09/07/2010

Un enfant sur deux surfe sans cadre parental, paniquons ou pas ?

internet3

A l'heure où nos enfants jouent de la souris avec plus de naturel et d'aisance que nous n'en aurons jamais, il convient de se poser des questions quant à la sécurité et la protection dont ils ont besoin pour profiter des joies du net.

 

Surveillance zéro ?

Or aujourd'hui, d'après une étude du sociologue Martin Valcke de l'Université de Gand relatée par la Dernière Heure, il s'avère que les enfants n'hésitent plus à organiser des rencontres avec de parfaits inconnus rencontrés sur le net, à ne pas s'y rendre accompagnés et à sous-estimer les risques qu'ils prennent en surfant sur la toile et en communiquant des données privées sur le web. La boîte de Pandore est-elle ouverte? Les parents sont-ils devenus inconscients ?

 

Risque maximum ?

Le président de l'association Françoise Dolto, Philippe Béague, tempère ces informations. "Internet est une mine d'or d'informations et d'ouverture au monde (...) Un enfant a besoin d'exister aux yeux des autres (...) Internet représente également un risque de mauvaises rencontres mais une société sans risques n'existera jamais. Ce n'est pas en interdisant à nos enfants d'aller sur le net qu'on les protègera". L'argument tient la route, d'autant que l'on se souvient très bien que rien ne nous semblait plus séduisant que l'interdit, à nous aussi. D'autre part, il est évident qu'aujourd'hui, les priver d'internet reviendrait à les léser d'un puits de données très accessibles.

 

Un outil dont il faut être maître

La recette est alors le juste milieu entre l'interdiction et le laxisme, comme toujours. Un enfant n'a pas toutes les cartes en mains pour distinguer le bien et le mal, pour repérer le danger, pour se défendre, pour appréhender chaque contenu web auquel il peut être confronté. Aux parents donc, armés pourquoi pas de filtres technologiques sur le contenu des pages visitées par l'enfant, d'offrir à sa progéniture les bases d'une utilisation prudente et constructive de la Toile. Lui apprendre que l'anonymat offert par internet permet de cacher des choses, que la manipulation existe, que tout information n'est pas bonne à prendre pour argent comptant.

 

Cyber-criminels malgré eux

Et si l'inquiétude est de mise et bien naturelle, trêve de paranoïa: le web n'est pas rempli que de psychopathes prêts à abuser d'enfants. Le loup est souvent déjà dans la bergerie. Combien d'enfants ou d'adolescents n'ont-ils pas recours aux moteurs de recherche afin de faire un copier-coller à la place de travailler leur résumé de livre, leur devoir ? A télécharger sans se soucier des conséquences, à plagier sans y voir le moindre mal ? A développer la loi du moindre effort. Il est là, aussi et surtout, le risque du net. Comme toujours, il reviendra aux parents d'encadrer et de guider cette nouvelle génération d'enfants du net afin de faire du web un vrai atout pour leur enrichissement personnel.

19:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.