09/02/2011

Les jeunes sont plus heureux virtuellement que dans la vraie vie

virtuelle.jpg

Voilà une étude aux résultats un peu effrayants mais pourtant... Il s'avère que les enfants sont plus heureux de la vie qu'ils s'inventent virtuellement que celle qu'ils vivent en réalité. L'explication est simple: sur la toile, ils peuvent être qui ils veulent et cliquez sur le bouton "Quitter" dès que les choses tournent au vinaigre et ne sont plus amusantes.


Cette recherche, menée par l'association Kidscape en Angleterre a étudié les comportements en ligne de 2.300 enfants âgés de 11 à 18 ans. 45% ont déclaré être plus heureux sur Internet qu'en vrai. Pour eux, la vie virtuelle n'est plus considérée comme un jeu, elle fait partie intégrante de leur réalité.


"C'est plus facile d'être la personne que vous voulez être sur Internet, parce que personne ne vous connaît et si vous n'aimez pas ce qui est train de se passer, vous pouvez simplement vous déconnecter", détaille un chercheur.


Un autre ajoute: "Vous pouvez dire n'importe quoi en ligne. Vous pouvez parler à des gens à qui vous n'adresseriez pas la parole en temps normal et vous pouvez modifier vos photos pour apparaître sous votre meilleur jour. Comme si vous étiez une personne complètement différente."


Un adolescent a confié pendant la mise en place de l'étude qu'Internet était le seul endroit où il arrivait à assumer son homosexualité.


47% des jeunes interrogés affirment se comporter différemment en ligne que dans la vie normale. Beaucoup disent que ça les fait sentir plus puissants et plus confiants. Le psy Peter Bradley, également directeur adjoint du Kidscape, est préoccupé par ces résultats: "Ils suggèrent que les enfants voient le cyberespace comme un monde détachable du monde réal. C'est un lieu où ils explorent leur comportement et la personnalité qu'ils n'ont éventuellement pas dans la vraie vie. Nous ne pouvons pas permettre aux enfants d'être plus heureux virtuellement qu'en réalité sinon on crée une génération de jeunes qui ne s'adaptent pas à notre société."


Les jeunes qui ont discuté en ligne avec des étrangers ont menti sur leur âge à 60% tandis que 40% n'ont pas été sincères quand il s'agissait de parler de leur vie sentimentale.

 

21:38 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.