour rendre la police plus efficace

Milquet27.jpg

La ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, veut réduire le nombre de postes de direction au sein de la police et procéder à des économies d'échelle pour rendre la police plus efficace. Elle l'explique mardi matin dans la Dernière Heure et De Standaard.

 

Mais elle précise toutefois que "ce n'est pas dans le département de l'Intérieur, ni dans celui de la Justice, qu'il faut aller puiser une partie des 2 milliards dont le gouvernement a besoin".

 
Simplifier la police

Pour la ministre, il faut simplifier l'organisation de la police. Elle compte aussi réviser les statuts disciplinaires et se pencher sur le système de primes multiples. Elle ajoute qu'elle veut renforcer la qualité de la formation et n'a pas l'intention de toucher à la rémunération de celle-ci. La ministre entend parachever d'ici la fin de la législature la réforme des polices entamée il y a 10 ans. Les modifications qu'elle propose sont d'ailleurs basées sur l'évaluation de la réforme telle qu'elle a été mise en œuvre.

 
Réduire les tâches administratives

Comme le prévoyait déjà tous les plans de ses prédécesseurs, la ministre veut réduire les tâches administratives des policiers pour augmenter leur présence en rue. Elle veut aussi réexaminer le rôle de la police dans la surveillance des palais de justice et le transport des détenus.

 
Augmenter les moyens grâce aux biens des criminels

Le plan de Joëlle Milquet prévoit aussi une lutte plus efficace contre le trafic d'armes et une plus grande attention aux vols de métaux. Elle entend également faire une priorité de la violence intrafamiliale. Enfin, Mme Milquet reprend l'idée lancée par Annemie Turtelboom qui l'a précédée dans la fonction, à savoir utiliser l'argent récolté grâce à la vente des biens des criminels confisqués pour augmenter les moyens de la police.

21:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/12/2011

Les Belges ont une image négative des maisons de repos

maison repos.jpg

Cinquante pour cent des Belges ont une image négative des maisons de repos, 29,8% ont un avis neutre, mais 77,6% sont prêts à franchir le pas en cas de nécessité. Des chiffres qui découlent d'un sondage en ligne effectué par le bureau spécialisé Gidee auprès de 1.331 Belges âgés de 20 à 88 ans.

 
De nombreuses craintes

La crainte de perdre son indépendance, sa liberté et son pouvoir de décision préoccupe quatre Belges sur cinq. La perte de sa vie privée et la peur de la solitude sont également évoquées par les personnes interrogées.

 
Comme chez soi et des repas au top

Les exigences exprimées par ailleurs à l'égard des maisons de repos concernent notamment la qualité des repas (60,4%) et une chambre conforme à son chez soi (76,5%). Pour 65% des sondés, se sentir chez soi prime sur le budget, et 96,6% souhaitent décider eux-mêmes de leur fin de vie.

22:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/12/2011

Ce qui changera le premier janvier 2012 en Belgique

2012.jpg

La nouvelle prépension à 60 ans

La limite d'âge pour la prépension va être augmentée à 60 ans le 1er janvier prochain. Le régime de prépension à mi-temps sera également supprimé. En vertu de la réforme, le terme "prépension" sera remplacé par "régime de chômage avec complément d'entreprise".


Pour les nouvelles conventions collectives de travail (CCT), les conditions d'âge seront élevées de 58 à 60 ans à partir du 1er janvier 2012. Les conditions d'ancienneté passeront, elles, de 38 à 40 ans à cette même date.


Pour les CCT existantes qui ont été prolongées, les nouvelles conditions d'âge et d'ancienneté ne seront d'application qu'à partir de 2015, avec une réglementation adaptée aux travailleuses. La limite d'âge pour les entreprises en difficulté est portée à 52 ans (chaque année, six mois seront ajoutés à cet âge jusqu'à atteindre 55 ans en 2018).


Enfin, pour les entreprises en restructuration, la limité d'âge est portée à 55 ans à partir du 1er janvier 2013. La prépension à mi-temps est supprimée. Actuellement il n'y a qu'une centaine de personnes qui en bénéficient.


Augmentation du timbre-poste de quatre centimes

Le prix du timbre-poste pour un envoi normalisé en Belgique va augmenter de 4 centimes après le 1er janvier 2012, passant de 0,61 euro à 0,65 euro à l'achat de 10 timbres ou plus. A la pièce, le prix passera à 0,75 euro (0,71 centimes actuellement).


Pour les envois normalisés internationaux, le prix passe de 0,93 euro à 0,99 euro (pour l'Europe), et de 1,10 euro à 1,19 euro (pour le reste du monde), à l'achat de 5 timbres minimum. À la pièce, le nouveau tarif sera respectivement de 1,09 euro (au lieu de 1,03 euro) et 1,29 (au lieu de 1,20 euro).


"Pour 2012, la hausse tarifaire sera pour la première fois au-delà de l'inflation, en raison des importants investissements - près de 400 millions d'euros - en vue de moderniser l'organisation du traitement du courrier et des services postaux. Par ailleurs, nous sommes confrontés à une chute accélérée des volumes de courrier - -3% au premier semestre de 2011, par rapport à -1% les années précédentes -, alors que les coûts restent en légère augmentation en 2011", avait indiqué le porte-parole de bpost.


50 jours de travail par an pour les étudiants

La réforme du travail des étudiants prévoyant un contingent annuel de 50 jours aux cotisations réduites doit entrer en vigueur au 1er janvier 2012.


Actuellement, un étudiant ne peut travailler que maximum deux périodes de 23 jours par an (juillet-août et reste de l'année), à des taux de cotisations spécifiques (7,51% et 12,51% selon la période).

 

Ces deux contingents sont remplacés par un seul de 50 jours avec un taux uniforme de 8,13%.


Le contrat d'occupation d'étudiant, actuellement limité à 6 mois, sera élargi à 12 mois, ce qui permettra aux employeurs d'engager un étudiant durant un jour chaque week-end de l'année, ou pendant les deux mois d'été, avait indiqué le cabinet de la ministre de l'Emploi.

Un site internet (www.studentatwork.be) a été lancé dernièrement en vue de fournir des informations pratiques aux étudiants et à leurs parents à propos de la nouvelle législation sur le travail des étudiants.


Allocation d'insertion limitée dans le temps

Le système des allocations d'attente va être modifié à partir du 1er janvier 2012. Le gouvernement a approuvé la transformation du stage d'attente en stage d'insertion professionnelle.


En vertu des réformes, pour accompagner les jeunes demandeurs d'emploi de manière plus intensive dans la recherche d'un emploi, les allocations d'attente seront transformées en allocations d'insertion. Le "stage d'attente", quant à lui, deviendra un "stage d'insertion professionnelle".


Concrètement, à partir du 1er janvier 2012, tous les demandeurs d'emploi devront effectuer 310 jours de stage d'insertion avant d'avoir droit à une allocation d'insertion.


Cette allocation d'insertion sera en outre "limitée dans le temps". L'échéance sera de 3 ans au maximum pour les cohabitants dont le chef de famille dispose de revenus professionnels. Les chefs de famille, isolés et cohabitants "privilégiés" (les demandeurs d'emploi dont le partenaire n'a pas de revenus professionnels), ont droit à l'allocation d'insertion jusqu'à 33 ans.


Les personnes âgées actuellement de 30 ans et bénéficiant d'une allocation d'attente y auront encore droit jusqu'à 33 ans. En effet, pour ceux qui bénéficient actuellement de l'allocation d'attente, une mesure transitoire prévoit que la période de trois ans commence le 1er janvier 2012.


Belgacom indexe certains de ses tarifs de 3,41%

L'entreprise Belgacom indexera de 3,41% le 1er janvier 2012 certains tarifs de téléphonie fixe et mobile, ainsi que des tarifs pour l'internet fixe. Le 19 janvier 2011, elle augmentera également de 3,41% certains plans tarifaires mobiles prépayés. L'adaptation de 3,41% correspond à l'augmentation de l'indice des prix à la consommation entre octobre 2010 et septembre 2011, selon l'entreprise.

Belgacom précise que de nombreux tarifs ne seront pas indexés, comme celui du plan tarifaire 'Happy Time XL' ainsi que l'abonnement Belgacom TV.


Fin des prêts verts

Le système des prêts verts prendra fin le 31 décembre 2011. Il permet actuellement aux particuliers d'emprunter de l'argent à un meilleur taux afin d'améliorer l'efficacité énergétique de leur habitation.


Depuis 2009, les particuliers peuvent conclure un prêt vert pour financer des travaux visant des économies d'énergie tels que l'isolation de la toiture, l'installation d'un chauffe-eau solaire ou le placement de double vitrage ou de panneaux solaires.

Si toutes les conditions sont respectées, l'emprunteur bénéficie d'une bonification d'intérêt de 1,5% et d'une réduction d'impôt de 40% sur les intérêts payés par l'emprunteur. Le montant emprunté doit être de 1.250 euros minimum et 15.000 euros maximum.


Le prêt vert est une mesure temporaire qui s'applique aux contrats de prêt conclus entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2011.

 
Quelque 108.000 prêts verts ont été accordés entre l'entrée en vigueur du système et la fin du mois de juin 2011 pour un total de plus d'1,5 milliard d'euros, selon la Confédération Construction.


L'arrêt Salduz entre en vigueur en Belgique

Quiconque sera interrogé par la police à partir du 1er janvier, se fera entendre ses droits par la police. De même, toute personne qui sera privée de liberté, devra également être informée de ses droits dans pareil cas. Ces droits seront énumérés dans une liste intitulée "Letter of rights", qui sera disponible dans 21 langues européennes.


L'usage de cette "letter of rights" interviendra en Belgique au moment même où la loi Salduz entrera en vigueur. Cette lettre stipule que tout suspect doit pouvoir bénéficier de l'assistance d'un avocat lors de son premier interrogatoire par la police.


Cette disposition, comme le droit à un interprète ou à une copie du procès-verbal d'audition, figurera dans une liste. Quiconque sera privé de sa liberté mais aussi tout personne qui sera simplement auditionnée par la police, se verra ainsi entendre ses droits.

La fin des nouveaux travailleurs frontaliers

Dès le 1er janvier 2012, il n'y aura plus de nouveaux travailleurs frontaliers. Les intérimaires qui n'auront pas trois mois d'ancienneté ne pourront plus bénéficier de ce statut qui permet de payer les impôts dans le pays de résidence. En France par exemple, l'imposition est bien moindre qu'en Belgique. On estime actuellement le nombre de travailleurs frontaliers à 30.000, dont 20.000 dans le Hainaut.


Le 1er janvier 2012, la réglementation fiscale concernant les travailleurs résidant en France et travaillant en Belgique changera.


Ces travailleurs peuvent actuellement payer leurs impôts dans le pays de résidence. Pour continuer à bénéficier de ce statut jusqu'en 2033, le travailleur doit au 31 décembre être sous les liens d'un contrat de travail ou être au chômage et justifier de trois mois de travail sous statut frontalier en 2011.


Augmentation des indemnités de licenciement pour les ouvriers

A partir du 1er janvier 2012, un coefficient de convergence d'1,15 sur les délais de préavis sera appliqué pour les ouvriers.


L'ensemble des règles ne s'applique que pour les contrats conclus après le 1er janvier 2012. On ne change rien pour les contrats conclus avant cette date.


Les ouvriers ont actuellement droit à une semaine de préavis par année de travail et les employés ont droit à trois mois par tranche de cinq années de travail. Un ouvrier licencié après cinq ans a donc droit à 5 semaines et un employé a droit à treize semaines soit une différence de huit semaines.


Pour le préavis des ouvriers, on appliquera à partir du 1er janvier 2012 un coefficient de 1,15 soit, pour un ouvrier avec cinq ans d'ancienneté, une augmentation d'environ 8,5 jours.

Le vote à distance aux assemblées générales autorisé

Dès le premier janvier prochain, en Belgique, les sociétés cotées qui le souhaitent pourront proposer à leurs actionnaires de participer à distance à leurs assemblées générales ordinaires et extraordinaires, selon une nouvelle loi publiée au Moniteur en avril 2010.


Les actionnaires pourront suivre en temps réel les discussions durant chaque assemblée et exercer leur droit de vote à distance grâce aux facilités offertes par les moyens de communication électroniques.


La nouvelle loi, qui transpose en droit belge une directive européenne de 2007 et qui modifie le code des sociétés belges, entrera en vigueur le 1er janvier 2012. Les premières assemblées générales avec vote à distance pourraient donc se tenir au printemps prochain.


La loi introduit également d'autres nouveautés que la participation à distance. Elle modifie aussi les règles en matière de convocation, de possibilités d'ajouter des points à l'ordre du jour, de poser des questions, etc.


Par ailleurs, la prime de crise sera de 1.666 euros jusqu'au 31 décembre 2011. Elle sera modulée en fonction de l'ancienneté à partir de 2012: 1.250 (-5 ans), 2.500 euros (5 - 10 ans) et 3.710 euros (+ de 10 ans).


Le précompte immobilier passe à 21% de TVA

Le nouvel accord gouvernemental a permis de dégager plusieurs hausses de taxation à partir du 1er janvier 2012, dont une sur le précompte immobilier.


Les négociateurs ont conclu une harmonisation du taux de précompte mobilier à 21% pour les intérêts et dividendes (cela reste 10% pour les bonis de liquidation et 25% pour les intérêts et dividendes qui sont déjà à ce taux). Cette harmonisation doit rapporter 783 millions d'euros.


A côté de cela, on prélèvera une cotisation supplémentaire de 4% sur les revenus mobiliers supérieurs à 20.000 euros, dite "de solidarité". L'harmonisation du taux de précompte et la cotisation de solidarité devraient permettre d'engranger 917 millions d'euros.


Augmentation de la TVA à 21% pour la télévision numérique

A partir du 1er janvier, la TVA sur la télévision numérique passera de 12% à 21% et s'alignera donc sur la taxation de la télévision analogique.


La télévision numérique bénéficiait en effet d'un traitement de faveur pour son lancement. Cette mesure doit rapporter quelque 84 millions d'euros à l'Etat.

 

Bref, du bon et du moins bon…

20:58 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/12/2011

La Belgique comptera 13,5 millions d'habitants en 2060

famille4.jpg

La population belge augmentera de 25%, pour atteindre 13,5 millions d'individus, à l'horizon 2060, contre 10,8 millions en 2010 en raison de l'augmentation de l'espérance de vie masculine, d'une reprise de la fécondité des femmes, belges en particulier, et davantage encore en raison de l'immigration internationale. Cette hausse serait particulièrement sensible à Bruxelles, indique le Bureau du Plan dans ses Perspectives de population 2010-2060 dévoilées lundi.


Depuis le début des années 2000, l'espérance de vie à la naissance des hommes augmente plus rapidement que celle des femmes, rappelle le Bureau du Plan. En 2009, l'espérance de vie à la naissance d'un homme était de 77,7 ans et de 82,9 ans pour une femme. En 2060, les hommes pourront espérer vivre 86,2 ans et les femmes 88,8.


La fécondité des femmes belges connaît également une hausse, notamment en Région bruxelloise et en Flandre. Ainsi, le nombre moyen d'enfants pour les femmes de nationalité belge est passé de 1,57 en 2000 à 1,74 en moyenne entre 2006 et 2008, selon le Bureau du Plan.


Pour les femmes étrangères, cet indicateur est passé de 2,47 enfants à 2,52, soit une très légère hausse. Au total, le nombre moyen d'enfants par femme en Belgique est passé de 1,67 en 2000 à 1,82 en moyenne sur les années 2006-2008.


L'immigration internationale, en forte hausse ces dernières années - 89.052 personnes en 2000, 137.699 en 2006, 166.479 en 2009 - devrait encore légèrement augmenter pendant quelques années. Elle devrait connaître son pic en 2014 avec 176.000 personnes pour ensuite fluctuer en fonction de l'attractivité économique de la Belgique.


Enfin, la population serait aussi plus jeune avec notamment une part plus importante de personnes actives, note le Bureau.

22:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2011

Le Belge a le salaire net le plus faible

salaire2.jpg

La Belgique reste un des pays les moins attractifs au niveau salarial malgré la hausse de la fiscalité dans plusieurs pays européens qui aurait pu faire pencher la balance, selon une étude de la firme de consultance Deloitte, lit-on samedi dans L'Echo et De Tijd.

 

L'étude compare les charges sociales belges avec celles de dix autres pays européens. En Belgique, le salaire net moyen est assez bas par rapport à ceux en vigueur en Europe. Ainsi, un employé isolé a le salaire net le plus faible parmi les pays étudiés.

 
Par ailleurs, le coût salarial pour un employeur est parmi le plus élevé d'Europe.

 
Seul point positif: le coût de la vie et du logement, relativement moindre en Belgique, compense cette morosité salariale.

21:57 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/12/2011

Un Belge sur cinq catastrophé par une dépense imprévue

dépenses.jpg

Dix-sept pour cent des consommateurs belges disent ne pas pouvoir faire face à des dépenses imprévues car ils n'ont pas d'argent de côté. C'est ce qui ressort d'une enquête du Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (Crioc) sur le "manque matériel" réalisée en novembre dernier.

 
Les résultats de l'enquête - basée sur 610 interviews - inquiètent le Crioc car un consommateur sur dix souffre de manque matériel grave. Le "manque matériel" est un indicateur du Crioc qui diffère d'autres indicateurs comme le seuil de pauvreté.

 
Pour son enquête, le Crioc a posé neuf questions afin de déterminer à quel point les interviewés sont en mesure de se payer certains produits et services. Si au moins l'une de ces questions reçoit une réponse négative, il est question "de léger manque matériel". Lorsque l'interviewé a répondu par la négative à au moins trois des questions, on parle de "manque matériel sévère".

 
L'enquête révèle que 10% des consommateurs n'ont pas la possibilité de manger plus de quatre fois par semaine de la viande, du poisson ou des œufs. Un consommateur sur trois explique ne pas pouvoir s'acheter une voiture. Moins de personnes déclarent ne pas pouvoir s'offrir une télévision (9%), une machine à laver (9%) ou un téléphone (7%).

 
Le "manque matériel sévère" concerne surtout les Bruxellois. Le "manque matériel léger", les Wallons, locataires et habitants de petits villages de Wallonie. Les consommateurs flamands sont moins confrontés aux difficultés matérielles, selon l'étude.

17:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/12/2011

242 à 362 euros de jouets par enfant en 2010

cadeau2.jpg

Le consommateur belge a dépensé, en moyenne en 2010, de 242 à 362 euros par enfant selon qu'il ait acheté ou non des jeux vidéo. En Belgique, les dépenses consacrées aux jeux traditionnels ont connu une croissance de près de 4% et les ventes de jeux vidéo une diminution de 4,7%, a indiqué vendredi le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (Crioc).

 

"Ce phénomène déjà constaté par le passé, montre que lorsque les dépenses en jeu vidéo diminuent, celles des jouets traditionnels augmentent", explique le Crioc. L'industrie du jouet reste florissante, atteignant 6% de croissance.

 
Les jeux vidéo représentent aujourd'hui 33% des achats par les ménages, suivis par les jouets pour bébés et préscolaires (15%), les jouets graphiques et puzzles (9%), les poupées (8%), les jeux d'extérieur (8%), les trains électriques et accessoires (5%) et les jeux de construction (5%).

 
"Comme l'année passée, le jouet connaît quatre grandes tendances, tout d'abord le retour aux jouets classiques, un intérêt pour les jouets favorisant le développement durable et éducatif, l'intérêt pour des jouets de haute technologie et la présence des produits dérivés", ajoute le Crioc.

 
Par ailleurs, l'analyse des catalogues de jouets réalisée par le Centre pointe une grande offre d'articles pour devenir un professionnel du Poker ainsi qu'une nette classification par genre.

 
"Les jouets proposés aux filles cherchent à les conditionner vers un rôle de mère ou de prise en charge des tâches ménagères alors que les jouets proposés aux garçons se déclinent en matériel de bricolage, de construction ou des voitures et autres véhicules", précise encore le Centre.

17:55 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/11/2011

Les jeunes mères ont des aspirations simples

famille3.jpg

D'après une étude de Family Service, l'éditeur de la "Boîte Rose", les futures et jeunes mères veulent un enfant, une maison et un jardin.


Pour huit femmes sur dix (78%), il est "très important" d'avoir un jardin. 88% d'entre-elles aimeraient vivre dans une rue calme et proche de toutes les commodités (87% près d'une école et 77% proches de leur famille). Seules 29% des femmes souhaitent vivre en ville durant la grossesse.


Sans grande surprise non plus, les sondées avouent manger plus sainement depuis qu'elles sont enceintes. 80% achètent plus de fruits et de légumes qu'auparavant.


Mais lorsqu'on a un bébé, les loisirs passent au second plan. Presque toutes les mères (95%) "passeront moins de temps au cinéma".


Le directeur de Family Service, Peter De Clerck souligne: "L'arrivée d'un enfant est un événement qui change tout et nous constatons que les femmes s'inquiètent de leur nid: la santé et la sécurité - de l'enfant et de la mère - viennent en premier lieu. Ceci se traduit, entre autres, par le désir traditionnel de "la maison, le jardin et l'enfant". Elles ne sont plus intéressées par le luxe. Et les mamans néerlandophones ne sont pas différentes des francophones à ce sujet."

15:52 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/11/2011

Deux ans d'écart entre eux pour des enfants plus intelligents

bébés.jpg

Deux ans d'intervalle entre chaque enfant d'une même famille: cela suffirait à rendre les enfants intelligents. Les chercheurs qui ont étudié des milliers d'enfants ont estimé que deux ans d'écart entre deux enfants augmentaient de manière optimale la puissance de leur cerveau. L'effet est le plus fortement remarqué entre un aîné et son cadet mais les frères et sœurs de plus grandes familles en bénéficient également.


La réussite à l'école est liée au temps et aux ressources dont les parents disposent avec un enfant, avant l'arrivée d'un autre. Attendre plus de deux ans avant d'agrandir la tribu n'a pas montré que l'enfant devenait plus intelligent encore.


Si les chercheurs insistent sur un écart de deux ans, c'est parce que les premières années de la vie sont les plus importantes dans le développement d'un enfant. C'est donc plus problématique de partager son temps entre deux petits quand les deux sont encore à la maison que le diviser quand l'un des deux est déjà à l'école.

18:53 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/11/2011

Lire des histoires pour l'aider à réussir à l'école

lire2.jpg

Les parents qui lisent des histoires à leurs enfants contribuent à leur futur succès académique, selon un rapport de l'OCDE intitulé "Réussite scolaire: comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants?". La solution à cette question que tout parent se pose est simple. Il suffit de lire régulièrement des histoires à son enfant dès l'âge de 6 ans pour l'aider à obtenir de meilleurs résultats scolaires à 15 ans.


La lecture d'une histoire représente bien plus qu'un moment de complicité. "Les élèves dont les parents ont déclaré lire des livres avec eux 'chaque jour ou presque chaque jour' ou 'une ou deux fois par semaine' durant la première année de primaire affichent des résultats nettement supérieurs à ceux des élèves dont les parents ont déclaré ne lire des livres avec eux que 'une ou deux fois par mois', voire 'jamais ou presque jamais'", peut-on lire dans le rapport.


L'OCDE précise que la réussite scolaire ne dépend en rien de l'origine sociale de ses parents. La lecture permet également aux parents de témoigner de plus d'engagement et de créer plus de discussions qu'un jeu autour de l'alphabet par exemple.

18:53 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/11/2011

La qualité des soins médicaux s'améliore

médical.jpg

La qualité des soins médicaux s'améliore dans les pays de l'OCDE mais des progrès dans la prévention et la gestion des maladies chroniques sont nécessaires pour abaisser les coûts, relève l'OCDE dans son "Panorama de la santé 2011" rendu public mercredi. Les taux d'obésité, facteur de risque majeur pour de nombreuses maladies chroniques, ont augmenté dans de nombreux pays, y compris en Belgique.

 
L'amélioration des soins médicaux se traduit par une augmentation des taux de survie aux maladies graves, souligne le rapport. Ainsi, seules 4% des personnes hospitalisées après une crise cardiaque décèdent dans les 30 jours suivant leur admission à l'hôpital, contre 8% en 2000. Les chances de survie sont également plus grandes pour différents types de cancer, grâce à une détection plus précoce et à de meilleurs traitements.

 
Si la qualité des soins médicaux s'améliore, des progrès restent cependant à faire en matière de prévention et la gestion des maladies chroniques comme l'asthme et le diabète car les admissions inutiles et coûteuses à l'hôpital sont trop nombreuses.

 
"Panorama de la santé 2011" montre par ailleurs l'importance de prévenir l'obésité, facteur de risque majeur pour de nombreuses maladies chroniques. Selon le rapport, dans plus de la moitié des pays de l'OCDE, 50% ou plus de la population est en surpoids, si ce n'est obèse. Les taux d'obésité ont doublé, voire triplé, dans de nombreux pays, depuis 1980.

 
C'est le cas aux Etats-Unis où le taux d'obésité de la population adulte est passé de 15% en 1980 à 34% en 2008. En Belgique, il a également augmenté, passant de 12,1% en 2001 à 13,8% en 2008.

21:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/11/2011

Les pires mots de passe sur Internet

mot de passe.jpg

"password", "123456", "monkey" ou encore "michael"... Voici les mots de passe parmi les plus utilisés par les utilisateurs du web, que ce soit pour leurs adresses email ou pour leurs autres comptes, notamment sur les réseaux sociaux. L'application américaine Splashdata a établi une liste des 25 mots de passes les plus courants... et donc les plus faciles à deviner pour les pirates du web. Les comptes qui utilisent ce genre de mot de passe sont, par conséquent, très exposés au piratage, explique le Telegraph. Le journal rappelle aussi que des centaines de milliers de comptes Facebook sont hackés chaque jour... Sur plus d'un milliard de connections au site tous les 24 heures, 600 000 sont en fait des imposteurs qui essayent d'accéder aux messages, aux photos ou au contenu personnels des utilisateurs, avoue la sécurité du site. Le danger est donc bien réel. De plus, 35% des internautes utilisent le même mot de passe pour chacun de leurs différents comptes, note Graham Cluley, un consultant spécialisé interrogé par le Telegraph, ce qui facilite encore plus la tâche des pirates pour contrôler toute votre identité web.  Voici trois conseils pour choisir un mot de passe sûr : mélanger les lettres, les chiffres et les caractères spéciaux (quand c'est possible), choisir un mot de passe de 8 lettres ou plus et ne pas utiliser le même mot de passe et login pour plusieurs sites. Et si l'un de vos de mots de passe figure dans la liste ci-dessous, il serait temps d'en changer !

1. password

2. 123456

3. 12345678

21:55 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/11/2011

Le skimming en forte diminution

skimming.jpg

Alors que l'an dernier 1.141 cas de skimming avaient été enregistrés en Belgique, on n'en compte que 63 sur les neuf premiers mois de 2011, rapporte samedi La Libre. Cette chute est due, selon le journal, à l'entrée en, vigueur, le 17 janvier dernier, du blocage des retraits avec la carte Maestro/Bancontact en dehors de l'Europe.

 

Le skimming est une technique utilisée par les fraudeurs, souvent originaires des pays de l'Est, qui consiste à copier la bande magnétique de la carte de débit d'un client lorsque celui se rend à un distributeur d'argent. Dans le même temps, le code secret est enregistré par une mini-caméra placée discrètement à proximité. Les malfaiteurs peuvent ensuite, grâce aux données récoltées, créer une fausse carte et effectuer des retraits dans des pays étrangers, comme aux Etats-Unis ou en Asie, où la puce électronique n'est pas généralisée.

 
Les cas de skimming avaient explosé au cours des dernières années, passant de 244 en 2008 à plus de mille en 2010. Les 63 cas de skimming enregistrés cette année ont débouché sur la copie de 2.875 cartes. En 2010, sur la même période, 61.567 cartes avaient été copiées.

21:58 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2011

"Les Tanguy modernes sont en train de ruiner l'économie"

Tanguy2.jpg

Rester vivre chez ses parents après ses études, le temps d'économiser un peu avant de construire son propre nid, c'est un choix que de nombreux jeunes font de nos jours, parfois par facilité, souvent à cause de la difficulté de trouver un emploi. En plus du jugement pas toujours tendre de la société, on accuse aujourd'hui ces jeunes de dégrader notre économie déjà vacillante.


Un économiste américain estime qu'un nouveau foyer créé entraîne un effet papillon qui injecte 145.000 dollars dans l'économie. Si les jeunes préfèrent attendre de s'offrir un bel appartement plutôt que de subsister dans un taudis en colocation et de manger des pâtes à rien tous les jours, ça ne fait pas le bonheur des plombiers, des architectes ou d'Ikéa


On est là face à un phénomène que Keynes a nommé le paradoxe de l'épargne. L'épargne est bénéfique pour un individu, mais en masse, elle réduit la demande et détériore l'économie globale. Les experts prédisent que la situation ne risque pas de s'arranger dans les années à venir pour les Tanguy modernes. Quand ils se décideront enfin à quitter Papa et Maman, le prix de l'immobilier aura encore plus augmenté.

22:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2011

Un Belge sur dix souffre de diabète

diabète.jpg

Un million de Belges souffrent de diabète ou risquent de souffrir de cette maladie s'ils ne changent pas leur mode de vie, indique samedi l'association flamande du diabète (VDV) dans Het Nieuwsblad. L'association se base sur des chiffres du SPF Santé publique.
 
Le SPF a lancé il y a un an et demi un projet dans douze hôpitaux: toutes les personnes admises dans un de ces hôpitaux font automatiquement l'objet d'un dépistage du diabète. Près de 15% d'entre elles semblent souffrir de diabète ou pourraient devenir diabétiques à court terme.

 
Il s'agit principalement de diabètes de type 2, appelé également diabète gras ou de la maturité, qui peut causer des problèmes cardiovasculaires, ainsi que des troubles oculaires et des lésions aux reins. "Le risque est accru pour les personnes sédentaires, en surpoids et plus âgées", explique Stijn Deceuckelier de la VDV.

 
"Il s'agit justement des trois facteurs qui ont tendance à se généraliser: la population ne cesse de vieillir, nous bougeons moins et le nombre de personnes en surpoids est en constante évolution", conclut-il.

 

Et, oui… Je suis bien placé pour le savoir !

18:30 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/11/2011

Près de 3.000 nouvelles places dans les classes bruxelloises

classe.jpg

Le gouvernement bruxellois injecte quelque 9,8 millions d'euros dans 22 projets d'extension dans l'enseignement fondamental francophone de la capitale, a indiqué mercredi le ministre-président Charles Picqué lors d'une conférence de presse. Concrètement cette décision porte sur une offre supplémentaire de la capacité équivalente à 2.900 places à partir de la prochaine année scolaire, cela tous réseaux d'enseignement confondus.

 
Les projets d'extension se situent essentiellement dans le centre de Bruxelles et dans le nord-ouest de la capitale, les zones où l'explosion démographique se fera le plus sentir. Précisons que Berchem-Sainte-Agathe est concernée pour le projet de création d’une nouvelle école « Jean Monnet »du côté de la salle omnisports.

 
Afin d'accélérer le traitement des demandes de permis de construction, le gouvernement bruxellois a décidé en juillet dernier de joindre les dossiers relatifs aux nouvelles places supplémentaires, peu importe le pouvoir organisateur.

 
La commission communautaire flamande, la VGC, a pour sa part approuvé mercredi sept projets d'extension de l'offre néerlandophone à Bruxelles qui porte sur 950 places supplémentaires. La Région met à disposition de la VGC un budget de 2,450 millions d'euros pour ce faire, a indiqué le ministre Jean-Luc Vanraes, disant espérer que la Flandre octroierait des moyens supplémentaires.

22:23 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/11/2011

Chez l'enfant, il y a un lien entre sommeil, poids et apprentissage

jeux.jpg

Il existerait un lien important entre obésité, problèmes de sommeil et processus d'apprentissage chez l'enfant. Une étude menée aux Etats-Unis par le médecin belge Karen Spruyt montre que les trois aspects sont liés de façon complexe et peuvent se renforcer. L'étude a été publiée dans l'American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine.

 
Le Dr. Karen Spruyt a étudié la psychologie à la VUB, où elle a obtenu un doctorat en 2005. Sa thèse portait sur les problèmes de sommeil chez les enfants.

 
Son étude a été menée auprès de 351 enfants, âgés de 8 ans en moyenne, et dont le développement est normal.

 
Ils ont été testés sur leur capacité cognitive et leur poids. Les enfants ont également passé la nuit sous observation, pour étudier leurs problèmes respiratoires, comme l'apnée du sommeil. Les résultats ont montré une corrélation entre les trois éléments.

 
Selon la spécialiste de l'Université de Chicago, les problèmes respiratoires durant le sommeil influencent la prise de poids chez les enfants ainsi que les mauvais résultats liés à l'apprentissage. Le surpoids augmente à son tour le risque de rencontrer des problèmes de sommeil et d'apprentissage. Les sujets qui ont obtenu de mauvais résultats au test cognitif, ont également montré un risque élevé de surpoids et de développement de problèmes de sommeil.

 
La diminution de la flexibilité mentale augmente le risque d'avoir des problèmes de santé. Inversement, les aptitudes à l'apprentissage - comme la flexibilité mentale, le traitement de l'information, la concentration et la planification - protègent contre le surpoids et les problèmes de sommeil.

07:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2011

Seules 13 gares accessibles aux personnes à mobilité réduite

SNCB3.jpg

Treize gares belges seulement, représentant 23% des voyageurs transportés, sont "totalement accessibles" aux personnes à mobilité réduite, a indiqué vendredi une députée, citant des chiffres fournis par la ministre des Entreprises publiques.

 

La notion de "totalement accessibles" signifie notamment qu'une gare comporte au moins un accès libre d'obstacles entre la voie publique et le hall des guichets, que des sanitaires soient disponibles pour les personnes avec un handicap si d'autres sanitaires existent et que le nombre de places de parking pour personnes à mobilité réduite soit suffisant.

 
Seules les gares suivantes répondent à ces critères: Anvers-Centraal, Bruxelles-Centraal, Bruxelles-National (l'aéroport), Gembloux, Gand-Dampoort, Knokke, Liège-Guillemins, Mol, Namur, Saint-Nicolas, Verviers-Central, Vilvorde et Wetteren, a précisé la ministre.

 
Dans le contrat de gestion 2008-2012, le holding SNCB s'est engagé à ce que 52 gares soient totalement accessibles aux personnes à mobilité réduite d'ici la fin de l'année prochaine - ce qui devra représentera 60% des voyageurs transportés. Toutes les gares doivent être modifiées d'ici 2028.

 
Le contrat de gestion conclu entre l'Etat et Infrabel, responsable des quais, stipule que cinquante gares doivent être accessibles d'ici 2018, en les dotant d'ascenseurs ou de rampes, de manière à créer un réseau de gares accessibles dans un rayon de 30 kilomètres de n'importe quel endroit en Belgique.

22:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/10/2011

1.500 pv pour les automobilistes qui n'ont pas fermé leur voiture

voiture3.jpg

Près de 1.500 automobilistes ont reçu l'an dernier une amende car ils n'ont pas fermé à clé leur voiture. C'est ce qu'il ressort de chiffres du secrétaire d'Etat à la Mobilité.

 

Il ressort d'ailleurs des chiffres que le nombre de ce type d'amendes augmente année après année. Un peu plus de 400 amendes ont été dressées en 2005 et près de 1.500 automobilistes ont reçu une contravention en 2010 car ils n'ont pas fermé leur voiture.

 
Un député plaide pour le retrait de l'article de loi du code de la route. "Nous devons évidemment inciter les automobilistes à fermer à clé leur voiture. Mais y accoler une amende est exagéré. Il s'agit plutôt d'oubli que de mauvaise volonté."

 
La police estime qu'un mauvais signal est donné de cette manière. "Les personnes doivent se rendre compte qu'elles doivent fermer leur voiture. Autrement, nous ne pouvons diminuer le nombre de vols dans les voitures", souligne le porte-parole de la police.

22:14 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/10/2011

Les mamans belges ont deux enfants en moyenne

maman2.jpg

Le taux global de fécondité par femme de 15 à 49 ans en Belgique est de 1,8, peut-on lire dans le rapport annuel 2011 sur l'état de la population mondiale, publié mercredi par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).

 
En Belgique, les trois quarts des femmes âgées de 15 à 49 ans utilisent un moyen de contraception, selon les statistiques de l'UNFPA, calculées sur les vingt dernières années.

 
Toujours selon le rapport 2011, l'espérance de vie des femmes en Belgique est de 83 ans, tandis que celle des hommes s'élève à 77 ans.

 
L'indicateur démographique précise que le pays compte 5,5 millions de femmes pour 5,3 millions d'hommes et le taux de croissance démographique pour la période 2010-2015 est estimé à 0,3 %.

22:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/10/2011

La moitié des Belges va au cimetière à la Toussaint

media_xl_4442031.jpg

La moitié des Belges (51%) se rend au cimetière à l'occasion de la Toussaint, selon une nouvelle étude du CRIOC. La tradition est plus vivace chez les plus de 50 ans, les ménages de 3 personnes, dans les petites localités flamandes et dans les petites localités rurales du nord et du sud du pays.

Généralement, la majorité des Belges (59%) se rend au cimetière le 1er novembre, jour de la Toussaint et 85% d'entre-eux y apportent des fleurs. Ils dépensent en moyenne 39,1 euros mais les Wallons dépensent 11,4 euros de moins que le reste des Belges.

A peine 14% des consommateurs ont pris des dispositions pour leurs funérailles. Quatre personnes sur 10 souhaitent être inhumées et 27% veulent être incinérées. "L'intérêt pour l'inhumation est en croissance au détriment de l'incinération", note le CRIOC.

Deux partisans de l'incinération sur dix souhaitent que leurs cendres soient gardées dans leur famille mais plus d'un consommateur sur trois qui souhaite être incinéré n'a pas de souhait spécifique.

15:30 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/10/2011

Heure d'hiver: "une incidence limitée sur l'horloge biologique"

heure4.jpg

Le changement d'heure biannuel n'a qu'une incidence très limitée sur l'horloge biologique humaine, a indiqué Daniel Neu, responsable du laboratoire de sommeil du CHU Brugmann.

 
"La réaction dépend d'une personne à l'autre, car l'horloge biologique est variable, mais elle est également souple, et à ce titre, elle s'accommode généralement assez bien d'un changement d'heure", a précisé le docteur spécialisé dans la problématique.

 
"Pour certaines personnes très sensibles, il faut dix jours à deux semaines pour digérer la variation, qui peut être comparée à l'effet d'un léger décalage horaire subi lors d'un voyage", a-t-il encore souligné.

 
Selon lui, les enfants sont moins touchés que les adultes car leur horloge biologique est encore plus souple. "Il n'y a jamais de rush dans nos consultations à ces périodes, ce qui prouve bien que l'incidence du phénomène est minime et ne perturbe pas les personnes. C'est un compromis sociétal dont tout le monde s'accommode", a-t-il conclu.

 
Dans la nuit de samedi à dimanche

Nous passerons dimanche matin à l'heure d'hiver, ce qui signifie que nous reculerons nos montres d'une heure. En effet, à trois heures du matin, il sera deux heures. Nous passerons ainsi de GMT+2 à GMT+1.

  
En 1977, la Belgique instaurait le passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver, dans le contexte de la crise pétrolière, afin de réduire la consommation d'énergie. Les réglementations européenne et belge ont, par la suite, définitivement imposé l'heure d'été et d'hiver.

  
Le passage à l'heure d'hiver se déroule chaque dernier dimanche d'octobre.

22:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/10/2011

Plus de 8 Belges sur 10 n'ont pas recours à la domiciliation bancaire

Domiciliation.jpg

Plus de 8 Belges sur 10 n'ont pas recours à la domiciliation bancaire, ressort-il lundi d'une enquête iVox menée en mai 2011 auprès d'un échantillon représentatif de 2.000 Belges issus de toute la Belgique.

 

Ainsi, 81,50 pc des personnes interrogées n'utilisent pas la domiciliation parce qu'elles préfèrent contrôler ce qui est payé, notamment pour mieux gérer le budget.

 
A l'inverse, un cinquième des francophones interrogés domicilient toutes leurs factures, contre la même proportion côté néerlandophone.

 
Il ressort également de l'enquête que plus la tranche d'âge des personnes interrogées augmente, plus elles ont tendance à utiliser la domiciliation. Près de 70 pc des plus de 50 ans y ont ainsi recours contre 62,6 pc des 30-49 ans et 45 pc des moins de 29 ans.

 
Par ailleurs, en ce qui concerne l'Internet Banking, les personnes de moins de 29 ans ont davantage peur de commettre des erreurs d'encodage que leurs aînés.

 
En outre, sur une échelle de 1 à 5, la majorité des personnes interrogées se situe à 4 en matière de confiance dans l'usage d'Internet pour gérer un compte bancaire, recevoir des factures électroniques et effectuer des opérations bancaires en ligne.

22:51 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/10/2011

Les prêteurs accordent trop facilement des crédits hypothécaires

crédit.jpg

La plupart des intermédiaires financiers accordent trop facilement des crédits hypothécaires aux clients et ce, sans déterminer leur solvabilité. C'est ce qui ressort d'une enquête de Test-Achats.

Test-Achats a envoyé un couple chez 49 prêteurs ou intermédiaires pour obtenir un prêt hypothécaire. La famille avec deux enfants désirait acheter une maison de 275.000 euros, et pour cela, ils ont demandé un prêt de 215.000 euros.

La charge mensuelle que la plupart des intermédiaires trouvaient acceptable pour cette famille se situait entre 1.500 et 1.600 euros. Celle-ci ne pouvait rembourser que 440 euros étant donné ses revenus, selon Test-Achats.

Seulement 16% ont estimé le prêt pour la maison risqué, ce qui était la bonne réponse d'après Test-Achats. Près de 70% des intermédiaires financiers qui ont accordé un prêt ont estimé qu'un montant à rembourser de 1.500 euros ou plus était possible pour la famille.

Plus de la moitié des prêteurs (53%) ne se sont pas informés sur les charges financières actuelles de la famille, comme le loyer. Deux d'entre eux ne se sont même pas renseignés sur les revenus mensuels du couple.

Test-Achats exige une intervention du législateur belge pour un crédit responsable. L'association de défense des consommateurs souhaite qu'un système transparent et contrôlable soit mis en place afin de déterminer le prêt mensuel maximal.

07:50 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/10/2011

Benoît Lutgen veut 300 euros net en plus par mois

Lutgen1.jpg

Le président du cdH Benoît Lutgen plaide pour un relèvement de la quotité du revenu exonérée d'impôt de 6.000 à 9.242 euros. Pour une femme avec deux enfants, en net, cela représenterait 300 euros par mois de plus, dit-il dans une interview à La Dernière Heure. Et d'ajouter que la mesure coûterait 3 milliards d'euros et devrait être étalée sur plusieurs années.

 
A propos des allocations de chômage, M. Lutgen dit que le système actuel n'est pas bon. "La première allocation perçue est trop faible, on doit l'augmenter. Avec une dégressivité ensuite? Je ne suis pas contre. Mais le but doit être d'inciter à retrouver un emploi en revoyant aussi l'accompagnement, les sanctions...".

 
Parmi ses autres propositions budgétaires, le cdH veut revoir le système des intérêts notionnels, "mieux les corseter, avec des conditions liées à l'emploi qui soient aisément vérifiables". Les "lier à la création d'emplois" est cependant "difficile", indique le secrétaire d'Etat cdH au Budget Melchior Wathelet interrogé dans La Libre. Ce dernier préfère les lier à l'investissement.

 
M. Lutgen plaide aussi pour "un véritable monitoring de la compétitivité" des entreprises et est d'avis qu'il faut "lutter contre les effets d'aubaine". Il cite les intérêts notionnels pour les entreprises qui n'en ont pas besoin ou les incitants fiscaux dans le domaine environnemental. "On doit amener les gens à adopter des comportements radicalement différents, mais ne pas laisser profiter des incitants lors d'un changement de véhicule auquel ils auraient de toute façon procédé..."

 
M. Lutgen plaide encore pour une régulation des prix de l'énergie et la fixation de prix maxima. Il dit aussi qu'il ne faut "sûrement pas" supprimer les titres-services.

17:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/10/2011

Un jeu vidéo pour expliquer la contraception aux ados

jeu.jpg

Une enquête récente a démontré que les jeunes utilisent de moins en moins de moyens de contraception et que leur première fois est souvent non protégée. Une observation inquiétante, qui a donné des idées à des concepteurs de jeu vidéo canadiens. La "brigade de la contraception" défie les joueurs d'empêcher les spermatozoïdes d'atteindre un ovule, et donc d'éviter une grossesse non désirée, en utilisant une variété de moyens contraceptifs.


Le concept est censé être amusant et éducatif, car le jeu représente tous les moyens de contraception disponibles sur le marché, comme les anneaux, les patchs, la pilule ou les traditionnels préservatifs. Les joueurs doivent acheter ces moyens à un certain prix et les placer stratégiquement. "Sex Quest" est disponible gratuitement sur Facebook.


Conçu pour les adolescents canadiens, le jeu a été créé par la Société des obstétriciens et gynécologues canadiens (SOGC) et lancé lors de la journée mondiale de la contraception, le 27 septembre. "Nous espérons que le format adopté aura un effet positif sur les choix des jeunes en matière de contraception, d'abord en leur présentant tout l'éventail des méthodes contraceptives hormonales disponibles, puis en leur faisant comprendre l'importance d'une vie sexuelle responsable et saine", déclare le Dr Edith Guilbert.

17:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/10/2011

La religion catholique disparaît en Belgique

messe.jpg

"La baisse de la pratique religieuse et la pénurie de vocations sont le signe de la fin d'une forme de catholicisme sociologique", lit-on dans une étude du CRISP relatée vendredi dans le journal Le Soir.

La baisse de la pratique religieuse s'accélère, surtout à Bruxelles.

Les grands moments de la vie comme les baptêmes, mariages ou enterrements se font de moins en moins à l'Église. Ainsi, à Bruxelles, on recensait à peine 7,2% de mariages catholiques contre 28,4% en Wallonie et 28% en Flandre.

Toujours à Bruxelles, à peine 14,8% des enfants (51,8% en Wallonie, 65,1% en Flandre) étaient baptisés et on enregistrait 22,6% de funérailles catholiques (51,2% en Wallonie, 68% en Flandre). On dénombre également de moins en moins de prêtres. 2.776 prêtres dont 332 étrangers officient en Belgique et 57% d'entre-eux ont plus de 55 ans.

Le CRISP (Centre de recherche et d'information socio-politique) constate deux tendances au sein des catholiques: des croyants qui acceptent la modernité et la sécularisation de la société et d'autres qui refusent la modernité et rêvent d'un retour de la religion en Belgique, considérant qu'il s'agit d'une terre de mission.

07:42 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/10/2011

Le "panier de la famille" s'élève à 604,59 euros

euros12.jpg

Le "panier de la famille", un indice agrégé établi par le CRIOC et donnant une estimation des dépenses nécessaires à une famille moyenne au cours d'une semaine, valait début octobre 604,59 euros, contre 602,95 euros début septembre, peut-on lire sur le site du Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (CRIOC).

 
Selon les estimations du CRIOC, un ménage moyen doit aujourd'hui disposer de 2.619,89 euros par mois pour faire face à toutes ses dépenses. L'augmentation des prix de certains fruits et légumes dont la saison se termine (melons, poivrons, tomates) et des city-trips caractérise le mois de septembre.

 
Ces hausses ont été compensées par les diminutions des locations de vacances (moyenne saison) et des prix des fruits et légumes de saison (poires, choux, oignons, pommes de terre,...). Les conditions climatiques favorables expliquent aussi cette diminution de prix, précise le CRIOC.

 
Début septembre 2008, le panier de la famille valait 573,26 euros. Depuis sa création, il a connu une augmentation de 5,46% ou de 31,33 euros. Sur les douze derniers mois, l'augmentation est de 20,75 euros (+3,55%).

17:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/10/2011

Les jeunes quittent le foyer parental à 21,6 ans

Tanguy.jpg

Les jeunes quittent en moyenne le foyer parental à 21,6 ans, avec pour principale aspiration le fait de fonder leur propre famille, ressort-il d'une enquête des assurances AP et du bureau d'études de marché InSites Consulting présentée jeudi.

 
La principale raison pour laquelle les jeunes quittent le foyer parental est d'être indépendant (80%) et d'avoir plus de liberté (60%). Seuls 5% quittent le nid parental parce que leurs parents estiment qu'ils y habitent depuis suffisamment longtemps.

 
L'enquête souligne notamment que la plus grande aspiration des jeunes qui quittent leurs parents est de fonder leur propre famille (43%). En deuxième position vient l'envie de mener une vie sans stress (21%), devant l'ambition de construire une carrière florissante (17%).

 
La majorité des jeunes qui quittent leurs parents attribuent leur bonheur à leur partenaire (73%) et au fait d'être en bonne santé (45%). Les hommes se disent plus heureux que les femmes (57% contre 51%) et sont plus optimistes (30% contre 21%).

 
L'enquête a été réalisée auprès de 3.105 jeunes âgés de 15 à 35 ans. De plus amples informations sont disponibles sur www.jequittemesparents.be.

18:05 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |