06/09/2010

La périphérie bruxelloise se "déflamandise"

périphérie.jpg

Alors que le gouvernement flamand se démène pour tenter de préserver le caractère flamand de la périphérie bruxelloise, une étude qu'il a fait réaliser laisse apparaître une "déflamandisation" de celle-ci, titre lundi Le Soir.

 
Le service d'étude du gouvernement flamand a réalisé un profil socio-économique de la périphérie (le Rand, à savoir les 19 communes qui bordent tant Bruxelles que les six communes à facilités) qu'il compare à celui du reste de la Flandre.

 
L'étude arrive à la conclusion que "le caractère flamand de la périphérie reste sous pression, tant dans les communes à facilités que dans les communes sans facilités. L'ampleur des flux migratoires au départ de la Région bruxelloise continue à hypothéquer lourdement les initiatives politiques visant à promouvoir le caractère flamand de la périphérie", indique l'étude.

 
D'ici à 2060, la population de Hal-Vilvorde (35 communes) devrait connaître une hausse presque aussi importante (+ 28 %) que celle de Bruxelles (+29 %) et nettement plus élevée que celle du reste de la Flandre (+15 %). Depuis 1997, la périphérie (Vilvorde, Dilbeek et Leeuw-Saint-Pierre, surtout) a gagné plus de 40.000 habitants au détriment de Bruxelles, précise encore Le Soir.

 
Le rapport précise encore que le nombre de jeunes ménages avec enfants qui parlent néerlandais à la maison dans les communes étudiées s'élève à 14 % dans les communes à facilités, 40% dans le reste de la périphérie, contre 79% dans le reste de la Flandre.

 

15:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.