27/05/2009

Le contrôle technique ouvert deux soirs par semaine

contrôle technique

A partir du 1er septembre, les services offerts par les centres de contrôle technique seront élargis. Ces centres resteront ouverts deux soirs par semaine et les clients pourront prendre rendez-vous pour passer le contrôle technique. C'est ce qu'a conclu le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe avec le secteur.

 

Possibilité de prendre rendez-vous

L'ouverture des centres (actuellement de 07h00 à 17h00) sera prolongée deux soirs par semaine (les lundis et jeudis) jusqu'à 19h00. Une exception est néanmoins prévue pour les centres disposant de maximum trois lignes de contrôle.


Les clients qui doivent passer le contrôle technique pourront en outre prendre rendez-vous à l'avance via le site www.rendezvouscontroletechnique.be. Le client aura également la possibilité de créer un dossier pour son véhicule et de confirmer sa réservation via un prépaiement.

 

Pas de décision sur les tarifs

Aucune décision n'a encore été prise sur une éventuelle modification des tarifs à la suite de ces changements. Les centres sont demandeurs d'une révision à la hausse des tarifs (24,50 euros par voiture) mais la question n'aurait pas encore été réglée.


Enfin, a la demande du secrétaire d'Etat, le secteur a également accepté la désignation d'un médiateur qui sera chargé de traiter toutes les plaintes relatives au contrôle technique ou aux examens pratiques du permis de conduire.

 

"Position d’infériorité et de dépendance"

Selon le secrétaire d'Etat, même si le nombre d'irrégularités signalées est faible, beaucoup de gens ont le sentiment "d'être en position d'infériorité et de dépendance" lors d'un contrôle technique ou de l'examen du permis de conduire.


"Il faudra donc être attentif à ce que le seuil d'accès au médiateur soit bas, de manière à ce que le client ne soit pas contraint de s'adresser d'abord au centre de contrôle technique ou centre d'examen avant de se tourner vers le médiateur", a indiqué M. Schouppe.

18:35 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.