03/02/2010

Ecolo et le cdH sont contre la majorité pénale à 16 ans

Huytebroeck

Partenaires de la majorité à la Région bruxelloise, Ecolo et le cdH ont tous deux fait part mardi de leur opposition à la proposition d'abaissement de la majorité pénale à 16 ans soutenue par le ministre-président bruxellois Charles Picqué (PS).


Evoquant la polémique née des événements violents du week-end à Bruxelles, tant la ministre de l'Aide à la jeunesse Evelyne Huytebroeck (Ecolo) que le cdH font remarquer que le dessaisissement d'un jeune de plus de 16 ans, c'est-à-dire son renvoi vers la justice pour adulte, est déjà possible mais doit rester une décision du juge au cas par cas.


Selon Evelyne Huytebroeck, les places en centre fermé (IPPJ) n'ont cessé d'augmenter ces dernières années, de 30 en 2000 à 97 aujourd'hui, alors qu'une étude de l'Institut National de Criminalistique et de Criminologie ne montre pas d'accroissement de la criminalité des jeunes ni des délits.


La ministre se dit par contre favorable aux mesures réparatrices qui doivent intervenir rapidement dès le premier délit. Elle souligne que les faits graves du week-end ont été provoqués principalement par des personnes majeures et non par des mineurs.


Si les zones de non-droit dans certains quartiers sont totalement inacceptables, il faut aussi apporter des réponses plus préventives à ce type de délinquance, dit encore Evelyne Huytebroeck.


Quant au cdH, il souhaite un juste équilibre entre le renforcement des mesures éducatives et préventives en amont du placement et l'augmentation des moyens tant en personnel qu'en nombre de places au sein des IPPJ.


Dans les cas où l'enfermement serait malgré tout indispensable, le parti estime qu'il serait peut-être opportun de penser à généraliser un système similaire à "Everberg" où l'enfermement ressortirait du pouvoir fédéral et l'éducatif de la Communauté française. Ce système pourrait être étendu aux IPPJ fermées et permettrait à la Communauté française de dégager de nouveaux moyens pour toutes les mesures éducatives et préventives notamment.


Aux yeux du cdH, il convient avant tout de ne pas s'enflammer par rapport aux incidents de ces derniers jours et de crier, à tout vent, la nécessité de vouloir réformer des systèmes qui, pour certains, ont déjà fait leurs preuves, mais manquent cependant toujours de moyens pour remplir la mission qui leur a été dévolue.

17:22 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.