26/11/2010

Les maïeurs bruxellois réclament un gouvernement

Riguelle.JPG

La Conférence des bourgmestres de la Région de Bruxelles-capitale réclame un gouvernement fédéral de plein exercice, sous peine d'affecter considérablement les plans de prévention et de sécurité des communes ainsi que la politique des grandes villes.


Le gouvernement a décidé de financer jusqu'à la fin de cette année la politique des grandes villes, mais c'est "l'inconnue totale" sur le sort des projets après le 31 décembre. Tous les projets des Villes et Communes sont donc postposés au motif de la situation du gouvernement en affaires courantes, déplorent les bourgmestres bruxellois.


Les communes porteuses de ces nouveaux projets sont pour la plupart en proie à de lourdes difficultés financières et ne peuvent que très difficilement trouver dans l'immédiat un financement alternatif pour les lancer, font-ils valoir, mettant l'accent sur les emplois liés à ces subventions.


Les bourgmestres bruxellois éprouvent aussi des craintes vis-à-vis du soutien fédéral aux communes dans la mise en œuvre de dispositifs préventifs et de sécurité, tels que les "contrats de prévention et de sécurité" devenus "plans stratégiques" (PSSP). Une stabilisation du secteur a été introduite avec la pluriannualité des Plans stratégiques (2007-2010).


"Mais aujourd'hui, ces projets sont pris en otage par l'incertitude qu'engendre l'absence d'un gouvernement fédéral de plein exercice", affirment les bourgmestres bruxellois, parlant de 3.000 emplois menacés dans les 103 communes belges concernées.

 

08:20 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.