24/11/2010

Plan d'action national contre les violences conjugales

violence4.jpg

Les différentes autorités du pays ont adopté mercredi un plan d'action national afin de mieux coordonner leurs approches de la violence conjugale et les autres formes de violence intrafamiliales dans les prochaines années. De la sensibilisation à l'aide aux victimes, le plan énumère une série d'objectifs précis pour chaque niveau de pouvoir.

 
"Même en affaires courantes, nous avons réussi à adopter ensemble un plan d'action", a déclaré mercredi la ministre fédérale de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet. "C'est ça, le fédéralisme de coopération", a-t-elle dit. "On fait des accords grâce auxquels on sait ce qu'on doit attendre des uns et des autres. Cela ne peut que renforcer l'efficacité de notre action", a renchéri le ministre flamand du bien-être, Jo Vandeurzen.


Police peu accueillante

La ministre wallonne Eliane Tillieux a donné un exemple concret. Selon elle, 40% des personnes appelant les lignes d'écoute téléphonique (gérées par les Régions et communautés) se déclarent insatisfaites de l'accueil qui leur est réservé à la police (relevant du niveau fédéral). La concertation est donc très utile, a-t-elle dit.

 
Le plan d'action reprend cinq objectifs prioritaires: améliorer la compréhension de la problématique, sensibiliser le public -et notamment les jeunes-, prévenir et détecter la violence entre partenaires, assurer une assistance aux victimes et un suivi des auteurs, et enfin prévoir une approche policière et judiciaire adaptée.

 
Le document aborde aussi les autres violences intrafamiliales, notamment les mariages forcés, les crimes d'honneur et les mutilations génitales.

 
15% des femmes

En guise d'illustration du plan d'action, Joëlle Milquet a présenté une nouvelle étude sur le nombre de personnes victimes de violences dans le couple. Celle-ci révèle que près de 15% des femmes et plus de 10% des hommes ont été confrontés à une telle violence au cours de l'année écoulée. Dans la grande majorité des cas, il s'agit de violence psychologique ou verbale, mais près de 2% des femmes ont aussi été victimes de violence physique et 1% de violence sexuelle.

 
Joëlle Milquet a aussi lancé une campagne nationale de sensibilisation dans la presse et sur internet sur le thème "Des bleus de toi, plus jamais ça". Cette campagne permettra notamment d'aiguiller les victimes vers les services d'aide adéquats, par exemple via le numéro d'appel 0800/30.030.

17:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.