12/03/2012

Une publicité CSC fâche les directeurs d'école !

directeur.jpg

Ce sont bientôt les élections sociales (c’est en mai). Parmi ses diverses publicités, la CSC  diffuse une image montrant un directeur planqué derrière son bureau agitant une marionnette. Averti de la colère des directeurs d’école, qui jugent l’affiche « méprisante », Eugène Ernst, le secrétaire général de la CSC-enseignement, a signalé que l’affiche fait partie d’un stock d’images de la CSC et qu’elle ne vise pas l’école en particulier, même s’il juge que le dialogue social doit y être amélioré.

 

Mais rien n’y fait : les chefs d’école ne décolèrent pas. « Les explications de M.Ernst sont farfelues », réagit le Berchemois Marc François, au nom des directeurs du primaire et du secondaire de Bruxelles et du Brabant wallon. « Cette affiche méprisante ne va pas favoriser le dialogue social. Dans les concertations sociales, le pouvoir organisateur délègue souvent le directeur. Normal : la concertation concerne la gestion quotidienne de l’école. »

 

Le Collège des directeurs de l’enseignement fondamental embraye. “Les directeurs de l’enseignement fondamental catholique sont profondément choqués signale Jean-Pierre Merveille. Ils ne comprennent pas cette agressivité et ce mépris à leur égard et estiment que le syndicat a clairement franchi la ligne rouge. Alors que les conditions de travail des directeurs d’écoles fondamentales ne sont déjà pas optimales, un minimum de respect est indispensable afin d’entretenir des relations constructives entre partenaires de l’école.”

 

De son côté, l’Aide (association inter-réseaux des directeurs) accorde un bonnet d’âne à la CSC et rappelle que le “dernier rapport d’activités 2010-2011 des inspecteurs met une nouvelle fois en exergue le fait que de meilleurs résultats pour le niveau des élèves sont obtenus dans les écoles où les directions peuvent se dégager du temps pour la gestion pédagogique de leur équipe. Nous nous interrogeons dès lors sur de telles campagnes qui opposent, à tort, directions et enseignants.”

 

Le Secrétariat général de l’enseignement catholique (Segec) a, lui aussi, tenu à réagir, en évoquant une “communication totalement inappropriée.”

 

Tout cela est bien lamentable de la part de la CSC !

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

23:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.