23/02/2009

Osons Bruxelles !

Cerexhe

Le ministre bruxellois de l'Economie, de la Recherche et de l'Emploi Benoît Cerexhe (cdH) a présenté aujourd'hui la sortie de son livre intitulé "Osons Bruxelles". A un peu plus de 4 mois des élections régionales, ce livre se veut être une vision d'avenir pour la ville-région plutôt qu'un bilan de la législature écoulée, a indiqué le ministre.


"La région célèbre cette année ses 20 ans d'existence. C'est l'âge de la maturité. L'âge aussi d'ouvrir de nouveaux horizons et de se projeter dans l'avenir" a déclaré Benoît Cerexhe. "Bruxelles va devoir faire face à de nombreux défis durant les prochaines années. Et pour répondre à ces défis on ne peut présenter qu'un programme ambitieux".


L'un des défis les plus importants sera, selon Benoît Cerexhe, la démographie galopante qui imposera de remédier rapidement à la pénurie de logements. "Quelque 170.000 nouvelles personnes vont venir vivre à Bruxelles dans les prochaines années. Nous devons donc agir de manière à densifier la ville", a expliqué le ministre.


En matière de mobilité, le ministre, qui conduira la liste cdH aux prochaines élections régionales, plaide pour des mesures fortes pour lutter contre la mentalité du tout-en-voiture. "Un trajet sur deux à Bruxelles fait moins de 5 kilomètres. Ce sont autant de déplacements qu'on devrait pouvoir faire en transports en commun."


Plutôt que d'offrir des voitures de société à leurs salariés, les entreprises devraient pouvoir être incitées fiscalement à leur offrir une sorte de chèque logement, ou chèque loyer, pour leur permettre d'habiter à proximité de leur lieu de travail, estime Benoît Cerexhe. Le ministre plaide également pour une gratuité de la Stib, étendue progressivement à toute la population bruxelloise d'ici 2014.


L'ouvrage de Benoît Cerexhe formule aussi des idées dans les domaines de la Santé, de l'Education, de l'Emploi et relativement au rôle international de Bruxelles. "Une véritable chance, en témoigne les pertes du secteur hôtelier qui sont nettement moins importantes chez nous qu'à Paris, Londres ou Francfort, grâce à la présence des institutions européennes".

Benoît Cerexhe plaide enfin, pour le développement d'une véritable "communauté urbaine", qui sortirait Bruxelles de sa situation d'étranglement à l'intérieur de ses frontières actuelles.


"Il faut pouvoir travailler main dans la main avec nos voisins du Brabant Wallon et du Brabant flamand. Si Lille, Tournai et Courtrai y sont arrivés, on doit pouvoir le faire ici", estime le ministre.


Dans la troisième partie de son ouvrage, le ministre a voulu donner une touche plus personnelle à sa réflexion, en s'attardant sur les valeurs qui l'ont guidé durant 26 ans dans son engagement politique. Il livre également quelques éléments de son jardin secret, révélant une passion pour le football, une faiblesse pour les bonbons et un attachement à son quartier de Stockel.

18:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.