20/07/2009

Le Roi plaide pour l'éthique et la réforme de l'Etat

roi

Le roi Albert II a appelé à plus d'éthique dans la finance et l'économie, lundi, dans son discours traditionnellement prononcé à la veille de la Fête Nationale.

 

Le chef de l'Etat souligne dans ce même discours la nécessité d'adapter les structures institutionnelles du pays. Appelant à plus de régulation dans le domaine financier et économique, le roi souligne notamment la nécessité de normes s'appliquant à la rémunération des dirigeants d'entreprise.

 

"Dans le secteur financier beaucoup de responsables ont succombé à la pression des marchés pour générer à court terme des marges de profits toujours plus élevées, souvent irréalistes et sans rapport avec l'économie réelle", a-t-il constaté. "Il me paraît donc très important de plaider pour le développement d'une éthique dans le domaine économique et financier. Celle-ci doit évidemment s'accompagner d'une mise au point de certaines règles et normes à respecter pour le contrôle des intermédiaires et des produits financiers. Ces contrôles devront non seulement être renforcés mais aussi internationalisés. La nécessité de normes s'applique aussi à l'ensemble de la rémunération des dirigeants", a-t-il ajouté.

 

Rappelant que "la finance doit être au service de l'économie et celle-ci au service de l'homme", le roi invite à s'interroger sur "le caractère de plus en plus matérialiste de nos sociétés et sur la nécessité d'accorder plus de place aux valeurs familiales, à celles de la convivialité, de la solidarité et du respect de l'autre".

 

Dans son discours prononcé à la veille du 21 juillet, Albert II appelle par ailleurs de ses voeux une réforme de l'Etat qui accorde plus de responsabilités aux entités fédérées, une indispensable solidarité et un pouvoir fédéral efficace doté des moyens nécessaires. "Pour faire face à la crise en Belgique, je pense que nous devons aussi mettre de l'ordre dans nos structures institutionnelles. Accordons-nous sur une réforme de l'Etat qui assure à la fois une plus grande responsabilité aux entités fédérées, une indispensable solidarité, et un pouvoir fédéral efficace disposant des moyens nécessaires dans les domaines qui restent les siens", a-t-il dit.

 

Enfin, le roi invite les Communautés et Régions à promouvoir un enseignement et une politique de formation professionnelle de qualité, adaptés aux moteurs économiques de demain. Il évoque notamment, à cet égard, les technologies de l'environnement. Ces avancées en matière d'éthique, sur le plan institutionnel, et d'enseignement, permettront, selon le roi, de maintenir la Belgique dans "le peloton de tête des pays industrialisés".

17:30 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.