17/11/2011

"Les Tanguy modernes sont en train de ruiner l'économie"

Tanguy2.jpg

Rester vivre chez ses parents après ses études, le temps d'économiser un peu avant de construire son propre nid, c'est un choix que de nombreux jeunes font de nos jours, parfois par facilité, souvent à cause de la difficulté de trouver un emploi. En plus du jugement pas toujours tendre de la société, on accuse aujourd'hui ces jeunes de dégrader notre économie déjà vacillante.


Un économiste américain estime qu'un nouveau foyer créé entraîne un effet papillon qui injecte 145.000 dollars dans l'économie. Si les jeunes préfèrent attendre de s'offrir un bel appartement plutôt que de subsister dans un taudis en colocation et de manger des pâtes à rien tous les jours, ça ne fait pas le bonheur des plombiers, des architectes ou d'Ikéa


On est là face à un phénomène que Keynes a nommé le paradoxe de l'épargne. L'épargne est bénéfique pour un individu, mais en masse, elle réduit la demande et détériore l'économie globale. Les experts prédisent que la situation ne risque pas de s'arranger dans les années à venir pour les Tanguy modernes. Quand ils se décideront enfin à quitter Papa et Maman, le prix de l'immobilier aura encore plus augmenté.

22:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.