28/11/2009

Le salaire de centaines de milliers d'employés va baisser

salaire2

La moitié, voire les trois quarts de employés du pays, vont voir leur salaire réduit en raison de l'inflation négative persistante depuis mai, relève samedi la presse flamande (De Standaard, Het Nieuwsblad, De Tijd).


Le calcul annuel de l'indexation des salaires sera effectué début décembre au sein de la Commission paritaire auxiliaire pour employés, sur base de la moyenne de l'indice-santé des quatre derniers mois.


Et si cette moyenne a quelque peu augmenté le mois dernier, atteignant 110,63 points, il n'en reste pas moins qu'elle demeure d'un demi-point inférieure aux 111,10 points de l'an dernier.


La baisse salariale devrait toucher un groupe d'un quart de million d'employés qui tombent sous le coup de la Commission paritaire, ainsi que de quelque 200.000 autres du secteur alimentaire et de l'horeca.


Est également concerné un groupe de 370.000 employés de diverses sociétés qui n'ont pas de commission paritaire propre ou pour lesquels aucune convention collective de travail (CCT) n'est prévue, mais qui généralement suivent les CCT de la Commission paritaire employés.

19:55 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2009

Le Belge, le champion de l'épargne

tirelire

Le Belge compte parmi les champions en matière d'épargne, au sein de l'eurozone. En 2008, le taux d'épargne des Belges atteignait 16,7 pc, alors que la moyenne européenne se situait à environ 11 pc (14,5 pc dans la zone euro).

 

Tels sont les principaux constats posés par le rapport "Focus on the Belgian economy", paru jeudi et réalisé par le service d'études d'ING. Alors qu'il est en progression depuis 2005, le taux d'épargne devrait encore augmenter cette année, compte tenu des craintes des consommateurs, notamment en matière d'emploi. Il dépassera alors la barre des 17 pc.

 

Le flux d'épargne en 2008 représentait plus de 35 milliards d'euros. Le taux d'épargne atteint son maximum pour les ménages dont le chef de famille a de 30 à 39 ans. Le montant moyen épargné par un ménage atteint alors plus de 8.000 euros par an.

 

Un ménage dans la tranche d'âge allant de 30 à 39 ans épargnait en moyenne en 2006 et 2007 plus de 10.000 euros en Flandre, contre à peine 5.200 euros en Wallonie, et 7.100 euros à Bruxelles.

16:24 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/11/2009

Emma et Noah, prénoms les plus populaires de 2008

bébé4

Pour la sixième année consécutive, Emma est le prénom le plus attribué aux filles en Belgique. Du côté des garçons, Noah reprend la première place comme en 2006, selon les chiffres de la Direction générale Statistique et Information économique du SPF Economie. Ces deux prénoms, Emma et Noah, sont les plus courants en Flandre.


En Wallonie, la première place est occupée par Léa et Nathan et par Sarah et Mohamed dans la Région de Bruxelles-Capitale. Nathan, aujourd'hui deuxième, était le prénom masculin le plus populaire l'an dernier en Belgique. Le podium est complété par Lucas.


Du côté des filles, Louise est deuxième et Léa troisième. En Région wallonne, Nathan est premier du classement de chaque province. Noah est, lui, repris dans le top 10 de toutes les provinces wallonnes, tout comme Lucas.


Du côté des filles, Léa et Clara sont populaires dans toutes les provinces wallonnes. Emma atteint le top 3 dans le Hainaut et la province de Liège; et une quatrième place dans le Brabant wallon et la province de Namur.


Avec Juliette en première position, Victoria en sixième et Emilie en huitième, le Brabant wallon se différencie nettement des autres provinces wallonnes.

17:19 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2009

Les enfants sont gâtés pour la Saint-Nicolas

Saint Nicolas 2

Lorsqu'il s'agit des cadeaux de Saint-Nicolas, les parents belges sont assez généreux. En moyenne, les enfants reçoivent deux à trois cadeaux du grand Saint, tandis qu'un cinquième des parents dépense plus de 100 euros par enfant pendant la période concernée, ressort-il mercredi d'une enquête réalisée par FUN, la chaîne de magasins de jouets et d'articles de loisirs.


Selon les résultats de l'enquête, les parents sont 81% à tenir compte des souhaits de leurs enfants au moment des achats de Saint-Nicolas. Cette année, les ventes de jouets et d'articles de loisirs ont augmenté de 7% par rapport à l'année précédente. Pour une large part, cette augmentation résulte des nombreuses actions et publicités. Du côté des enfants, il ressort qu'un peu moins de 80% d'entre eux se réfèrent au catalogue de Saint-Nicolas pour faire leur choix. Trois sur quatre ne se préoccupent pas du prix.


On constate également que ce sont les jouets traditionnels qui tiennent le haut du pavé. Lego est le champion incontesté de cette fin d'année. Les poupées classiques avec fonctions interactives, les voitures et les avions téléguidés comme les jeux de société pour jeunes et moins jeunes se vendent comme des petits pains. En revanche, la vente des consoles de jeu est à nouveau en recul.

18:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/11/2009

Inauguration de la crèche "Les P'tits Loups"

logo p'tits loups allégé 2

 

Voici le discours que j’ai prononcé ce 19 novembre 2009 à l’occasion de l’inauguration officielle de la crèche « Les P’tits Loups »

 

Monsieur le Député-Bourgmestre,

Madame et Messieurs les Echevins,

Mesdames, Messieurs en vos titres et qualités,

 

Quel plaisir et quel bonheur de vous retrouver aujourd’hui à l’occasion de l’inauguration officielle de la crèche « Les P’tits Loups », notre nouvelle structure d’accueil pour enfants de 0 à 3 ans, qui après l’ouverture de la MCAE « Les Marmots » en avril 2008 devient donc notre 4e lieu d’accueil pour la petite enfance à Berchem-Sainte-Agathe.

 

Avec l’ouverture de la nouvelle crèche « Les P’tits Loups », qui peut accueillir 18 enfants, notre commune dispose donc aujourd’hui d’un total de 99 places d’accueil et cela sans compter notre halte garderie communale qui elle aussi, rend bien des services à de nombreux jeunes parents.

 

En l’espace de deux ans, notre commune a donc augmenté sa capacité d’accueil de plus de 43%, tentant ainsi de répondre au mieux à l’augmentation sans cesse croissante de notre population et aux besoins en places d’accueil pour la petite enfance qui découlent de cette poussée démographique.

 

Mais choisir c’est renoncer !

Si bien entendu, il est indéniable que Bruxelles souffre d’un déficit de places d’accueil pour les 0 - 3 ans, un passé récent nous a également montré que les écoles maternelles et primaires du Nord-Ouest de la Capitale étaient également au bord de la rupture. Dès lors, les bébés d’aujourd’hui, devenant les écoliers de demain et les acteurs de la vie associative et sportive d’après-demain, il appartient aux pouvoirs publics de faire des choix, tenant compte de la réalité budgétaire et cet exercice d’équilibriste n’est pas toujours évident mais c’est cela faire de la politique !

 

Toutefois, la structure d’accueil que nous inaugurons aujourd’hui a échappé à ce genre de dilemme et elle n’a pas causé trop de soucis à mon collègue Jean-Marie Colot, Echevin des Finances, puisque cette nouvelle crèche n’aura pas coûté le moindre euro à la commune.

 

Négociée de façon tout à fait originale comme charge d’urbanisme au moment de la conception du projet « Atlantis » qui consistait en la construction d’un ensemble de 31 000 m2 de bureaux et de 80 logements répartis sur 3 bâtiments, cette crèche nous a, en effet, été livrée « clé sur porte » par le promoteur, la société CODIC et n’aura donc en rien grevée les finances communales.

 

Au nom du Collège des Bourgmestre et Echevins, je tenais donc non seulement à remercier la société CODIC d’avoir consenti à réaliser gracieusement cette structure d’accueil au bénéfice de la population berchemoise mais surtout de l’avoir exécuté avec autant de professionnalisme et avec autant de goût car comme vous avez certainement déjà pu le constater, les concepteurs du projet ont bien compris qu’une crèche, c’est un lieu éminemment symbolique et important et qu’il y avait lieu de réaliser pour les enfants, un projet d’une grande qualité esthétique.

 

Chacun d’entre nous a certainement encore de vagues images en tête de ses années d’enfance, consciemment ou inconsciemment. Cette période charnière détermine souvent la vie d’une femme ou d’un homme et le caractère de ce que nous allons devenir.

 

Il est donc essentiel que nos enfants se sentent bien dans ce lieu, qu’ils l’apprivoisent, et en garde éternellement de bons souvenirs, heureux, variés et diversifiés.

 

Aujourd’hui, avec la collaboration de la société CODIC, nous donnons à nos bambins un espace convivial et pratique. Grâce à cela, c’est leur avenir que nous sommes en train de préparer. Encore une fois, merci pour eux.

 

 

Si la crèche « Les P’tits loups » ne nous aura donc pas coûté un euro pour sa conception, il y a également lieu de souligner que cette nouvelle structure d’accueil sera subsidiée par l’ONE pour son fonctionnement.

 

En effet, en mars 2008, Madame Catherine Fonck, alors Ministre de l’Enfance au sein du Gouvernement de la Communauté française lançait le Plan Cigogne 2 qui devait permettre d’ouvrir 1700 nouvelles places d’accueil en Communauté française durant la période 2008-2010 dont 402 places pour Bruxelles.

 

Tenant compte de la construction programmée de la crèche Les P’tits Loups, notre commune a donc très rapidement introduit son dossier dans le cadre du volet 1 de cette nouvelle programmation et notre projet a donc été retenu par l’ONE.

 

Cette subsidiation de nos 18 nouvelles places faisant suite à l’extension de la reconnaissance des places de la crèche « Les Alcyons ». Aujourd’hui donc, les 99 places communales sont reconnues et subsidiées par l’ONE. Je souhaitais donc également remercier l’Office de la Naissance et de l’Enfance, son Administrateur général, M. Benoît Parmentier et les représentants de l’ONE présents ce soir, pour leur confiance et leur soutien.

 

Et demain ?

Et bien, nous n’avons pas dit notre dernier mot !

 

Inlassablement nous resterons à l’affut du moindre subside, qu’il soit communautaire ou régional, qui nous permettrait, sans mettre les finances communales en danger d’accroitre notre capacité d’accueil pour la petite enfance. Dans cette logique, nous ne perdons pas espoir, mon collègue Peter Decabooter et moi, de pouvoir acquérir prochainement un bâtiment qui pourrait nous permettre de réaliser une crèche communale néerlandophone. Affaire à suivre, comme on dit !

 

Comme vous le voyez, il fait bon naitre et grandir à Berchem-Sainte-Agathe.

 

Mesdames, Messieurs, c’est donc avec une grande fierté que je me trouve aujourd’hui au cœur de notre nouvelle crèche, promis à un bel avenir.

 

Comme vous l’aurez constaté, cette nouvelle structure d’accueil est composée de deux parties, de deux sections doit-on dire.

Juste en entrant à votre gauche, vous avez déjà certainement pu visiter la section des plus jeunes, à savoir celle des enfants entre 0 et 12 mois. Cette section, les puéricultrices l’ont appelé la section des « Chenilles ». Enfin, la partie du bâtiment dans laquelle nous nous trouvons actuellement accueille les enfants entre 13 et 36 mois, il s’agit bien sûr de la section des grands, à savoir la section des « Papillons »…

 

Voilà, certain que l’ensemble du personnel de cette nouvelle structure, puéricultrices, assistante sociale, directrice, personnel d’entretien et de cuisine continueront grâce à leur dévouement à permettre à nos petits bouts de s’épanouir, de grandir dans ce cadre convivial et chaleureux.

 

Car ne dit-on pas que chaque fois qu’un enfant naît quelque part, c’est le monde qui recommence ?

 

Nos enfants, en quelque sorte, c’est notre éternité. Il nous revient d’en prendre soin si nous voulons qu’elle dure un peu…

 

Avant de passer la parole à Monsieur le Député-Bourgmestre Joël Riguelle, je tiens à remercier l’ensemble des personnes qui ont soutenu, poussé, accompagné et permis ce projet.

 

Je pense ici à l’ensemble des membres du Collège et du Conseil communal et en particulier à mon collègue Jean-Marie Colot. Je remercie également l’administration communale en commençant par Monsieur le Secrétaire communal et Monsieur le Receveur communal. Ce projet a également pu se réaliser grâce à Madame Sonia de Taevernier, la directrice du service Urbanisme, Madame Sandra Goegebeur, la directrice du Service Bien Etre et sa collaboratrice Madame Nadine Trullemans. Je n’oublie pas non plus le personnel de la petite enfance : Madame Françoise Steger, Madame Joëlle Sarrand, la directrice de la crèche, Madame Stéphanie Grimberghs, l’assistante sociale et responsable de cette infrastructure ainsi que l’ensemble du personnel des différentes structures d’accueil de la commune.

 

Toutes et tous, je vous remercie au nom de nos enfants.

 

Bonne route à la crèche « Les P’tits Loups ».

 

Je vous remercie de votre attention.

19:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/11/2009

La nouvelle campagne Bob plus sévère que jamais

Bob

La police effectuera au moins 180.000 tests d'haleine durant la campagne Bob, du 27 novembre au 11 janvier. Un record. C'est ce qui ressort de la circulaire que la ministre de l'Intérieur, Annemie Turtelboom, et le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe, ont signée lundi. L'information figure mercredi dans Het Belang van Limburg et la Gazet van Antwerpen.


"Les contrôles routiers doivent augmenter le sentiment qu'on ne peut pas y échapper", explique la ministre Turtelboom. "Nous travaillerons de manière plus impromptue, et plus ciblée." Les contrôles se passeront plus à des endroits stratégiques, comme dans les rues recélant de nombreux lieux de sorties, et à des moments bien choisis. Werner De Dobbeleer, de l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), plaide également pour des contrôles en début de matinée :


"Beaucoup d'automobilistes tiennent trop peu compte du fait qu'après une - très - courte nuit, ils ont encore trop d'alcool dans le sang". Le précédent record était détenu par les fêtes de fin d'année 2008, avec 173.434 tests d'alcoolémie. 8.388 personnes (4,8%) avaient été contrôlées positif. Si le taux d'alcoolémie dépasse le seuil autorisé de 0,5 pour mille, l'automobiliste doit s'acquitter d'une amende de 137,50 euros minimum.

11:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2009

Milquet tiendra les rênes du cdH jusque 2011

Lutgen

Le Bureau politique du cdH proposera aux militants de se prononcer sur un partage de la présidence du parti en deux temps, à partir de 2010, entre l'actuelle présidente Joëlle Milquet et l'actuel ministre wallon de l'Agriculture et des Travaux publics, Benoît Lutgen, a-t-il décidé lundi soir.


Aval unanime

D'autres candidatures peuvent toujours être proposées, mais plusieurs les ténors du parti interrogés lundi soir (e.a. les ministres Antoine, et Cerexhe, ainsi que le sénateur F. Delpérée), ont insisté sur l'expérience incontournable de l'actuelle présidente face aux importants enjeux notamment communautaires des prochains mois.


Selon le président du collège des assesseurs du parti, Dominique Drion, la décision a été prise à l'unanimité. Il y a eu une abstention et encore, seulement sur un des volets de la proposition retenue.


Si cette formule reçoit l'assentiment des militants, Joëlle Milquet continuera d'exercer la présidence du parti à partir du 1er janvier prochain, jusqu'aux prochaines élections fédérales, prévues théoriquement en 2011, pour autant qu'il n'y ait pas d'élections anticipées.
 
Lutgen au relais

Dans tous les cas de figure de cette proposition, Benoît Lutgen lui succédera à la mise en place du prochain gouvernement fédéral et jusqu'au terme du mandat présidentiel de 4 ans (2014).


A la sortie de la réunion, Benoît Lutgen a indiqué qu'il avait lui-même fait cette proposition au parti. Joëlle Milquet a, quant à elle, précisé qu'elle avait souhaité un débat interne sur "cette option qui n'était pas la mienne au départ" et au sujet de laquelle elle s'était donné un temps de réflexion durant le week-end écoulé. "Il y aura un vrai vote des militants", a-t-elle ajouté.


"Face aux enjeux qui nous attendent notamment en matière communautaire, Joëlle Milquet est la meilleure candidate du parti pour défendre la Belgique francophone. Personne ne s'est levé pour répondre à la question de savoir qui connaissait les dossiers mieux qu'elle", a commenté Benoît Lutgen.


L'oiseau continuera à faire son nid

Le ministre wallon de l'Agriculture a également souligné qu'il tenait, dans un premier temps à poursuivre son travail au sein du gouvernement wallon notamment pour soutenir le monde rural face aux réformes du secteur, et dans le domaine des Travaux Publics.


Tant Benoît Lutgen que Joëlle Milquet ont fait part de leur souhait d'œuvrer à "la continuité" dans la gestion du parti.


Le bureau politique du parti statuera dans une semaine sur la recevabilité des candidatures et sur les modalités d'organisation du vote.


A titre personnel, Benoît Lutgen s'est prononcé en faveur d'un vote écrit pour atteindre le plus grand nombre de militants possible.

17:20 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/11/2009

Lutgen candidat à la présidence du cdH... avec Milquet

Lutgen

Le ministre wallon s'est déclaré candidat à l'élection présidentielle du cdH lors du Bureau politique des humanistes, lundi matin, révèle La Libre Belgique.


Benoît Lutgen propose un ticket avec la présidente actuelle Joëlle Milquet. Celle-ci prolongerait son mandat présidentiel jusqu'en juin 2011. Benoît Lutgen ne prendrait effectivement la présidence du cdH qu'en 2011. Son mandat courra jusqu'en 2014 (2010-2014).


Cette formule permettrait à la présidente actuelle de s'impliquer dans les négociations communautaires à venir. Les candidats à la succession de Joëlle Milquet sont invités à déposer leur candidature entre le 16 et le 23 novembre.

20:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2009

Les plaques d'immatriculation européennes divisent

plaque

Le gouvernement fédéral est divisé sur l'introduction des nouvelles plaques minéralogiques aux couleurs européennes, révèle la presse de samedi au lendemain d'un Conseil des ministres qui n'a pu se mettre d'accord sur un projet présenté par le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe (CD&V).


Le Conseil des ministres aurait dû approuver ce projet, visant à introduire des plaques d'immatriculation plus larges et comprenant sept caractères, de couleur noire, sur un fond blanc, à partir de juillet 2010.


Selon plusieurs journaux tant francophones que néerlandophones, l'opposition est surtout venue de la vice-Première ministre Joëlle Milquet (cdH), appuyée par sa collègue Laurette Onkelinx (PS) et d'autres ministres francophones.


Joëlle Milquet a réclamé le maintien des "lettres rouges" "vu l'attachement sentimental des Belges pour leurs plaques en rouge et blanc", selon La Libre Belgique. Le point a donc été retiré de l'agenda et reporté au 27 novembre.


L'Union européenne n'impose pas la couleur des caractères sur les plaques minéralogiques, mais bien la présence du logo européen et une lettre précisant l'Etat membre. Chaque pays est dont libre de décider des couleurs de ses plaques.

19:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/11/2009

Une série pour sensibiliser les jeunes aux méfaits du tabac

tabac

Une série animée utilisant "un humour absurde" a été lancée sur internet pour sensibiliser les jeunes Européens aux méfaits du tabac, dans le cadre de la campagne "Help - Pour une vie sans tabac", initiative de la Commission européenne.


Cette "websérie" en 23 langues (www.helpers-eu.com) est composée d'un épisode présentant les principaux personnages et de 11 "helpisodes". Un nouvel épisode sera mis en ligne tous les mois, jusqu'en septembre 2010.


La série met en scène trois super héros (les Helpers) pour sauver les "Helpme" des méfaits du tabac, "en leur prodiguant conseils et astuces improbables". Pour de vrais conseils, les internautes sont dirigés vers le site officiel de la campagne (www.help-eu.com).


La deuxième campagne "Help - Pour une vie sans tabac" a été lancée le 31 mai dernier. Elle s'adresse principalement aux jeunes de 15 à 34 ans et met à disposition informations, conseils et astuces pour ne pas commencer à fumer, pour arrêter de fumer et pour lutter contre le tabagisme passif. Un partenariat Dailymotion avec un espace "Helpers", une chaîne dédiée sur YouTube et un espace Facebook font partie de l'opération.

16:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2009

Les tarifs de la STIB augmenteront en février 2010

stib2

Les tarifs de la STIB vont augmenter de 2,53% en moyenne à partir de février 2010, annoncent jeudi La Capitale et La Dernière Heure. La hausse des tarifs devrait rapporter quelque 4 millions d'euros à la STIB.


L'augmentation la plus significative concernera les abonnements MTB, qui permettent de voyager sur tous les réseaux de transports en commun. Cet abonnement, qui compte près de 180.000 utilisateurs, est l'un des plus populaires. Son prix de base passe de 495 à 590 euros annuels. Le prix des abonnements scolaires et des cartes de voyage n'évoluera pas.


La hausse moyenne est moins élevée que dans les autres sociétés de transport puisqu'elle atteint 4,64% au TEC et 2,76% chez De Lijn. La nouvelle grille tarifaire a été approuvée mardi par le conseil d'administration de la STIB. Elle devra encore être entérinée par le gouvernement régional bruxellois.

18:52 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2009

Au directeur d'école de choisir la façon de trier les élèves

école2

Selon le nouvel avant-projet de décret fixant les modalités d'inscription en première année du secondaire, dont le quotidien Le Soir a pu prendre connaissance, le directeur de chaque établissement scolaire pourra choisir entre les files et un système de pondération.

 

Nouveau système

Le nouveau système porté par la ministre de l'Education en Communauté française, Marie-Dominique Simonet (cdH), suggère de laisser le directeur d'école choisir la façon de trier les élèves qui se présentent à ses portes, rapporte samedi le quotidien.


Concrètement, soit le directeur applique le principe "premier arrivé, premier inscrit" - c'est alors le retour aux files de Marie Arena -, soit la sélection des élèves s'opère sur la base de six critères. Le principe de l'adossement est lui confirmé et même pérennisé: un élève issu d'une école primaire adossée à une école secondaire bénéficie ainsi d'une inscription prioritaire.

 

Critères
Parmi les critères retenus, figurent notamment le type de réseau d'enseignement, le fait que l'école soit annexée ou non, le projet d'établissement, l'immersion, le fait de résider dans l'une des six communes à facilités de la périphérie ou encore que l'école aurait pu être adossée à l'établissement secondaire car elle en honore les conditions.


Le texte, qui est fin prêt, sera examiné mardi en conseil restreint avec les partenaires PS et Ecolo du gouvernement de la Communauté française.

12:54 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/11/2009

La moitié des jeunes diplômés sans emploi

diplomés

La moitié des jeunes ayant décroché en juin dernier un diplôme de master ou de bachelier n'a toujours pas trouvé un emploi, selon une enquête menée auprès de 516 jeunes diplômés flamands par Jobat.


De tous les diplômés interrogés, il ressort que ce sont les bacheliers en soins infirmiers et les diplômés du secteur socio-éducatif qui ont trouvé le plus rapidement un emploi, 62% d'entre eux étant actifs quatre mois après avoir terminé leurs études. A l'inverse, les diplômés en sciences politiques et sociales éprouvent le plus de difficultés sur le marché du travail, seulement 8% d'entre eux ayant trouvé un job.


A noter que 27% des jeunes diplômés de master et de bachelier qui travaillent sont actifs en tant qu'intérimaires. L'enquête montre encore que 48% des diplômés sous contrat de travail gagnent moins de 2.000 euros brut par mois.

19:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/11/2009

Pénurie de pièces de 1 et 2 cents

eurocents

La semaine dernière, Delhaize a placé dans ses magasins des affichettes demandant à ses clients de ramener leurs pièces de 1 et 2 cents alors que dans les banques, on est proche de la pénurie, indiquent mardi les journaux du groupe Sud Presse.


Delhaize a pris cette initiative parce qu'ING, une des banques de la chaîne de magasins, a fait savoir que les stocks de pièces de 1 et 2 cents étaient en train de diminuer très fort.


"Il n'y a pas assez de pièces qui sont remises sur le circuit", confirme Liliane Tackaert, porte-parole de Fortis. "Nous avons dû faire appel à plusieurs reprises à l'étranger car la Banque nationale ne pouvait pas satisfaire toutes les demandes", ajoute-t-elle.


"Plus d'1,2 milliard de ces pièces sont actuellement en circulation", explique-t-on à la Banque nationale qui estime qu'il n'y actuellement pas de pénurie. Cherchez l’erreur !

18:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/11/2009

Pour passer le permis pratique, il faudra attendre des mois

permis3

Les personnes qui possèdent leur permis de conduire provisoire et qui veulent passer l'examen pratique doivent prendre leur mal en patience pour avoir un rendez-vous, rapporte mardi Het Nieuwsblad. Celui qui réserve une place aujourd'hui court le risque de ne pouvoir se présenter au centre d'examen qu'en mars prochain.


Les personnes qui doivent faire face à une longue attente sont principalement des candidats-conducteurs qui ont appris à rouler avec leurs parents et qui passent l'examen avec leur propre voiture.


D'après le Goca, le Groupement des Entreprises agréées de Contrôle Automobile et du Permis de Conduire, ces temps d'attente sont imputables à un concours de circonstances. Il y a trois ans, le permis de conduire provisoire est devenu valable pour une période de trois ans. Les candidats-conducteurs de ce premier groupe ont vraisemblablement attendu le dernier moment pour passer l'examen pratique.

14:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/11/2009

Herman Van Rompuy, premier président européen ?

Van Rompuy

Le chef du gouvernement belge Herman Van Rompuy est très sollicité pour devenir le premier président de l'Union européenne et son nom fait l'objet d'un consensus, à la différence d'autres éventuels prétendants, ont indiqué lundi plusieurs diplomates européens.


"Il y a un consensus sur son nom, ce qui est rare à 27. Personne d'autre ne fait l'unanimité", a affirmé l'un de ces diplomates. "Personne ne s'oppose à lui et beaucoup lui demandent d'accepter", a ajouté un autre.


"Aucun commentaire!", a cependant répondu le porte-parole du Premier ministre belge, interrogé à ce sujet, Dirk De Backer. Mais M. Van Rompuy, qui a eu 62 ans le 31 octobre, a fait l'objet de sollicitations très claires au cours du sommet des chefs d'Etat et de gouvernements de l'UE jeudi et vendredi, ont précisé les mêmes diplomates.

19:25 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/11/2009

Sensibiliser au niveau sonore trop élevé dans les écoles

école

Un projet pilote de l'IBGE en Région de Bruxelles-Capitale révèle un manque d'isolation acoustique dans les écoles de la Communauté française. Or, le bruit génère du stress, de la fatigue et agit sur les capacités d'apprentissage et la santé des élèves.


L'Institut Bruxellois pour la Gestion de l'Environnement a effectué un audit acoustique dans six écoles de la Région de Bruxelles-Capitale. "Le bruit doit être considéré comme une pollution à part entière", selon Marie-Françoise Ducarme, de l'IBGE.


Le bruit agit en effet directement sur le stress, la fatigue et l'audition des élèves. Des migraines peuvent apparaître chez l'enfant, ainsi que des troubles de l'apprentissage, des comportements agressifs ou d'isolation sociale. Le stress prolongé et la fatigue occasionnent, entre autres, un affaiblissement des défenses immunitaires et encouragent l'apparition de maladies cardiovasculaires.


Dans une classe normale, on mesure généralement le niveau sonore à 55 décibels, alors que 33 dB ne devraient pas être dépassés, selon l'IBGE. Dans une cantine, au moment du repas, le son peut grimper jusqu'à 90 décibels.


"Les bâtiments sont en général pensés pour faciliter l'hygiène. L'emploi du béton, du carrelage et du verre engendre malheureusement une pollution sonore supplémentaire à cause de la réverbération", poursuit Mme Ducarme. L'IBGE veut inciter la Communauté française à mettre la dimension acoustique dans son cahier des charges, estimant que les normes sont actuellement trop basses.

15:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |