07/05/2012

Sarkozy à ses conseillers : "J'arrête"

sarko9.jpg

Au lendemain du sacre de François Hollande, le futur de l’ancien président s’éclaircit un peu plus. Le président sortant aurait annoncé à ses conseillers son retrait de la politique.

 

Xavier Bertrand, ministre du travail, est formel : lorsqu’il a réuni ses troupes à l’Elysée dimanche soir, Nicolas Sarkozy fut limpide sur son avenir. « Je ne serai plus candidat aux mêmes fonctions », a déclaré le président sortant. « Cela ne surprendra personne. Je l’ai dit avant. Cela ne créera pas de psychodrame comme avec Jospin », a-t-il ajouté. Des propos confirmés par plusieurs conseillers du président le citant : « J’arrête la politique ».

 

Pour ne pas désespérer les militants, et alors que la bataille des législatives s’engage, Nicolas Sarkozy s’est montré moins précis : « Une autre époque s’ouvre. Dans cette nouvelle époque, je resterai l’un des vôtres. Vous pourrez compter sur moi pour défendre nos valeurs. Ma place ne pourra plus être la même. » Rappelant ses « trente ans de vie politique », il a certifié : « Mon engagement sera désormais différent. Je m’apprête à redevenir un Français parmi les Français. »

 

Son entourage est dans le doute. Claude Guéant souhaiterait que Nicolas Sarkozy s’engage dans la bataille des législatives. Il en a touché un mot à Henri Guaino, qui a constaté que Nicolas Sarkozy n’en voulait pas, tout comme son épouse, Carla Bruni. Un proche du président battu assure : « Il ne fera pas la bataille des législatives. Mais la vie est longue. Vous le retrouverez en 2017. »

 

Certains députés craignent que Sarkozy reste comme la mauvaise conscience de leur camp, les empêchant de tourner la page. « Il ne fera pas son Giscard », indique Laurent Wauquiez.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:46 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/05/2012

13.000 places en création dans les écoles bruxelloises

école4.jpg

L'effort supplémentaire de 17,4 millions d'euros décidé jeudi par la gouvernement interfrancophone pour créer de nouvelles places dans l'enseignement fondamental à Bruxelles permettra, avec les acquis antérieurs de rencontrer trois quarts des besoins dans le primaire et le maternel à l'horizon 2015, a affirmé jeudi le ministre-président bruxellois, Charles Picqué.La décision prise à l'initiative du ministre en charge des Bâtiment scolaires, permettra de créer 1.445 places de plus.

 

Dans la capitale, la population des enfants de 3 à 12 ans a crû de 20% ces 10 dernières années. On estime que cette croissance atteindra plus de 16% entre 2012 et 2020.


D'après le ministre-président, on prévoit la nécessité de créer 18.000 places dans le fondamental (maternel et primaire) et 4.700 places dans le secondaire à Bruxelles d'ici 2015.


Toujours selon Charles Picqué, à la suite des contacts initiés par le gouvernement bruxellois et à la mise en place de la Task Force "démographie bruxelloise" à sa demande, les Communautés française et flamande ont décidé de créer à Bruxelles plus de 8.000 places (5.566 en communauté française et 2.484 en communauté flamande).


Si on y ajoute les 3.800 places du Plan écoles de la Région et les 1.530 nouvelles places du réseau libre du Segec dans le fondamental, plus de 13.000 places sont en cours de création à Bruxelles dans le fondamental sur les 18.000 nécessaires d'ici 2015.


"C'est évidemment une très bonne nouvelle et une bouffée d'oxygène mais il faut néanmoins continuer les investissements. Il est essentiel d'également investir dans le secondaire", a toutefois averti Charles Picqué.


Il importe aussi de faire face à une autre problématique qui est celle de la pénurie des enseignants, a-t-il souligné.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/04/2012

Trois travailleurs sur dix songent à changer de travail

boulot.jpg

Trois travailleurs sur 10 songent à renoncer dans l'année à venir à leur emploi actuel. Ce sont surtout les moins de 34 ans qui sont enclins à changer de travail. La raison principale qui est invoquée est la mauvaise ambiance au travail.

 

Pour cette étude, l'Antwerp Management School a sondé 2.312 personnes. 29 % des répondants étaient francophones, 71 % néerlandophones. Par ailleurs, 86 % des participants à l'étude étaient salariés et 80 % détenteurs d'une formation supérieure.

Ce sont surtout les jeunes qui ont la bougeotte : 41 % des moins de 34 ans ont déjà postulé chez un autre employeur au cours des deux dernières années, contre 28 % chez les 35-54 ans et 12 % parmi les plus de 55 ans.

 

La mauvaise ambiance au travail fait fuir les jeunes

Les principales raisons invoquées pour changer d'emploi sont une mauvaise ambiance (68 %), le manque d'intérêt/de défis du job (56 %) et le manque de vision du management (53 %).

 

L'enquête montre également que les hommes (63 %) travaillent plus souvent chez eux que les femmes (47 %). Par ailleurs, plus la fonction est élevée, plus les salariés travaillent souvent de chez eux. « Une question subsiste, bien entendu : celle de savoir dans quelle mesure les participants ont compris ‘le travail chez soi' comme ‘le travail chez soi pendant les heures de travail' et non pas ‘travailler encore un peu chez soi, le soir' », nuance l'étude.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

16:30 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/04/2012

Bruxelles sensibilise les électeurs étrangers

voter 4.jpg

Sur la demande de la région de Bruxelles-Capitale, les communes bruxelloises sont invitées à sensibiliser leurs électeurs étrangers potentiels à l'exercice de leur droit de vote aux communales 2012 en leur envoyant, à partir de début mai, un courrier informatif. La région ayant elle-même envoyé, entre fin mars et début avril, un premier courrier aux intéressés, un délai minimal d'un mois entre les deux envois a été recommandé.

 

Les résidents étrangers européens et les étrangers non-européens qui sont résidents depuis au moins 5 ans ont jusqu'au 31 juillet pour s'inscrire sur la liste des électeurs qui sera arrêtée au 1er août 2012. Pour les communales de 2006, l'électorat potentiel variait de 10,7 % à 39,1 % par rapport à l'ensemble des électeurs de la commune bruxelloise considérée, selon les chiffres du registre national de novembre 2005.


Saint-Gilles arrivait en tête avec 39,1%, suivie par Ixelles avec 36,7%. Sur les 180.000 électeurs potentiels enregistrés en région bruxelloise, 75% étaient d'origine européenne. Ixelles enregistrait le plus faible taux d'inscriptions d'électeurs européens: 4,5%.


Pour les élections communales 2012, les électeurs étrangers potentiels en région bruxelloise sont près de 244.000, selon le SPF intérieur. Ils ne sont encore que 8% à être inscrits. Le plus bas taux d'inscriptions, ressortissants U.E. et non U.E confondus, revient à Saint-Josse.


Les ressortissants d'un pays de l'Union européenne peuvent voter aux élections locales depuis 1999 et les ressortissants non U.E depuis2004. Les initiatives de sensibilisation s'intensifient pour mobiliser cet électorat.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:06 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/04/2012

Les enfants de parents séparés n'auront pas deux cartes d'identité

kids id.jpg

Les communes ne peuvent pas délivrer deux cartes d'identité aux enfants, même quand leurs parents séparés refusent de se transmettre le document.

 

C'est ce qu'a indiqué la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, en réponse à une question d’un parlementaire. Ce dernier avait souligné que la situation actuelle pouvait avoir pour conséquence d'empêcher un parent de partir à l'étranger avec son enfant.


Dans sa réponse, Joëlle Milquet souligne qu'il n'appartient pas aux communes d'intervenir dans les différends entre parents sur l'exercice de l'autorité parentale. En cas de conflit, la commune peut seulement orienter les familles vers des services de médiation ou vers le juge, rappelle-t-elle.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:12 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/04/2012

Retrouvez-moi sur la LBR TV !

LBR TV 2.jpg

Merci de cliquer sur la photo !

18:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/04/2012

Quatre plaintes par jour pour violences physiques à l'école

violence7.jpg

La police fédérale compte plus de 1.500 plaintes par an pour des faits de violence physique dans les écoles, selon un calcul effectué à partir des statistiques pour les trois premiers trimestres de 2011, soit une moyenne de plus de quatre plaintes par jour.

 

L'extrapolation des chiffres pour l'année entière montre, par rapport à 2010, une augmentation des plaintes à Bruxelles (+20% environ et +40% depuis 2000), un statu quo en Flandre (mais une hausse de 60% depuis 2000) et une légère baisse en Wallonie (-5% par rapport à 2010 mais 40% de plus qu'en 2000).


Par ailleurs, 3.000 exclusions scolaires sont enregistrées chaque année en Wallonie et à Bruxelles pour des faits de violence physique. "On note plutôt une diminution de 25 à 22,8% pour des faits entre élèves et de 9,9 à 5,6% quand la violence cible l'adulte", détaille Pascal Germy, de la Direction de l'Enseignement obligatoire.


Enfin, après avoir lancé un numéro vert pour les professionnels de l'enseignement en septembre 2010, la ministre de l'Enseignement de la Communauté française Marie-Dominique Simonet lance un nouveau numéro d'appel gratuit à destination des parents (0800/95.580). Après une grosse année de fonctionnement, le numéro vert réservé aux membres du personnel enseignant a reçu 600
appels.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

15:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/04/2012

Place Schweitzer - parkings provisoires

travauxberchem.jpg

Avec la place Schweitzer en travaux, chacun aura constaté qu’un grand nombre de places de parking sont provisoirement indisponibles.

 

Pas simple dès lors pour les commerçants de fidéliser leur clientèle durant cette période difficile s’il devient impossible de trouver un endroit pour se stationner !

 

Souhaitant soutenir le commerce local, le Bourgmestre Joël Riguelle a pris une ordonnance de police instituant à titre temporaire une zone de stationnement limitée à heure sur le petit parking établi à l’angle de la chaussée de Gand et de la rue Openveld.

 

Dans le même esprit, une zone de stationnement limitée à heure est également instaurée à titre temporaire devant les numéros 1 à 5 inclus de l’avenue Josse Goffin.

 

Afin d’informer les automobilistes de cette disposition provisoire, deux bâches informatives ont été placées à l’angle de l’avenue Josse Goffin et de la Chaussée de Gand.

 

Notons que les travaux avancent conformément au timing prévu et que ceux-ci devraient être terminés à l'automne.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

15:59 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/04/2012

Les routes belges au pilori

accident2.jpg

Touring a comparé la dangerosité des routes dans les 27 pays de l'Union européenne. La Belgique reste mal classée.

 

"Un certain nombre de pays ont, depuis 2000, pu faire baisser de façon radicale leur nombre d'accidents. Les Pays-Bas sont champions dans le domaine avec une diminution de 74,5%, passant de 35.313 accidents à 10.778. C'est donc près de quatre fois mieux que chez nous où la baisse n'est que de 20%, puisqu'on est passé de 49.065 accidents à 39.306.


A ce niveau, nous nous situons à la 14e place", note l'organisme après avoir croisé les chiffres les plus récents de la Commission européenne et de la Fédération internationale de l'automobile.


Notre pays se situe par ailleurs en 6e position en ce qui concerne les chances de survivre à un accident, avec 21 tués pour mille habitants, mais obtient une mauvaise 18e place pour ce qui est du nombre de blessés, avec 1.342 blessés pour mille habitants.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

23:58 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/04/2012

Les communales de A à Z sur le web

voter9.jpg

Un site web régional des élections communales d’octobre 2012 vient de s’ouvrir. Il distille des informations à l’intention des électeurs, des candidats et des communes, à travers 10 sections.

 

La première livre une présentation des communes, des CPAS et zones de police. On y trouve ensuite une partie consacrée aux électeurs qui fait la distinction entre le régime applicable aux Belges de ceux concernant les ressortissants européens et non européens. Plus loin, le vote est expliqué à travers quelques étapes : la convocation, le vote par procuration et le système des présidents et assesseurs de bureau. Une section législation comprenant la matière des lois et ordonnances, arrêtés du Gouvernement et arrêtés ministériels et enfin circulaires cernant la matière. Des agendas mettent également en évidence des dates importantes en fonction du destinataire de la norme : les communes, la Région bruxelloise, les électeurs, les candidats, le bureau principal, les bureaux de vote, l’ordre judiciaire, le collège juridictionnel et enfin pour le contrôle des dépenses.

 

Enfin, le site des précédentes élections (en 2006) est archivé et une foire aux questions permet de rencontrer une série d’interrogations qui n’auraient pas trouvé réponse ailleurs : « suis-je obligé d’aller voter ? » ; « que dois-je faire si je n’ai pas encore reçu ma convocation ou si je l’ai perdue ? » ; …

 

Une section est prévue qui contiendra les résultats des élections.

 

www.bruxelleselections2012.irisnet.be

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

21:47 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/04/2012

Taille des classes : des limitations seront imposées

classe2.jpg

La commission de l’Education du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé ce mardi à l’unanimité un projet de décret visant à imposer des limitations du nombre d’élèves dans les classes du primaire et du secondaire.

 

Le projet de la ministre de l’Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet (cdH) est le fruit d’une longue négociation tripartite (gouvernement, syndicats, pouvoirs organisateurs), issue du bras de fer qui avait opposé les syndicats au gouvernement l’an dernier, dans la lignée de l’accord sectoriel.

 

Dans l’enseignement maternel, 1,3 million d’euros supplémentaires sont consacrés à la titularisation de psychomotricien(-ne)s et permet l’augmentation du nombre de postes de puériculteurs(-trices) dès septembre 2012.

 

Dans l’enseignement primaire, un ratio est fixé par instituteur à 20 élèves en 1re et 2e primaire, à 24 élèves de la 3e à la 6ème primaire. Un plafond est aussi prévu, égal au ratio augmenté de 4 unités (plus 1 encore en Région bruxelloise et dans les communes à facilités). Des dérogations peuvent être octroyées sous certaines conditions strictes. Un million d’euros est attribué sous forme de capital-périodes à l’enseignement fondamental.

 

Dans l’enseignement secondaire, aucune modification n’intervient au sein du 1er degré, déjà favorisé. Aux deuxième (3e et 4e année) et troisième degrés (5e, 6e et éventuelle 7e année), le texte prévoit une moyenne ne souffrant aucune dérogation (un à deux élèves de moins par classe, selon le degré et le type d’enseignement), doublée là aussi d’un maximum d’élèves (de 12 à 32 selon les cas) qui peut être dépassé dans des situations et conditions très précises.

 

La mise en œuvre de cette « optimalisation » sera progressive. Elle débutera dès septembre 2012 en 3e et 5e années et en septembre 2013 pour les 4e, 6e et 7e années.

 

Et pour les directeurs du fondamental ? Toujours pas d’aide administrative ?

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:21 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/04/2012

Lamentable : 4 adolescents boutent le feu à un local scout

Local.jpg

Quatre adolescents âgés de 15, 16 et 17 ans, ont bouté le feu à un local des Guides de la 51e unité GCB de Berchem-Sainte-Agathe dimanche en fin d'après-midi, a indiqué lundi le parquet de Bruxelles. Les Guides n'étaient pas sur place au moment de l'incendie et personne n'a été blessé. Les quatre mineurs ont été mis à la disposition du parquet.

 

Les faits se sont produits vers 16h45 rue t'Hof te Overbeke quand un passant a remarqué quatre jeunes qui boutaient le feu à un local scout. Le flanc du local a pris feu et le passant a tenté d'interpeller les quatre jeunes qui sont partis en direction de Dilbeek. Un second témoin est venu lui prêter main forte pour éteindre le feu à l'aide de bouteilles d'eau. Les pompiers se sont ensuite rendus sur les lieux.

 

Les deux témoins ont pu fournir à la police une description des auteurs. Un jeune qui correspondait à la description et qui se trouvait près du lieu de l'incendie, a été interpellé par les policiers. Il a prétendu ne pas être impliqué dans l'incendie mais les témoins l'ont reconnu. Les trois autres suspects ont été interpellés par la police locale de Dilbeek.

 

Un seul mot me vient à l’esprit : LAMENTABLE !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

19:09 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/04/2012

Le redoublement en 3e maternelle en hausse

3e maternelle.jpg

Près d'un enfant sur vingt accède à l'école primaire avec un an de retard chaque année, à la suite de son maintien en troisième maternelle, où le redoublement est pratiqué par six institutrices sur dix, révèle une étude de l'Université de Liège.

 

Les chercheurs de l'ULg estiment ce type de mesure inefficace. En 2009-2010, 3,81% des élèves ont été maintenus en maternelle. Ce taux avoisinait les 5% il y a quelques années.


Selon l'équipe de chercheurs, l'entrée en application en 2008-2009 d'un décret limitant à quatre le nombre d'années pour parcourir le cycle 5-8 a contribué à réduire le phénomène.

 

L'étude révèle aussi que les garçons sont plus maintenus que les filles. Près de 70% des enseignantes estimant que la majorité des enfants de leur classe sont issus de milieux défavorisés ont maintenu des élèves.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

18:52 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/04/2012

Ethylotest obligatoire en France dès le 1er juillet 2012 !

éthylotest 2.jpg

Le gouvernement français a voté en début d'année un décret relatif à la possession obligatoire d'un alcootest (éthylotest) par le conducteur d'un véhicule motorisé et ce dès le 1er juillet 2012.

 

Qu'est-ce que cette nouvelle loi implique exactement ?

Dès le 1er juillet 2012, chaque conducteur circulant en France devra concrètement posséder dans son véhicule un éthylotest, appelé plus communément alcotest.

 

Cela concerne-t-il tous les véhicules ?

Oui, cela concerne tous les véhicules motorisés. Seuls les cyclomotoristes ainsi que les conducteurs roulant dans un véhicule équipé d'un dispositif antidémarrage par éthylotest électronique sont dispensés de cette obligation.

 

Les véhicules étrangers roulant en France doivent-ils également être équipés d'un alcooltest ?

Oui, cette obligation est valable pour tous les véhicules étrangers circulant en France. Même si vous vous rendez qu'occasionnellement en France, vous devez posséder un alcootest dans votre véhicule.

 

Qu'est-ce qu'un éthylotest et où l'acheter ?

Un éthylotest "classique" est composé d'un tube réactif et d'une pochette plastique qui absorbe exactement le volume d'air nécessaire pour le test. Concrètement, le conducteur souffle dans le sac plastique et au bout de 2 minutes, le résultat s'affiche sur la barrette du tube: votre taux d'alcoolémie est soit nul, soit considéré comme acceptable par la loi, soit au-delà de la limite autorisée. Dans ce dernier cas, ne prenez pas le volant!

 

Vous pouvez trouver les éthylotests dans les pharmacies ou dans certaines grandes surfaces en France. A mon initiative, la commune de Berchem-Sainte-Agathe distribue également gratuitement des éthylotests dans les Safety Summer Pack disponibles à l’administration communale, chez les pharmaciens locaux et chez les médecins partenaires.

 

Puis-je avoir une amende si je ne possède pas d'alcotest dans mon véhicule ?

Oui. A partir du 1er novembre 2012, vous serez verbalisé si vous circulez en France sans ce dispositif dans votre véhicule. L'amende s'élève à 11 Euros.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

18:19 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/04/2012

Socialistes berchemois : Incompétents ou Malhonnêtes ?

Pinocchio.jpg

En cette période préélectorale, nos boites aux lettres se garnissent déjà de la prose des partis ou des candidats qui solliciteront vos suffrages le 14 octobre prochain.

 

Parmi les documents reçus récemment dans ma boite aux lettres, le document A5 émanant du parti socialiste a retenu mon attention. Dans l’opposition depuis maintenant plusieurs années, il était légitime que le parti à la rose ne tire pas le même bilan que moi de ces six dernières années mais à lire la bafouille socialiste, je me suis demandé si eux et moi, nous habitions la même commune !

 

Pire même, je dois constater à la lecture de plusieurs affirmations complètement erronées ou farfelues que nos collègues socialistes n’ont pas du comprendre tout ce qui se votait au Conseil communal !

 

De façon lancinante, le seul reproche que l’on m’adresse en ma qualité d’Echevin de la Jeunesse sortant, c’est de ne pas avoir créé une Maison de Jeunes et d’avoir soutenu de toutes mes forces les mouvements de jeunesse scouts. Méconnaissant complètement le sujet, nos amis socialistes sont totalement à côté de la plaque !

 

Berchem-Sainte-Agathe est une commune où plus de 60 associations sont actives sur le terrain. Nous disposons de deux centres culturels et d’un centre sportif qui fait bien des jaloux. Les lieux de réunion et les occasions d’activités ne manquent donc vraiment pas ! Nos animateurs de rue qui sont en prise directe avec la jeunesse nous disent que les jeunes Berchemois ne réclament absolument pas une Maison de Jeunes ! Ce concept est absolument dépassé et ne répond vraiment plus aux attentes des jeunes de 2012 !

 

Ce qu’attendent les jeunes de notre commune ce sont des projets comme « Eté solidaire », « Clés pour la majorité », « Jours blancs, jours intelligents », « mentorat pour les jeunes entrepreneurs », etc… lancé par la majorité sortante. Des projets qui permettent de s’émanciper, de trouver du boulot, de se valoriser et non pas de se fourvoyer dans l’assistanat ou  l’occupationnel cher à certains.

 

Enfin, les parents des 500 enfants encadrés chaque semaine dans nos mouvements scouts (francophones et néerlandophones) apprécieront certainement le souhait socialiste de revoir la politique berchemoise en matière d’aide aux mouvements de jeunesse si d’aventure ils reviennent aux affaires…

 

Vivant sans doute dans un autre monde, nos amis socialistes n’ont pas remarqué que depuis 2006, notre commune n’a eu de cesse que de promouvoir les clubs de sports, les activités des diverses associations, les stages de vacances que ce soit par l’édition du Guide des Sports, du Guide des activités extrascolaire ou de la brochure annuelle des stages de vacances ! Peut-on vraiment faire mieux ? Il est vrai que durant 3 ans, les socialistes ont pratiqué la politique de la chaise vide aux réunions de la Commission Communale de l’Accueil et qu’ils ont donc une vision parcellaire de ce qui existe en matière d’accueil extrascolaire dans notre commune !

 

Ce qui m’a fait le plus bondir dans cette brochure aux relents poujadistes c’est sans conteste l’article qui fait référence aux crèches et aux écoles communales !

 

Force m’est de constater que la Conseillère communale qui signe cet article à son horloge biologique arrêtée sur 2009 !

 

Je savais que les socialistes ne vivaient pas avec leur temps mais de là à constater qu’ils vivent avec 3 ans de décalage, c’est risible !

 

Tout d’abord, notre commune ne compte pas 22.000 habitants mais bien 1.000 de plus ! Un détail sans doute…

 

Enfin affirmer que notre commune ne compte que 81 places d’accueil pour la petite enfance est un mensonge ou une incompétence manifeste de la conseillère en question.

 

Quand j’ai repris l’Echevinat de la Petite Enfance, Berchem-Sainte-Agathe comptait 69 places d’accueil. Six ans plus tard, nous en sommes à 99 ! Soit 22% de plus que ce qu’affirme la brochure socialiste ! Encore un détail sans doute !

 

En 2008, nous avons ouvert la MCAE « Les Marmots » (12 places) et en 2009 nous avons ouvert la crèche « Les P’tis Loups » (18 places). C’est une augmentation de plus de 43% en 6 années !

 

Enfin, et nous l’avons déjà annoncé il y a plusieurs mois, notre commune ouvrira bientôt une nouvelle crèche néerlandophone de 36 places ! Cela a été décidé de longue date au Conseil communal. Les socialistes étaient sans doute assoupis au moment du vote ?

 

Dans un avenir proche notre commune comptera donc 135 places d’accueil contre 69 en 2006 ! Chacun appréciera…

 

Par charité chrétienne, je ne parlerai pas des autres outrances et erreurs grossières contenues dans ce pamphlet que ce soit en matière de logement, d’école ou de politique sociale… Nous ne vivons pas dans la même commune ou n’assistons pas aux mêmes séances du Conseil communal ?

 

Que la campagne à venir reste digne, honnête et loyale !

Que nous soyons critiqués sur des bases objectives et justes !

Que nos amis de l’opposition ne tombent pas dans un poujadisme de bas étage.

 

Voilà tout ce que je nous souhaite pour les semaines à venir !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/04/2012

Des vacances dès la première année de travail

vacances3.jpg

Le Conseil national du travail (CNT), dans lequel siègent les partenaires sociaux, a fixé les modalités pratiques concernant les "vacances européennes". Le système est basé sur une directive européenne qui prévoit que les salariés bénéficient de congés payés dès la première année d'entrée en service. D'ici le milieu de cette année, la mesure devrait être transposée par la Belgique, a-t-on précisé au cabinet de la ministre de l'Emploi Monica De Coninck.

 

Selon cette directive européenne de 2003, tout travailleur a droit à quatre semaines de congé par an avec maintien du salaire. La réglementation belge est actuellement différente. Un travailleur du secteur privé n'a pas droit en principe à des congés payés lors de la première année d'entrée en service. L'argent des congés payés de l'année précédente, couvre les congés de l'année qui suit. Un nouveau travailleur doit parfois attendre plus d'un an pour avoir des congés.


Le Conseil national du travail a désormais fixé les modalités pratiques de ces "vacances européennes", indique le site web du CNT.


Concrètement, toute personne qui devient salariée après les études, le chômage, travaille pour l'Etat, a connu une période d'interruption, pourra avoir droit à une semaine de vacances après trois mois de travail calendrier.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

21:54 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/04/2012

De plus en plus de Belges ont un deuxième emploi

emploi.jpg

Au cours des six premiers mois 2011, 189.711 Belges avaient un deuxième emploi, soit 4,2% du nombre total de personnes occupées.


Le nombre de Belges ayant un deuxième emploi n'a cessé d'augmenter au cours des dernières années: au nombre de 156.528 en 2004 (3,8% du total de personnes occupées), ils étaient 168.852 en 2008 (3,8%), 175.437 (4%) en 2009 et 184.333 (4,1%) en 2010, ressort-il des chiffres du SPF Economie.


Parmi les hommes actifs, 4,3% avaient un deuxième emploi l'an dernier, contre 3,9% chez les femmes. Les personnes divorcées étaient davantage représentées (4,5%) que les célibataires (4,1%) et les personnes mariées (4,1%). La propension à avoir une activité professionnelle supplémentaire est également plus importante chez les personnes ayant un niveau d'instruction élevé.


Par ailleurs, la plupart des personnes ayant un deuxième emploi sont âgées de 25 à 49 ans. Près de 60% des travailleurs doublement occupés ont opté pour le statut d'indépendant, les autres étant salariés.


Les secteurs les plus prisés pour un deuxième emploi sont l'enseignement, le commerce de gros et de détail, les activités spécialisées et l'hébergement.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/04/2012

De plus en plus de Bruxellois

population3.jpg

Quelque 102.700 personnes ont quitté la Région de Bruxelles-Capitale en 2010 pour s'installer en Flandre ou en Wallonie et 14.414 Bruxellois sont quant à eux partis à l'étranger au cours de cette même période. Malgré ces exodes, la population bruxelloise a cependant augmenté en 2010, ressort-il de chiffres du SPF Economie publiées mercredi.

 

Un total de 18.612 naissances ont ainsi été enregistrées en 2010, presque le double du nombre de décès (9.433). Près de 90.000 personnes ont par ailleurs quitté le nord ou le sud du pays au profit de Bruxelles. De même, 46.949 personnes issues de l'étranger se sont installées dans la capitale.


Un peu plus de 12% des Bruxellois (138.402 individus) sont décédés ou ont quitté la Région bruxelloise en 2010. Plus de 16% de la population ont par ailleurs quitté les communes d'Ixelles, d'Etterbeek, de Saint-Josse-ten-Noode et de Saint-Gilles durant la même année. Néanmoins, le renouvellement de la population bruxelloise est "significativement plus élevé" que dans le reste du pays, estime le SPF Economie.


En dehors de Bruxelles, la commune de Brugelette (Hainaut) a enregistré le plus fort taux de départs (12,2%), suivie de près par Ottignies-Louvain-la-Neuve (Brabant wallon), avec 11,9%. Dans ces deux cas, les départs (déménagements et décès) ont cependant été compensés par un nombre élevé de nouveaux arrivants.


Au total, 571.736 personnes ont migré d'une commune belge vers une autre en 2010.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

21:27 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/04/2012

Un enfant sur deux mal attaché en voiture

voiture5.jpg

Un enfant sur deux n'est pas correctement attaché en voiture, selon une enquête réalisée par l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) et publiée mercredi. Cette étude, effectuée auprès de 1.500 enfants de moins de 1,35 m, révèle également qu'un enfant sur dix n'est pas du tout attaché.

 

Les conducteurs qui n'attachent pas leur ceinture ont davantage tendance à transporter des enfants non attachés, explique l'IBSR. Le pourcentage d'enfants non attachés augmente par ailleurs graduellement avec l'âge. Ainsi, 3 à 5% des enfants de moins de trois ans ne sont pas du tout attachés. Dans la tranche 3-7 ans, 11% d'entre eux ne portent pas la ceinture et enfin, plus de 20% des enfants âgés de 8 ans ou plus ne sont pas attachés.


Les principales formes d'utilisation incorrectes d'un dispositif de retenue pour enfant sont le montage incorrect du système dans le véhicule, la mise en place d'un siège bébé dos à la route sur le siège passager avant sans que l'airbag n'ait été désactivé, ou encore un enfant mal attaché en ceinture.


L'étude démontre aussi que les personnes qui achètent un siège bébé sur internet transportent davantage leur enfant non attaché, par manque d'instructions reçues au préalable. L'IBSR préconise une plus grande sensibilisation auprès des parents et a salué la nouvelle décision de Melchior Wathelet, secrétaire d'état à la Mobilité, quant aux infractions relatives au non-port de la ceinture.


Dans son nouveau plan de sécurité routière, M. Wathelet prévoit en effet d'augmenter le montant de l'amende pour non-utilisation d'un dispositif de retenue adapté de 100 à 150 euros, au lieu de 50 euros auparavant.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

16:49 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/04/2012

Les Belges parcourent toujours plus de kilomètres

voiture4.jpg

En 2010, les voitures belges ont parcouru quelque 82,6 milliards de kilomètres, ce qui correspond à une légère augmentation de 0,2% par rapport à 2009 et constitue également un record, selon les chiffres communiqués mardi par le SPF Mobilité et Transports.

 

"Alors que le nombre de kilomètres parcourus par voiture particulière diminue partout (Belgique: -1.4%; Flandre: -0.6%; Wallonie: -2.3%; Région de Bruxelles-Capitale: -2.5%), cette légère croissance de la circulation routière s'explique par la croissance du parc automobile (Belgique: +1.6%; Flandre: +1.3%; Wallonie: +2.1%; Bruxelles-Capitale: +2.2%)", souligne le SPF Mobilité et Transports.

 

On constate également une "diésélisation" de la circulation routière puisqu'en 2010, quelque 77% des kilomètres-véhicules ont été parcourus par des véhicules diesel. En 1985, on recensait encore 24,2% de kilomètres diesel et 72,3% essence. Quant à la proportion de véhicule roulant au gaz (LPG ou gaz de ville), elle continue à baisser et chute à 0,8% en 2010. Enfin, le pourcentage de véhicule-kilomètres des voitures électriques reste "minimal en dépit d'une nouvelle hausse significative où l'on passe de quelque 29.000 km parcourus en 2009 à 160.000 km en 2010 (+450%)".

 

Troisième constat: une voiture particulière belge moyenne a roulé 15.649 km en 2010. Le conducteur belge moyen roule 15% de plus que le conducteur européen moyen. La différence s'élève même à 20% par rapport au conducteur français et à 24% par rapport au conducteur néerlandais.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/04/2012

Les prix des maisons sont surévalués en Belgique

a vendre3.jpg

Les prix des maisons sont surévalués en Belgique, selon une étude du magazine The Economist qui estime que cette surévaluation est en moyenne de 56%. La Belgique se trouve dès lors dans le top 3 des pays qui ont les marchés de l'immobilier les plus surévalués, après Singapour (60%) et Hong Kong (58%).

 

Bart Van Craeynest, économiste en chef chez Petercam, a souligné que des études avaient déjà montré par le passé que les prix de l'immobilier étaient trop élevés en Belgique. "Tout le monde constate cela. La Deutsche Bank ou le FMI ont déjà averti qu'il y avait une surévaluation des prix. Ils se basent sur les revenus, l'évolution des taux et l'évolution de la population pour en venir à ces conclusions", explique-t-il.

 

M. Van Craeynest se garde pourtant de donner un chiffre précis sur cette surévaluation. En effet, The Economist table sur une surévaluation de 56% tandis que d'autres études l'estiment à 20% environ.

 

Cette évolution est, selon l'économiste, la conséquence de la baisse des taux d'emprunt sur de longues années. "Dès lors, la capacité d'emprunt a augmenté. Si les gens peuvent emprunter plus, alors ils le font", explique M. Van Craeynest.

 

Il s'attend à une correction, tôt ou tard. Toutefois, les conséquences ne devraient pas être aussi dramatiques qu'en Espagne. La Belgique n'a pas un secteur de la construction qui a grossi de manière exponentielle comme en Espagne et une crise de l'immobilier aurait donc un effet moindre sur l'économie. Par ailleurs, le marché hypothécaire en Belgique est encore en bonne santé.

 

"L'évolution des taux sera cruciale. S'ils devaient augmenter soudainement, cela pourrait causer un choc. Il est nécessaire aussi que les prix des maisons arrêtent d'augmenter au rythme de ces dernières années. Plus forte sera la croissance, plus douloureuse sera la chute", avertit l'économiste.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:42 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/04/2012

Un accident spectaculaire impliquant un bus de la STIB

accident stib.jpg

Dans la nuit de samedi à dimanche un bus de la STIB a été accidenté au carrefour entre l’avenue du Roi Albert et la rue de l’Azur. On relève trois blessés légers, dont le chauffeur du bus. Il a fallu une heure et demie pour dégager l’autobus.

 

"J'ai entendu un gros boum"

C’est juste après être sorti du dépôt de Hunderenveld à 1h55 que le conducteur du bus de la ligne a voulu éviter une voiture arrivant à vive allure sur sa gauche, au croisement entre l’avenue du Roi Albert et la rue de l’Azur. Il s’est alors encastré dans un muret. Il a également percuté une voiture stationnée devant une entrée de garage. "J'ai étendu un gros boum, ça m'a réveillé en sursaut, je n’ai jamais vu ça de ma vie, c’est très d'impressionnant", a expliqué un voisin surpris.

 

Mais le pire a été évité, à quelques centimètres près, le bus s'encastrait dans un immeuble à appartement.

 

"C'est un miracle qu'il n'y ait pas de blessé grave"

Le chauffeur du bus a été légèrement blessé et était en état de choc, mais conscient après les faits, a précisé notre journaliste. "Quand on voit l'ampleur des dégâts, c’est un miracle qu'il n'y ait pas de blessé grave. Le chauffeur va bien, je lui ai parlé juste après l'accident", a indiqué José Simons, superviseur STIB.

 

Des experts du parquet sont descendus sur les lieux de l’accident et le véhicule a été remorqué peu avant 5h. La voiture accidentée a également été embarquée.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

13:54 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/03/2012

Les Belges pas assez protégés sur le net

net.jpg

La législation belge ne protège pas assez la vie privée des internautes, prévient la Commission de la protection de la vie privée dans un avis rendu au ministre de la Protection des consommateurs, Johan Vande Lanotte, peut-on lire jeudi dans De Tijd.

 

La Commission met en exergue les lacunes de la loi belge en ce qui concerne la vie privée par rapport à toutes les formes de communication électronique.


La loi est trop complexe. "Le flux des données demeure en majeure partie invisible", prévient la Commission. Les internautes ne sont pas conscients des enjeux et ne peuvent donc pas exercer pleinement leurs droits à la protection de leur vie privée. Un vide dans lequel plongent les entreprises privées qui exploitent les données personnelles.


A l'heure actuelle, ces sociétés ne respectent pas l'obligation d'informer les gens sur l'utilisation de leurs données, poursuit la Commission dans son avis. Cette dernière demande dès lors une législation claire, comprenant des garanties réelles et une collaboration plus étroite et structurelle entre la Commission de la protection de la vie privée et l'IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications).

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/03/2012

Malbouffe à l’école : aucun impact sur le poids ?

malbouffe 2.jpg

Une étude américaine aboutit à la conclusion qu’il n’existe pas de lien entre la malbouffe à l’école et le poids de l’enfant. Des résultats contestés.

 

Sur un plan strictement statistique, le constat posé par cette équipe de l’université de Pennsylvanie semble clair et net. « Fondamentalement, nous démontrons qu’il n’existe pas de relation de cause à effet entre la fréquentation d’une école qui propose de la malbouffe et la prise de poids chez l’enfant », indique Jennifer Van Hook, professeur de sociologie et de démographie, et coordinatrice de cette étude.

 

Celle-ci a porté sur quelque vingt mille élèves, suivis durant une période de dix ans (de la maternelle ou début du secondaire), fréquentant un établissement qui proposait ou non de la malbouffe (bonbons, chips, barres chocolatées, crèmes glacées, hot-dogs, pizzas, etc). Aucune association n’a pu être établie avec l’évolution de l’indice de masse corporelle (IMC), rapporte un article publié dans la revue « Sociology of Education ». Le Pr Van Hook ajoute néanmoins que « ceci signifie pas que la malbouffe soit une bonne chose, mais indique que l’école n’en est probablement pas la source principale ». Les influences extrascolaires, et en particulier l’environnement familial, seraient bien plus déterminantes.

 

Invités à commenter ces résultats, d’autres experts soulignent que la malbouffe n’a pas sa place à l’école, qui doit se montrer exemplaire (notamment) à cet égard. Comme le souligne l’un d’entre eux, « il serait absurde d’enseigner à l’enfant comment bien se nourrir, et de lui proposer dans le même temps les aliments les plus déconseillés ». A ceci s’ajoute le fait que cette étude a été réalisée auprès de jeunes élèves. « Au fur et à mesure qu’ils avanceront en âge, et surtout lorsqu’ils fréquenteront l’enseignement supérieur, ils disposeront d’une plus grande latitude – singulièrement sur le plan financier – pour acheter ces produits », explique cet autre spécialiste. Enfin, même si cela ne clôt pas le débat, cette étude n’a pas tenu compte de l’impact de la malbouffe sur d’autres plans, et l’on pense en particulier ici à la santé bucco-dentaire.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

18:47 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/03/2012

Voici le championnat du vol de vélos !

vélo2.jpg

Plusieurs associations cyclistes organiseront, le 29 mars prochain dans la matinée, un championnat du vol de vélos, place Royale à Bruxelles. Avec cet événement, le Groupe de recherche et d'action des cyclistes quotidiens (GRACQ), le Fietsersbond, l'European Union Cyclists' Group (EUCG) et CyCLO souhaitent rappeler leur exigence d'un plan intégré de lutte contre le vol en Région de Bruxelles-Capitale.

 

"La réalisation d'infrastructures cyclistes ainsi que des mesures de contrôle et d'évaluation s'imposent et doivent contribuer à faire de Bruxelles une ville cyclable", soulignent les associations dans un communiqué.


Ces dernières estiment par ailleurs que le vol est un véritable fléau à Bruxelles et constitue l'une des raisons principales pour laquelle les gens renoncent au vélo. Le nombre de vélos volés est en effet quatre fois plus élevé que le nombre de vol de voiture.


Les associations souhaitent donc que la lutte contre le vol de vélo soit placée en tête des priorités de la police et de la justice. "Il faut que l'impunité du vol de vélo à Bruxelles cesse", a ainsi insisté Eric Nicolas, Secrétaire général du GRACQ, contacté par l'Agence Belga.


Durant le championnat, des vols de vélos seront simulés et le meilleur "voleur" remportera un prix, à savoir une Pince d'Or.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

21:49 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/03/2012

La moitié des seniors belges se sentent seuls

Solitude.jpg

Près de la moitié (46%) des seniors en Belgique se sentent seuls, ressort-il d'une étude réalisée à la demande de la Fondation Roi Baudouin par Ipsos en collaboration avec l'Université de Liège et la KU Leuven.

 

Un senior sur dix dit se sentir "souvent" seul et un sur trois "parfois". En extrapolant le premier chiffre à l'ensemble de la population de plus de 65 ans, cela signifie que quelque 162.000 personnes, en Belgique, se sentent souvent seules. A l'inverse, six seniors sur dix disent ne pas éprouver de solitude.


Environ la moitié des seniors se sentant esseulés se trouvent aussi dans une situation d'isolement social, plus fréquente chez les résidents de maisons de repos et de soins. Ces derniers souhaiteraient souvent avoir plus de contacts, surtout avec leurs petits-enfants.


Huit personnes âgées sur dix ont au moins un contact par semaine avec leurs enfants et, pour trois sur dix, cette fréquence monte même à un contact quotidien. Près de 8% des seniors interrogés n'ont de contact avec personne pendant une semaine entière.


Le sentiment de solitude croît avec l'âge, révèle encore l'étude. C'est en effet dans le groupe des plus de 85 ans qu'il est le plus élevé. Les personnes solitaires et socialement isolées sont également plus nombreuses chez les femmes, chez les veufs et les veuves, chez les personnes âgées souffrant de problèmes de santé et chez les personnes âgées qui peinent à joindre les deux bouts.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:50 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/03/2012

Une campagne de sensibilisation pour le vote des étrangers

vote électronique.jpg

La Coordination Nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD) a lancé jeudi, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, une campagne de sensibilisation à l'égard des étrangers pour la participation aux élections communales, qui auront lieu le 14 octobre 2012.

 

Intitulée "Au-delà des frontières, tous citoyens", la campagne de la CNAPD a pour objectif d'augmenter, sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le nombre d'étrangers qui participeront aux prochaines élections communales.


"Ce droit existe depuis 2006. A l'époque, plus 850.000 personnes étaient concernées, mais une faible proportion d'entre eux s'était inscrite pour ce rendez-vous fondamental. Nous voulons, à travers cette campagne, rappeler à ces personnes que le vote est très important et a une incidence sur leur vie quotidienne", a déclaré un membre du bureau de la CNAPD, qui rassemble plus de 40 organisations.


Une dizaine d'affiches sont à la disposition de toutes les associations désireuses de participer à l'action, et un web-documentaire, axé sur des problématiques concrètes que les citoyens rencontrent à l'échelon communal et illustré par des adultes de nationalités étrangères, a été créé pour l'occasion.


La CNAPD entend également militer, après le scrutin communal d'octobre, pour le droit d'éligibilité des étrangers non-européens, qui n'ont, pour l'heure, que le droit de vote, moyennant plusieurs conditions.


Le ressortissant d'un pays membre de l'Union européenne a le droit de choisir ses élus communaux, s'il est âgé d'au moins 18 ans, s'il n'est pas déchu de ses droits civils et politiques et s'il est inscrit au registre de la population ou des étrangers à la date du 31 juillet 2012 au plus tard.


En plus de ces trois critères, le ressortissant d'un pays non membre de l'UE doit avoir résidé de manière effective et ininterrompue en Belgique pendant cinq ans au moins avant sa demande d'inscription, et doit s'engager à respecter la Constitution et les lois belges, ainsi que la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés.


Les personnes concernées sont invitées à se rendre au service population de leur commune. Les affiches peuvent être obtenues sur demande à la CNAPD, et le web-documentaire didactique est visible sur le site www.cnapd.be.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

17:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/03/2012

De plus en plus de Belges ne rentrent pas leur déclaration fiscale

impôt4.jpg

Le nombre de Belges qui ne remettent pas de déclaration fiscale a augmenté ces dernières années, ressort-il d'une réponse écrite fournie par le ministre des Finances, Steven Vanackere, à un député. Ce nombre s'élevait à 304.197 pour l'exercice d'imposition 2007 contre 324.866 pour l'exercice d'imposition 2009. Le nombre de déclarations tardives s'est en revanche réduit considérablement, passant de 335.692 pour l'exercice 2007 à 180.097 pour l'exercice 2009.

 

Les cas de déclarations non rentrées étaient plus nombreux en Wallonie pour l'exercice 2009 qu'en Flandre: 129.269 en Wallonie (39,8 pc) contre 121.009 en Flandre (37,2 pc), et 74.588 à Bruxelles (23 pc).

 

Quant aux déclarations tardives, elles se répartissaient comme suit pour l'exercice 2009: 89.947 en Flandre (49,9 pc), 65.999 (36,6 pc) en Wallonie et 24.151 à Bruxelles (13,4 pc).

 

Toujours pour cet exercice, sur un total de 35,6 milliards d'euros, les montants enrôlés de l'impôt des personnes physiques en Flandre s'élevaient à 22,5 milliards d'euros en Flandre, 10,1 milliards en Wallonie et 3,02 milliards à Bruxelles.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

21:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/03/2012

Les sirops pour la toux interdits aux moins de 6 ans

sirop.jpg

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a augmenté l'âge limite pour certains antitussifs et expectorants, désormais fixé à six ans, révèle mardi Sud Presse.


Le premier argument de l'AFMPS est que rien ne démontre l'efficacité des antitussifs. "On les prescrit davantage dans l'idée d'améliorer la qualité de vie de l'enfant mais pas pour soigner quoi que ce soit", souligne un pédiatre.


L'Agence ajoute à ce constat le risque d'effets secondaires, comme la somnolence. Par ailleurs, selon l'AFMPS, le fait de donner du sirop pourrait aussi masquer une vraie maladie, telle qu'un reflux ou de l'asthme.


Sont donc désormais contre-indiqués chez les enfants en-dessous de 6 ans, les antitussifs contenant l'un des principes actifs suivants: dextrométhorphane, pentoxyvérine, lévodropropizine, noscapine, clopérastine, pholcodine et codéine et ses dérivés (dihydrocodéine, éthylmorphine et thébacone). Il en va de même avec les expectorants contenants de la guaifénésine.


L'AFMPS recommande en outre une utilisation de courte durée (maximum 5 jours) pour les décongestionnants nasaux. Ceux contenant les principes actifs phényléfrine, éphédrine, naphazoline et tramazoline, sont même contre-indiqués chez les enfants de moins de 7 ans.


L'Agence fédérale a encore pris une dernière mesure, qui touche tant les enfants que les adultes: les médicaments contenant de la codéine ou un de ses dérivés seront dorénavant soumis à prescription médicale.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

22:13 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/03/2012

Le congé parental de 4 mois au menu du Conseil des Ministres

famille5.jpg

La question du passage de 3 à 4 mois de la durée du congé parental à temps plein, imposée par une directive européenne qui devait être transposée en droit belge pour le 8 mars, figure au programme du conseil des ministres de vendredi, a-t-on appris lundi auprès de la ministre de l'Emploi Monica De Coninck.

 

La CSC a déploré lundi que le gouvernement fédéral n'ait pas encore fait transposer la directive européenne sur le congé parental alors que cette transposition en droit belge devait intervenir pour le 8 mars.

 
Ce congé est "important pour les parents qui travaillent souvent tous les deux et souhaitent combiner travail et vie familiale", a souligné le syndicat chrétien.

 
La semaine dernière, dans une réaction aux décisions prises dans le cadre du conclave budgétaire, la FGTB avait déjà réclamé la mise en application de cette mesure et regretté l'absence de budget pour le financement d'un quatrième mois de congé parental.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

19:46 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |