31/12/2008

Bonne année 2009 !

bonne année

Trêve des confiseurs oblige, mon blog prendra quelques petits jours de congé et reprendra du service le lundi 5 janvier 2009.

 

Meilleurs vœux à tous !

16:59 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Drink de nouvel an du cdh de Berchem-Sainte-Agathe !

Drink cdH

16:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/12/2008

Van Rompuy Ier est sur les rails

Van Rompuy Ier

Le Roi a reçu en audience cet après-midi au Château de Laeken Monsieur Herman Van Rompuy, et l'a nommé Premier Ministre. La prestation de serment du gouvernement Van Rompuy a eu lieu à 17 heures au Château de Laeken. Elle a été suivie d'une "photo de famille" de la nouvelle équipe avec le Roi.


On note quatre différences par rapport à l'équipe de Leterme I: Herman van Rompuy comme premier ministre, Guido De Padt à l'Intérieur, Stefaan De Clerck à la Justice et Steven Vanackere pour la Fonction publique.


La liste des Ministres et des secrétaires d'Etat nommés par le Roi s'établit comme suit:


Herman Van Rompuy (CD&V), Premier ministre;


Didier Reynders (MR), vice-premier ministre et ministre des Finances et des Réformes institutionnelles;


Laurette Onkelinx (PS), vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique;


Karel De Gucht (Open Vld), vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères;


Steven Vanackere (CD&V), vice-premier ministre et ministre de la Fonction publique, des Entreprises publiques et des Réformes institutionnelles;


Joëlle Milquet (cdH), vice-première ministre et ministre de l'Emploi et de l'Egalité des chances;


Stefaan De Clerck (CD&V), ministre de la Justice;


Sabine Laruelle (MR), ministre des PME, des Indépendants, de l'Agriculture et de la Politique scientifique;


Marie Arena (PS), ministre de l'Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes;


Pieter De Crem (CD&V), ministre de la Défense;


Paul Magnette (PS), ministre du Climat et de l'Energie,

 

Charles Michel (MR), ministre de la Coopération au développement;


Vincent Van Quickenborne (Open Vld), ministre pour l'Entreprise et la Simplification;


Annemie Turtelboom (Open Vld), ministre de la Politique de migration et d'asile;


Guido De Padt (Open Vld), ministre de l'Intérieur;


Etienne Schouppe (CD&V), secrétaire d'Etat à la Mobilité, adjoint au premier ministre;


Carl Devlies (CD&V), secrétaire d'Etat à la Coordination de la lutte contre la fraude, adjoint au premier ministre, et secrétaire d'Etat, adjoint au ministre de la Justice;


Bernard Clerfayt (MR), secrétaire d'Etat à la Modernisation du Service public fédéral Finances, à la Fiscalité environ­nementale et à la Lutte contre la fraude fiscale, adjoint au ministre des Finances;


Olivier Chastel (MR), secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, chargé de la Préparation de la Présidence européenne, adjoint au ministre des Affaires étrangères;


Julie Fernandez-Fernandez (PS), secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, adjointe à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique;


Melchior Wathelet (cdH), secrétaire d'Etat au Budget, adjoint au premier ministre, et Secrétaire d'Etat à la Politique des familles, adjoint à la ministre de l'emploi, et en ce qui concerne les aspects du droit des personnes et de la famille, adjoint au ministre de la Justice;


Jean-Marc Delizée (PS), secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté, adjoint à la ministre de l'Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes.

21:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/12/2008

Une famille belge sur deux est endettée

pauvreté

Une famille sur deux est endettée et une sur cinq connaît des difficultés en raison de ces dettes. Les familles avec enfants courent par ailleurs plus de risque de connaître la pauvreté en raison de leur endettement.


Ces constats, relayés lundi dans les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad, émanent d'une enquête menée par le Centre pour une politique sociale de l'université d'Anvers (Centrum voor Sociaal Beleid van de Universiteit Antwerpen).

 

25% des Belges ont un crédit

Parmi les personnes endettées, 28% ont un emprunt hypothécaire en cours, 13% un crédit à la consommation et 11,5% doivent assumer les deux. Un quart de la population belge a donc réalisé des achats à crédit.


Selon cette étude, la moitié des familles (53%) a des dettes et à peine un cinquième (soit un dixième de la population totale) connaît des difficultés à cause de ces dettes.

 

5% sous le seuil de pauvreté

Cinq pour cent de la population vivent sous le seuil de pauvreté; la moitié (2,5%) a été entraînée dans cette situation en raison d'achats à crédit et l'autre moitié est devenue encore plus pauvre à cause de ces achats.


Les familles avec enfants courent par ailleurs deux fois plus de risque de vivre une situation problématique en raison de leurs dettes, et quatre fois plus de tomber dans la pauvreté. Les groupes endettés les plus touchés par la précarité sont les familles monoparentales, les locataires et les ménages sans emploi.

17:42 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/12/2008

Les trois quarts des Bruxellois en manque de vitamine D !

vitamine d

Selon une étude de l'ULB, 3 personnes sur 4 à Bruxelles connaissent une déficience en vitamine D. Une enquête qui s'est intéressée à la présence de cette vitamine chez quatre groupes d'origines différentes: Belges autochtones, Marocains, Turcs et Congolais.

 

L'organisme fabrique cette vitamine, présente aussi dans les aliments, grâce à l'exposition à la lumière du soleil. Voilà qui explique que les carences sont toujours plus importantes en hiver qu'en été.

 

L'enquête a été menée auprès d'un échantillon de 400 Bruxellois âgés de 40 à 60 ans. Septante-sept pour cent de l'échantillon affichent un taux de vitamine D inférieur à la valeur limite. Un Bruxellois sur trois (34%) affiche une déficience modérée et un sur vingt (5%) une déficience sévère.


La déficience modérée à sévère est quatre fois plus fréquente chez les descendants marocains et turcs que chez les Congolais ou Belges. Cela s'explique en partie par le fait que la pigmentation de la peau joue également un rôle important dans l'assimilation de cette vitamine. Plus la peau est foncée, plus elle a besoin d'une exposition importante aux UV pour que l'organisme fabrique de la vitamine D. Le fait que les Congolais ne présentent pas les mêmes carences que les Marocains et le Turcs s'explique, d'après l'étude, par leur régime alimentaire et leur propension à s'exposer à la lumière du jour. L'étude montre surtout une perte osseuse accélérée chez les Marocains. Mais également que ce sont surtout les Belges d'origine européenne qui profitent de la plus forte augmentation de vitamine D durant l'été.

 

L'étude peut être extrapolée à toutes les grandes villes sous le faible ensoleillement relatif de nos latitudes.

18:08 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/12/2008

L'explorateur, suite et fin: le formateur est pour bientôt

Martens

L'explorateur désigné par le roi, Wilfried Martens, a encore eu samedi des contacts informels pour trouver une solution à la crise gouvernementale. Comme indiqué vendredi, il devrait se rendre ce jour au Palais pour faire rapport au souverain.


L'issue de sa mission dépend toutefois du CD&V qui doit trouver en son sein les personnalités qui remplaceront le Premier ministre démissionnaire, Yves Leterme, et le ministre de la Justice démissionnaire, Jo Vandeurzen.

 

L’épopée de Noël de Martens

Albert II a confié lundi à l'ancien premier ministre une mission d'exploration en vue de sortir de la crise politique que traverse une nouvelle fois le pays à la suite de la démission du gouvernement. M. Martens a rencontré le premier ministre démissionnaire, les vice-premiers ministres ainsi que les présidents des partis de la majorité et de l'opposition. Vendredi, il a réuni les cinq présidents de la majorité au cours d'un déjeuner.

L'entretien a été très constructif, a indiqué M. Martens vendredi. Ce sentiment était partagé, à croire les commentaires formulés dans les diverses formations politiques. La majorité s'est accordée sur un certain nombre de points: sa composition ne sera pas modifiée et le CD&V proposera les noms des remplaçants des deux ministres qui ont démissionné personnellement.

 

L’hypothèse sp.a écartée

En d'autres termes, la coalition ne sera pas élargie au sp.a (l'hypothèse avait évoquée le week-end passé dans le cadre d'un exécutif dirigé par l'ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene) et le CD&V conserve le poste de Premier ministre.


Un consensus a également vu le jour sur l'idée d'un gouvernement qui irait au terme de la législature, c'est-à-dire 2011, plutôt que de tomber au mois de juin afin de coupler les élections régionales et fédérales. L'accord de gouvernement ne devrait d'ailleurs pas être réécrit.

 

Van Rompuy et Van Parys sur toutes les lèvres

Il reste au CD&V à proposer aux autres partis de la majorité les noms des deux remplaçants. Vendredi, le président de la Chambre, Herman Van Rompuy, était à nouveau cité pour occuper le poste de Premier ministre, même s'il a déjà fait savoir qu'il n'était pas candidat, ainsi que le sénateur Tony Van Parys pour exercer la fonction de ministre de la Justice, un département qu'il a déjà dirigé sous le gouvernement Dehaene II. Jusqu'à présent, cette hypothèse n'a toutefois pas été confirmée.


Une fois que M. Martens aura fait rapport au roi, le chef de l'Etat devrait désigner un formateur.

16:08 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/12/2008

"Il faut une personnalité qui inspire la confiance"

Maertens

L'explorateur désigné par le roi, Wilfried Martens, poursuit sa mission, a-t-il expliqué vendredi après-midi en arrivant à la présidence de la Chambre. Auparavant, il s'était entretenu pendant trois heures, au cours d'un déjeuner, avec les présidents des partis de la majorité actuelle. L'entretien a été "très constructif", a commenté l'explorateur.


M. Martens n'a pas donné de précision sur le contenu des discussions, notamment sur la personne qui remplacera le premier ministre démissionnaire, Yves Leterme. "Pour réunir un gouvernement stable, il faut une personnalité qui, comme premier ministre, inspire la confiance", a-t-il souligné, sans faire d'autre commentaire.

 

Explorateur, pas formateur

Après avoir consulté tant la majorité que l'opposition, M. Martens entame une phase nouvelle de sa mission d'exploration. Il a rappelé à cet égard qu'il ne lui incombait pas de former un gouvernement. Cette mission revient à un formateur, a-t-il fait remarquer. "Ma tâche, c'est de préparer le terrain pour la formation d'un gouvernement", a-t-il ajouté.

 

Coalition maintenue

A l'issue du déjeuner, deux choses paraissaient acquises: la coalition sera maintenue dans sa composition actuelle et le CD&V proposera les noms des deux personnes qui remplaceront le premier ministre, Yves Leterme, et le ministre de la Justice, Jo Vandeurzen, a-t-on indiqué de sources concordantes. En d'autres termes, l'hypothèse d'un élargissement aux socialistes flamands est abandonnée et le poste de premier ministre reste dans l'escarcelle du CD&V et ne passe pas dans la famille libérale, pourtant la plus importante à la Chambre.

 

Jusqu’en 2011

Par ailleurs, un consensus se dessinait également sur l'idée d'un gouvernement fédéral qui se maintiendrait jusqu'à la fin de la législature, c'est-à-dire jusqu'en 2011, plutôt que de démissionner avant les élections régionales de juin et de regrouper les scrutins régional et fédéral.

 

Successeurs évoqués mais pas confirmés

Tous les regards sont à nouveau tournés vers le CD&V. Jusqu'à présent, les chrétiens-démocrates flamands n'ont pas avancé officiellement de candidat au remplacement des deux ministres qui ont démissionné à titre personnel. Les noms d'Herman Van Rompuy (qui a pourtant affirmé publiquement qu'il ne souhaitait pas occuper cette fonction), comme premier ministre, et de Tony Van Parys à la Justice (fonction qu'il avait occupée dans le gouvernement Dehaene II) ont été cités en marge du déjeuner sans être confirmés.

 

Epilogue avant 2009

M. Martens a encore dit qu'il espérait conclure sa mission le plus rapidement possible. Samedi, il devrait faire rapport au roi et il reviendra ensuite au CD&V de faire connaître aux autres partis les noms des remplaçants au sein du gouvernement. Vendredi, chacun souhaitait pouvoir clore le chapitre avant la nouvelle année.

19:51 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/12/2008

Joyeux Noël

Noël

16:22 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/12/2008

Les hommes offrent plus de cadeaux

cadeaux

Les hommes accordent plus d'importance aux cadeaux de Noël que les femmes. C'est en tout cas l'une des découvertes surprenantes concernant les fêtes de fin d'année révélée par une enquête de la chaîne de magasins Kruidvat.


Une chose est certaine: 77% des hommes n'imaginent pas un Noël sans cadeau, contre seulement 72% des femmes. Et qu'est-ce que nous offrons le plus? Du parfum pour 24% des cadeaux. Ensuite viennent l'électroménager, la décoration, les produits de soin tandis que le maquillage et les jeux terminent la liste.


Les surprises préférées sont les cadeaux "vivants", comme un test de grossesse positif, l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite sœur, les animaux. On trouve ensuite les voyages, une demande en mariage originale, les cadeaux faits à la main, les photos de famille. 76% consacrent 15 euros par cadeau, crise économique ou pas. 63% débutent leurs courses de Noël le plus tôt possible.


A la Noël, de nombreuses personnes se sentent nostalgiques. Mais 14% des personnes interrogées pensent que la Noël est un jour comme un autre.


Autre élément important durant les périodes de fête: les cartes de vœux (par la poste ou par Internet). Plus de la moitié des personnes interrogées envoient plus de cartes que l'année dernière. Les cartes personnalisées ont d'ailleurs la cote: photo de famille ou animaux domestiques sont les plus populaires.

16:52 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/12/2008

'Au suivant', 'Bye-bye': la presse cinglante envers Leterme

bye bye

"Au suivant, et vite! ", demande en première page, le journal Le Soir. Dans son éditorial, intitulé "Ceci n'est pas une catastrophe", la rédactrice en chef du quotidien, ma belle-sœur Béatrice Delvaux, estime que "le pays a besoin d'un gouvernement mais uniquement si celui-ci peut exercer sereinement le pouvoir, dans la transparence et l'efficacité".

 

"Mais quel calvaire que le destin de Leterme Ier! Quel chemin de croix avant, et pendant! Et lorsqu'il s'agit d'en finir, un psychodrame sans nom, une impression de ne démissionner que contraint et forcé, sans panache, et quelque part sans sens de l'Etat: je n'y suis pour rien la faute aux autres", juge-t-elle encore, ajoutant que "la vraie catastrophe serait d'aller aux élections, de ne pas exercer le pouvoir, vu les enjeux vitaux qui sont sur la table".

 

Sur leurs unes, les quotidiens du groupe Sud presse publient un faire-part de décès du gouvernement Leterme Ier. "Après des mois d'incohérence et de crises, un éclair de lucidité l'a convaincu de baisser pavillon", indique cet avis dans son préambule. Et de poursuivre: "Les Belges désabusés par tant d'incompétence; les Citoyens effarés par les dernières révélations; le Pays en plein chaos, ont l'obligation de constater le décès de Leterme Ier, éphémère gouvernement belge".

 

Ce faire-part fictif explique enfin que "le défunt n'a jamais su sortir de ses querelles intestines, n'a jamais trouvé sa voie, n'a jamais trouvé son guide" et qu'il "n'a jamais su amener la paix dans sa famille, n'a jamais su convaincre, n'a jamais voulu écouter les Belges". "Emporté par le déshonneur, il laissera une piètre trace dans nos livres d'histoire", conclut le texte.

 

Dans son édito, Hubert Vanslembrouck considère que le gouvernement Leterme Ier ne doit pas démissionner dans son entièreté mais que seul le ministre de la Justice Jo Vandeurzen et le Premier Yves Leterme doivent s'effacer.

 

Enfin, les journaux du groupe Vers l’Avenir consacrent également leurs unes aux derniers événements politiques et titrent "Leterme s'efface enfin", soulignant qu'il s'agit de la quatrième démission présentée par Yves Leterme au Roi.

 

Dans son éditorial, Martial Dumont juge qu'"à force de faire des boulettes, le petit Yves va finir par pouvoir ouvrir un restaurant spécialisé du côté de Ypres". L'éditorialiste estime en outre que "tremper dans un problème de porosité entre l'Exécutif et la Justice, c'est autre chose que de risquer de tomber sur une affaire communautaire, baïonnette au clair, comme dans les tranchées de l'Yser". "C'est tout de même beaucoup moins sexy pour son image au Nord du pays", juge-t-il encore.

21:35 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/12/2008

Décret mixité: une nuit pour aider les enfants sans école

Ecole

Le nombre d'enfants qui, inscrits par leurs parents dans plusieurs écoles secondaires, n'ont été tirés au sort dans aucune d'entre elles et n'ont donc pas obtenu d'inscription, pourrait s'élever à plusieurs centaines, peut-on lire vendredi dans Le Soir.


Les associations de parents commencent à compter le nombre d'écoliers concernés, qu'ils ont baptisés les "sans-école", et les estiment à entre un tiers et un quart par classe de 6e primaire dans de nombreuses écoles, soit plusieurs centaines au total.


C'est pour attirer l'attention sur ces cas que plusieurs écoles de Bruxelles et du Brabant wallon ont accueilli, jeudi soir et parfois toute la nuit, des familles concernées, indiquent Le Soir et La Libre Belgique. Celles-ci comptent manifester devant les bureaux du ministre de l'Enseignement, Christian Dupont, le 14 janvier 2009.


Par ailleurs, le syndicat SEL-Setca et la Ligue des droits de l'enfant ont invité le gouvernement de la Communauté française à inclure dans le décret mixité prévoyant les inscriptions en première secondaire par tirage au sort un dispositif de gestion centralisée et neutre des préférences d'écoles.

22:51 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2008

Les barèmes liés à l'âge sont-ils discriminatoires ?

milquet21

Alors que les différences salariales en fonction de l'âge doivent avoir disparu avant le 1er janvier 2009, le critère de l'expérience retenu dans les banques pour le remplacer pose question, peut-on lire mercredi dans le quotidien La Libre Belgique.


A ce jour, quatre conventions sectorielles ont été négociées et signées pour répondre à la directive européenne qui bannit toute discrimination dans les contrats de travail: dans les assurances, dans les banques, dans les organismes de crédit et dans les sociétés de Bourses. Mais ces conventions n'ont toujours pas obtenu de force obligatoire.


En juillet dernier, la ministre de l'Emploi Joëlle Milquet s'est demandée si le critère retenu pour remplacer l'âge ne pourrait pas lui aussi être jugé discriminatoire.

 

L’expérience et l’âge vont de pair

Concrètement, les interlocuteurs sociaux avaient convenu que les années travaillées dans l'entreprise et celles prestées dans une autre entreprise du secteur pourraient être comptabilisées comme des années d'expérience. Seraient aussi considérées comme telles les périodes d'activité professionnelle exercées dans un autre secteur (avec une limite de vingt années), les périodes de chômage (limitées à trois ans), les stages pendant un maximum de cinq ans, une éventuelle pause carrière, les congés thématiques (maternité, soins palliatifs, etc.) et les périodes d'incapacité de travail.


Joëlle Milquet a demandé l'avis de plusieurs experts en droit du travail avant d'accorder une force contraignante à ces quatre conventions collectives. L'avis, qui vient d'être rendu, torpille les propositions. "Les différences salariales fondées sur l'expérience individuelle ou professionnelle constituent une distinction indirecte liée à l'âge", écrit la ministre aux interlocuteurs sociaux. Les quatre conventions collectives pourraient donc être jugées à leur tour discriminatoires.

17:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/12/2008

Un Belge sur trois prend le volant même après avoir bu

alcool7

Un Belge sur trois avoue prendre le volant "souvent" ou "parfois" après avoir consommé deux verres d'alcool ou plus, selon une enquête Ipsos effectuée pour le compte de l'assureur Axa, dans neuf pays d'Europe de l'Ouest.


Selon les premiers résultats de cette enquête, un Belge sur trois prend le volant même après avoir bu. Seuls les Luxembourgeois sont plus nombreux à le faire (40%), alors que la moyenne européenne est de 19%.


On note également une nette différence de comportement entre les hommes et les femmes: près de la moitié des hommes avouent conduire de temps en temps après avoir bu un verre de trop. Une femme sur cinq seulement avoue faire la même chose.


Les conducteurs qui enfreignent la loi connaissent très bien - même mieux que ceux qui ne conduisent pas après avoir bu - les limites en matière de taux d'alcoolémie et jugent les amendes prévues en cas d'infraction suffisantes.


Les conducteurs qui ne reprennent pas le volant après avoir bu estiment au contraire que les contrevenants devraient être punis plus sévèrement.


Enfin, les jeunes sont loin d'être les seuls à boire et conduire. Ce sont les conducteurs de 45 à 64 ans qui affichent le plus de comportements à risque, 38% d'entre eux avouant qu'ils conduisent "parfois" ou "souvent", après avoir bu deux verres ou plus.

17:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/12/2008

La petite monnaie à la poubelle ? L'idée séduit.

monnaie

Si on demandait l'avis des commerçants de Waregem et Visé, qui n'ont pas utilisé de pièces de 1 et 2 centimes d'euro pendant six mois, la fin de la petite monnaie serait proche, indiquent les journaux Het Nieuwsblad et De Standaard dans leur édition de lundi.


A l'initiative de l'Union des Classes Moyennes (UCM) et de son pendant flamand, l'Union des Entrepreneurs indépendants (Unizo), un projet-pilote a été lancé il y a six mois. Les commerçants étaient invités à arrondir le montant total des achats de leurs clients à cinq cents, rendant ainsi les pièces de 1 et 2 cents superflues.


"Il faut encore attendre l'évaluation officielle, mais nous avons déjà interrogé les commerçants il y a trois semaines", a expliqué Thomas Compernolle d'Unizo. Pour eux, il faudrait supprimer la petite monnaie d'euro dans toute la Belgique, a-t-il ajouté.


Mais le gouvernement n'envisage une telle mesure que si un projet-pilote réussit, a souligné M. Compernolle, ce qui semble être le cas.

22:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/12/2008

Plus de 200.000 nouveaux noms de domaines ".be" en 2008

internet2

Plus de 200.000 nouveaux noms de domaines ".be" sur internet ont été relevés cette année, un record, selon un article publié dimanche par De Zondag, sur base de chiffres fournis par dns.be, le gestionnaire des noms de domaines ".be".


"A deux semaines de la fin de l'année, nous comptons déjà 212.715 nouvelles inscriptions", a indiqué Hans Seeuws, porte-parole de dns.be. "Il y a, au total, 857.000 noms de domaines", a-t-il précisé.


C'est la première fois que le nombre de nouvelles inscriptions franchit les 200.000. L'an dernier, 180.000 nouveaux noms de domaines payants ont été enregistrés.


"Nous souhaitons maintenir le nombre de nouveaux enregistrements à ce niveau", a encore ajouté M. Seeuws. "Le plafond potentiel est très haut, il suffit de regarder les 75 millions de noms de domaines .com. Il est difficile de fixer un maximum de noms de domaines pour la Belgique."

13:13 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/12/2008

Pas de régionales pour Leterme, ni d'élections fédérales anticipées

leterme9

Le Premier ministre Yves Leterme (CD&V) ne figurera sur aucune liste pour les élections européennes et régionales de juin prochain, a-t-il indiqué dans un entretien accordé au Tijd. "Je serai supporter des listes CD&V", a-t-il dit.


Même si les élections de juin ne sont pas fédérales, il n'est pas rare que les responsables de partis y participent, pour pousser leur liste. La question de la participation d'Yves Leterme au prochain scrutin était sur toutes les lèvres, rue de la Loi.


Le Premier ministre ne souhaite en outre pas l'organisation d'élections fédérales anticipées. Même si le dialogue de communauté à communauté venait à échouer, il n'y a pas de raison de tirer le rideau, estime-t-il.

17:19 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/12/2008

Baisse du prix de l'électricité et du gaz en 2009

ampoule

Les prix de l'électricité et du gaz devraient baisser au premier semestre 2009, selon la Fédération belge des entreprises électriques et gazières (Febeg). Hors coûts additionnels, l'électricité devrait baisser de 12 à 14% par rapport au second semestre 2008 tandis que le prix du gaz devrait baisser de 16 à 18%.


Si l'on prend en compte les autres éléments de la facture, le consommateur fera quand même une économie de 5 à 7% sur l'électricité et de 10 à 13% sur le gaz, souligne la Febeg.


La fédération a calculé ces estimations en se basant les enseignements de plusieurs réunions avec le ministre de l'Energie et sur les conditions actuelles du marché.


La Febeg explique par ailleurs que cette baisse ne peut être que temporaire vu la tendance fondamentale des prix de l'énergie à la hausse.

20:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/12/2008

Décret mixité: Dupont enterre le tirage au sort

Dupont

Le ministre francophone en charge de l'Enseignement Christian Dupont (PS), à l'origine du décret mixité censé réguler les inscriptions en 1e secondaire, annonce, mercredi dans le quotidien La Libre Belgique, son intention de le modifier. Dans Le Soir, la présidente du cdH Joëlle Milquet demande des aménagements pour janvier et "une page blanche" pour la suite.

 

Procédure grillée

"Le tirage au sort est une procédure grillée, brûlée", reconnaît le ministre. "Il a montré toutes ses faiblesses et je ne conçois pas qu'à l'avenir, il puisse encore exister", ajoute-il. Certes, "une évaluation sérieuse du décret mixité, de ses effets positifs et négatifs devra être menée dès l'année prochaine", dit M. Dupont, mais, d'ores et déjà, "le tirage au sort, utilisé et instrumentalisé, se révèle inopérant sur le terrain".

 

Milquet veut des aménagements

Dans le quotidien Le Soir, Joëlle Milquet "veut des aménagements" du décret, "tout de suite, pour faire face aux problèmes que rencontrent les familles en vue de la rentrée 2009". Mais elle demande qu'ensuite, on "reparte carrément d'une feuille blanche pour les années scolaires à venir, avec un système qui respecte le libre choix des parents, l'autonomie des écoles, quitte à ce que le Conseil d'Etat ne soit pas d'accord".

Amendements nécessaires

Elle estime qu'il faut "très vite, d'ici janvier, février, via un bout de décret ou un amendement, obliger les parents qui ont au moins deux inscriptions utiles (acceptées par les écoles) à signaler leur choix".


Le ministre Dupont concède pour sa part que "pour cette année, il faut vivre avec ce système-là. On ne peut pas rebattre les cartes et refaire une deuxième procédure". Dans l'immédiat, "avec les associations de parents et les pouvoirs organisateurs", il appelle aussi les parents qui auraient obtenu une inscription dans plusieurs écoles à "le signaler, parce qu'il faut organiser la rentrée prochaine dans les meilleurs délais et surtout rassurer les familles".

 

Proximité géographique

Pour l'avenir (rentrée de septembre 2010), le ministre socialiste entend prendre le temps de la réflexion. "Ce n'est pas sain de dire que dans le mois, ou dans les deux mois, on arrivera à une solution. Mais je suis prêt à y travailler", assure-t-il. Sur le choix du futur critère ultime, il admet être "tenté par la proximité géographique", même si elle n'est pas exempte de défaut, avec un risque de "fausse" domiciliation.

21:35 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/12/2008

Un congé "flottant" pour célébrer les rituels de son culte

Milquet

Pour la ministre fédérale de l'Emploi Joëlle Milquet et son collègue bruxellois Benoît Cerexhe, on peut envisager l'idée d'un jour de congé "flottant" à prendre par quiconque, selon ses choix, et le cas échéant pour une fête religieuse. Ils demanderont au Conseil National du Travail (CNT) de se pencher sur cette problématique et de formuler des propositions.


Par ailleurs, la ministre de l'Emploi propose également l'adaptation de l'arrêté royal du 28 août 1963 qui précise que le travailleur peut s'absenter le jour de la cérémonie de la communion solennelle ou à l'occasion de la fête de la jeunesse laïque.


Elle veut élargir la définition de ce congé de circonstance aux rituels autour de l'enfant pratiqués dans les autres cultes reconnus en Belgique (israélite, anglican, protestant, orthodoxe et musulman). De cette manière, elle entend aligner le secteur privé sur l'arrêté royal du 19 novembre 1998 qui prévoit un jour de congé de circonstance pour tout événement similaire à un rituel de culte de l'enfant du travailleur dans la Fonction publique.


Le but, dit la ministre, est de remédier à des inégalités de fait. Cette proposition sera également soumise bientôt au Conseil National du Travail. L'objectif de ces adaptations n'est pas d'augmenter les jours de congé mais d'en adapter certaines modalités au libre choix.

16:01 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/12/2008

147 Belges rayés des registres de la population par jour

Dewael

Chaque jour, 147 Belges sont rayés d'office des registres de population communaux, a répondu le ministre de l'Intérieur, Patrick Dewael à une question parlementaire de Guido De Padt (Open Vld). Dans la plupart des cas, il s'agit de personnes qui commettaient des fraudes en matière de domicile.


Dans l'hebdomadaire gratuit flamand De Zondag, M. De Padt s'étonne du fait que ces personnes, rayées des registres de la population, circulent parfois encore dans un véhicule qui est inscrit à une fausse adresse. Pour M. De Padt, ce n'est pas normal et il faudrait recouper ces registres de la population avec le registre de la division d'immatriculation des véhicules. Dans sa réponse à la question parlementaire, M. Dewael reconnaît qu'il y a un problème.


En 2007, 20.731 personnes ont été rayées en Flandre (24.277 en 2003). A Bruxelles, il y a eu 13.136 radiations (21.179 en 2003). La Wallonie a enregistré une hausse des radiations sur quatre ans: 16.042 radiations en 2007 et 12.683 en 2003.

19:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/12/2008

11% des Belges ne font pas un jour sans alcool

alcool6

Onze pour cent des Belges boivent de l'alcool une fois par jour. Seuls les Néerlandais dépassent les Belges avec un pourcentage de 12%. Suivent, les Italiens (11%), les Grecs (10%) et les Français (9%).


L'enquête internationale réalisée dans 17 pays, met également en évidence qu'un Européen sur trois ne boit jamais d'alcool, contre seulement 1 sur 5 en Belgique. Ce qui place la Belgique nettement en dessous de la moyenne.


Les meilleurs élèves sont sur ce point les pays du sud de l'Europe tels que l'Italie (53%), le Portugal (52%), l'Espagne (48%) et surtout la Turquie (83%). A l'opposé, on trouve la Suède (14%), les Pays-Bas (15%) et l'Allemagne (18%).


En Europe occidentale, le vin (43%) précède de loin la bière (34%) dans le coeur des consommateurs et doit surtout cette première place à l'Italie (62%), à la Suisse (62%), à la France (50%) et à la Belgique (50%).


Par ailleurs, 1 Européen sur 5 se fait du souci au sujet de l'effet de l'alcool sur sa santé et son budget. En Belgique, Wallons et Bruxellois se disent nettement plus préoccupés par l'impact de l'alcool que les Flamands.

22:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2008

Un site de recrutement de personnes handicapées

handicapé4

Cette plate-forme de recrutement exclusif de personnes handicapées prendra la forme d'un site internet.

 

La Région bruxelloise et le secteur privé ont uni leurs efforts pour créer la première plate-forme de recrutement exclusif de personnes handicapées. Inaugurée jeudi, en présence du ministre bruxellois de l'Economie et de l'Emploi, Benoît Cerexhe, cet outil qui prend la forme d'un site internet (www.wheelit.be), est accessible aux employeurs prêts à embaucher des personnes moins valides.

 

Le site leur donne accès à une série d'informations sur les diverses facettes à prendre en compte dans le cadre de l'emploi des personnes handicapées, mais aussi sur les multiples aides publiques auxquelles elles peuvent accéder.

 

Pour la personne à la recherche d'un emploi, le complexe du handicap s'estompe en vue du premier contact dans la mesure où les entreprises qui recrutent par ce canal, ne s'adressent qu'à des personnes dans sa situation.

 

En Belgique, le taux d'emploi des personnes handicapées est un des plus faibles d'Europe. Sur les 75.000 bénéficiaires d'une allocation de remplacement de revenus, moins de 3.000 (moins de 4pc) disposent actuellement d'un revenu professionnel, a souligné le ministre Cerexhe.

19:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/12/2008

Un enfant sur dix maltraité dans les pays riches

enfant

Environ un enfant sur dix est maltraité dans les riches pays industrialisés, indiquent les conclusions alarmantes d'une enquête sur la violence envers les enfants. Les résultats de l'étude ont été présentés mardi par la revue médicale The Lancet.


Dans les pays riches, quelque 16% des enfants âgés de plus de quatre ans, doivent régulièrement endurer des coups et d'autres formes de violence. Par ailleurs, 1 à 15% des enfants font l'objet de graves négligences. Les abus sexuels touchent jusqu'à 15% des filles et 5% des garçons âgés de plus de 18 ans.

16:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/12/2008

L'électroménager plus cher pour cause de recyclage ?

électroménager

Une nouvelle directive européenne pourrait pousser à la hausse le prix des appareils électroniques et électroménagers, ont averti lundi deux fédérations belge d'entreprises du secteur.


La fédération de l'industrie technologique (Agoria) et la Fédération de l'Electricité et de l'Electronique (FEE) estiment qu'une proposition de texte que s'apprête à adopter la Commission européenne pourrait pousser à la hausse le coût de la récupération des déchets, et se répercuter le prix des appareils.


D'après Agoria et la FEE, les nouvelles règles n'imposeront plus aux fabricants de récupérer un certain nombre de kilos par habitant, mais plutôt un pourcentage élevé des produits électroniques vendus. Celui-ci "se situera bien au-delà des 50%", anticipent les deux fédérations, qui le jugent "quasiment impossible à atteindre".

Récupération
Les entreprises du secteur ne veulent en fait pas être les seules à payer pour leur recyclage. "De nombreux déchets électroniques ne retournent pas aux producteurs mais aboutissent dans un circuit de négociants en déchets qui en tirent de l'argent. (...) Il nous semble plus que logique que ces autres acteurs soient soumis à la même réglementation et aux mêmes obligations que les producteurs d'appareils", avancent ainsi Agoria et la FEE.


Si la proposition est maintenue et adoptée en l'état, les producteurs seraient amenés à "récupérer les déchets au domicile des consommateurs". En raison des "importants coûts financiers et administratifs", cette situation pousserait les prix à la hausse, concluent les deux fédérations, qui appellent au statu quo réglementaire.

19:28 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/12/2008

De plus en plus de patients reportent leurs soins dentaires

dentiste

Plus de la moitié des dentistes francophones - 58 pc - et 36 pc de leurs confrères flamands estiment que leurs patients sont de plus en plus nombreux à reporter leurs soins dentaires, selon une enquête menée par Le Journal du Dentiste.


Or, "ceux qui reportent leurs traitements risquent, à terme, de devoir débourser davantage", indique la revue professionnelle. Ainsi, selon 3 dentistes francophones sur 4, la facture finale sera plus élevée, et 5 dentistes flamands sur 6 partagent cet avis.


Quant aux soins gratuits pour les enfants, ils n'attirent pas plus de jeunes patients dans les cabinets dentaires, affirment 3 dentistes francophones sur 4 et plus de 8 dentistes flamands sur 10 (83 pc).

20:33 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |