30/05/2012

Romain Chevalier (LBR) sera le plus jeune candidat de Belgique !

LBR 1 et 11-2.jpg

Le jeune homme, actuellement étudiant en 5e secondaire, se présente sur la liste du Bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe Joël Riguelle (cdH) à la 11e place.

 

Jusqu’à présent plusieurs candidats ont été présentés comme étant le plus jeune en vue des élections communales. Mais force est de constater que cette fois, le record semble imbattable. Romain Chevalier fêtera son 18e anniversaire le 14 octobre prochain, date des élections communales. Cet étudiant en 5e secondaire au collège du Sacré-Cœur à Ganshoren prendra la 11e place sur la Liste du Bourgmestre Joëlle Riguelle (cdH).

 

Romain n’a encore pas pris sa carte du cdH, il estime qu’à son âge, il est trop tôt pour décider de façon radicale de ses opinions politiques. “ Je suis un candidat indépendant et sans étiquette. Je suis trop jeune pour définir toutes mes orientations politiques. Même s’il y a au cdH des valeurs que je partage. Mais, pour l’instant, je me familiarise avec la politique ”, assure le jeune homme déjà fort à l’aise.

 

La politique, il y a goûté lors des élections des délégués de classe. Mais, c’est un ami de sa famille, Marc Vande Weyer (cdH), échevin de la Jeunesse à Berchem-Saint-Agathe, qui l’a repéré. “ Nous avons discuté avec Marc de mes envies de faire de la politique et il m’a aidé à faire mes premiers pas ”, se réjouit Romain. “ De façon générale, nous sommes une liste très soudée. Tous les candidats m’ont soutenu dans mes démarches, nous faisons tous campagne ensemble. ” Parmi ses engagements pour le prochain scrutin, il souhaite évidemment faire entendre la voix des jeunes. “ Je voudrais que les jeunes soient mieux accompagnés dans leur recherche d’emploi et qu’on les aide plus à entrer dans la vie active”, indique le plus jeune candidat aux communales.

 

Encouragé par ses parents dans cette expérience politique nouvelle, Romain prend tout de même garde à ne pas trop se délaisser de ses études. “ Je suis actuellement en blocus. Je me suis donc organisé pour avoir le temps d’assister aux réunions de la liste et pour aller sur le terrain à la rencontre des habitants de la commune ”, souligne ce novice en politique.

 

Passionné par les sciences, Romain se destine à une carrière dans la recherche, peut-être dans un cadre militaire.

 

Extrait du Journal LA CAPITALE du 30/05/12 (Berchem: Romain, 18 ans le 14 octobre sera le plus jeune candidat aux élections communales)

17:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/05/2012

Pas de short à l'école pour de nombreux Berchemois !

short.jpg

Des dizaines d'étudiants du collège Saint-Pierre de Jette ont mené une mini-révolution vestimentaire ce vendredi à la suite d'un incident survenu la veille au cours duquel un élève avait été réprimandé car il portait un short.

 

Selon La Dernière Heure qui relate l'information, un élève de 5e secondaire avait été sanctionné jeudi dernier après s'être rendu dans l'établissement scolaire bruxellois en short. Un éducateur l'avait interpellé et lui avait indiqué que le port du short était strictement interdit au collège.


Ni une ni deux, les autres étudiants ont décidé de mener une action dès le lendemain. Ceux-ci ont appelé les élèves du collège à se rendre à l'école en short pour les garçons et en mini-jupes pour les filles via les réseaux sociaux Facebook et Twitter. L'appel a été entendu puisqu'ils étaient très nombreux à se rendre à l'école dans une tenue non réglementaire. Les élèves ont également organisé un sit-in dans la cour de récréation pour dénoncer les faits survenus la veille.


Les responsables de l'établissement ont décidé de ne pas sanctionner les nombreux étudiants qui avaient revêtu un short dans un but de protestation. Ils ont cependant maintenu ce règlement en affirmant que les sanctions continueraient en cas de tenue incorrecte.

 

Coup de chapeau aux nombreux élèves Berchemois qui ont participé à ce geste symbolique d’opposition à un règlement quelque peu désuet !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/05/2012

Le budget vacances des Belges en baisse

vacances4.jpg

Les familles belges sont disposées à consacrer cet été une moyenne de 2.407 euros à leurs vacances, soit 8 pc de moins qu'en 2011. C'est la première diminution du chiffre de ce budget constatée en 5 ans. La baisse est plus sensible en Belgique francophone puisque le budget des Belges de langue française chute de 17 pc (à 2.199 euros). Les Néerlandophones concèdent une baisse de 3 pc (à 2.558 euros). Comparés aux autres Européens, les Belges ne sont plus ceux qui consacrent le plus d'argent à leurs vacances: ils sont dépassés par les Allemands (2.472 euros).

 

Tels sont les principaux enseignements du 12e baromètre annuel d'Europ Assistance qui a mené l'enquête auprès de 3.523 Européens (Français, Allemands, Britanniques, Italiens, Espagnols, Belges et Autrichiens).

 

Seuls 58 pc des Européens partiront en voyage cet été (-8 pc par rapport à 2011), y consacrant un budget moyen de 2.145 euros. 59 pc des Belges (-2 pc) partiront.

 

L'Europe est la destination favorite de 8 Européens sur 10 et de 80 pc des Belges. La France (34 pc) est la destination favorite des Belges.

 

La crise économique semble également influencer le choix des Belges: l'Espagne (7 pc) est ainsi dépassée par l'Italie et la Turquie (8 pc chacune). Les pays du Maghreb et le Moyen-Orient regagnent en popularité, selon Europ Assistance.

 

Dans son choix de destination de vacances, le Belge tient compte des risques en matière de sécurité, du budget et du climat.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:53 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2012

Près d'un Belge sur deux est en surcharge pondérale

obélix.jpg

De plus en plus de Belges sont touchés par les problèmes de poids. A l'heure actuelle, 47% de la population sont en surcharge pondérale et 14% d'entre eux souffrent d'obésité. Les enfants et les adolescents ne sont pas en reste, de 10 à 20% sont concernés, indiquent les cliniques universitaires Saint-Luc dans un communiqué mardi.


"L'obésité d'origine endocrinienne ou hormonale est rare. Dans la majorité des cas, c'est plutôt le mode de vie qui doit être mis en cause. La dynamique familiale, l'environnement de l'enfant et les éventuelles difficultés scolaires sont des facteurs susceptibles d'amener à une prise de poids importante", souligne le Dr Véronique Beauloye, responsable de la Clinique de l'obésité des Cliniques universitaires Saint-Luc.


L'obésité chez l'enfant est bien souvent un cercle vicieux, les kilos font office de pare-chocs social et manger permet de combler un certain vide. La surcharge pondérale crée par la suite une mauvaise image de soi qui pousse l'enfant à s'exclure lui-même.


La surcharge pondérale chez l'enfant et l'adolescent provoque des nombreuses complications cardio-vasculaires, respiratoires et métaboliques. Elle affecte également la mortalité et la morbidité à l'âge adulte.


A la clinique de l'obésité des cliniques universitaires Saint-Luc, les enfants et adolescents sont entourés d'un pédiatre, d'une diététicienne et d'une psychologue afin de chercher les bonnes habitudes alimentaires et hygiéniques plutôt que de suivre un régime intensif qui ne s'attaquerait qu'à la partie visible du mal-être.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:45 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2012

Les décès liés à la grossesse divisés par deux en 20 ans

grossesse.jpg

Le nombre de femmes décédant des suites de leur grossesse ou d'un accouchement a diminué de près de moitié en 20 ans grâce à l'amélioration de la prévention et des soins, selon des statistiques publiées mercredi par les Nations unies.

 

Il reste cependant qu'une femme meurt toutes les deux minutes de complications liées à la grossesse: hémorragie, infections, hypertension ou avortement pratiqué dans de mauvaises conditions.


De 1990 à 2010, le nombre de décès liés à la maternité a chuté de 543.000 à 287.000 par an, soit 47% de moins. Mais les disparités régionales sont fortes: 99% de ces décès surviennent dans les pays en développement, en particulier en Afrique subsaharienne.


L'Inde et le Nigeria comptent pour le tiers de ces décès - respectivement 56.000 (20%) et 40.000 (14%) - et 36 des 40 pays ayant le plus fort taux de mortalité pendant la grossesse ou l'accouchement se trouvent en Afrique subsaharienne.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

23:22 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/05/2012

Les chauffeurs belges devront payer leurs amendes françaises

route2.jpg

Les automobilistes qui ne respectent pas les limitations de vitesse et les règles du code de la route en France recevront à partir du 1er juillet leurs amendes chez eux. La Belgique et la France ont en effet trouvé un accord sur l'échange de données, peut-on lire lundi dans De Standaard.

 

Jusqu'à présent, de nombreux automobilistes flashés en Belgique ne reçoivent jamais l'amende. Il en est de même pour les Belges à l'étranger. La procédure visant à identifier les automobilistes est effectivement fastidieuse, car les parquets des pays doivent demander des informations au cas pas cas, souvent sans résultats concluants.


Une nouvelle directive européenne, qui entrera en vigueur à partir de novembre 2013, prévoit que tous les Etats membres devront à l'avenir échanger leurs données. Chaque pays devra désigner un service administratif, comme l'IBSR en Belgique, auprès duquel il sera possible d'obtenir les noms et adresses des personnes ayant enfreint 8 règles déterminées, comme par exemple le fait de brûler un feu rouge ou de téléphoner en conduisant, une vitesse excessive, la conduite sous influence, etc.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/05/2012

Toujours plus d'argent sur les comptes épargne

épargne.jpg

Un montant record de 225 milliards d'euros était entreposé sur les comptes épargne des Belges en mars. Un placement qui n'est pourtant plus intéressant compte tenu de l'inflation.

 

La quantité d'argent sur les comptes épargnes augmente considérablement depuis le début de l'année après avoir déjà enregistré une moyenne record l'an dernier de 218 milliards d'euros, selon les chiffres publiés par la Banque nationale de Belgique.

 

Les comptes de ce type ne sont pourtant plus un placement si intéressant, compte tenu de l'inflation.

 

Selon le site spécialisé guide-epargne.be, le taux le plus haut présent actuellement sur le marché est de 3 % (taux de base et prime de confiance réunis). Les comptes d'épargne classiques des grandes banques rapportent en ce moment encore 1 à 1,25 %.

 

Les différents acteurs ont encore procédé ces dernières semaines à une baisse de leurs taux respectifs.

 

L'inflation s'élevait l'an dernier à 3,5 % en Belgique et le Bureau du Plan en prévoit une de l'ordre de 2,9 % pour 2012.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:19 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2012

Les immigrés désirent voter et s'affilier à des partis politiques

isoloir2.jpg

Les immigrés de Belgique désirent autant que la population générale voter ou s’affilier à des partis politiques, selon une enquête et menée par la Fondation Roi Baudouin (FRB) et le Migration Policy Group auprès de 1.027 étrangers nés dans un pays non-européen et en situation régulière dans les villes de Bruxelles, Liège et Anvers.

 

L’enquête axée sur l’emploi, les langues, la participation civique et politique, le regroupement familial, le séjour de longue durée et la citoyenneté a abouti « à des résultats étonnants qui nuancent le débat sur les immigrés », selon Françoise Pissart, directrice de la fondation.

 

Près de 35,7% des Anversois, 29,2% des Bruxellois et 15,5% des Liégeois interrogés se sentent trop qualifiés par rapport à l’emploi qu’ils exercent. Près de sept immigrés sur dix en possession d’un diplôme étranger n’entament cependant pas les démarches pour que celui-ci soit reconnu. « Le taux d’obtention est pourtant plutôt élevé pour les personnes qui se lancent dans la procédure » selon le sociologue de l’ULB Dirk Jacobs, responsable de l’enquête belge.

 

Les immigrés interrogés considèrent leurs faibles connaissances linguistiques comme le principal obstacle au monde du travail. Ils apprécient ainsi énormément les cours de langue qui favoriseraient leur intégration socio-économique, selon l’enquête.

 

La plupart des immigrés seraient pourtant davantage polyglottes que le reste de la population. Les principales difficultés évoquées lors de l’apprentissage d’une langue supplémentaire sont le manque de temps, le coût élevé, l’insuffisance d’information ou l’absence de motivation.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:23 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/05/2012

Toujours plus de bébés trop gros à la naissance

gros bébé.jpg

Les nouveau-nés pètent la forme. Du moins, en apparence. En Flandre, selon les derniers chiffres, un bébé sur 12 pèse plus de 4 kg à la naissance. C’est la tendance générale. Problème ? Oui, problème.

 

On les appelle les bébés « macrosomes » : leur poids de naissance est supérieur à 4 kg.

Selon les tout derniers chiffres parus dans la presse flamande, un bébé sur 12 est trop gros à la naissance. Et même un bébé sur 11 dans le Limbourg. Soit de 8 % à 9 % des naissances.

 

Il y a les risques immédiats : ceux d’un accouchement difficile, avec notamment les risques de dystocie des épaules (la tête s’engage, pas les épaules) et les complications éventuelles qui y sont associées.

 

Et puis, il y a le moyen et le long terme : les enfants qui viennent au monde avec plus de 4 kg risquent, plus que d’autres, de connaître ensuite des problèmes d’obésité et/ou de diabète.

 

Spirale négative

Selon le gynécologue Wilfried Gyselaers, professeur à l’université de Hasselt, la raison la plus évidente de cette périlleuse courbe de poids, c’est notre façon de vivre. Nos excès. Les mères en surpoids mettent plus souvent au monde des enfants eux-mêmes trop gros. Mêmes risques quand les femmes développent un diabète pendant la grossesse.

 

Et comme les enfants sont susceptibles d’être à leur tour exposés à des problèmes similaires, « c’est une spirale négative d’obésité, toujours plus importante, qui se met en place », souligne le professeur Wilfried Gyselaers.

 

Vigilance avant et pendant la grossesse

Les recommandations du spécialiste sont donc a priori pleines de bon sens : les femmes qui projettent d’avoir un enfant doivent, dans la mesure du possible, ramener leur poids de départ à des proportions « normales ». Et veiller, tout au long de la grossesse, à ne pas dépasser la prise de poids autorisée.

 

Par ailleurs, les échographies ne sont pas encore techniquement en mesure d’évaluer tout à fait précisément le poids du bébé à la naissance, surtout en cas de diabète maternel.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

19:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/05/2012

Sarkozy à ses conseillers : "J'arrête"

sarko9.jpg

Au lendemain du sacre de François Hollande, le futur de l’ancien président s’éclaircit un peu plus. Le président sortant aurait annoncé à ses conseillers son retrait de la politique.

 

Xavier Bertrand, ministre du travail, est formel : lorsqu’il a réuni ses troupes à l’Elysée dimanche soir, Nicolas Sarkozy fut limpide sur son avenir. « Je ne serai plus candidat aux mêmes fonctions », a déclaré le président sortant. « Cela ne surprendra personne. Je l’ai dit avant. Cela ne créera pas de psychodrame comme avec Jospin », a-t-il ajouté. Des propos confirmés par plusieurs conseillers du président le citant : « J’arrête la politique ».

 

Pour ne pas désespérer les militants, et alors que la bataille des législatives s’engage, Nicolas Sarkozy s’est montré moins précis : « Une autre époque s’ouvre. Dans cette nouvelle époque, je resterai l’un des vôtres. Vous pourrez compter sur moi pour défendre nos valeurs. Ma place ne pourra plus être la même. » Rappelant ses « trente ans de vie politique », il a certifié : « Mon engagement sera désormais différent. Je m’apprête à redevenir un Français parmi les Français. »

 

Son entourage est dans le doute. Claude Guéant souhaiterait que Nicolas Sarkozy s’engage dans la bataille des législatives. Il en a touché un mot à Henri Guaino, qui a constaté que Nicolas Sarkozy n’en voulait pas, tout comme son épouse, Carla Bruni. Un proche du président battu assure : « Il ne fera pas la bataille des législatives. Mais la vie est longue. Vous le retrouverez en 2017. »

 

Certains députés craignent que Sarkozy reste comme la mauvaise conscience de leur camp, les empêchant de tourner la page. « Il ne fera pas son Giscard », indique Laurent Wauquiez.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:46 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/05/2012

13.000 places en création dans les écoles bruxelloises

école4.jpg

L'effort supplémentaire de 17,4 millions d'euros décidé jeudi par la gouvernement interfrancophone pour créer de nouvelles places dans l'enseignement fondamental à Bruxelles permettra, avec les acquis antérieurs de rencontrer trois quarts des besoins dans le primaire et le maternel à l'horizon 2015, a affirmé jeudi le ministre-président bruxellois, Charles Picqué.La décision prise à l'initiative du ministre en charge des Bâtiment scolaires, permettra de créer 1.445 places de plus.

 

Dans la capitale, la population des enfants de 3 à 12 ans a crû de 20% ces 10 dernières années. On estime que cette croissance atteindra plus de 16% entre 2012 et 2020.


D'après le ministre-président, on prévoit la nécessité de créer 18.000 places dans le fondamental (maternel et primaire) et 4.700 places dans le secondaire à Bruxelles d'ici 2015.


Toujours selon Charles Picqué, à la suite des contacts initiés par le gouvernement bruxellois et à la mise en place de la Task Force "démographie bruxelloise" à sa demande, les Communautés française et flamande ont décidé de créer à Bruxelles plus de 8.000 places (5.566 en communauté française et 2.484 en communauté flamande).


Si on y ajoute les 3.800 places du Plan écoles de la Région et les 1.530 nouvelles places du réseau libre du Segec dans le fondamental, plus de 13.000 places sont en cours de création à Bruxelles dans le fondamental sur les 18.000 nécessaires d'ici 2015.


"C'est évidemment une très bonne nouvelle et une bouffée d'oxygène mais il faut néanmoins continuer les investissements. Il est essentiel d'également investir dans le secondaire", a toutefois averti Charles Picqué.


Il importe aussi de faire face à une autre problématique qui est celle de la pénurie des enseignants, a-t-il souligné.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |