01/10/2012

Un enfant sur deux est mal attaché en voiture

ceinture2.jpg

Au moins un enfant sur deux n'est pas correctement attaché en voiture, ressort-il de la dernière enquête de comportement de l'Institut belge pour la Sécurité routière. Un enfant sur dix n'est même pas du tout attaché, s'inquiète l'IBSR, à l'occasion du lancement d'une campagne de sensibilisation sur le sujet.

 

En 2010, 1.821 enfants âgés de 0 à 12 ans ont été impliqués dans un accident de voiture avec lésions corporelles, rappelle l'Institut. Parmi eux, 77 ont perdu la vie ou ont été grièvement blessés.

"Un enfant transporté dans un siège-auto correctement utilisé court trois fois moins de risques de perdre la vie ou d'être grièvement blessé en cas d'accident", souligne-t-on.

 

A partir du 1er janvier 2013, le non-port de la ceinture deviendra une infraction du 2e degré, sanctionnée d'une amende de 100 euros, se réjouit l'IBSR. La non-utilisation ou l'utilisation incorrecte d'un système de retenue pour enfants deviendra une infraction du 3e degré - soit une amende de 150 euros - à partir de la même date.

 

La campagne, qui se déroule du 24 septembre au 21 octobre, a pour objectif de faire en sorte que chacun s'interroge sur la manière dont ses enfants sont attachés dans la voiture. Des vidéos explicatives sur l'utilisation correcte de chaque type de siège-auto sont disponibles sur le site goforzero.be.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

20:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2012

La tétine serait un frein au développement de l'enfant

tétine.jpg

Donner la sucette à un bébé de sexe masculin le "rendra moins mature émotionnellement", affirme une nouvelle étude de l'université du Wisconsin.

 

L'utilisation de la tétine chez un bébé, si elle apaise ses pleurs et le rassure, pourrait retarder le développement émotionnel. Surtout chez les petits garçons.


Comme le botox

Les expressions du visage seraient plus tardives chez ces enfants-là. "Nous pouvons parler aux bébés mais, au début, ils ne comprennent pas ce que signifient les mots. C'est notre intonation et nos mimiques faciales qui vont les aider à comprendre", explique le professeur Paula Niedenthal. Avec une sucette en bouche, l'enfant est moins apte à imites expressions faciales qu'il voit. L'effet serait similaire à celui du botox qui paralyse les muscles faciaux.


Cela se marquerait plus chez les petits garçons qui ont pris la sucette durant de nombreuses années. Chez les filles, cela ne se vérifie pas. Les chercheurs avancent l'hypothèse que ce seraient les parents qui attendent de leur garçon d'être impassible, là où une fillette devrait être plus réactive et "émotionnellement sophistiquée".


Pour l'instant, les chercheurs ne savent pas à partir de combien de temps la tétine est néfaste. "Nous ne savons pas si l'usage de la sucette est néfaste tout le temps. Alors quand est-il mauvais et à quel degré? Nous savons déjà avec certitude que sucer l'objet la nuit ne l'est pas parce que l'enfant ne nous imite pas. Ce n'est pas un temps d'apprentissage."

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2012

"Bruxelles Temps Libre", un site dédié aux activités extrascolaires

temps libre.jpg

Les activités extrascolaires organisées en Région de Bruxelles-Capitale durant l'année scolaire seront dorénavant répertoriées sur une plate-forme internet, a annoncé mardi le ministre de l'Action sociale, de la Famille et de la Culture au sein de la Commission communautaire française (Cocof). Le site internet "Bruxelles Temps Libre" est destiné à tous les parents d'enfants âgés de 2 ans et demi à 12 ans.

 

En Région bruxelloise, rares sont les publications qui offrent une vue panoramique des activités organisées pour les enfants. En réponse à ce manque, la Cocof a demandé aux ASBL Badje et ideji de remédier à la situation en créant un outil d'information à destination des parents.


Celui-ci, créé en association avec les coordinations Accueil Temps Libre (ATL) des communes qui en disposent, recense plus de 2.000 activités. "L'accueil extrascolaire joue un rôle capital dans le développement et l'épanouissement des enfants. Il est fondamental que tout enfant, quel que soit son origine sociale ou culturelle, puisse en bénéficier", a souligné le ministre.


Le site, hébergé à l'adresse www.bruxellestempslibre.be, est le pendant du site www.bruxellesenvacances.be centré sur les périodes de vacances scolaires.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

23:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2012

Augmentation du nombre d'enfants portant le nom de leur mère

maman3.jpg

Le nombre de nouveau-nés portant le nom de famille de leur mère est passé de 4.127 en 2007 à 5.596 l'an dernier, d'après une réponse de la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, à une question parlementaire écrite.

 

Sur cette même période, le nombre d'enfants portant un nom composé de ceux du père puis de la mère est passé de 312 à 549, et celui de ceux portant d'abord le nom de la mère, de 167 à 214.

 

Ces augmentations sont en partie liées à la croissance démographique, même si celle-ci ne s'est pas constatée l'an dernier: de 2007 à 2011, le nombre de naissances est passé de 124.102 à 127.868, avec un pic à 129.245 en 2010.

 

Le nombre d'enfants ne portant que le nom du père a suivi cette courbe: il est passé de 114.724 en 2007 à 119.360 en 2010, avant de fléchir à 117.114 l'an dernier.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

20:38 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2012

Plus de 10.000 conducteurs roulent sans permis

permis4.jpg

Plus de 10.000 conducteurs ont été sanctionnés en un an pour avoir roulé sans permis valable. Au total, 10.507 condamnations ont été prononcées soit le double d'il y a cinq ans.

 

Si autant de mauvais conducteurs ont été identifiés et sanctionnés, c'est parce les policiers fédéraux et locaux examinent systématiquement les permis de conduire lors d'un contrôle.

 

Un premier groupe de contrevenants se compose de jeunes qui ont appris à rouler avec la voiture de leurs parents mais n'ont jamais eu de permis. On retrouve aussi des conducteurs qui ne peuvent pas rouler pour raisons médicales mais qui le font quand même. Un troisième groupe se compose de conducteurs conscients de commettre une infraction et qui ne disposent par ailleurs pas d'assurance.

 

4.142 condamnations ont été infligées à Bruxelles, 2.189 à Gand et 2.136 à Anvers. Rouler sans permis valable est passible d'une interdiction de conduire de 8 jours à 5 ans, d'une peine de prison d'un an et d'une amende possible de 11.000 euros.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

08:08 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/08/2012

Les jeunes aussi ont des dettes

euros13.jpg

De plus en plus de gens entre 20 et 35 ans contractent de petites dettes, parfois pour un montant de 25.000 euros. Les huissiers doivent donc ces derniers temps régulièrement intervenir chez des jeunes.

 

"Je vois souvent des dossiers de jeunes gens qui gagnent correctement leur vie, et je me demande comment ils arrivent si vite à avoir des dettes", explique Ivo Goeyens, le président de la Chambre nationale des huissiers.


Les jeunes adultes d'une vingtaine ou trentaine d'années ont tendance à cumuler de petites dettes. Ils achètent beaucoup, des ordinateurs portables aux smartphones en passant par des citytrips ou une deuxième voiture. La tentation de participer à la société de consommation est très forte chez eux.


"J'ai des jeunes familles qui contractent des emprunts pour payer leurs vacances au ski. En même temps, il y a un grand manque de connaissance, et donc aussi un grand besoin de formation et de vision sur comment gérer l'argent", souligne le président du CPAS de Vilvorde.

 

Pas toujours simple de vivre dans société où « avoir » prime sur « être » !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

23:27 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/08/2012

Elections: les étrangers moins nombreux à voter

voter10.jpg

Quatorze pour cent des ressortissants extra-européens et 18,5% des citoyens communautaires se sont inscrits pour aller voter aux prochaines élections communales, d'après les chiffres définitifs publiés lundi par le SPF Intérieur. La proportion est légèrement moins importante qu'aux dernières élections locales en 2006.

 

Depuis 2000, les ressortissants des pays membres de l'Union européenne peuvent voter aux communales. Six ans plus tard, les étrangers extra-communautaires ont eux aussi acquis ce droit, à condition qu'ils résident depuis au moins cinq ans de façon continue dans le pays.


La période d'inscription au prochain scrutin courait jusqu'au 31 juillet. Au total, 7.966.698 électeurs sont inscrits, dont 7.825.301 ont la nationalité belge, selon le décompte publié par le SPF Intérieur. Parmi les autres électeurs, on retrouve 120.826 citoyens communautaires (soit 18,48% de cette population) et 20.571 non-Européens (soit 14,04%).


A titre de comparaison, en 2006, 110.973 Européens (20,94% à l'époque) et 17.065 non-Européens (15,71%) s'étaient inscrits.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

23:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/08/2012

N'oubliez pas de vous inscrire pour le barbecue de la LBR

Barbecue LBR.jpg

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

12:18 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/08/2012

Les "Tanguy" plus nombreux qu'avant

Tanguy3.jpg

Le phénomène des "Tanguy", ces jeunes adultes qui continuent de vivre au domicile familial, est entré dans le langage courant mais reste assez méconnu. Ils seraient plus nombreux qu'avant en Belgique mais on dispose toutefois de peu de données précises à ce sujet, selon une analyse effectuée par l'Institut pour un Développement Durable (IDD).

 

Si l'on compare la proportion de jeunes âgés entre 18 et 24 ans habitant avec leurs parents, on constate une augmentation ces dernières années: ils étaient ainsi 76,5 pc en 2004 et 80,4 pc en 2009. Pour les 25-34 ans, après une légère hausse entre 2004 et 2007 (de 14,9 pc à 16,9 pc), la tendance repartait à la baisse en 2009 (14,9 pc).

Au total, en 2009, on dénombrait environ un million de jeunes adultes âgés de 18 à 34 ans qui habitaient avec leurs parents, dont un peu plus de 200.000 avaient entre 25 et 34 ans.

 

Parmi les 18-24 ans habitant encore chez leurs parents, la majorité sont des étudiants (65,8 pc en 2009). Ils sont suivis par les travailleurs à temps plein (19,7 pc) et les chômeurs (6,4 pc).

 

Tendance inversée pour les 25-34 ans, où la majorité possède un emploi à temps plein (69,6 pc en 2009), suivis des chômeurs (9,1 pc).

"L'imaginaire collectif concernant les Tanguy est conforté par les données, surtout pour les 25-34 ans: environ 3/4 d'entre eux ont un boulot et donc des revenus; on peut donc supposer que leur maintien (ou leur retour) à domicile n'est pas - pour l'essentiel - une question d'insuffisance de revenus", souligne l'IDD.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

12:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/07/2012

141.829 Belges disent oui au don d'organes

don3.jpg

A l'heure actuelle, 141.829 Belges se sont inscrits en faveur d'un don d'organes, ce qui représente une croissance de 55% par rapport à 2007. En 2003, ils n'étaient encore que 27.449.

 

En revanche, le nombre de Belges qui marquent leur opposition au don d'organes diminue. Ils sont à présent 188.892, contre 192.542 en 2002.


L'inscription en faveur du don d'organes signifie que la personne fait une déclaration de volonté. "Ce n'est pas parce qu'ils sont inscrits qu'ils sont donneurs. Le jour de leur don, il pourrait y avoir des problèmes de santé ou des antécédents qui rendraient ce don impossible", précise Isabelle Sénépart de l'association Beldonor.


En 2011, l'âge du donneur d'organes était de 50 ans. Le plus jeune donneur n'avait que 4 mois et le plus âgé 83 ans.


Fin 2011, 1.174 patients étaient encore en liste d'attente pour recevoir un organe: 837 patients en attente d'un rein, 147 d'un foie, 118 d'un poumon, 53 d'un coeur et 19 d'un pancréas.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/07/2012

270.000 jeunes Belges partent en camp cet été

scouts3.jpg

Tous mouvements de jeunesse confondus, plus de 270.000 jeunes Belges, dont 100.000 francophones, sont partis ou partiront dans l'un des 5.800 camps organisés cet été en Belgique ou à l'étranger. Plus de 40 communes profiteront cette année de l'opération "Well'Camps", dont l'objectif est de désigner un intermédiaire - souvent un étudiant - qui aide et informe les mouvements de jeunesse dans leurs contacts avec les autorités communales et les habitants.

 

Cette année, il n'y a pas eu de nouvelles normes spécifiques établies quant à la tenue de camps. "L'encadrement des jeunes reste la priorité", rappelle Annick Hoornaert, porte-parole de l'ASBL "Les Scouts", qui compte 55.000 membres en fédération Wallonie-Bruxelles, dont 44.500 jeunes. "Il doit normalement y avoir un animateur pour 12 jeunes, mais dans les faits, il y en a davantage."


La formation d'un animateur aux questions de sécurité et de bien-être, ainsi que sa sensibilisation aux questions d'éducation et de développement psychologique des enfants et des adolescents est un processus continu. "Il se peut donc que des camps soient organisés avec des chefs dont la formation n'est pas terminée. Mais chaque unité, qui regroupe plusieurs groupes de jeunes locaux, doit être encadrée par un chef âgé de plus de 27 ans", nuance Annick Hoornaert.


Ces animateurs doivent prévenir les communes de la tenue d'un camp sur leur territoire afin de s'assurer que les zones de jeux et de camps choisies respectent bien les normes de sécurité.

 

Les scouts et guides de la 51e et 73e partent traditionnellement en juillet. Les Pionniers seront bientôt de retour du Portugal et les plus jeunes sont sur le départ… Bon camp à tous !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:13 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2012

Nouvelle image pour la Région bruxelloise

be.brussels.jpg

Le gouvernement bruxellois réuni jeudi a fait son choix définitif sur les instruments (logo, nom de domaine, marque) qui renforceront l'image de la Région-capitale à travers les multiples supports et organismes publics et privés qui lui sont liés de près ou de loin.


Le nouveau nom de domaine "brussels" sera systématiquement associé au code de la Belgique (be), plaçant Bruxelles au centre de la Belgique fédérale, ont expliqué en substance le ministre-président bruxellois et le ministre bruxellois des Relations extérieures, dévoilant la marque et le logo. Ce dernier consiste désormais en une représentation figurée de l'iris dont les pétales jaunes sont remplacés par un cœur jaune lui aussi.


"be.brussels" sera tout à la fois: la marque, et le site internet qui remplacera progressivement irisnet.be peu évident à retenir en dehors de Bruxelles.


Dans l'esprit de ses concepteurs, l'agence Base Design, la marque est aussi une affirmation ou une invitation à être bruxellois. Les couleurs bleues et jaune sont conservées.


Par souci de rassemblement autour de l'identité bruxelloise, le logo des différents organes publics et privés pourra être adopté dans un système en deux lignes du style "be mobile be.brussels"; "be sportif be.brussels"; "be propre be.brussels"...


La deuxième ligne est celle de la proximité avec l'identité bruxelloise, la première intègre la spécificité de l'opérateur.


Charles Picqué a rappelé que cette opération s'inscrivait dans le contexte du Plan de Développement International de Bruxelles qui vise à développer les atouts de la capitale dans un contexte de concurrence avec les grandes métropoles européennes.


Selon lui, Bruxelles manquait jusqu'à présent de coordination quant à l'image projetée vers l'extérieur par ses différents acteurs.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/07/2012

Il faut revaloriser les Directeurs d'écoles fondamentales !

Directeur2.jpg

Autrefois, c’était une fonction prisée. Le bel aboutissement d’une carrière. Ce n’est plus le cas. Diriger une école est devenu un calvaire – la gestion administrative s’est alourdie, les écoles ne sont plus les havres de paix d’antan, les publics scolaires de plus en plus divers sont de plus en plus difficiles à gérer, etc. Total : les candidats à la fonction ne se bousculent plus.

 

Les pouvoirs organisateurs (PO) peinent à en dénicher. Et bien des chefs d’école craquent, et s’en retournent sur l’estrade. C’est surtout vrai au fondamental. Au secondaire, le chef d’école est épaulé par une équipe. Au primaire, il est souvent seul. Une aide administrative est accordée par lot de 1.000 élèves. C’est dérisoire.

 

Soutenus par le Secrétariat de l’enseignement catholique (Segec), les directeurs réclament un geste de la Communauté française. En vain. Mais le Conseil de l’éducation de la formation (CEF) vient de rendre un avis qui confortera leur combat. Le CEF est cet organe de réflexion qui réunit une trentaine d’acteurs scolaires (PO, syndicats, parents) et de la formation (patrons, Forem, Actiris). Son avis est clair et unanime : la fonction de directeur du primaire doit être revalorisée.

 

Le CEF rappelle que la Communauté s’y est engagée en début de législature (certes : « en fonction des disponibilités budgétaires»). Il note que l’OCDE a signalé que « le recrutement des chefs d’école est devenu difficile » (on évoque « des difficultés de recrutement dans 15 pays sur 22 » (dont le nôtre). Le CEF cite une étude menée par les PO où il est dit, notamment : vis-à-vis des enseignants, « l’autorité du directeur ne va plus de soi ». Les PO avaient aussi noté que les directeurs doivent de plus en plus travailler avec des intervenants sociaux et judiciaires (« Ils sont au cœur d’un réseau d’intervenants multiples qui le sollicitent dans le cadre de conflits familiaux, de problème de maltraitance ou d’exercice de l’autorité parentale »). On évoquait encore une « inflation administrative et bureaucratique qui empêche les directions de se consacrer à l’essentiel : le leadership pédagogique de leur équipe ».

 

Le CEF engage le politique à  considérer le directeur comme le « pivot indispensable de l’amélioration de la qualité de l’enseignement » et à mettre les moyens pour cela. Sur l’aide administrative : « Les chefs d’établissements doivent être mis en état d’exercer un véritable leadership pédagogique, ce qui nécessite qu’ils puissent bénéficier d’un encadrement pour déléguer les fonctions sociales, éducatives et  administratives à du personnel organique spécifique, comme c’est le cas au secondaire » – le CEF, ici, suggère un leadership pédagogique « partagé » avec les profs expérimentés.

Enfin, il est dit que la fonction « doit être rendue plus attractive » sur le plan salarial et qu’un écart suffisant doit être conservé entre directeur et enseignant. A priori, on voit mal le politique esquiver un avis aussi tranchant. Et le Segec a déjà annoncé que le prochain accord social devra évoquer le sort du directeur.

 

Extrait du Journal LE SOIR du 06/07/2012

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

00:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/07/2012

16 septembre : prochain dimanche sans voiture à Bruxelles

sansvoiture.jpg

Le prochain "Dimanche sans voiture" de Bruxelles aura lieu le 16 septembre, a annoncé Bruxelles Mobilité dans un communiqué diffusé mercredi. Cette journée inaugurera la "Semaine de la Mobilité".

 

Le 16 septembre, de 9 à 19 heures, la ville de Bruxelles sera donc fermée à toutes les voitures, à l'exception des transports en commun, des taxis, des autocars, des services de secours et des véhicules d'utilité publique. La vitesse maximale sera limitée à 30km/h.

Le "Dimanche sans voiture" ouvrira la "Semaine de la Mobilité", qui proposera, entre autres, un village "branché" dédié au vélo et la possibilité de vivre une activité VIP mettant à l'honneur un mode de déplacement durable.

 

Des autorisations de circuler, valables pour l'ensemble de la région, pourront néanmoins être accordées pour des raisons dûment motivées. Les automobilistes doivent introduire leur demande avant le 12 septembre, auprès de leur administration communale pour les Bruxellois, auprès de l'administration communale de destination pour les personnes extérieures à la région.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/06/2012

Plus de 2.100 exclusions dans l'enseignement wallon et bruxellois

école5.jpg

Un total de 2.163 exclusions a été constaté en 2011 dans l'enseignement fondamental et secondaire (ordinaire et spécialisé) en Wallonie et à Bruxelles, rapporte les statistiques de l'Observatoire de la violence à l'école de la Direction générale de l'enseignement obligatoire de la Communauté française. Les violences verbales et les incivilités sont dans 64% des cas les motifs d'exclusion.

 

Septante-sept élèves ont été exclus plus d'une fois sur l'année scolaire. "Les élèves de 15 et 16 ans sont principalement ceux qui font l'objet d'une exclusion définitive. Ils se trouvent souvent dans des classes de 3e année secondaire de la filière professionnelle (18 %)", précise le journal.

 

Une autre grande partie de ces élèves exclus sont en première année mais dans des classes dites complémentaires (11%). Une année complémentaire, au terme de la 1re ou de la 2e année commune, est accessible pour les élèves qui éprouvent des difficultés à atteindre les compétences visées dans le programme pédagogique.

 

Quelque 580 refus d'inscription ont en outre été enregistrés entre le 30 juin et le 15 septembre 2011.

 

Par ailleurs, l'Observatoire de la violence à l'école a comptabilisé, en 2011, 240 actes de violence envers des membres du personnel sur un total de 4.710 accidents de travail, contre 269 en 2010 et 239 en 2007.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

23:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/06/2012

La Belgique championne des embouteillages

embouteillage2.jpg

Les automobilistes perdent le plus de temps dans les embouteillages en Belgique que dans les autres pays d'Europe et en Amérique du Nord. Les bouchons à Bruxelles et Anvers sont plus importants qu'à New York, Paris ou Londres. Il n'y a qu'à Milan que les problèmes de trafic sont plus aigus. C'est ce qui ressort d'une étude américaine.

 

Le fournisseur international d'informations sur le trafic Inrix a, selon ses dires, étudié les déplacements de quelque 100 millions d'automobilistes via leur GPS.


Il en ressort que les conducteurs belges ont perdu l'an dernier en moyenne 55 heures dans les embouteillages, soit plus que dans les autres pays d'Europe et en Amérique du Nord. Un trajet en Belgique dure en moyenne 21% plus longtemps lorsqu'il est effectué aux heures de pointe, en semaine.


Les villes les plus touchées en Belgique sont celles de Bruxelles et d'Anvers. On y perd en moyenne, sur base annuelle, respectivement 72 et 71 heures dans la circulation. Il n'y a qu'à Milan, en Italie, que la situation est pire. Gand, Charleroi et Liège complètent le Top 5 des villes belges où il y a le plus de ralentissements.


Inrix estime encore que le plus gros point noir du trafic en Belgique se situe le vendredi entre 16h00 et 17h00 à Anvers. A ce moment, un automobiliste voit son temps de parcours rallongé de 40% en moyenne.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

19:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/06/2012

Cherche 250 policiers à Bruxelles !

police8.jpg

La Région bruxelloise lancera mardi et pour un mois une vaste campagne média (affichage dans les transports publics, affichage urbain, spot radio, réseaux sociaux...) avec la police fédérale afin de recruter 250 policiers supplémentaires dans la capitale.

 

Dotée de nouvelles compétences et de moyens importants en matière de sécurité depuis la 6ème réforme de l'État, la Région bruxelloise a décidé de renforcer en priorité la sécurité dans les transports en commun. Pour ce faire, 250 policiers seront recrutés cette année.


L'objectif de la campagne lancée à l'initiative du ministre-président bruxellois Charles Picqué est double: rendre plus sûre l'utilisation des transports en commun tout en augmentant le nombre de Bruxellois au sein de la police afin de disposer d'un personnel ayant une meilleure connaissance des réalités de terrain et des spécificités locales.


Selon Charles Picqué, "on constate aujourd'hui que 25% des emplois de la police intégrée sont situés sur le territoire de la Région bruxelloise alors que seulement 8% des candidats policiers sont bruxellois. Cela signifie qu'il existe un véritable potentiel d'emplois pour les Bruxellois dans le secteur de la sécurité".


Cette campagne qui démarre sur Bruxelles et sa périphérie s'adresse en priorité à tous les jeunes terminant leur année scolaire.


Les futurs candidats policiers bénéficieront d'abord d'une formation pendant un an. Ils seront opérationnels à partir d'octobre 2013.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/06/2012

Un soda par jour et le coeur souffre déjà !

coca2.jpg

La consommation d’une boisson sucrée chaque jour accroît de 20% le risque cardiaque, par rapport à un usage modéré.


Ce constat, qui appuie les résultats d’un éventail d’autres études, a été posé au terme d’un suivi de… vingt ans, concernant un panel de près de… 43.000 hommes adultes. Des travaux d’une très large envergure, donc. Coordonnés par une équipe de l’Ecole de santé publique de l’université de Harvard (Boston), ils aboutissent à la conclusion que les plus grands consommateurs de sodas (une unité ou davantage chaque jour) s’exposent à un risque accru de 20% de souffrir d’une maladie coronarienne, par rapport à ceux qui modèrent leur consommation, ou s’abstiennent (deux canettes ou moins par semaine).


Cette observation (détaillée dans la revue « Circulation ») a été mise en évidence après « neutralisation » d’autres facteurs de risque, comme le tabac, la sédentarité, l’alcool, une alimentation peu équilibrée ou encore un IMC (indice de masse corporelle) élevé. Concernant les femmes, d’autres recherches ont montré un risque coronarien similaire.

 

Avec mes 2 litres de coca light par jour, je sais comment je partirai !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/06/2012

Le portrait officiel de François Hollande, à refaire ?

Hollande.jpg

La photo officielle de François Hollande, prise par Raymond Depardon, devra-t-elle être refaite? Un article du journal français Sud-Ouest pointe plusieurs anomalies, qui pourraient la rendre non conforme aux règles en vigueur.

 

D'abord, le drapeau français n'est pas à l'horizontale mais à la verticale. Présenté ainsi, c'est le drapeau des Pays-Bas (c'est à dire celui de... la Hollande) et pas de la France. Ce qui ne plaît pas à Jean-Paul Garraud, député UMP. Interrogé par Sud-Ouest, cet élu de la Droite populaire estime que "cela opère une confusion" et demande que le portrait "soit refait".

 

Ensuite, comme le rappelle un spécialiste interrogé par le journal, les règles établies par une brochure du ministère de l'Intérieur précisent que le drapeau doit flotter et être attaché à son support dans le sens vertical. Or il est plaqué contre un mur de l'Elysée, et attaché dans le sens horizontal.

 

Le drapeau européen peut, lui, être posé sur un mur, selon une circulaire du 4 mai 1963 citée par le quotidien et un décret des ministères de la Défense et de l'Intérieur. Mais il doit être placé à la droite du drapeau français, ce qui n'est pas le cas ici. Enfin, si les drapeaux longent les bâtiments, ils ne doivent en aucun cas toucher le sol. Or il semble qu'ils tombent en l'occurrence sur les marches de l'Elysée.

 

Faudra-t-il refaire la photo? Suspense...

 

Un président normal ou complètement ridicule ? Moi, j’ai choisi !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:45 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/06/2012

Jusqu'à 4 semaines pour recevoir sa plaque d'immatriculation

plaque7.jpg

Les problèmes de retard pour la gestion des immatriculations, rencontrés depuis la fin avril, ne sont pas encore résolus, a appris l'agence Belga auprès du service fédéral d'immatriculation des véhicules automobiles (DIV). Les délais d'attente pour une nouvelle immatriculation peuvent s'élever jusqu'à quatre semaines. La cause de cet important retard est un changement de système informatique opéré en interne à la fin du mois d'avril par la DIV.


Le nouveau logiciel, appelé "DIV New", rassemble toutes les données du parc automobile belge. Ce programme informatique a été hors service pendant une journée et différents "bugs" ont ralenti le système au cours des dernières semaines.


"Depuis, nous tentons le maximum pour résorber notre retard. Du personnel supplémentaire est attaché à ces tâches. Aujourd'hui, malheureusement, toute demande des automobilistes sera traitée dans un délai de 4 semaines. Nous espérons résorber rapidement notre retard", explique le porte-parole du SPF Mobilité et Transports.


Mercredi soir, la DIV n'était pas en mesure de donner le nombre exact de véhicules concernés par ce retard.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:18 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/06/2012

Une loi simplifie l'adoption d'un deuxième enfant !

famille6.jpg

La Chambre a adopté jeudi dernier à l'unanimité un projet de loi visant à simplifier l'adoption d'un deuxième enfant. Cette simplification vaudra à la fois pour les adoptions nationales et internationales. Il s'agit au départ d'une proposition de loi de deux sénateurs.

 

Lors d'une première adoption, les parents doivent suivre une préparation sur les aspects juridiques, médicaux, culturels, éthiques... Celle-ci est organisée en trois phases et constitue une préparation lourde sur le plan organisationnel et financier. La procédure est actuellement à peine plus légère et moins chère lors de l'adoption d'un deuxième enfant.


Cette deuxième préparation sera désormais facultative. L'enquête sociale ordonnée par le tribunal de la jeunesse sera en revanche toujours de mise. Celle-ci permet en effet d'évaluer l'évolution de la cellule familiale qui a déjà adopté une première fois.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:24 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/05/2012

Romain Chevalier (LBR) sera le plus jeune candidat de Belgique !

LBR 1 et 11-2.jpg

Le jeune homme, actuellement étudiant en 5e secondaire, se présente sur la liste du Bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe Joël Riguelle (cdH) à la 11e place.

 

Jusqu’à présent plusieurs candidats ont été présentés comme étant le plus jeune en vue des élections communales. Mais force est de constater que cette fois, le record semble imbattable. Romain Chevalier fêtera son 18e anniversaire le 14 octobre prochain, date des élections communales. Cet étudiant en 5e secondaire au collège du Sacré-Cœur à Ganshoren prendra la 11e place sur la Liste du Bourgmestre Joëlle Riguelle (cdH).

 

Romain n’a encore pas pris sa carte du cdH, il estime qu’à son âge, il est trop tôt pour décider de façon radicale de ses opinions politiques. “ Je suis un candidat indépendant et sans étiquette. Je suis trop jeune pour définir toutes mes orientations politiques. Même s’il y a au cdH des valeurs que je partage. Mais, pour l’instant, je me familiarise avec la politique ”, assure le jeune homme déjà fort à l’aise.

 

La politique, il y a goûté lors des élections des délégués de classe. Mais, c’est un ami de sa famille, Marc Vande Weyer (cdH), échevin de la Jeunesse à Berchem-Saint-Agathe, qui l’a repéré. “ Nous avons discuté avec Marc de mes envies de faire de la politique et il m’a aidé à faire mes premiers pas ”, se réjouit Romain. “ De façon générale, nous sommes une liste très soudée. Tous les candidats m’ont soutenu dans mes démarches, nous faisons tous campagne ensemble. ” Parmi ses engagements pour le prochain scrutin, il souhaite évidemment faire entendre la voix des jeunes. “ Je voudrais que les jeunes soient mieux accompagnés dans leur recherche d’emploi et qu’on les aide plus à entrer dans la vie active”, indique le plus jeune candidat aux communales.

 

Encouragé par ses parents dans cette expérience politique nouvelle, Romain prend tout de même garde à ne pas trop se délaisser de ses études. “ Je suis actuellement en blocus. Je me suis donc organisé pour avoir le temps d’assister aux réunions de la liste et pour aller sur le terrain à la rencontre des habitants de la commune ”, souligne ce novice en politique.

 

Passionné par les sciences, Romain se destine à une carrière dans la recherche, peut-être dans un cadre militaire.

 

Extrait du Journal LA CAPITALE du 30/05/12 (Berchem: Romain, 18 ans le 14 octobre sera le plus jeune candidat aux élections communales)

17:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/05/2012

Pas de short à l'école pour de nombreux Berchemois !

short.jpg

Des dizaines d'étudiants du collège Saint-Pierre de Jette ont mené une mini-révolution vestimentaire ce vendredi à la suite d'un incident survenu la veille au cours duquel un élève avait été réprimandé car il portait un short.

 

Selon La Dernière Heure qui relate l'information, un élève de 5e secondaire avait été sanctionné jeudi dernier après s'être rendu dans l'établissement scolaire bruxellois en short. Un éducateur l'avait interpellé et lui avait indiqué que le port du short était strictement interdit au collège.


Ni une ni deux, les autres étudiants ont décidé de mener une action dès le lendemain. Ceux-ci ont appelé les élèves du collège à se rendre à l'école en short pour les garçons et en mini-jupes pour les filles via les réseaux sociaux Facebook et Twitter. L'appel a été entendu puisqu'ils étaient très nombreux à se rendre à l'école dans une tenue non réglementaire. Les élèves ont également organisé un sit-in dans la cour de récréation pour dénoncer les faits survenus la veille.


Les responsables de l'établissement ont décidé de ne pas sanctionner les nombreux étudiants qui avaient revêtu un short dans un but de protestation. Ils ont cependant maintenu ce règlement en affirmant que les sanctions continueraient en cas de tenue incorrecte.

 

Coup de chapeau aux nombreux élèves Berchemois qui ont participé à ce geste symbolique d’opposition à un règlement quelque peu désuet !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/05/2012

Le budget vacances des Belges en baisse

vacances4.jpg

Les familles belges sont disposées à consacrer cet été une moyenne de 2.407 euros à leurs vacances, soit 8 pc de moins qu'en 2011. C'est la première diminution du chiffre de ce budget constatée en 5 ans. La baisse est plus sensible en Belgique francophone puisque le budget des Belges de langue française chute de 17 pc (à 2.199 euros). Les Néerlandophones concèdent une baisse de 3 pc (à 2.558 euros). Comparés aux autres Européens, les Belges ne sont plus ceux qui consacrent le plus d'argent à leurs vacances: ils sont dépassés par les Allemands (2.472 euros).

 

Tels sont les principaux enseignements du 12e baromètre annuel d'Europ Assistance qui a mené l'enquête auprès de 3.523 Européens (Français, Allemands, Britanniques, Italiens, Espagnols, Belges et Autrichiens).

 

Seuls 58 pc des Européens partiront en voyage cet été (-8 pc par rapport à 2011), y consacrant un budget moyen de 2.145 euros. 59 pc des Belges (-2 pc) partiront.

 

L'Europe est la destination favorite de 8 Européens sur 10 et de 80 pc des Belges. La France (34 pc) est la destination favorite des Belges.

 

La crise économique semble également influencer le choix des Belges: l'Espagne (7 pc) est ainsi dépassée par l'Italie et la Turquie (8 pc chacune). Les pays du Maghreb et le Moyen-Orient regagnent en popularité, selon Europ Assistance.

 

Dans son choix de destination de vacances, le Belge tient compte des risques en matière de sécurité, du budget et du climat.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:53 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2012

Près d'un Belge sur deux est en surcharge pondérale

obélix.jpg

De plus en plus de Belges sont touchés par les problèmes de poids. A l'heure actuelle, 47% de la population sont en surcharge pondérale et 14% d'entre eux souffrent d'obésité. Les enfants et les adolescents ne sont pas en reste, de 10 à 20% sont concernés, indiquent les cliniques universitaires Saint-Luc dans un communiqué mardi.


"L'obésité d'origine endocrinienne ou hormonale est rare. Dans la majorité des cas, c'est plutôt le mode de vie qui doit être mis en cause. La dynamique familiale, l'environnement de l'enfant et les éventuelles difficultés scolaires sont des facteurs susceptibles d'amener à une prise de poids importante", souligne le Dr Véronique Beauloye, responsable de la Clinique de l'obésité des Cliniques universitaires Saint-Luc.


L'obésité chez l'enfant est bien souvent un cercle vicieux, les kilos font office de pare-chocs social et manger permet de combler un certain vide. La surcharge pondérale crée par la suite une mauvaise image de soi qui pousse l'enfant à s'exclure lui-même.


La surcharge pondérale chez l'enfant et l'adolescent provoque des nombreuses complications cardio-vasculaires, respiratoires et métaboliques. Elle affecte également la mortalité et la morbidité à l'âge adulte.


A la clinique de l'obésité des cliniques universitaires Saint-Luc, les enfants et adolescents sont entourés d'un pédiatre, d'une diététicienne et d'une psychologue afin de chercher les bonnes habitudes alimentaires et hygiéniques plutôt que de suivre un régime intensif qui ne s'attaquerait qu'à la partie visible du mal-être.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:45 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2012

Les décès liés à la grossesse divisés par deux en 20 ans

grossesse.jpg

Le nombre de femmes décédant des suites de leur grossesse ou d'un accouchement a diminué de près de moitié en 20 ans grâce à l'amélioration de la prévention et des soins, selon des statistiques publiées mercredi par les Nations unies.

 

Il reste cependant qu'une femme meurt toutes les deux minutes de complications liées à la grossesse: hémorragie, infections, hypertension ou avortement pratiqué dans de mauvaises conditions.


De 1990 à 2010, le nombre de décès liés à la maternité a chuté de 543.000 à 287.000 par an, soit 47% de moins. Mais les disparités régionales sont fortes: 99% de ces décès surviennent dans les pays en développement, en particulier en Afrique subsaharienne.


L'Inde et le Nigeria comptent pour le tiers de ces décès - respectivement 56.000 (20%) et 40.000 (14%) - et 36 des 40 pays ayant le plus fort taux de mortalité pendant la grossesse ou l'accouchement se trouvent en Afrique subsaharienne.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

23:22 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/05/2012

Les chauffeurs belges devront payer leurs amendes françaises

route2.jpg

Les automobilistes qui ne respectent pas les limitations de vitesse et les règles du code de la route en France recevront à partir du 1er juillet leurs amendes chez eux. La Belgique et la France ont en effet trouvé un accord sur l'échange de données, peut-on lire lundi dans De Standaard.

 

Jusqu'à présent, de nombreux automobilistes flashés en Belgique ne reçoivent jamais l'amende. Il en est de même pour les Belges à l'étranger. La procédure visant à identifier les automobilistes est effectivement fastidieuse, car les parquets des pays doivent demander des informations au cas pas cas, souvent sans résultats concluants.


Une nouvelle directive européenne, qui entrera en vigueur à partir de novembre 2013, prévoit que tous les Etats membres devront à l'avenir échanger leurs données. Chaque pays devra désigner un service administratif, comme l'IBSR en Belgique, auprès duquel il sera possible d'obtenir les noms et adresses des personnes ayant enfreint 8 règles déterminées, comme par exemple le fait de brûler un feu rouge ou de téléphoner en conduisant, une vitesse excessive, la conduite sous influence, etc.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/05/2012

Toujours plus d'argent sur les comptes épargne

épargne.jpg

Un montant record de 225 milliards d'euros était entreposé sur les comptes épargne des Belges en mars. Un placement qui n'est pourtant plus intéressant compte tenu de l'inflation.

 

La quantité d'argent sur les comptes épargnes augmente considérablement depuis le début de l'année après avoir déjà enregistré une moyenne record l'an dernier de 218 milliards d'euros, selon les chiffres publiés par la Banque nationale de Belgique.

 

Les comptes de ce type ne sont pourtant plus un placement si intéressant, compte tenu de l'inflation.

 

Selon le site spécialisé guide-epargne.be, le taux le plus haut présent actuellement sur le marché est de 3 % (taux de base et prime de confiance réunis). Les comptes d'épargne classiques des grandes banques rapportent en ce moment encore 1 à 1,25 %.

 

Les différents acteurs ont encore procédé ces dernières semaines à une baisse de leurs taux respectifs.

 

L'inflation s'élevait l'an dernier à 3,5 % en Belgique et le Bureau du Plan en prévoit une de l'ordre de 2,9 % pour 2012.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:19 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2012

Les immigrés désirent voter et s'affilier à des partis politiques

isoloir2.jpg

Les immigrés de Belgique désirent autant que la population générale voter ou s’affilier à des partis politiques, selon une enquête et menée par la Fondation Roi Baudouin (FRB) et le Migration Policy Group auprès de 1.027 étrangers nés dans un pays non-européen et en situation régulière dans les villes de Bruxelles, Liège et Anvers.

 

L’enquête axée sur l’emploi, les langues, la participation civique et politique, le regroupement familial, le séjour de longue durée et la citoyenneté a abouti « à des résultats étonnants qui nuancent le débat sur les immigrés », selon Françoise Pissart, directrice de la fondation.

 

Près de 35,7% des Anversois, 29,2% des Bruxellois et 15,5% des Liégeois interrogés se sentent trop qualifiés par rapport à l’emploi qu’ils exercent. Près de sept immigrés sur dix en possession d’un diplôme étranger n’entament cependant pas les démarches pour que celui-ci soit reconnu. « Le taux d’obtention est pourtant plutôt élevé pour les personnes qui se lancent dans la procédure » selon le sociologue de l’ULB Dirk Jacobs, responsable de l’enquête belge.

 

Les immigrés interrogés considèrent leurs faibles connaissances linguistiques comme le principal obstacle au monde du travail. Ils apprécient ainsi énormément les cours de langue qui favoriseraient leur intégration socio-économique, selon l’enquête.

 

La plupart des immigrés seraient pourtant davantage polyglottes que le reste de la population. Les principales difficultés évoquées lors de l’apprentissage d’une langue supplémentaire sont le manque de temps, le coût élevé, l’insuffisance d’information ou l’absence de motivation.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:23 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/05/2012

Toujours plus de bébés trop gros à la naissance

gros bébé.jpg

Les nouveau-nés pètent la forme. Du moins, en apparence. En Flandre, selon les derniers chiffres, un bébé sur 12 pèse plus de 4 kg à la naissance. C’est la tendance générale. Problème ? Oui, problème.

 

On les appelle les bébés « macrosomes » : leur poids de naissance est supérieur à 4 kg.

Selon les tout derniers chiffres parus dans la presse flamande, un bébé sur 12 est trop gros à la naissance. Et même un bébé sur 11 dans le Limbourg. Soit de 8 % à 9 % des naissances.

 

Il y a les risques immédiats : ceux d’un accouchement difficile, avec notamment les risques de dystocie des épaules (la tête s’engage, pas les épaules) et les complications éventuelles qui y sont associées.

 

Et puis, il y a le moyen et le long terme : les enfants qui viennent au monde avec plus de 4 kg risquent, plus que d’autres, de connaître ensuite des problèmes d’obésité et/ou de diabète.

 

Spirale négative

Selon le gynécologue Wilfried Gyselaers, professeur à l’université de Hasselt, la raison la plus évidente de cette périlleuse courbe de poids, c’est notre façon de vivre. Nos excès. Les mères en surpoids mettent plus souvent au monde des enfants eux-mêmes trop gros. Mêmes risques quand les femmes développent un diabète pendant la grossesse.

 

Et comme les enfants sont susceptibles d’être à leur tour exposés à des problèmes similaires, « c’est une spirale négative d’obésité, toujours plus importante, qui se met en place », souligne le professeur Wilfried Gyselaers.

 

Vigilance avant et pendant la grossesse

Les recommandations du spécialiste sont donc a priori pleines de bon sens : les femmes qui projettent d’avoir un enfant doivent, dans la mesure du possible, ramener leur poids de départ à des proportions « normales ». Et veiller, tout au long de la grossesse, à ne pas dépasser la prise de poids autorisée.

 

Par ailleurs, les échographies ne sont pas encore techniquement en mesure d’évaluer tout à fait précisément le poids du bébé à la naissance, surtout en cas de diabète maternel.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

19:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |