15/06/2010

Le cdH ne veut pas le pouvoir mais est prêt à y participer

Milquet6

Le cdH ne se présente pas en demandeur pour participer au nouveau gouvernement mais reste ouvert à tout projet qui puisse sortir le pays de la crise et qui ne soit pas axé sur un programme d'austérité socio-économique ou de séparatisme.


Quant à, la N-VA, elle devra s'asseoir à la table des négociations, en espérant qu'elle y reste assez longtemps pour conclure un accord équilibré sur la réforme de l'Etat, a indiqué lundi la présidente du cdH Joëlle Milquet à l'issue de la réunion du Bureau de son parti.


Effet Lutgen

Tant la présidente que les principaux responsables du cdH affirment ne pas être trop affectés par la perte d'un siège: le parti a démontré sa stabilité et sa crédibilité et devient 3e en Wallonie et à Bruxelles, ont-ils répété à l'envi. Sans oublier de célébrer l'"effet Lutgen" qui, a souligné l'intéressé, refait du cdH le premier parti de la province, des années après l'hégémonie luxembourgeoise de feu le PSC.


Et Joëlle Milquet n'a pas manqué de souligner que pour leur part, MR et Ecolo ont perdu un tiers de leur électorat, l'un par rapport à 2007, l'autre par rapport à 2009.

 

Sérénité
Tout le monde, présidente en tête, reconnaît que c'est à la N-VA à jouer mais se demande si Bart De Wever, un jour séparatiste, un jour rassurant, fera la preuve de sa capacité à négocier. En tout cas, le cdH se dit serein et ne revendique pas le pouvoir pour le pouvoir. La situation exigeant une majorité très large, il est prêt à y participer, pour sortir la Belgique de la crise.


Et peu importe la coalition, tant qu'on a le programme, a dit en substance Joëlle Milquet, qui ne veut pas de séparatisme et d'addition de revendications communautaires. Et le cas échéant, les centristes apporteront leur concours constructif à partir de l'opposition.


A propos de l'information de la radio-télévision flamande VRT selon laquelle Joëlle Milquet refuserait d'encore accorder des entrevues à des médias néerlandophones, on souligne dans l'entourage de la présidente que tard dans la nuit de dimanche, elle a décliné les demandes de plusieurs médias, éprouvée par de nombreux interviews précédents.


Il ne s'agissait donc que d'une décision circonstancielle, qui n'est liée à aucun mobile politique, ajoute-t-on.

12:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.