24/04/2010

Oui à l'interdiction de la fessée en Belgique

fessée

Vingt pays ont déjà instauré l'interdiction de la fessée dans leur législation. La Belgique n'en fait pas partie mais Bernard De Vos, délégué général aux Droits de l'enfant le souhaiterait. Un débat international, organisé par le Conseil de l'Europe, aura lieu mardi prochain à Strasbourg sur les trente ans de cette interdiction.


L'interdiction de la fessée en Belgique, "oui mais assortie de peines civiles et non pénales", estime Bernard de Vos. De plus, il faut mener beaucoup de campagnes afin de sensibiliser les parents au problème du châtiment corporel.


"L'interdiction ne suffit pas. En Suède, l'on remarque que les chiffres de châtiments corporels augmentent lorsque les campagnes de prévention baissent", précise-t-il à l'agence Belga


Les campagnes servent, selon lui, à proposer aux parents des alternatives à la fessée comme, par exemple, la communication avec l'enfant.


"Il n'y a pas de raisons d'être bienveillant par rapport à la fessée, c'est un châtiment comme un autre qui n'est pas tolérable", estime Bernard De Vos. Il admet cependant que cela peut arriver, exceptionnellement, lorsque les parents sont excédés.


Bernard De Vos estime que l'Etat a tout à fait le droit de s'immiscer dans cette relation parent-enfant si le but est de garantir le respect de l'enfant.


L'interdiction de la fessée est née il y trente ans en Suède, devenue ainsi le premier pays à bannir toute forme de violence à l'égard des enfants.

17:54 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.