28/12/2011

Les Belges ont une image négative des maisons de repos

maison repos.jpg

Cinquante pour cent des Belges ont une image négative des maisons de repos, 29,8% ont un avis neutre, mais 77,6% sont prêts à franchir le pas en cas de nécessité. Des chiffres qui découlent d'un sondage en ligne effectué par le bureau spécialisé Gidee auprès de 1.331 Belges âgés de 20 à 88 ans.

 
De nombreuses craintes

La crainte de perdre son indépendance, sa liberté et son pouvoir de décision préoccupe quatre Belges sur cinq. La perte de sa vie privée et la peur de la solitude sont également évoquées par les personnes interrogées.

 
Comme chez soi et des repas au top

Les exigences exprimées par ailleurs à l'égard des maisons de repos concernent notamment la qualité des repas (60,4%) et une chambre conforme à son chez soi (76,5%). Pour 65% des sondés, se sentir chez soi prime sur le budget, et 96,6% souhaitent décider eux-mêmes de leur fin de vie.

22:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/12/2011

Ce qui changera le premier janvier 2012 en Belgique

2012.jpg

La nouvelle prépension à 60 ans

La limite d'âge pour la prépension va être augmentée à 60 ans le 1er janvier prochain. Le régime de prépension à mi-temps sera également supprimé. En vertu de la réforme, le terme "prépension" sera remplacé par "régime de chômage avec complément d'entreprise".


Pour les nouvelles conventions collectives de travail (CCT), les conditions d'âge seront élevées de 58 à 60 ans à partir du 1er janvier 2012. Les conditions d'ancienneté passeront, elles, de 38 à 40 ans à cette même date.


Pour les CCT existantes qui ont été prolongées, les nouvelles conditions d'âge et d'ancienneté ne seront d'application qu'à partir de 2015, avec une réglementation adaptée aux travailleuses. La limite d'âge pour les entreprises en difficulté est portée à 52 ans (chaque année, six mois seront ajoutés à cet âge jusqu'à atteindre 55 ans en 2018).


Enfin, pour les entreprises en restructuration, la limité d'âge est portée à 55 ans à partir du 1er janvier 2013. La prépension à mi-temps est supprimée. Actuellement il n'y a qu'une centaine de personnes qui en bénéficient.


Augmentation du timbre-poste de quatre centimes

Le prix du timbre-poste pour un envoi normalisé en Belgique va augmenter de 4 centimes après le 1er janvier 2012, passant de 0,61 euro à 0,65 euro à l'achat de 10 timbres ou plus. A la pièce, le prix passera à 0,75 euro (0,71 centimes actuellement).


Pour les envois normalisés internationaux, le prix passe de 0,93 euro à 0,99 euro (pour l'Europe), et de 1,10 euro à 1,19 euro (pour le reste du monde), à l'achat de 5 timbres minimum. À la pièce, le nouveau tarif sera respectivement de 1,09 euro (au lieu de 1,03 euro) et 1,29 (au lieu de 1,20 euro).


"Pour 2012, la hausse tarifaire sera pour la première fois au-delà de l'inflation, en raison des importants investissements - près de 400 millions d'euros - en vue de moderniser l'organisation du traitement du courrier et des services postaux. Par ailleurs, nous sommes confrontés à une chute accélérée des volumes de courrier - -3% au premier semestre de 2011, par rapport à -1% les années précédentes -, alors que les coûts restent en légère augmentation en 2011", avait indiqué le porte-parole de bpost.


50 jours de travail par an pour les étudiants

La réforme du travail des étudiants prévoyant un contingent annuel de 50 jours aux cotisations réduites doit entrer en vigueur au 1er janvier 2012.


Actuellement, un étudiant ne peut travailler que maximum deux périodes de 23 jours par an (juillet-août et reste de l'année), à des taux de cotisations spécifiques (7,51% et 12,51% selon la période).

 

Ces deux contingents sont remplacés par un seul de 50 jours avec un taux uniforme de 8,13%.


Le contrat d'occupation d'étudiant, actuellement limité à 6 mois, sera élargi à 12 mois, ce qui permettra aux employeurs d'engager un étudiant durant un jour chaque week-end de l'année, ou pendant les deux mois d'été, avait indiqué le cabinet de la ministre de l'Emploi.

Un site internet (www.studentatwork.be) a été lancé dernièrement en vue de fournir des informations pratiques aux étudiants et à leurs parents à propos de la nouvelle législation sur le travail des étudiants.


Allocation d'insertion limitée dans le temps

Le système des allocations d'attente va être modifié à partir du 1er janvier 2012. Le gouvernement a approuvé la transformation du stage d'attente en stage d'insertion professionnelle.


En vertu des réformes, pour accompagner les jeunes demandeurs d'emploi de manière plus intensive dans la recherche d'un emploi, les allocations d'attente seront transformées en allocations d'insertion. Le "stage d'attente", quant à lui, deviendra un "stage d'insertion professionnelle".


Concrètement, à partir du 1er janvier 2012, tous les demandeurs d'emploi devront effectuer 310 jours de stage d'insertion avant d'avoir droit à une allocation d'insertion.


Cette allocation d'insertion sera en outre "limitée dans le temps". L'échéance sera de 3 ans au maximum pour les cohabitants dont le chef de famille dispose de revenus professionnels. Les chefs de famille, isolés et cohabitants "privilégiés" (les demandeurs d'emploi dont le partenaire n'a pas de revenus professionnels), ont droit à l'allocation d'insertion jusqu'à 33 ans.


Les personnes âgées actuellement de 30 ans et bénéficiant d'une allocation d'attente y auront encore droit jusqu'à 33 ans. En effet, pour ceux qui bénéficient actuellement de l'allocation d'attente, une mesure transitoire prévoit que la période de trois ans commence le 1er janvier 2012.


Belgacom indexe certains de ses tarifs de 3,41%

L'entreprise Belgacom indexera de 3,41% le 1er janvier 2012 certains tarifs de téléphonie fixe et mobile, ainsi que des tarifs pour l'internet fixe. Le 19 janvier 2011, elle augmentera également de 3,41% certains plans tarifaires mobiles prépayés. L'adaptation de 3,41% correspond à l'augmentation de l'indice des prix à la consommation entre octobre 2010 et septembre 2011, selon l'entreprise.

Belgacom précise que de nombreux tarifs ne seront pas indexés, comme celui du plan tarifaire 'Happy Time XL' ainsi que l'abonnement Belgacom TV.


Fin des prêts verts

Le système des prêts verts prendra fin le 31 décembre 2011. Il permet actuellement aux particuliers d'emprunter de l'argent à un meilleur taux afin d'améliorer l'efficacité énergétique de leur habitation.


Depuis 2009, les particuliers peuvent conclure un prêt vert pour financer des travaux visant des économies d'énergie tels que l'isolation de la toiture, l'installation d'un chauffe-eau solaire ou le placement de double vitrage ou de panneaux solaires.

Si toutes les conditions sont respectées, l'emprunteur bénéficie d'une bonification d'intérêt de 1,5% et d'une réduction d'impôt de 40% sur les intérêts payés par l'emprunteur. Le montant emprunté doit être de 1.250 euros minimum et 15.000 euros maximum.


Le prêt vert est une mesure temporaire qui s'applique aux contrats de prêt conclus entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2011.

 
Quelque 108.000 prêts verts ont été accordés entre l'entrée en vigueur du système et la fin du mois de juin 2011 pour un total de plus d'1,5 milliard d'euros, selon la Confédération Construction.


L'arrêt Salduz entre en vigueur en Belgique

Quiconque sera interrogé par la police à partir du 1er janvier, se fera entendre ses droits par la police. De même, toute personne qui sera privée de liberté, devra également être informée de ses droits dans pareil cas. Ces droits seront énumérés dans une liste intitulée "Letter of rights", qui sera disponible dans 21 langues européennes.


L'usage de cette "letter of rights" interviendra en Belgique au moment même où la loi Salduz entrera en vigueur. Cette lettre stipule que tout suspect doit pouvoir bénéficier de l'assistance d'un avocat lors de son premier interrogatoire par la police.


Cette disposition, comme le droit à un interprète ou à une copie du procès-verbal d'audition, figurera dans une liste. Quiconque sera privé de sa liberté mais aussi tout personne qui sera simplement auditionnée par la police, se verra ainsi entendre ses droits.

La fin des nouveaux travailleurs frontaliers

Dès le 1er janvier 2012, il n'y aura plus de nouveaux travailleurs frontaliers. Les intérimaires qui n'auront pas trois mois d'ancienneté ne pourront plus bénéficier de ce statut qui permet de payer les impôts dans le pays de résidence. En France par exemple, l'imposition est bien moindre qu'en Belgique. On estime actuellement le nombre de travailleurs frontaliers à 30.000, dont 20.000 dans le Hainaut.


Le 1er janvier 2012, la réglementation fiscale concernant les travailleurs résidant en France et travaillant en Belgique changera.


Ces travailleurs peuvent actuellement payer leurs impôts dans le pays de résidence. Pour continuer à bénéficier de ce statut jusqu'en 2033, le travailleur doit au 31 décembre être sous les liens d'un contrat de travail ou être au chômage et justifier de trois mois de travail sous statut frontalier en 2011.


Augmentation des indemnités de licenciement pour les ouvriers

A partir du 1er janvier 2012, un coefficient de convergence d'1,15 sur les délais de préavis sera appliqué pour les ouvriers.


L'ensemble des règles ne s'applique que pour les contrats conclus après le 1er janvier 2012. On ne change rien pour les contrats conclus avant cette date.


Les ouvriers ont actuellement droit à une semaine de préavis par année de travail et les employés ont droit à trois mois par tranche de cinq années de travail. Un ouvrier licencié après cinq ans a donc droit à 5 semaines et un employé a droit à treize semaines soit une différence de huit semaines.


Pour le préavis des ouvriers, on appliquera à partir du 1er janvier 2012 un coefficient de 1,15 soit, pour un ouvrier avec cinq ans d'ancienneté, une augmentation d'environ 8,5 jours.

Le vote à distance aux assemblées générales autorisé

Dès le premier janvier prochain, en Belgique, les sociétés cotées qui le souhaitent pourront proposer à leurs actionnaires de participer à distance à leurs assemblées générales ordinaires et extraordinaires, selon une nouvelle loi publiée au Moniteur en avril 2010.


Les actionnaires pourront suivre en temps réel les discussions durant chaque assemblée et exercer leur droit de vote à distance grâce aux facilités offertes par les moyens de communication électroniques.


La nouvelle loi, qui transpose en droit belge une directive européenne de 2007 et qui modifie le code des sociétés belges, entrera en vigueur le 1er janvier 2012. Les premières assemblées générales avec vote à distance pourraient donc se tenir au printemps prochain.


La loi introduit également d'autres nouveautés que la participation à distance. Elle modifie aussi les règles en matière de convocation, de possibilités d'ajouter des points à l'ordre du jour, de poser des questions, etc.


Par ailleurs, la prime de crise sera de 1.666 euros jusqu'au 31 décembre 2011. Elle sera modulée en fonction de l'ancienneté à partir de 2012: 1.250 (-5 ans), 2.500 euros (5 - 10 ans) et 3.710 euros (+ de 10 ans).


Le précompte immobilier passe à 21% de TVA

Le nouvel accord gouvernemental a permis de dégager plusieurs hausses de taxation à partir du 1er janvier 2012, dont une sur le précompte immobilier.


Les négociateurs ont conclu une harmonisation du taux de précompte mobilier à 21% pour les intérêts et dividendes (cela reste 10% pour les bonis de liquidation et 25% pour les intérêts et dividendes qui sont déjà à ce taux). Cette harmonisation doit rapporter 783 millions d'euros.


A côté de cela, on prélèvera une cotisation supplémentaire de 4% sur les revenus mobiliers supérieurs à 20.000 euros, dite "de solidarité". L'harmonisation du taux de précompte et la cotisation de solidarité devraient permettre d'engranger 917 millions d'euros.


Augmentation de la TVA à 21% pour la télévision numérique

A partir du 1er janvier, la TVA sur la télévision numérique passera de 12% à 21% et s'alignera donc sur la taxation de la télévision analogique.


La télévision numérique bénéficiait en effet d'un traitement de faveur pour son lancement. Cette mesure doit rapporter quelque 84 millions d'euros à l'Etat.

 

Bref, du bon et du moins bon…

20:58 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/12/2011

La Belgique comptera 13,5 millions d'habitants en 2060

famille4.jpg

La population belge augmentera de 25%, pour atteindre 13,5 millions d'individus, à l'horizon 2060, contre 10,8 millions en 2010 en raison de l'augmentation de l'espérance de vie masculine, d'une reprise de la fécondité des femmes, belges en particulier, et davantage encore en raison de l'immigration internationale. Cette hausse serait particulièrement sensible à Bruxelles, indique le Bureau du Plan dans ses Perspectives de population 2010-2060 dévoilées lundi.


Depuis le début des années 2000, l'espérance de vie à la naissance des hommes augmente plus rapidement que celle des femmes, rappelle le Bureau du Plan. En 2009, l'espérance de vie à la naissance d'un homme était de 77,7 ans et de 82,9 ans pour une femme. En 2060, les hommes pourront espérer vivre 86,2 ans et les femmes 88,8.


La fécondité des femmes belges connaît également une hausse, notamment en Région bruxelloise et en Flandre. Ainsi, le nombre moyen d'enfants pour les femmes de nationalité belge est passé de 1,57 en 2000 à 1,74 en moyenne entre 2006 et 2008, selon le Bureau du Plan.


Pour les femmes étrangères, cet indicateur est passé de 2,47 enfants à 2,52, soit une très légère hausse. Au total, le nombre moyen d'enfants par femme en Belgique est passé de 1,67 en 2000 à 1,82 en moyenne sur les années 2006-2008.


L'immigration internationale, en forte hausse ces dernières années - 89.052 personnes en 2000, 137.699 en 2006, 166.479 en 2009 - devrait encore légèrement augmenter pendant quelques années. Elle devrait connaître son pic en 2014 avec 176.000 personnes pour ensuite fluctuer en fonction de l'attractivité économique de la Belgique.


Enfin, la population serait aussi plus jeune avec notamment une part plus importante de personnes actives, note le Bureau.

22:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2011

Le Belge a le salaire net le plus faible

salaire2.jpg

La Belgique reste un des pays les moins attractifs au niveau salarial malgré la hausse de la fiscalité dans plusieurs pays européens qui aurait pu faire pencher la balance, selon une étude de la firme de consultance Deloitte, lit-on samedi dans L'Echo et De Tijd.

 

L'étude compare les charges sociales belges avec celles de dix autres pays européens. En Belgique, le salaire net moyen est assez bas par rapport à ceux en vigueur en Europe. Ainsi, un employé isolé a le salaire net le plus faible parmi les pays étudiés.

 
Par ailleurs, le coût salarial pour un employeur est parmi le plus élevé d'Europe.

 
Seul point positif: le coût de la vie et du logement, relativement moindre en Belgique, compense cette morosité salariale.

21:57 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/12/2011

Un Belge sur cinq catastrophé par une dépense imprévue

dépenses.jpg

Dix-sept pour cent des consommateurs belges disent ne pas pouvoir faire face à des dépenses imprévues car ils n'ont pas d'argent de côté. C'est ce qui ressort d'une enquête du Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (Crioc) sur le "manque matériel" réalisée en novembre dernier.

 
Les résultats de l'enquête - basée sur 610 interviews - inquiètent le Crioc car un consommateur sur dix souffre de manque matériel grave. Le "manque matériel" est un indicateur du Crioc qui diffère d'autres indicateurs comme le seuil de pauvreté.

 
Pour son enquête, le Crioc a posé neuf questions afin de déterminer à quel point les interviewés sont en mesure de se payer certains produits et services. Si au moins l'une de ces questions reçoit une réponse négative, il est question "de léger manque matériel". Lorsque l'interviewé a répondu par la négative à au moins trois des questions, on parle de "manque matériel sévère".

 
L'enquête révèle que 10% des consommateurs n'ont pas la possibilité de manger plus de quatre fois par semaine de la viande, du poisson ou des œufs. Un consommateur sur trois explique ne pas pouvoir s'acheter une voiture. Moins de personnes déclarent ne pas pouvoir s'offrir une télévision (9%), une machine à laver (9%) ou un téléphone (7%).

 
Le "manque matériel sévère" concerne surtout les Bruxellois. Le "manque matériel léger", les Wallons, locataires et habitants de petits villages de Wallonie. Les consommateurs flamands sont moins confrontés aux difficultés matérielles, selon l'étude.

17:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/12/2011

242 à 362 euros de jouets par enfant en 2010

cadeau2.jpg

Le consommateur belge a dépensé, en moyenne en 2010, de 242 à 362 euros par enfant selon qu'il ait acheté ou non des jeux vidéo. En Belgique, les dépenses consacrées aux jeux traditionnels ont connu une croissance de près de 4% et les ventes de jeux vidéo une diminution de 4,7%, a indiqué vendredi le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (Crioc).

 

"Ce phénomène déjà constaté par le passé, montre que lorsque les dépenses en jeu vidéo diminuent, celles des jouets traditionnels augmentent", explique le Crioc. L'industrie du jouet reste florissante, atteignant 6% de croissance.

 
Les jeux vidéo représentent aujourd'hui 33% des achats par les ménages, suivis par les jouets pour bébés et préscolaires (15%), les jouets graphiques et puzzles (9%), les poupées (8%), les jeux d'extérieur (8%), les trains électriques et accessoires (5%) et les jeux de construction (5%).

 
"Comme l'année passée, le jouet connaît quatre grandes tendances, tout d'abord le retour aux jouets classiques, un intérêt pour les jouets favorisant le développement durable et éducatif, l'intérêt pour des jouets de haute technologie et la présence des produits dérivés", ajoute le Crioc.

 
Par ailleurs, l'analyse des catalogues de jouets réalisée par le Centre pointe une grande offre d'articles pour devenir un professionnel du Poker ainsi qu'une nette classification par genre.

 
"Les jouets proposés aux filles cherchent à les conditionner vers un rôle de mère ou de prise en charge des tâches ménagères alors que les jouets proposés aux garçons se déclinent en matériel de bricolage, de construction ou des voitures et autres véhicules", précise encore le Centre.

17:55 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |