17/10/2010

Un Belge sur 5 voudrait changer de job mais n'ose pas

cv.jpg

Un travailleur sur 5 déclare vouloir changer d'emploi mais le seuil de décision visant à trouver un nouvel employeur reste très élevé par crainte d'une déception, révèle jeudi une enquête réalisée par le bureau InSites Consulting à la demande de Tempo-Team.


La principale motivation pour changer d'emploi est le salaire (39%), devant les opportunités de carrière (16%) et les possibilités d'évolution (15%). "Ceci tend à indiquer que les travailleurs ont repris confiance dans le marché du travail et qu'ils souhaitent, après quelques années de crise, d'économies et de stagnation salariale, tenter leur chance ailleurs", commente Tempo-Team.


Toutefois, la peur du changement reste un obstacle important, selon l'étude menée auprès de 626 personnes. Les travailleurs craignent en premier lieu que la nouvelle fonction ou le nouvel employeur ne soient pas nécessairement meilleurs (52%), ils ignorent ensuite s'ils pourront obtenir un salaire équivalent ou supérieur (20%), reculent devant les efforts nécessaires pour trouver un nouvel emploi (13%) et craignent de devoir travailler plus (7%).


Parmi les secteurs les plus attractifs figurent, notamment, le secteur des médias, des divertissements et de la communication (29%), le secteur public et non marchand (28%), les banques et les organismes financiers (23%), les entreprises énergétiques et environnementales (23%) et les soins de santé (22%).


D'après Tempo-Team, cette volonté croissante des travailleurs de changer de boulot doit, pour les employeurs, constituer "un signal incitant à mettre fin aux mesures d'économie dictées par la crise et à investir dans ses collaborateurs afin de retenir ou d'attirer les meilleurs talents".

 

16:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.