11/05/2011

Les salariés célibataires belges sans enfant sont les plus taxés

salarié.jpg

Les salariés célibataires belges sans enfant ont des impôts sur le revenu moyen les plus importants des pays de l'OCDE. En moyenne, ils sont ponctionnés de 55,4% de leur revenu. Ils sont suivis dans l'OCDE par la France (49,3%) et l'Allemagne (49,1%), constate-t-on mercredi dans le rapport annuel "Les impôts sur le salaire" de l'OCDE. La charge moyenne de l'impôt et cotisations sociales a augmenté dans la plupart des pays de l'OCDE.


Les salariés célibataires belges, bénéficiant d'un revenu moyen, ne gardent que 45% de leur brut. Pour des revenus plus élevés, cette part tombe en dessous de 40%, selon le rapport de l'OCDE (60,6% d'impôts).


Pour les couples mariés disposant de deux salaires et ayant deux enfants, la part des impôts est de 47,8% en 2010 et détient une nouvelle fois le record de l'OCDE.


Les impôts et cotisations sociales pour des couples mariés disposant d'un seul revenu égal au salaire moyen et ayant deux enfants atteignent 39,6% du revenu. La Belgique n'est devancée dans cette catégorie que par l'Allemagne (42,1%).


Enfin, un parent célibataire de deux enfants, bénéficiant des deux tiers du salaire moyen, est imposé de 34,8%.


Par rapport à l'année 2000, les impôts sur le revenu ont régressé en Belgique mais sont encore très loin de la moyenne de l'OCDE. "Les couples mariés ayant un ou deux salaires ont le plus bénéficié des mesures de réduction d'impôts ces 11 dernières années mais la baisse a été relativement modeste", souligne l'OCDE. Entre 2009 et 2010, l'impôt sur le revenu est resté relativement stable.


La moyenne pour l'ensemble des pays de l'OCDE était de 34,9% en 2010.

 

16:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.