28/02/2009

Appel aux nouveaux donneurs de sang

sang

La Croix-Rouge souhaite attirer de nouveaux donneurs de sang grâce à sa campagne de parrainage qui se déroulera du 2 mars au 4 avril, indique-t-elle vendredi.


La Croix-Rouge a récemment constaté une augmentation des besoins en sang des hôpitaux. "Cette augmentation est observée partout en Europe, surtout en chirurgie", relève Olivier Bertrand, responsable des relations extérieures. "En Belgique, elle atteint 8% pour les mois de décembre et janvier", poursuit-il.

 

Parrainage
La Croix-Rouge mise sur la relation de fidélité qu'elle a instaurée avec ses donneurs pour en attirer de nouveaux grâce à sa nouvelle campagne de parrainage, qui durera un bon mois.


"Nos donneurs sont nos meilleurs ambassadeurs", note Olivier Bertrand. "Nous ne pouvons pas augmenter le nombre de dons par donneur mais bien le nombre de donneurs", ajoute-t-il. Chaque parrain qui amènera un nouveau donneur à un centre de dons recevra un duo de tasses à café.

 

Plus de dons

"Nos donneurs n'ont pas besoin de cadeau pour venir donner leur sang mais nous pensons que ce geste peut attirer plus de personnes car le bouche à oreille ne suffit plus", explique encore Olivier Bertrand. L'organisme espère ainsi récolter environ 3.500 poches de sang chaque semaine au cours de sa campagne, ce qui représenterait une augmentation de 300 dons par semaine par rapport à l'an dernier.


Olivier Bertrand rappelle que la Croix-Rouge a toujours besoin de sang, surtout des groupes A et O. La Croix-Rouge précise enfin que les donneurs peuvent connaître le centre de collecte le plus proche de chez eux en surfant sur www.transfusion.be.

19:24 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/02/2009

Le 27 février, Journée internationale des maladies rares

maladie

C'est ce vendredi qu'a lieu la journée mondiale des maladies rares, journée à laquelle l'alliance belge des maladies rares (Radiorg) s'associe, notamment au travers d'un colloque qui a eu lieu dans la matinée à Bruxelles.


Cette journée vise à "sensibiliser les responsables politiques et le grand public à la question des maladies rares et à leurs conséquences sur la vie des patients", explique Radiorg.


Radiorg demande donc que la problématique des maladies rares "soit rapidement prise en compte par les autorités politiques et de santé publique belges, à tout niveau de pouvoir". L'association réclame également "un plan national maladies rares, à l'instar de ce qui se fait dans d'autres pays européens tels que la France" et demande que "l'INAMI rattrape son retard en termes de reconnaissance des médicaments déjà disponibles sur le marché européen".

 

Diagnostic tardif

"Ces pathologies sévères mettant souvent en jeu la vie des malades ont été peu étudiées. Mal connues, leur diagnostic est tardif voire inexistant et les traitements spécifiques le plus souvent absents", souligne Radiorg.


La prise en charge de ces maladies par les systèmes de santé est en outre "inadaptée", faute de connaissance de la part des médecins et des personnels para-médicaux. Le déficit de traitement est également renforcé par "l'absence de rentabilité commerciale de médicaments destinés à un petit nombre de malades", poursuit l'association.


Une maladie est considérée comme rare en Europe lorsqu'elle touche moins d'une personne sur 2.000, selon des informations publiées sur le site de cette journée (www.raredeseaseday.org). On en recense entre 6.000 et 8.000, dont 75% touchent des enfants. 30% en meurent avant l'âge de 5 ans.

18:07 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/02/2009

Les maisons neuf fois plus chères qu'en 1975

à vendre

Depuis 1975, le prix de vente moyen d'une maison d'habitation a été multiplié par neuf en Belgique, alors que le niveau général des prix ne s'est accru que d'un facteur trois pendant la même période, annonce jeudi un communiqué du SPF Economie publié à l'occasion du salon Batibouw. En 2008, le prix de vente moyen d'une maison d'habitation ordinaire s'élevait à 169.972 euros, contre un prix moyen de 18.765 euros en 1975.


Les prix des appartements et des terrains à bâtir ont également connu une forte progression. Le prix de vente moyen pour un appartement atteignait en 2008 172.801 euros, contre un prix moyen de 30.011 euros en 1975. Le prix de vente moyen d'un terrain à bâtir est quant à lui passé de 8,8 euros le mètre carré en 1975 à 87,4 euros le mètre carré en 2008.


On constate toutefois des différences régionales. En Wallonie, le prix moyen pour une maison ordinaire était en 2008 de 132.542 euros, contre 17.367 euros en 1975. En Flandre, le prix moyen pour une maison s'élevait en 2008 à 178.907 euros, contre un prix de 19.087 euros 33 ans auparavant. Enfin, c'est en Région de Bruxelles-Capitale que la hausse est la plus fulgurante, le prix moyen d'une maison ordinaire passant de 26.813 euros en 1975 à 318.713 euros en 2008.


Sur base des prix des 6 premiers mois de 2008, le SPF Economie précise encore que la province wallonne la moins chère est le Hainaut pour ce qui concerne les maisons d'habitation. La province de Liège est par contre la moins onéreuse pour ce qui concerne les villas et les appartements. Au niveau des terrains à bâtir, c'est la province de Luxembourg qui se profile comme la moins chère.


A l'inverse, la province la plus chère de Wallonie est actuellement le Brabant wallon et ce, tant pour les maisons d'habitation que pour les villas, les appartements et les terrains à bâtir.

18:22 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2009

Baisse de près de 15% du nombre de tués sur les routes

accident

Le nombre de tués (sur place) sur les routes belges a baissé de 14% en 2008 pour s'établir à 834. En 2007, on dénombrait encore 970 tués sur place, a-t-on appris mardi lors de la présentation du baromètre de la sécurité routière par Etienne Schouppe, secrétaire d'Etat à la Mobilité. Le nombre de tués sur place et dans les 30 jours passe sous la barre des 1000 unités.


La Wallonie a enregistré une baisse spectaculaire de 19,4% du nombre de tués sur place: 386 tués en 2008 contre 479 en 2007. "Nous constatons enfin un revirement en Wallonie et cela nous satisfait. Les responsables wallons ont agi et les résultats n'ont pas fait défaut", a souligné Etienne Schouppe. En Flandre on enregistrait 426 tués sur place en 2008, soit une baisse de 8,2%. La région de Bruxelles-Capitale a enregistré pour sa part 22 accidents mortels contre 27 en 2007.

19:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/02/2009

Déduire le resto pour les particuliers ?

resto

La Fedis propose d'autoriser les particuliers à déduire leurs frais de restaurant - ou une partie de ceux-ci - pour lutter contre la fraude dans le secteur horeca, rapporte le journal Le Soir.


"Bien sûr il faudrait plafonner le montant des déductions", relève Dominique Michel, administrateur délégué de la Fedis, par exemple à 250 euros. Mais "la mesure serait neutre budgétairement" puisque, ce que l'Etat perdrait d'un côté, il le récupérerait de l'autre.


"Si les particuliers savent qu'ils peuvent déduire leurs notes de restaurant, ils exigeront à chaque fois la souche TVA, ce qui empêchera l'exploitant de faire du noir. Ce dernier sera aussi forcé de régulariser ses travailleurs illégaux car ses recettes seront connues", explique M. Michel.


"Plus question alors de ne déclarer qu'un seul employé alors que la hauteur du chiffre d'affaires rend cela irréaliste", ajoute-t-il. Cette proposition intervient alors que les grandes enseignes du secteur (Lunch Garden, Quick, Pizza Hut...), que représente la Fedis, se plaignent de la "concurrence déloyale" en vigueur au sein du secteur et estiment que "40% du chiffre d'affaires de l'horeca n'est pas déclaré".

21:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/02/2009

Osons Bruxelles !

Cerexhe

Le ministre bruxellois de l'Economie, de la Recherche et de l'Emploi Benoît Cerexhe (cdH) a présenté aujourd'hui la sortie de son livre intitulé "Osons Bruxelles". A un peu plus de 4 mois des élections régionales, ce livre se veut être une vision d'avenir pour la ville-région plutôt qu'un bilan de la législature écoulée, a indiqué le ministre.


"La région célèbre cette année ses 20 ans d'existence. C'est l'âge de la maturité. L'âge aussi d'ouvrir de nouveaux horizons et de se projeter dans l'avenir" a déclaré Benoît Cerexhe. "Bruxelles va devoir faire face à de nombreux défis durant les prochaines années. Et pour répondre à ces défis on ne peut présenter qu'un programme ambitieux".


L'un des défis les plus importants sera, selon Benoît Cerexhe, la démographie galopante qui imposera de remédier rapidement à la pénurie de logements. "Quelque 170.000 nouvelles personnes vont venir vivre à Bruxelles dans les prochaines années. Nous devons donc agir de manière à densifier la ville", a expliqué le ministre.


En matière de mobilité, le ministre, qui conduira la liste cdH aux prochaines élections régionales, plaide pour des mesures fortes pour lutter contre la mentalité du tout-en-voiture. "Un trajet sur deux à Bruxelles fait moins de 5 kilomètres. Ce sont autant de déplacements qu'on devrait pouvoir faire en transports en commun."


Plutôt que d'offrir des voitures de société à leurs salariés, les entreprises devraient pouvoir être incitées fiscalement à leur offrir une sorte de chèque logement, ou chèque loyer, pour leur permettre d'habiter à proximité de leur lieu de travail, estime Benoît Cerexhe. Le ministre plaide également pour une gratuité de la Stib, étendue progressivement à toute la population bruxelloise d'ici 2014.


L'ouvrage de Benoît Cerexhe formule aussi des idées dans les domaines de la Santé, de l'Education, de l'Emploi et relativement au rôle international de Bruxelles. "Une véritable chance, en témoigne les pertes du secteur hôtelier qui sont nettement moins importantes chez nous qu'à Paris, Londres ou Francfort, grâce à la présence des institutions européennes".

Benoît Cerexhe plaide enfin, pour le développement d'une véritable "communauté urbaine", qui sortirait Bruxelles de sa situation d'étranglement à l'intérieur de ses frontières actuelles.


"Il faut pouvoir travailler main dans la main avec nos voisins du Brabant Wallon et du Brabant flamand. Si Lille, Tournai et Courtrai y sont arrivés, on doit pouvoir le faire ici", estime le ministre.


Dans la troisième partie de son ouvrage, le ministre a voulu donner une touche plus personnelle à sa réflexion, en s'attardant sur les valeurs qui l'ont guidé durant 26 ans dans son engagement politique. Il livre également quelques éléments de son jardin secret, révélant une passion pour le football, une faiblesse pour les bonbons et un attachement à son quartier de Stockel.

18:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/02/2009

Une Kids-ID pour voyager avec les enfants

carte

La toute nouvelle carte d'identité électronique pour les enfants de moins de douze ans sera disponible dès le 16 mars, annoncent ce vendredi les journaux du groupe Sud Presse.


La "Kids-ID" remplace donc l'ancienne petite carte d'identité blanche pour les enfants en voyage à l'étranger.


La carte est valable partout en Europe mais aussi dans certains états non-européens.

12:58 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/02/2009

Les plaques d'immatriculation personnalisées ont la cote

plaque

Près de 4.491 Belges se sont procuré une plaque personnalisée en 2008, soit une augmentation de 27 pc par rapport à 2007, écrit De Streekkrant dans son édition de jeudi. Il s'agit d'un record en la matière.


La DIV a observé une augmentation de ce type de demande depuis quinze ans, a indiqué Thomas De Spiegelaere, le porte-parole de la Direction pour l'Immatriculation des Véhicules. Ce chiffre doit cependant être mis en relation avec le nombre record de nouvelles immatriculations établi en 2008. "Si celui-ci augmente, le nombre d'immatriculations personnalisées demandées va automatiquement croître", relève Thomas De Spiegelaere.


La DIV constate cependant que la crise économique est passée par là. En juin 2008, les nouvelles plaques d'immatriculation ont été mises en circulation, les trois chiffres précédant désormais les trois lettres. "Les deux premières semaines, il y a eu une belle demande mais nous avons constaté qu'entre janvier et juin, il y a eu plus de demandes qu'entre juillet et décembre", explique le porte-parole de la DIV.


Une plaque personnalisée avec six caractères coûte 620 euros, alors qu'il faut débourser 874 euros pour une plaque personnalisée de cinq caractères.

21:20 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/02/2009

Le numéro européen pour les enfants disparus bientôt opérationnel en Belgique

Child focus

Quelques jours après avoir fait le point sur le numéro d'appel d'urgence 112, encore trop méconnu à travers l'Europe, la Commission a salué les progrès accomplis en vue du lancement d'un autre numéro d'appel pan-européen, le 116.000, destiné aux enfants disparus.

116.000
Si l'an dernier, seule la Hongrie s'était dotée de cette ligne d'urgence, tous les États membres de l'UE ont désormais mis ce numéro à la disposition des prestataires de services. Le numéro a déjà été attribué à des prestataires dans neuf pays et il est désormais opérationnel en Grèce, en Hongrie, aux Pays-Bas, au Portugal et en Roumanie. La Belgique et la Slovaquie suivront prochainement.

 

Coordination avec le 110 de Child Focus

En Belgique, il existe déjà une ligne nationale pour les enfants disparus (110), gérée par Child Focus. La coordination avec le numéro européen devrait intervenir très prochainement, a précisé à Belga une source à la Commission européenne.


Autres numéros à venir

La mise en œuvre de deux autres numéros européens, le 116.111 (ligne d'assistance téléphonique pour les enfants) et le 116.123 (ligne destinée à apporter un soutien moral), progresse bien elle aussi. Le premier est désormais opérationnel dans neuf pays, tandis que le second le sera bientôt dans quatre.

18:26 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/02/2009

A peine un travailleur sur dix heureux dans son travail

boulot2

A peine un travailleur sur dix est parfaitement heureux dans son travail, selon un sondage du site Monster. Par ailleurs, 15% des travailleurs belges pensent que l'emploi idéal n'existe pas.


Au niveau européen, 12% des travailleurs sont heureux dans leur travail et 15% d'entre-eux pensent qu'il n'y a guère d'emploi idéal. En Espagne, à peine 3% des travailleurs affirment avoir trouvé leur emploi idéal pour 6% en France.


En Grande-Bretagne, Allemagne et Belgique, 10% des travailleurs pensent que leur travail actuel est aussi l'emploi idéal. L'enquête a été réalisée entre le 5 et 16 janvier dernier sur les sites internet de recherches d'emplois Monster.

19:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/02/2009

Milquet veut un plan Marshall pour l'école

Milquet

L'enseignement et la formation constituent la priorité de la prochaine législature régionale, affirme samedi la présidente du cdH, dans les colonnes des quotidiens du groupe Sud Presse.


"Nous devions viser l'excellence collective en réalisant des investissements dans le capital humain, dans l'école et dans la formation... Il faut par exemple tout faire pour augmenter de 50 pc la présence de jeunes wallons dans l'enseignement supérieur et universitaire.


Pour la Vice première ministre et ministre fédérale de l'Emploi, il faut faire fonctionner le trio 'entreprise formation professionnelle et école' en créant des synergies avec le privé sur des zones géographiques.


Joëlle Milquet a ajouté que le cdH demandera de gérer le département de l'enseignement si son parti est dans la majorité après le scrutin de juin prochain.


Elle a enfin précisé qu'elle quitterait "normalement la présidence du parti à l'automne".

10:26 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/02/2009

Aujourd'hui, c'est la Saint-Valentin...

Venise 3

 

Venise 2

 

Venise 4

 

Venise 5

 

Venise 1

Le 14 février, c’est le jour de la Saint-Valentin et c’est donc la fête des amoureux. Dans l’inconscient collectif, Venise (Italie) c’est LA ville des amoureux : le pont des soupirs, la place Saint-Marc, le palais des Doges, le pont du Rialto…

 

Alors quand le 14 février tombe un samedi, quoi de plus romantique que de passer cette journée dans cette superbe ville.

 

En gagnant un concours en écoutant la radio Vivacité, j’ai eu cette chance et j’ai donc pu emmener mon épouse à Venise.

 

Départ ce matin à 10h de Zaventem et retour à 20h. Quelques heures merveilleuses avec au retour des images, des couleurs, des paysages plein la tête et l’envie folle d’y retourner pour approfondir cette journée extraordinaire.

 

Dans ce monde rempli de haine, de guerre et de conflits. Permettez-moi de vous faire partager ce moment d’amour et de douceur.

 

Bonne fête à tous les amoureux.

21:46 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/02/2009

Un second crématorium bruxellois à Evere en 2012

soleil couchant

Bruxelles devrait disposer, en 2012, d'un second crématorium qui sera situé à Evere, a annoncé Mahfoudh Romdhani, le président de la Société Coopérative Intercommunale de Crémation (SCIC), ce vendredi matin.


L'intercommunale et la commune, qui n'en fait pas partie, se sont mises d'accord sur un site. Il reste à étudier la faisabilité juridique, à mettre le projet à l'enquête publique et à étudier avec la Région l'aménagement des voiries.


L'intercommunale bruxelloise financera les travaux sur fonds propres et ne demandera pas d'intervention financière aux douze communes bruxelloises membres ou au secteur privé, a précisé M. Romdhani. "Nous espérons que l'inauguration pourra se faire au plus tard en 2012".


Ce projet de second crématorium au nord de Bruxelles s'inscrit dans un double contexte : la saturation du centre d'incinération d'Uccle, au sud de la capitale, et le fait que les déplacements sont de plus en plus problématiques à Bruxelles. Malgré un léger recul de 1,8 pc en 2007, le crématorium d'Uccle, créé en 1930, a vu ses activités augmenter sans cesse pour dépasser le seuil des 6.000 crémations annuelles.

17:40 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/02/2009

Les maisons sont en baisse sauf à Berchem-Sainte-Agathe

A vendre2

Les prix de l'immobilier sont en baisse à Bruxelles. Cette petite révolution est annoncée par la Fédération royale du notariat belge. Une chute de 2,46 % toutes communes et tous biens confondus en 2008.

 

Apparemment, c'est le dernier trimestre de l'année dernière (- 6 %) qui a entraîné le secteur sur une pente qui n'avait plus été observée depuis des années. Les notaires invitent toutefois à la prudence, en décortiquant leurs chiffres.

 

Première donnée importante : il n'y a que les maisons unifamiliales qui sont en baisse. De 2 % en 2008 alors que tous les autres biens (appartements, immeubles de rapport) sont partis à la hausse. Il convient également de souligner une forte disparité entre les communes, notamment sur le marché de l'unifamiliale.

 

Ainsi, Saint-Gilles, Berchem-Sainte-Agathe, Evere et Bruxelles ont connu une hausse des prix des maisons. Alors qu'une dégringolade est constatée à Ixelles, Etterbeek, Forest, Woluwe-Saint-Lambert et Ganshoren.

 

Uccle demeure l'entité bruxelloise la plus chère (587.000 € en moyenne pour une maison) et c'est Koekelberg qui ferme la marche avec 212.000 €.

 

Au niveau des appartements, les notaires annoncent une hausse de 3 % en 2008, Ixelles étant la commune la plus chère dans ce segment. Les immeubles de rapports ou de commerce ont connu une hausse similaire, alors que le marché des garages a littéralement explosé avec une hausse de 46 % des transactions, accompagnée d'une chute des prix de 10 %. "L'immobilier reste une valeur sûre", concluent les notaires, rappelant les hausses de ces dernières années.

20:45 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/02/2009

Nombre record d'interruption de carrière

boulot

Un peu plus de 236.000 Belges ont opté pour une interruption de carrière en 2008, soit près de 5% de plus que l'année précédente. Deux tiers des demandes émanent de femmes, écrivent lundi Het Belang van Limburg et la Gazet van Antwerpen.


"Le nombre ne devrait pas baisser cette année à cause de la crise" prévoit le secrétariat social SD Worx. "En période de basse conjoncture, l'interruption de carrière est en effet souvent un moyen de sauvetage pour les employeurs", dit-on chez SD Worx.


En quatre ans de temps, les interruptions de carrière ont augmenté de plus de 20%. L'augmentation la plus importante se situe au niveau du crédit-temps (qui est passé de 111.666 à 118.856 travailleurs en 2008). Les congés thématiques, comme les congés parentaux et les congés pour assister un membre de la famille gravement malade, sont en hausse.


En 2008, 44.435 Belges sont ainsi restés trois mois à la maison pour s'occuper de leurs enfants. La conséquence est une augmentation du coût lié à ces formules. En 2008, l'Etat a déboursé 702,5 millions d'euros dans le cadre de ces interruptions de carrière, contre 560 en 2005.

16:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2009

Chômage et avenir de la Belgique préoccupent le consommateur

Belgique

Près d'un consommateur sur deux se dit préoccupé par le chômage, l'éclatement de la Belgique et la baisse du pouvoir d'achat, révèle lundi un sondage effectué par le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs (CRIOC).


Sur les 775 personnes interrogées par le CRIOC, près de la moitié (48%) considèrent le chômage comme une préoccupation principale. Ils sont 45% à également considérer l'éclatement de la Belgique comme souci majeur alors que la pauvreté et la baisse du pouvoir d'achat inquiètent 42% des sondés.


Par rapport à l'année passée, la montée du chômage, l'éclatement de la Belgique et l'insécurité suscitent une inquiétude plus importante que par le passé, indique le Centre. Environ un consommateur sur trois déclare avoir, au cours des six derniers mois, diminué ses dépenses dans de nombreux domaines: sorties au resto, loisirs, voyages, voiture, électroménager, habillement, télécom et gaz-électricité-eau.


Moins d'alcool et de tabac

En revanche, ils ne sont que 13% à avoir réduit leurs dépenses en matière de soins de santé, 17% à avoir réduit leurs dépenses alimentaires et 19% à avoir diminué leurs budgets consacrés au tabac et à l'alcool. Les Wallons déclarent avoir plus souvent limité leurs dépenses dans de nombreux postes de leur budget que les Bruxellois et les néerlandophones, explique le CRIOC.


Plus d'un consommateur sur deux déclare avoir réalisé des économies d'énergie à domicile comme diminuer le chauffage, éteindre les lampes, utiliser des lampes économiques ou isoler. Quasi un consommateur sur deux a modifié ses comportements d'achat alimentaire notamment en recherchant les promotions.


La Flandre moins touchée

Tous les consommateurs ne sont pas égaux devant la crise, analyse le CRIOC, de par les revenus d'une part mais également en fonction de la Région de résidence. "En Flandre, la baisse du pouvoir d'achat semble moins affecter la population qu'en Wallonie et à Bruxelles. Un taux de chômage différent par Région peut sans doute expliquer cette perception", avance le Centre.

14:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/02/2009

Taux de naissance plus élevé à Bruxelles

bébé

Une note de synthèse réalisée par quatre universitaires dans le cadre des Etats généraux de Bruxelles, publiée par Brussels Studies, indique que "la principale cause d'années potentielles de vie perdues", chez les hommes est le suicide, suivi par le cancer du poumon, l'angine de poitrine et l'infarctus du myocarde.


Chez la femme, c'est le cancer du sein, suivi par le suicide et le cancer du poumon. "Ce classement met en évidence le rôle majeur de la souffrance psychique, de la consommation de tabac, de l'alimentation, du stress, de la sédentarité et, pour les femmes, de facteurs liés à la reproduction, dans la mortalité prématurée des Bruxellois".


Par ailleurs, les taux de natalité et de fécondité sont largement plus élevés en Région bruxelloise que dans les deux autres Régions. "La région concentre aussi le plus d'enfants primo-arrivants, légaux ou illégaux."


L'impact sur le besoin lié à l'enfance et à la jeunesse est criant en Région bruxelloise lorsqu'on sait qu'en dix ans, de 1997 à 2007, la population scolaire francophone a augmenté de 20%, soit 6.500 enfants.

17:54 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2009

La Ligue des familles interpelle le monde politique

Famille2

La Ligue des familles interpelle le monde politique à la veille des élections régionales et européennes de juin 2009. Le logement, l'éducation, l'accueil de la petite enfance ou encore l'alimentation sont visés.


Au total, sept revendications sont émises par la Ligue des familles. En matière de logement, elle réclame un logement décent pour tous dans des espaces d'habitation distribués fonctionnellement. "Aujourd'hui il manque des logements et il faut trouver une solution pour garantir une diversité du logement", a expliqué Denis Lambert, directeur général de la ligue des familles.


Dans le domaine de la mobilité, la Ligue des familles estime qu'il faut construire un espace public totalement sécurisé, préservé de tout usage abusif asocial et irrespectueux de la diversité des usagers. Dans l'immédiat, elle souhaite que l'on augmente et qu'on améliore l'offre en transport collectif.

 

Accueil de la petite enfance

Concernant l'accueil de la petite enfance, la Ligue des familles souhaite que chaque parent ait l'opportunité de concilier les temps divers de la vie familiale grâce à une politique de soutien à la parentalité.


"Par ailleurs nous avons réalisé un sondage auprès de jeunes parents concernant l'accueil de la petite enfance. Il en sort un double constat. D'une part, il manque des places pour accueillir les jeunes enfants. D'autre part, les parents sont globalement satisfaits de la qualité de l'accueil des enfants. Cette évaluation nous conduit à une réflexion: nous pensons que l'utilisation des chèques-services dans ce domaine ne peut se faire sans précaution de qualité de compétence des personnes engagées dans ce métier", a ajouté Denis Lambert.

 

La Ligue des familles souhaite également interpeller les candidats aux élections régionales et européennes sur le problème des conditions de travail dans les écoles, de l'alimentation dans le milieu scolaire, de la relance économique mondiale ainsi que sur la problématique de la complexité institutionnelle des pouvoirs publics belges.


Actuellement la Ligue des familles compte 60.000 membres et emploie 70 salariés. "Après une période très difficile, aujourd'hui on peut dire que la Ligue des familles revit", conclut Denis Lambert.

10:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/02/2009

Votre facture d'électricité réduite de 30 euros

lampe

Le Conseil des ministres a approuvé vendredi un projet d'arrêté royal relatif à l'attribution d'une réduction unique de 30 euros sur la facture d'électricité de tous les consommateurs résidentiels pendant le premier semestre de 2009. Il s'agit de la mise en œuvre d'une mesure prise dans le cadre du plan de relance.


Le projet prévoit que les fournisseurs devront reproduire sur la facture d'électricité le message suivant : "Cette allocation forfaitaire de 30 euros sur votre consommation d'électricité vous est accordée par l'autorité fédérale dans le cadre du plan de relance économique".



Il stipule aussi que les fournisseurs et les gestionnaires de réseau de distribution pourront récupérer les frais liés à l'application de cette réduction et que les fournisseurs ou gestionnaires de réseau pourront introduire toutes les deux semaines une demande de remboursement auprès du SPF Economie par le biais d'un formulaire modèle.

15:23 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/02/2009

Les jeunes et les plus de 50 ans, parents pauvres de l'emploi

emploi

Une étude du SPF Economie sur le marché du travail au troisième trimestre 2008 fait apparaître une progression de 78% de demandeurs d'emploi dans la tranche 15-24 ans en chiffres bruts. Ce trimestre est celui où les nouveaux diplômés terminent leurs études et viennent gonfler les statistiques des sans emplois.


Mais selon le SPF Economie, "depuis le début de nos enquêtes trimestrielles en 1999, la hausse du nombre de jeunes au chômage n'a jamais été aussi importante que lors de ce trimestre en 2008". En comparaison avec la même période en 2007, les chiffres indiquent que le nombre de chômeurs a augmenté de 9,1%, soit 31.200 personnes, celui des jeunes de 16% et celui des plus de 50 ans de 34,8%.

21:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2009

Deux élèves par classe sont armés

enfant3

Sept élèves sur cent, ou près de deux élèves par classe, sont armés à l'école dans le but de pouvoir se défendre contre la violence. C'est ce qu'annonce jeudi Het Nieuwsblad sur base d'une enquête réalisée auprès de 2.000 jeunes à Deinze, en Flandre orientale.


"C'est probablement partout comme cela parce qu'il ne s'agit pas d'une ville de voyous", souligne une étudiante en psychologie âgée de 22 ans, Geneviève Cools, qui a réalisé cette enquête dans le cadre de son travail de fin d'études auprès de 2.000 jeunes de Deinze, âgés de 12 à 18 ans. Les chiffres se situent un peu au-dessus de ce à quoi on s'attendait.

La moitié des élèves ont déjà été menacés une fois au moins à l'école par un autre enfant. Un quart d'entres-eux a été victime de violences physiques. Sept pour-cent des jeunes affirment avoir en leur possession un couteau pour se défendre, soit près de 2 élèves par classe de 25 enfants. Un jeune sur trois a déjà eu recours lui-même à la violence contre un autre élève.

19:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/02/2009

45.000 tonnes, tel est le surpoids cumulé de la population belge

surpoids

L'ensemble de la population belge présente un surpoids cumulé de 45.000 tonnes, soit l'équivalent de 900 wagons, indiquent des calculs de la Fondation contre le cancer, qui organise une action ludique, mercredi à la Gare du Midi à Bruxelles, à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le cancer.


4,2 kg par habitant

En Belgique, un adulte sur deux présente un excès de poids. 10 à 15% des enfants sont concernés par un problème de surpoids. Au total, la population belge affiche un surpoids de 45.000 tonnes, soit un excès moyen par habitant estimé à 4,2 kilos.


Adopter un style de vie sain

Le surpoids augmente le risque de certaines formes de cancer, rappelle la Fondation. Les cancers du sein et du côlon sont ainsi liés à l'obésité. La personne qui s'en tient à un style de vie sain, sans surpoids, sans fumer, et en évitant une trop longue exposition aux rayons UV peut faire baisser le risque de cancer de 40%.


Alimentation et exercice

Ce mercredi, en gare de Bruxelles-Midi, des conseillers santé de la Fondation contre le cancer calculeront l'indice de masse corporelle (BMI) du passant qui le souhaite et lui donneront des conseils pour mener un style de vie sain, impliquant notamment une alimentation responsable et suffisamment d'exercice physique.

16:28 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2009

Hausse de près de 40% d'agression à l'égard des profs

profs

En 2007, la Cellule des accidents du travail de la Communauté française a répertorié 239 agressions, tant verbales que physiques, à l'égard des enseignants.


En 2005, la Cellule avait enregistré 176 agressions, soit une hausse de 36%, peut-on lire mardi dans les quotidiens du groupe Sud Presse. Parmi les 239 agressions, on dénombre trois menaces avec arme, un coup avec arme, deux actes à caractère sexuel, deux tentatives d'étranglement et une tentative d'empoisonnement.


S'ajoutent 100 faits de coups, 28 menaces, 81 bousculades et 33 lancements de projectiles. Ces actes de violences sont plus fréquents dans le Hainaut avec 90 faits recensés, contre 66 à Bruxelles, 43 à Liège, 19 à Namur, 11 au Luxembourg et 10 dans le Brabant wallon.


Dans 70% des cas, les auteurs des agressions sont des élèves. Dans 11% des cas, ce sont les parents et 19% des cas, "cela émane d'une autre personne", selon le ministre de l'Enseignement en Communauté française, Christian Dupont.

15:16 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/02/2009

Bruxelles compte 1,067 million d'habitants

population

Au 1er janvier 2009, la région de Bruxelles-Capitale comptait 1.067.557 habitants, soit 20.000 âmes en plus que l'année précédente, annonce dimanche le site internet du quotidien La Capitale.


Le 1er janvier 2008, la Région bruxelloise comptait 1.048.491 habitants. A cette époque, Bruxelles était déjà la région dont la démographie progressait le plus vite (+1,68%) par rapport à la Flandre (+ 0,72 %) et à la Wallonie (+ 0,61 %), relève le quotidien.


Les trois communes bruxelloises les plus peuplées sont, dans l'ordre, Bruxelles-ville (148.900 habitants, en hausse de 3.000), Schaerbeek (121.138 habitants, + 1.580) et Anderlecht (102.874 habitants, +1.800).


A l'inverse, les trois communes les moins peuplées restent Koekelberg (19.370 habitants), Berchem-Sainte-Agathe (21.635 habitants) et Ganshoren (22.137 habitants).

17:14 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2009

Les Belges consomment moins d'électricité

électricité

La consommation totale d'électricité a reculé, en Belgique, d'1% en 2008 par rapport à l'année précédente en raison, principalement, de la crise économique, a indiqué Eva Suls, porte-parole d'Elia, le gestionnaire du réseau électrique belge.


"Au cours des derniers mois, ce recul a été particulièrement remarquable chez les consommateurs industriels", a précisé la porte-parole. Ce n'est pas la première baisse constatée ces dernières années (2005 et 2007) mais jusqu'à présent, c'étaient les conditions climatiques, et non la crise, qui les expliquaient. La consommation totale d'électricité a atteint environ 88TWh, contre 88,9 TWh en 2007.


Parallèlement, la production d'électricité a atteint 77,6 TWh, en baisse de 6,6% par rapport à 2007 (83,2 TWh). En revanche, l'importation d'électricité a augmenté à 10,6 TWh, ce qui représente une progression de 60% par rapport aux 6,6 TWh d 2007. "Cette tendance a été particulièrement marquée au premier semestre de l'année", a poursuivi la porte-parole d'Elia en pointant également l'importance accrue des Pays-Bas dans ces importations.

Selon les données d'Elia, un pic de consommation a par ailleurs été atteint le 16 janvier, entre 17h45 et 18h00. Les 13.435 MW enregistrés à ce moment-là ne dépassent cependant pas le record du 17 décembre 2007, quand 14.040 MW avaient été consommés.

Quant à la vague de froid des dernières semaines, elle n'a pas provoqué de ruée sur le réseau, avec une moyenne de 13.000 MW consommés, un chiffre identique à celui de la même période en 2008.

10:07 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |