07/07/2009

Un établissement Horeca sur deux manque d'hygiène

Horeca

Un établissement sur deux du secteur de l'Horeca ne respectaient pas, en 2008, les normes d'hygiène ou ne disposaient pas d'infrastructure satisfaisante, selon le rapport d'activités de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA), présenté mardi à la presse.


En 2008, 13.346 missions ont été réalisées par l'AFSCA dans 12.876 établissements du secteur de la distribution (Horeca, cuisines de collectivité, commerces de détail et de gros).


L'infrastructure, l'installation, l'hygiène, l'autocontrôle, la notification obligatoire, la traçabilité et l'interdiction de fumer ont fait l'objet d'un contrôle. Dans l'Horeca, 50,8% des établissements ne respectaient pas les normes d'hygiène ou présentaient des manquements en terme d'infrastructure et d'installation, contre 36,6% dans les cuisines de collectivité; 20,3% dans les biberonneries; 50% dans les prisons; 29% dans les homes. Pour l'Horeca, près de 73% des opérateurs ne menaient pas d'autocontrôle suffisant et près de 20% ne disposaient pas de traçabilité convenable.


Par ailleurs, même si les résultats des inspections relatives à la loi anti-tabac étaient en légère amélioration par rapport à 2007, un établissement Horeca sur dix était encore en infraction en 2008. Les plaintes des consommateurs à ce sujet ont toutefois diminué en un an, passant de 732 en 2007 à 395 en 2008. En revanche, les plaintes concernant un manque d'hygiène des locaux et des personnes ont augmenté l'année dernière à 873, contre 572 en 2007.


Après les inspections menées par l'AFSCA dans ce secteur, plus de 2.600 avertissements ont été transmis et 633 procès-verbaux dressés. Les contrôles effectués chez les grossistes et détaillants ont quant à eux donné lieu à 1.860 avertissements et 460 P-V: des lacunes sur l'infrastructure et l'hygiène ont été constatées chez 40% des détaillants contrôlés et chez 24% des grossistes.


L'accent sera mis pour pallier cette problématique du manque d'hygiène et d'autocontrôle au cours des prochaines années, a assuré mardi Gil Houins, administrateur délégué de l'AFSCA. Des outils ont déjà été mis en place pour former le personnel de l'Horeca à de bonnes pratiques d'hygiène.


La cellule de vulgarisation a ainsi été créée en septembre 2008 et mise au service des opérateurs qui proposent directement leurs denrées alimentaires aux consommateurs. Elle dispense notamment des séances d'information sur l'autocontrôle, la traçabilité, etc. et propose des publications sur le sujet.


Le concept des Smiley-AFSCA, obtenus par des établissements Horeca et des cuisines de collectivité pour certifier leur système d'autocontrôle, doit également inciter le secteur à respecter au mieux les normes d'hygiène. Quelque 80 établissements disposent actuellement de ce Smiley.


23 guides sectoriels d'autocontrôle ont été validés en 2008 par l'AFSCA. Rédigés par les associations professionnelles, ils permettent d'aider les opérateurs à répondre à leurs obligations légales en matière d'autocontrôle.


"Si dans trois ans, on ne constate pas de diminution drastique des infractions aux pratiques de bonne hygiène, alors ce sera un échec", prévient M. Houins.


Le rapport d'activités de l'AFCSA propose également un état de la situation des maladies animales en Belgique et les coûts afférents, des maladies émergentes, des inspections phytosanitaires, des inspections des aliments pour animaux, des animaux vivants, du bien-être animal, des expertises des viandes en abattoir, dans le secteur de la transformation des denrées, etc.


Le rôle de l'AFSCA dans l'exportation est également passé en revue, avec notamment 18 accords conclus avec 13 pays différents, dont un protocole signé en mai dernier avec la Chine pour l'exportation de viande porcine.

20:22 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.