11/02/2016

Images de Marc - L'aventure continue

IDM 2016.jpg

Dès le 1er mars 2016, une nouvelle version de votre journal Images de Marc arrivera dans vos boites aux lettres, du moins si vous faites partie de mon fichier.

Une nouvelle fonction au sein de ma commune qui me donnera l’occasion de vous proposer un nouveau logo et une nouvelle mise en page de ce lien trimestriel avec les Berchemois né en 1999 déjà.

Vous ne faites pas partie de mon fichier et vous souhaitez recevoir mon journal ? Rien de plus simple : envoyez-moi vos coordonnées complètes à mon adresse mail : vandeweyer.marc@skynet.be. Attention, uniquement réservé aux Berchemois !

21:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/02/2016

Les communes s'attaquent aux rénovations non déclarées

Rénovation.jpg

De plus en plus de communes se mettent activement à la recherche de particuliers ayant omis de déclarer une rénovation au cadastre. Plusieurs communes bruxelloises ont ainsi interrogé des propriétaires dont les habitations sont dépourvues de tout confort selon les données officielles au cours des derniers mois. Les communes flamandes ont elles aussi redoublé d'efforts afin de revoir le revenu cadastral des bâtiments rénovés, rapporte De Tijd samedi.

"Etant donné que le précompte immobilier est une source de revenus importante pour les communes, nous avons augmenté les initiatives depuis trois ans", explique Francis Adyns, porte-parole du SPF Finances.

Le précompte immobilier est calculé sur la base du revenu cadastral. Quelque 80% du précompte immobilier est destiné aux communes. Pour les communes flamandes, cela représente environ un quart des rentrées financières.

Vu que de plus en plus de travaux de rénovation peuvent se passer de permis de bâtir, les communes sont bien moins informées de ceux-ci. Plusieurs communes bruxelloises, dont Bruxelles-Ville, Uccle et Evere, ainsi que les autorités locales flamandes ont dès lors récemment mis les bouchées doubles pour dénicher les travaux n'ayant pas été déclarés. En deux ans, ce sont 2.338 dossiers qui ont été ouverts par les contrôleurs flamands.

Une révision générale du revenu cadastral n'est pas à l'ordre du jour, a indiqué le ministre des Finances Johan Van Overtveldt en janvier à la commission des Finances et du Budget.

Bientôt à Berchem-Sainte-Agathe ? Qui sait…

10:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2016

Grippe: le seuil épidémique est franchi

grippe.jpg

Le seuil épidémique a été dépassé pour la première fois cette année entre le 25 et le 31 janvier 2016, avec 232 consultations pour syndrome grippal chez un généraliste par 100 000 habitants  », explique le Dr Isabelle Thomas, virologue à l’ISP. « L’activité grippale devrait continuer à augmenter la semaine prochaine. Si ce scénario se confirme et que l’activité se maintient au-dessus du seuil épidémique la semaine prochaine, l’ISP pourra alors officiellement déclarer l’épidémie de grippe en Belgique », poursuit-elle.

L’épidémie de grippe n’est pas encore officielle même si dans certaines classes de l’école maternelle que je dirige, la moitié des enfants sont absents. Pour déclarer officiellement l’épidémie de grippe en Belgique, deux conditions doivent être remplies simultanément : 20 % minimum des échantillons respiratoires analysés par le laboratoire national de la grippe de l’ISP doivent être positifs. Entre le 25 et 31 janvier 2016, 66 % des échantillons analysés par l’ISP se sont avérés positifs pour les virus de la grippe (34 % de souches A et 31 % de souches B).

Le seuil épidémique de 144 consultations par 100 000 habitants doit être dépassé durant au moins deux semaines consécutives. Ce n’est actuellement pas encore le cas, raison pour laquelle l’épidémie de grippe n’est pas encore officiellement déclarée en Belgique. L’ISP s’attend désormais à ce que l’activité grippale augmente la semaine prochaine. Il est toutefois impossible de prédire la date à laquelle le ’pic épidémique’ sera atteint, ni son intensité. Ce n’est qu’a posteriori, lorsqu’une diminution de l’activité grippale aura été constatée, que l’ISP pourra déterminer la date et l’intensité du pic en Belgique.

Depuis le début de la période de surveillance, les différentes souches des virus Influenza A et B circulent simultanément, avec une prédominance de souches A(H1N1) et B, surtout de la lignée Victoria. Il est à ce stade trop tôt pour évaluer l’efficacité des vaccins trivalents et quadrivalents pour la saison grippale 2015-2016.

Il est désormais trop tard pour se vacciner, sauf cas exceptionnel à évaluer avec son médecin…

18:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2016

2380 Belges ont demandé à changer de nom et/ou de prénom en 2015

CI 2.jpg

L'an dernier, 2380 Belges ont introduit une demande pour changer de nom de famille et/ou de prénom. Parmi ces cas, 1170 concernaient le nom de famille, 1002 le prénom et 208 les deux, selon les chiffres du SPF Justice. Le nombre de sollicitations augmente d'année en année. De 865 en 1997, elles sont passées à 2143 en 2014.

Une longue procédure est d'application pour aboutir à un changement de nom. Le SPF Justice souligne d'ailleurs que « le changement de nom et/ou de prénom volontaire n’est pas un droit mais une simple faveur accordée respectivement par arrêté royal ou ministériel ».

Le changement de nom ne peut qu'exceptionnellement être accordé, en la présence de motifs sérieux (d'ordre familial, personnel, socio-historique, administratif...) et si le nom sollicité ne prête pas à confusion et ne nuit pas au demandeur ou à d'autres personnes. En ce qui concerne les prénoms, les cas particuliers fondés sur le transsexualisme requièrent en outre une déclaration d'un psychiatre et d'un endocrinologue.

Le coût de la procédure pour le changement de prénom est fixé à 490 euros mais le ministre de la Justice peut éventuellement réduire ce montant à 49 euros si le prénom est « ridicule ou odieux, a une consonance étrangère, prête à confusion, est modifié uniquement par un trait d’union ou un signe qui modifie sa prononciation ou est simplement abrégé », selon les termes repris sur le site internet du service public. Le changement de prénom pour cause de transsexualisme coûte, lui, toujours 49 euros.

En ce qui concerne le changement de nom de famille, il coûte 49 euros. Le coût de l'ajout d'un nom, d'une particule ou le remplacement d'une lettre majuscule par une minuscule grimpe toutefois à 740 euros par personne.

En moyenne, la durée totale de la procédure est inférieure à 6 mois pour le changement de prénom et de douze à dix-huit mois pour le nom de famille.

18:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |