30/11/2008

Le taux d'alcool à 0,2 pour mille pour les jeunes conducteurs

alcool

Près de 60% des personnes tuées dans des accidents de la route le sont durant le week-end. Le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe (CD&V), veut dès lors intensifier les mesures de contrôle axées sur les jeunes conducteurs en abaissant le taux d'alcool maximum dans le sang à 0,2 pour mille pour ceux qui possèdent leur permis depuis moins de deux ans, indique ce samedi le journal flamand Het Nieuwsblad.


La limitation est actuellement fixée à 0,5 pour mille. Elle devrait changer pour les conducteurs inexpérimentés en 2009.

13:08 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/11/2008

Inscriptions: 75 écoles devront procéder à un tirage au sort

élèves

Selon les derniers chiffres disponibles, 75 écoles sur 550, soit 14% des établissements, ne pourront répondre à l'ensemble des demandes d'inscriptions en première secondaire et devront donc procéder à un tirage au sort, comme le prévoit le décret mixité, indique vendredi soir la Communauté française.


"La deuxième phase du processus d'inscription en première secondaire pour l'année scolaire 2009-2010 se termine dans le calme. Au vu des derniers chiffres disponibles, il apparaît que dans 86% des écoles, toutes les demandes introduites pourront être satisfaites. Dans les 14% d'écoles restantes, c'est-à-dire 75 écoles sur 550, la troisième phase du décret mixité devra être enclenchée", peut-on lire dans un communiqué.


Ces écoles se trouvent essentiellement en région bruxelloise - 47 établissements - et dans le Brabant wallon où 11 écoles sont concernées. Les inscriptions en première année du secondaire pour les élèves non-prioritaires avaient débuté le 17 novembre dernier.

 

Merci Dupont pour ce système à la c.. !

12:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/11/2008

Le trafic bruxellois limité en fonction des plaques, en cas de pollution

pollution3

A partir du mois de janvier prochain, la Région bruxelloise pourra interdire partiellement ou totalement le trafic dans la capitale en cas de pics de pollution. Trois seuils prédéfinis de pollution correspondront à différentes mesures, dont l'interdiction de circuler en voiture en fonction du numéro de la plaque d'immatriculation.


Selon les statistiques, sauf aggravation globale du phénomène de pollution, un tel cas de figure pourrait se présenter une fois tous les deux ou trois ans, ce qui correspond à une fois tous les cinq ou six ans pour chaque immatriculation, l'alternance d'interdiction intervenant d'une phase de pic polluant à l'autre. Le seuil ultime, qui prévoit l'interdiction pure et simple du trafic automobile, ne s'est actuellement encore jamais présenté statistiquement dans la capitale.


L'entrée en vigueur de ce dispositif anti-pollution proposé il y a de nombreux mois par les ministres de l'Environnement Evelyne Huytebroeck et de la Mobilité Pascal Smet a été actée jeudi à l'occasion de la réunion du gouvernement bruxellois. Même s'il ne l'a pas (encore) communiqué officiellement, le gouvernement Picqué a bel et bien approuvé en quatrième lecture l'ensemble du dispositif qui a suivi un long parcours de consultation, d'enquête publique pour terminer par l'examen du projet d'arrêté qui le contient par le Conseil d'Etat.


Concrètement, lorsque la Cellule Inter-Régionale de l'Environnement prévoira des pics de pollution d'au moins 48 heures, en fonction des prévisions météo, les limitations du trafic interviendront à partir du deuxième jour de pollution excessive.


Au premier seuil d'intervention (entre 71 à 100 microgrammes de microparticules et de dioxyde d'azote), la vitesse sera réduite à 50 km/h, partout, y compris sur les quelques rares portions des artères bruxelloises où elle ne l'est pas en permanence.


En cas de dépassement du deuxième seuil d'intervention (de 101 à 200 mg/m³), le trafic sera interdit à la moitié du parc automobile en fonction du numéro d'immatriculation (pair ou impair). Les poids lourds de plus de 3,5 tonnes ne pourront par ailleurs plus circuler dans les dix-neuf communes bruxelloises aux heures de pointe.


Les jours d'interdiction, le réseau de la STIB sera renforcé de 15% et son accès gratuit. La Société des transports publics bruxellois recevra pour ce faire un montant forfaitaire de 600.000 euros couvrant le coût d'un tel dispositif pour deux jours par an. C'était déjà prévu dans son contrat de gestion.


Les véhicules dit prioritaires, c'est-à-dire destinés à la collecte des déchets, au transport de personnes (taxis et véhicules de personnes handicapées inclus) et ceux qui respecteront les normes environnementales les plus sévères échapperont à cette limitation.

Le dispositif bruxellois prévoit également l'interdiction totale du trafic automobile, lorsque le pic de pollution dépassera 200 microgrammes par m3 d'air. Mais ce niveau n'a jamais été dépassé jusqu'ici.

16:46 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/11/2008

Un cinquième de la superficie de la Belgique est bâtie

chantier

Au début de cette année, près d'un cinquième (19,7%) de la superficie de la Belgique était bâtie, contre seulement 18,5% en 2000, 16,3% en 1990 et 14,2% en 1980, selon les chiffres communiqués jeudi par le SPF Economie.


Les zones bâties se sont accrues de 46 km2 en 2007, de 44 km2 en 2006 et 2005, de 38 km² en 2004, de 40 km² en 2003 et de 51 km² en 2002, précise le SPF.


"Au début de cette année, 6.004 km² étaient occupés par des zones bâties (terrains bâtis et assimilés). En 2000, ce chiffre n'était encore que de 5.640 km². La hausse atteint donc 6,5% sur huit ans", ajoute-t-il en soulignant que sur la même période, la superficie des zones habitées a elle progressé de 11,2% (10,5% en Flandre et 12,8% en Wallonie).


La superficie affectée aux terrains industriels s'est aussi accrue de 7,1% (7,3% en Flandre et 7,2% en Wallonie) et celle occupée par les terrains commerciaux de 4,2% (2,7% en Flandre et 8,8% en Wallonie).


Par régions, 78,4% du territoire bruxellois est bâti, contre 26,0% en Flandre et 14,0% en Wallonie. En Flandre, l'expansion des zones résidentielles a atteint 18,1 km² en un an, pour 12,0 km² en Wallonie et 0,4 km² en région bruxelloise, conclut le SPF.


La superficie totale de la Belgique s'élève à 30.528 km2, dont 6.004 km2 de zones bâties, 17.309 km2 de terres agricoles et 7.215 km2 "d'autres terrains non-bâtis".

18:12 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2008

La Belgique compte 4,432 millions de travailleurs

travailleurs

La Belgique comptait 4,432 millions de travailleurs et 298.000 chômeurs au premier semestre 2008. L'emploi a progressé de 2% et le chômage a baissé de 13% par rapport au premier semestre 2007, rapporte mercredi le SPF Economie, division statistique.


"L'évolution la plus saillante est la hausse de l'emploi chez les femmes. On l'observe dans toutes les catégories d'âge mais elle est plus sensible chez les plus de 50 ans", souligne le SPF Economie. L'évolution de l'emploi est en effet de 3,5% chez les femmes contre 0,8% chez les hommes.


Un peu moins de 300.000 chômeurs ont été enregistrés en Belgique au deuxième trimestre. Par rapport au trimestre précédent, on note une baisse de 11,9%. La baisse du chômage touche autant les hommes (-11,2%) que les femmes (-12,6%). Par rapport au premier semestre 2007, le chômage a baissé de 13,3% en Belgique. Le taux de chômage est estimé à 6,4%.


Le taux d'emploi était de 62% au deuxième trimestre pour un taux d'activité de 66,3%. "L'augmentation du taux d'emploi enregistrée entre le premier semestre 2007 et le premier semestre 2008 peut être entièrement attribuée à la forte hausse du taux d'emploi féminin, qui passe de 54,7% à 56,1%", explique le SPF Economie.

20:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/11/2008

Une quarantaine de mineurs internés chaque année pour leurs problèmes d'alcool

alcool5

Une quarantaine de mineurs d'âge sont internés chaque année dans des institutions psychiatriques, pour des périodes plus ou moins longues, en raison de leurs problèmes d'alcool, a répondu la ministre de la Santé publique Laurette Onkelinx (PS) à une question écrite du député Guido De Padt (Open Vld).


Plus d'un tiers peuvent toutefois quitter l'établissement le jour même de leur admission ou le lendemain. Un autre tiers ne reste pas plus d'une semaine, alors que 10% doivent y demeurer plus d'un mois.


La plupart des jeunes sont accompagnés via des entretiens, mais pour quatre jeunes sur dix, une médication est nécessaire. Seul un faible pourcentage reçoit un traitement intensif.

20:57 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/11/2008

De plus en plus de jeunes et de familles sans domicile

pauvreté3

Le nombre de jeunes ou de familles sans domicile fixe a fortement augmenté l'année dernière, engendrant des problèmes supplémentaires, selon des organisations bruxelloises et flamandes.


Le ministre flamand du Bien-être, Steven Vanackere (CD&V), confirme cette tendance et souhaite consacrer plus de moyens afin de sortir les jeunes de cette situation, écrit lundi le quotidien De Morgen. Des chiffres précis sur la situation des jeunes et des familles SDF ne sont pas disponibles, mais sur le terrain, diverses associations constatent une évolution à la hausse.


"Alors qu'auparavant, la situation concernait surtout des personnes isolées, ce sont aujourd'hui des familles entières qui sont confrontées au problème", selon le directeur de la maison d'accueil bruxelloise Albatros. Cette hausse des personnes qui n'ont plus de domicile fixe est due à la pauvreté croissante et à l'augmentation des prix de location de biens immobiliers.


Le ministre flamand du Bien-être confirme cette tendance et annonce un plan d'actions. "Nous travaillons actuellement à une politique qui consacre plus d'attention et de moyens aux jeunes et aux femmes", deux groupes qui se retrouvent de plus en plus dans la rue, explique le ministre.


"L'objectif est notamment de mieux préparer les jeunes qui dépendent d'une aide à la jeunesse à l'indépendance, par exemple en leur accordant plus de liberté avant leur majorité, tout en les accompagnant dans leur installation dans un logement.

18:26 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/11/2008

Anne Delvaux candidate à l'Europe

delvaux2

La sénatrice Anne Delvaux (cdH), ex-présentatrice vedette du journal télévisé de la RTBF, dénonce des "dérives médiatiques" samedi dans La Libre Belgique et annonce sa candidature à un siège au parlement européen en juin prochain.


"Dès le moment où les parlementaires vont faire des détours juste pour passer devant une caméra, même s'ils n'ont rien à dire, il y a un excès", dit-elle, ajoutant vouloir pour sa part "travailler dans la sérénité".


"Quand on vous attribue un bulletin en fonction du nombre de questions orales posées et de propositions de loi déposées, c'est complètement idiot", ajoute-t-elle, refusant de "faire du chiffre".


Se disant désireuse d'avoir "de vrais débats avec des majorités différentes selon les sujets", Anne Delvaux est, au sein de son parti, "candidate à la candidature" sur la liste européenne.

 

Affaire à suivre…

16:40 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2008

Inscriptions: au moins 34 écoles devront recourir au tirage au sort

école

Cinq jours après l'ouverture de la seconde phase de la procédure d'inscription d'élèves en première année du secondaire, au moins 34 établissements scolaires sont déjà sûrs de devoir organiser un tirage au sort pour déterminer les élèves qui y obtiendront une place, selon une liste diffusée vendredi par des opposants au décret "mixité".


Sans surprise, ces écoles sont essentiellement situées en Région bruxelloise et dans le Brabant wallon, ainsi qu'à Namur. Il s'agit pour la plupart d'établissements réputés qui doivent refuser des inscriptions chaque année. Cette année, le phénomène est amplifié par celui des inscriptions multiples dans certains établissements scolaires: certains parents dont l'enfant n'est pas prioritaire selon le décret "mixité" l'inscrivent dans plusieurs établissements afin de multiplier les chances d'être tiré au sort dans une école de leur choix.


Au total, les établissements scolaires en Communauté française devraient disposer de 20.000 places de plus que le nombre d'élèves à inscrire, selon une extrapolation présentée jeudi par La Libre Belgique. C’est essentiellement la répartition de ces places qui pose problème, comme c'est le cas dans plusieurs écoles bruxelloises.

 

Il faudra incontestablement refaire les comptes au terme de la seconde phase d’inscriptions à savoir le 28 novembre.

17:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2008

La carte Proton de moins en moins utilisée

proton

De janvier à octobre 2008, 78,78 millions de transactions ont été effectuées en Belgique avec la carte Proton, soit 8% de moins que les 86,51 millions de transactions réalisées durant la même période l'an dernier.


Le nombre de lieux où on peut utiliser Proton a aussi diminué. Actuellement, il est possible de réaliser des transactions avec Proton en Belgique sur 110.265 terminaux de paiement, soit 5.000 de moins qu'en 2006. Depuis un an ou deux, Atos Wordline ne produit d'ailleurs plus de terminaux Proton séparés mais le système est repris sur les autres terminaux de paiement.

18:06 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/11/2008

De plus en plus de Belges ont faim

pauvreté2

En Belgique, 150.000 personnes, soit l'équivalent de la population de la ville de Bruxelles, recourent à l'aide alimentaire. Les associations de terrain font état d'une demande croissante d'aide alimentaire au sein de la population. Selon les chiffres de la Banque alimentaire, le nombre de personnes ayant recours à l'aide alimentaire a augmenté de 35% ces dix dernières années et de 132% depuis 1991.


"Dans un pays riche comme la Belgique, cette augmentation de la demande d'aide alimentaire met en question les options politiques en matière de redistribution des richesses", considère la Fédération des centres de service social (FCSS), qui réalise depuis mars 2007 une étude sur les réalités de l'aide alimentaire en Région bruxelloise, où près de 90 organismes offrent des colis ou gèrent un restaurant social ou une épicerie sociale.

"Pourquoi des allocataires sociaux doivent-ils avoir recours à une aide alimentaire ? Pour mieux comprendre, il faut rappeler que le revenu d'intégration sociale, l'ex-minimex, pour une personne vivant seule est de 711,56 euros par mois, soit inférieur au seuil de pauvreté qui est de 860 euros pour une personne isolée", ont expliqué mercredi Hugues-Olivier Hubert et Céline Nieuwenhuis, chercheurs à la FCSS.


Parmi les demandeurs, la catégorie des personnes sans-papiers est plus importante à Bruxelles que dans les autres Régions du pays. Les associations rencontrent également depuis environ cinq ans un nombre croissant de travailleurs pauvres éprouvant des difficultés à boucler leurs fins de mois.

18:13 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/11/2008

Le prix du panier de la ménagère est stable

caddie

Début novembre 2008, le panier de la ménagère valait 574,08 euros, soit un résultat stable par rapport au mois précédent (574,18 euros), selon les données mise en ligne lundi à 18H30 par le Crioc.


Le panier en question est calculé chaque mois sur base des dépenses réalisées par un ménage moyen de 2,3 personnes vivant en Belgique. Il comprend les dépenses hebdomadaires moyennes consacrées tant aux produits alimentaires que non-alimentaires, aux achats de produits et de services, aux services publics et privés. Le Crioc indique que le panier a connu une inflation de 4,72% sur un an.


Les plus fortes hausses d'octobre 2008 sont tout d'abord à mettre à l'actif des tomates (+56,26%), ce qui s'explique par le fait qu'on est hors saison et qu'il faut chauffer les serres, a indiqué Marc Vandercammen à l'agence Belga qui s'étonne dans le même temps que les tomates pelées ont augmenté de 8,39% alors qu'elles sont récoltées antérieurement.

Plusieurs autres légumes sont nettement plus chers: +37,95% pour les laitues, +28,15% pour les brocolis et +20,17% pour les haricots verts. On note également des baisses: pommes, oignons, poivrons, carottes et pommes de terre.

17:42 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2008

Les jeunes travailleurs ont les mêmes valeurs que leurs aînés

travail4

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, il n'existe pas de différence significative entre la façon dont les jeunes se perçoivent dans le monde du travail et de l'entreprise et celle de leurs aînés. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par l'Université de Liège et la VUB, en partenariat avec la société de conseil en ressources humaines Beerenschot Belgium.


Equilibre
Les jeunes âgés de 20 à 28 ans recherchent, tout comme leurs aînés, l'équilibre entre vie privée et professionnelle. Ils se montrent à la fois soucieux d'être utiles aux autres et d'être acteurs de leur propre vie et reconnus comme tels.

 

Garanties
Ils ont les mêmes attentes en termes de garantie de leur emploi et d'attention portée à l'être humain au sein de l'entreprise que leurs aînés. Ils sont par ailleurs très lucides quant à la nécessité pour leur entreprise de faire preuve d'innovation et d'anticipation pour affronter le futur.


C'est le signe que "les différentes générations sont prêtes au changement", pour autant qu'on le leur explique clairement et qu'elles aient un rôle à y jouer, a expliqué le professeur Mathieu Pleyers (ULg). Par ailleurs, les travailleurs, tous âges confondus, trouvent en majorité leur travail attirant, voire amusant. "Il y a là un potentiel qui ne demande qu'à être canalisé", ajoute le chercheur.

 

Communication
Il n'y a guère que sur la perception qu'ils ont des attentes de l'entreprise que les différentes générations ne s'accordent plus. Là où les plus jeunes parlent de rentabilité, les plus âgés évoquent eux la capacité de s'adapter au changement. "Cela indique qu'il y a des actions importantes à mener en terme de communication", estime le professeur François Pinchault (ULg). "Si on veut exploiter l'enthousiasme des trois générations ("babyboomers", "génération X" et "génération Y"), les entreprises devront construire leur message de façon différenciée", a-t-il ajouté.


Cette étude a été réalisée entre le 28 avril et le 13 juin 2008 - soit avant l'éclatement de la crise financière -, mais "je ne suis pas convaincu que les résultats auraient été fondamentalement différents", estime M. Pleyers. Les chercheurs ont interrogés un échantillon de 851 personnes représentatives de la population active belge.

18:41 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/11/2008

Un enfant sur cinq touché par la pauvreté en Belgique

enfant2

En Belgique, près de 19% des enfants, soit un jeune de moins de 18 ans sur 5, vit dans une situation de risque de pauvreté. Un enfant sur 7 appartient à un ménage qui vit sous le seuil de la pauvreté. Ces chiffres résultent d'une étude interuniversitaire menée sur la pauvreté, que Jean-Marc Delizée, secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté, a présenté à La Dernière Heure.


La pauvreté touche plus la Wallonie (22% d'enfants concernés) que la Flandre (12% des enfants). "La pauvreté des enfants touche surtout les ménages où les parents ne travaillent pas ou n'ont pas un emploi correctement rémunéré. Elle touche davantage les groupes allochtones. Les enfants y ont cinq fois plus de risques d'être pauvres que les enfants de parents nés en Belgique", explique Jean-Marc Delizée.


Notons également qu'un enfant sur cinq vivant dans une famille en état de pauvreté présente un retard scolaire. "Nous avons deux objectifs prioritaires: avant 2010, il faudra faire reculer le taux de pauvreté à 12%. On veut également diminuer le nombre d'enfants vivant dans des ménages sans emploi, de 12 à 7% d'ici à 2010", avance le secrétaire d'Etat qui, pour ce faire, estime qu'en matière d'éducation, le fait de ramener l'âge d'obligation scolaire à 5 ans sera déjà une avancée, les familles fragilisées envoyant généralement leurs enfants à l'école le plus tard possible.

16:13 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/11/2008

Nouveau recours pro-adossement

IMMI

La convention d’adossement liant les sections fondamentale et secondaire de l’Institut Marie Immaculée Montjoie, toutes deux installée rue des Résédas à Anderlecht, a été refusée par la Communauté française. Conséquence : les enfants ne bénéficieront pas de l’inscription prioritaire ouvrant les portes de l’établissement secondaire. Un coup de massue. « Chaque année plus de 75 % de nos élèves suivent ce chemin », indique Marc Vande Weyer, le directeur de la section primaire.

 

Pour rappel, s’estimant lésés par la rupture de l’adossement liant le Paradis des enfants et l’athénée Jean Absil à Etterbeek, commune et parents se sont tournés vers le Conseil d’Etat en introduisant un recours en extrême urgence contre la décision de la Communauté française. Et ils ont obtenu gain de cause. Du côté de l’Institut anderlechtois, on s’apprête donc également à saisir la justice et ce même si inscriptions prioritaires ont pris fin ce vendredi. « La jurisprudence Absil et nos arguments nous font penser que nous pouvons malgré tout obtenir gain de cause. »

 

Ensemble, 21 parents ont ainsi mandaté un avocat pour les représenter auprès du Conseil d’Etat où un recours en extrême urgence a été introduit, vendredi. « Nous avons d’abord tenté pour faire revenir la Communauté française à la raison : coups de fil, fax, mails, demandes de rendez-vous mais nous avons dû déchanter. »

 

En cause : un document manquant dans le dossier envoyé à la Communauté française : la convention interne d’adossement passée entre les deux écoles. « Un oubli, reconnaît Marc Vande Weyer, mais nous avons transmis les preuves que l’école remplissait le nombre de conditions requises par le décret et la déclaration d’adossement dûment complétée et signée par les deux directions. » Et de définir la motivation de refus comme “légère et bêtement procédurière”. « Seul le document signé par les deux directions vaut convention, tout autre document n’est jamais que redondant. Nous ne sommes ni à Uccle ni à Woluwe, mais dans un quartier difficile (La Roue) avec des parents qui ne maîtrisent pas tous la langue française et moins encore les arcanes de l’administration. Et les voilà paniqués à l’idée de ne pas bénéficier de l’inscription prioritaire et de devoir se tourner vers d’autres écoles. »

 

Extrait du Journal LE SOIR du 15/11/2008

18:50 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2008

Un salarié sur deux a l'intention de changer de job

Malgré la crise économique actuelle, près d'un salarié sur deux a l'attention de démissionner pour se lancer dans une autre carrière professionnelle. Un sur six envisage même cette décision avant la fin de l'année, révèle une enquête de Jobat et du bureau d'études iVox, dont les résultats ont été diffusés jeudi.


Pour 55% des sondés, une meilleure rémunération est l'argument premier pour envisager un changement de profession. Viennent ensuite l'envie de se lancer un nouveau défi (52%) et le désir de mieux mettre à profit ses talents (49%). Un quart des personnes interrogées affirme changer d'employeur parce qu'aucune promotion n'est possible en interne.

16:19 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2008

Vol dans les magasins: la Belgique est le 2e pays européen le plus touché

vol

Le chiffre d'affaires perdu en raison de vols dans les magasins en Belgique est le deuxième plus important d'Europe de l'ouest. En matière de vols commis par des membres du personnel d'une entreprise, la Belgique se trouve par contre quelque 10% en-deçà de la moyenne mondiale, selon le baromètre sur les vols dans les commerces de détail Global Retail Theft Barometer présenté mercredi par Checkpoint Systems.


Ce baromètre distingue 4 catégories: les vols par des clients, les vols par le personnel, les pertes à la suite de fautes internes et les fraudes commises par des fournisseurs.

 

770 millions d’euros de pertes

En Europe, le pourcentage moyen du manque à gagner a augmenté de près de 1% en 2008 par rapport à l'année précédente et s'élève à 1,27%. En Belgique et au Luxembourg, ce pourcentage est encore plus haut et passe de 1,33% à 1,36% en 2008. Ce qui signifie que les commerçants belges auront perdu quelque 770 millions d'euros en 2008 en raison de vols dans les magasins. Seule la France fait pire en la matière.


Dans tous les pays, les vols commis par les clients sont les plus importantes sources de perte. En Belgique, ce type de vol représente 52,4% du manque à gagner.

 

25,9% de vol commis par le personnel

A l'opposé de la tendance européenne et mondiale, la Belgique a cependant un niveau relativement bas de vols commis par le personnel, avec un pourcentage de 25,9%, contre une moyenne de 5% de plus au niveau européen et de 10% de plus au niveau mondial.

L’alcool, les produits de beauté, les vêtements…

Le baromètre de vols indique également que les produits les plus subtilisés sont les boissons alcoolisées, les produits de beauté et de soin de la peau et les vêtements pour dames.

Selon Checkpoint Systems, ce type de comportement pourrait bien devenir plus fréquent les prochaines années en raison du climat économique actuel combiné à la baisse des budgets des ménages. "Les investissements dans la sécurisation et la prévention jouent dès lors un rôle important afin de limiter la réduction des marges et le coût sociétal du vol", conclut la société.

20:14 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/11/2008

Petits déjeuners équitables les 22 et 23 novembre

Oxfam2

Plus de 40.000 personnes sont attendues pour la 17e édition des petits déjeuners Oxfam-Magasins du monde, qui se déroulera les 22 et 23 novembre prochains dans 184 lieux de Wallonie et de Bruxelles, indiquent les organisateurs dans un communiqué diffusé lundi.


"Le commerce équitable est une alternative concrète pour des centaines de milliers de producteurs. Il est aussi un levier pour questionner le système économique et commercial actuel", souligne Oxfam.


Chaque petit déjeuner illustrera de manière concrète le commerce équitable de l'artisanat pour les partenaires du Sud au travers d'une expo photo. Celle-ci présentera le quotidien des artisans de Minka, partenaire péruvien d'Oxfam-Magasins du monde.


Oxfam souhaite également promouvoir les produits de proximité. Pour cela, une collaboration a été mise en place avec l'initiative "Saveurs paysannes" (coordination nationale de promotion et de défense des produits paysans et artisanaux de Belgique).


Les petits déjeuners sont organisés par les équipes locales d'Oxfam-Magasins du monde mais aussi par plus de 80 groupes de citoyens actifs dans leur localité.

 

A Berchem-Sainte-Agathe, le petit déjeuner se déroulera le dimanche 23 novembre entre 8h et 11h au réfectoire de l’école communale – Place du Roi Baudouin, 3.

 

P.A.F. : 5,00 € pour les adultes et 3,00 € pour les enfants. Réservations souhaitées au 02.466.58.43.

16:12 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/11/2008

La Belgique reste trop taxée

La Belgique reste trop taxée malgré les efforts faits pour réduire la charge fiscale, selon l'étude "Paying Taxes 2009" de PricewaterhouseCoopers, de la Banque mondiale et d'IFC.


"Le taux de l'impôt et de la sécurité sociale est resté stable ces trois dernières années à 44,2% du PIB, ce qui laisse penser que l'objectif de réduction de la charge fiscale n'a pas été atteint. Le fait que la charge fiscale globale n'a été impactée par les réformes mises en place montre aussi qu'elles n'ont rien coûté à l'Etat", souligne Frank Dierckx, managing partner chez PricewaterhouseCoopers Tax Consultants.


L'étude rappelle que le niveau d'imposition est un élément important pour attirer de nouveaux investisseurs et de citer les Pays-Bas, l'Irlande ou Chypre qui se sont montrés "très efficaces". "La Belgique a fait quelques pas dans la bonne direction, mais le chemin est encore long. Les principaux désavantages restent les taux d'imposition élevés et la complexité des règles fiscales de notre pays.


La Belgique est derrière quasi tous les pays européens, à l'exception de la France et de l'Italie", précise M. Dierckx.

16:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/11/2008

Chaque Belge a acheté trente boîtes de médicaments en 2007

médicaments

En 2007, chaque Belge a acheté en moyenne 30 boîtes de médicaments en pharmacie pour un total de 470 euros, selon les données de la société spécialisée dans les statistiques sur les médicaments IMS, à paraître jeudi dans la revue médicale "de Huisarts".


Les données se basent sur le chiffre d'affaires des pharmacies, excluant donc la consommation en milieu hospitalier. Pour l'ensemble du pays, la consommation hors hôpitaux atteint près de 5 milliards d'euros. En comparaison, le budget de l'Inami dédié aux remboursements de spécialités pharmaceutiques était en 2007 d'environ 3,548 milliards d'euros.


Bruxelles arrive en tête avec 36,6 boîtes par personne (564 euros), alors que le Limbourg est dernier avec 26,2 médicaments (433 euros). Le résultat concernant Bruxelles doit être nuancé car le chiffre d'affaires comprend les achats des navetteurs.


Un francophone moyen a acheté pour 520 euros de médicaments, contre 450 euros pour un néerlandophone, soit une consommation 15% supérieure pour un francophone.

12:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/11/2008

Le Belge, infidèle consommateur

colruyt

Le CRIOC a réalisé, au cours du premier trimestre de l'année 2008, une enquête sur les enseignes, les magasins et les consommateurs. Elle révèle que l'année 2008 a apporté la confirmation d'un changement dans le comportement d'achat du consommateur.

 

Les hard discounters, comme Aldi et Lidl, ont vu le nombre de leurs clients diminuer légèrement de 1%, singulièrement au profit de Colruyt. Par ailleurs, les autres enseignes de la grande distribution rencontrent moins de succès et perdent des clients.

 

Le prix plutôt que le service

Ce sont les enseignes qui privilégient le service qui subissent de plein fouet la crise et perdent des clients (-4%) à l'avantage des magasins moins chers. Les supermarchés, qui avaient connu un rebond d'intérêt en 2007, perdent des clients, "sans doute dû à l'effet 'prix' de Colruyt", analyse le CRIOC.

 

Plus globalement, le consommateur visite en moyenne 2,6 enseignes de distribution alimentaire. Aldi, Colruyt, Carrefour et Delhaize sont les chaînes les plus fréquentées en Belgique. Le nombre d'enseignes visitées a augmenté de 0,1 par rapport à 2007 alors que depuis de nombreuses années, le nombre de points de vente a diminué. De 34.900 points de vente en 1970, ce nombre a en effet atteint fin 2006, 8.017 points de vente, selon le CRIOC.

 

Succès des marques de distributeurs

Concernant le choix des produits, l'étude relève un succès de plus en plus important, depuis trois ans, des marques de distributeurs mais l'intérêt des premiers prix semble diminuer car les marques nationales connaissent un regain d'intérêt. "La promesse santé développée depuis de nombreux mois par ces marques, est sans doute à l'origine de cette tendance", estime le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs.

 

Des variations apparaissent également selon les groupes sociaux: les Bruxellois et les familles nombreuses privilégient les produits les moins chers et les marques de distributeurs. "L'impact de la baisse du pouvoir d'achat se confirme une nouvelle fois", conclut le CRIOC.

19:07 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2008

Un salarié gagne en moyenne 2.739 euros

Si vous voulez bénéficier d'un salaire élevé, mieux vaut travailler dans le secteur de la pétrochimie que dans un salon de coiffure, une entreprise de nettoyage ou un institut de beauté! Par ailleurs, travailler à Bruxelles et disposer d'un diplôme de l'enseignement supérieur offrent également davantage de chances d'obtenir un salaire important.


Telles sont quelques-unes des conclusions de l'étude "quel salaire pour quel travail?" menée par le SPF Economie. Il en ressort notamment que 10% des salariés gagnent maximum 1.701 euros brut par mois tandis qu'à l'autre bout de l'échelle, ils sont également 10% à voir leur salaire mensuel dépasser les 4.109 euros. A titre de référence, en 2006, le salaire mensuel brut moyen d'un salarié à temps plein s'élevait à 2.739 euros.


On notera par ailleurs qu'un dirigeant d'entreprise gagne 147% de plus qu'un travailleur moyen, son salaire atteignant 6.774 euros brut en moyenne. Les cadres de direction et les exploitants de petites entreprises complètent le podium des professions les mieux rémunérées, juste devant les médecins.


Au contraire, les aides ménagères, le personnel de l'horeca
et les manœuvres de l'industrie manufacturière sont les salariés les moins favorisés, le salaire des aide-ménagères et du personnel d'entretien se situant 33% en-dessous de la moyenne nationale.


Sans surprise, l'étude établit également un lien entre rémunération et niveau d'étude. Ainsi, le salaire des travailleurs disposant d'un doctorat dépasse de 92% la moyenne nationale, cet écart se réduisant 9% en ce qui concerne l'enseignement supérieur de type court. "En d'autres termes, l'hypothèse selon laquelle étudier longtemps augmente les chances d'un salaire élevé se vérifie même entre les différentes catégories de personnes hautement qualifiées", souligne le SPF en pointant aussi l'importance du secteur d'emploi.


Sur ce point, c'est l'industrie pétrochimique qui offre les salaires les plus avantageux, ceux-ci dépassant de plus de 53% la moyenne nationale. Suivent le secteur de l'intermédiation financière (à l'exception des assurances et des fonds de pension) et l'industrie chimique. En revanche, les services aux personnes (salons de coiffure, services de nettoyage, institut de beauté, ...), l'horeca et le recyclage sont les secteurs les moins porteurs en terme de rémunération, eux qui souffrent également d'un manque de personnel hautement qualifié.


Enfin, mieux vaut travailler à Bruxelles - où les salaires dépassent de 14% la moyenne nationale - que dans la province du Luxembourg - où les rémunérations sont de 16% inférieures à la moyenne belge et de 36% inférieures à la moyenne bruxelloise. Le Hainaut et la Flandre occidentale présentent aussi des salaires moyens de moins de 2.500 euros alors que le Brabant wallon, le Brabant flamand et Anvers offrent des salaires dépassant la moyenne.


A nouveau, "les personnes hautement qualifiées sont nettement plus représentées à Bruxelles", indique encore le SPF pour qui la corrélation positive entre niveau salarial et niveau d'instruction n'est plus à démontrer.


L'étude du SPF Economie se base sur des données d'octobre 2006.

18:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/11/2008

La croissance des immatriculations en ligne à la DIV stagne

plaque4

La croissance des immatriculations en ligne de nouveaux véhicules à la DIV - via la webDIV - stagne à 50% depuis le début de 2008, selon le site internet Data News qui se base sur des chiffres du SPF Mobilité et Transport.


L'an passé, les autorités avaient annoncé qu'environ la moitié des nouvelles immatriculations se faisaient sur ce site web. Début 2008, ce dernier a franchi le cap des 50 pc de nouvelles immatriculations mais depuis, la croissance stagne.


"S'il est difficile d'avancer une seule explication, nous sommes certainement arrivés à un seuil de saturation temporaire", a expliqué Thomas Despiegelaere, un porte-parole du SPF.

Selon ce dernier, la majorité des grandes compagnies d'assurances sont convaincues de l'utilité de ce site internet mais des courtiers indépendants font de la résistance et n'utilisent pas le système.

20:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2008

Une victoire historique

Obama

Barack Obama a été élu président des Etats-Unis d'Amérique au cours d'une élection qualifiée d'historique, ont annoncé les chaînes de télévision américaines.


"Qui aurait cru?"

Le candidat démocrate a remporté la victoire sur son rival républicain, John McCain devenant le 44e président des Etats-Unis et le premier noir à accéder à une telle fonction. L'élection de M. Obama est historique, dans un pays où les Noirs n'avaient de facto pas accès aux bureaux de vote il y a encore un demi-siècle. "Qui aurait cru qu'un Noir d'une quarantaine d'années, nommé Barack Obama, deviendrait un jour le candidat du parti démocrate?", avait-il lui-même souligné il y a quelques mois.


Alors que le dépouillement des votes est toujours en cours, Barack Obama est crédité de 338 grands électeurs contre 155 pour John McCain. Il fallait une majorité de 270 grands électeurs pour remporter l'élection.


A Chicago, une insoutenable attente

La liesse s'est emparée mardi soir des milliers de partisans de Barack Obama rassemblés dans un parc de Chicago (Illinois, nord), au fur et à mesure de l'arrivée de résultats favorables. Alors que des écrans géants retransmettaient les images de la chaîne CNN, d'immenses clameurs ont accueilli l'annonce des victoires successives du sénateur de l'Illinois en Pennsylvanie (est) et dans l'Ohio (centre), deux Etats considérés comme capitaux dans la conquête de la Maison Blanche.


Mêmes hurlements de joie quelques minutes plus tard à l'annonce des succès de M. Obama au Nouveau-Mexique (sud-ouest), puis dans l'Iowa (centre). C'est au Grant Park, au bord du lac Michigan, que M. Obama a donné rendez-vous à ses partisans pour ce qu'ils espèrent être son premier discours de président élu. Soixante-cinq mille d'entre eux ont raflé des invitations (gratuites) pour l'événement.


Un million de personnes attendent Obama

Mais face à l'affluence de milliers de personnes sans billets, la police a bouclé le périmètre et fait en sorte que la foule se dirige vers une zone plus éloignée de la scène. Les autorités de Chicago, fief électoral de M. Obama, s'attendent à une affluence de jusqu'à un million de personnes pour célébrer une éventuelle victoire du sénateur de l'Etat.

Du côté républicain, la défaite se lisait sur les visages, d'autant que John McCain a déjà félicité son adversaire Barack Obama au cours d'un discours donné devant une assemblée de partisans visiblement déçus.

17:01 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/11/2008

Un piéton sur trois traverse quand le feu est rouge

feurouge

Au moins 33 pc des piétons traversent un passage qui leur est destiné alors que le feu est rouge, selon une enquête menée dans le cadre d'un programme de Radio 1.


Deux animateurs de la radio publique ont fait examiner durant une journée entière le comportement de 1.150 piétons aux abords de passages cloutés munis de feux tricolores, à Bruxelles, Louvain, Gand, Anvers et Hasselt. Aux carrefours où le trafic est intense, environ 20% des piétons ont nié le feu rouge. Aux carrefours calmes, la proportion grimpe à 70%.


Quand les feux réagissent rapidement lorsque le bouton est activé, les piétons semblent davantage respecter le feu rouge. En revanche, beaucoup de piétons ne prêtent guère attention au feu rouge lorsque le bouton réagit lentement. L'association flamande Voetgangersbeweging, qui s'intéresse aux piétons, reconnaît qu'un piéton sur trois franchissant le feu rouge, "c'est beaucoup" et que cela représente un facteur de risque important pour les accidents impliquant des piétons.


L'association plaide en faveur de l'introduction de systèmes de décompte, grâce auxquels les piétons pourraient savoir combien de temps ils doivent encore patienter avant que le feu passe au vert. Un réglage plus efficace des feux de circulation et une meilleure synchronisation des boutons pourraient aussi favoriser une amélioration du comportement des piétons, selon l'association.

17:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/11/2008

Bientôt la fin des chèques-repas ?

chèque repas

C’est désormais quasi une certitude : les employés belges ne recevront pas leur carnet de chèques-repas en décembre 2009. Pas de panique, ce n’est pas un mauvais tour joué par la crise mais bien un arrêté ministériel pris par Vincent Van Quickenborne, ministre pour l’Entreprise et la Simplification administrative. Celui-ci vise à dématérialiser les chèques-repas en les remplaçant par un système de cartes à puce électronique.

 

Consommateur et commerçant gagnant

En juillet dernier, Vincent Van Quickenborne confiait d’ailleurs son projet à la Fedis : "Les 220 millions de chèques-repas par an doivent disparaître. L’envoi par courrier, la perte de pouvoir d’achat suite à des chèques expirés, le paiement à la caisse et le traitement financier par les chaînes de distribution sont inutiles, complexes et coûteux. Le chèque-repas digital doit être créé au plus vite. Via les terminaux de paiement existants en magasin, le client doit avoir accès immédiatement à ses chèques-repas électroniques tandis que le commerçant doit pour sa part disposer concrètement de son argent dans les 3 jours suivants la transaction. Gain pour le consommateur et le commerçant".

 

Fonctionnement

Jos Trippaers du comité de direction de Sodexo Pass a expliqué le fonctionnement de ces nouvelles cartes dans les colonnes de La Dernière Heure. "Elles fonctionneront comme des cartes Bancontact. Un compte sera crée chez nous pour l’employé. Il sera chargé par l’employeur du montant de l’enveloppe des chèques-repas (…) l’employé pourra utiliser sa carte à puce pour payer son alimentation dans les terminaux existants".

 

Moins de tracasseries administratives

D’après une étude menée par la Voka (Vlaams netwerk van ondernemingen), le traitement des chèques-repas au cours de l’année 2006 a représenté un coût d’environ 30.000 euros par société. Depuis, cette somme a forcément encore augmentée vu la croissance constante du volume de chèques distribués. En effet, ce marché pesait 1,355 milliards d’euros en 2007 alors qu’il ne s’élevait qu’à 166 millions d’euros en 1985.

Pour le ministre de l’Entreprise et de la simplification administrative, "l’introduction d’un système de chèques-repas électroniques est une priorité. Les coûts administratifs à l’égard des travailleurs, employeurs et des distributeurs peuvent ainsi être fortement réduits".

19:40 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/11/2008

Dernier sondage: Obama toujours loin devant

Obama

D'après le dernier sondage de CNN avant le scrutin de mardi, le candidat démocrate est crédité de 51% des intentions de vote contre 44% en faveur du républicain. Obama garde aussi la même avance dans l'état de Pennsylvanie qui semble l'Etat sur lequel se jette les dernière forces. McCain et Palin y sont d'ailleurs ce dimanche.

 

Le dernier sondage quotidien Washington Post/ABC News donne, lui, un avantage de 9 points à Obama à 53% contre 44% pour McCain. Selon le site spécialisé indépendant RealClearPolitics l'écart était de 6,3 points en moyenne pour des sondages réalisés entre les 25 et 31 octobre.

 

Tôt dimanche matin, les deux candidats ont repris leurs avions de campagne, accélérant davantage le rythme pour tenter de rallier les derniers indécis à leur cause. McCain, 72 ans, a devant lui une véritable journée marathon avec des rassemblements en Pennsylvanie (est), dans le New Hampshire (nord-est), puis en Floride (sud-est). Obama, 47 ans, passera une grande partie de la journée dans l’Ohio (nord), avant de se diriger lui aussi vers la Floride.

 

La Floride et l'Ohio, avec respectivement 27 et 20 grands électeurs chargés d'élire le président des Etats-Unis, sont des Etats cruciaux pour remporter la Maison Blanche. Les victoires de George W. Bush en 2000 et 2004 s'étaient décidées en grande partie sur ces deux Etats.

 

Tous mes vœux pour OBAMA !

20:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/11/2008

Les bonnes résolutions de novembre

sncb2

À partir du 1er novembre, il ne sera plus nécessaire de passer devant un tribunal pour modifier un contrat de mariage. L’opération pourra se faire simplement devant notaire, une évolution importante dans la mesure où de nombreux contrats de mariage anciens ne se sont pas adaptés à l’évolution de la législation, surtout en matière de succession.

 

Depuis 1976, il est possible de modifier le régime ou le contrat conclu mais jusqu’ici, il était nécessaire dans la plupart des cas d’obtenir une décision de justice en ce sens. Seuls quelques cas permettaient d’être modifiés simplement devant notaire.

 

La loi du 18 juillet 2008 va changer la donne. Toutes les modifications pourront être faites devant notaire.

 

Les titres-services indexés

La part reçue par l’entreprise augmentera de 0,30 centime par titre-service, à partir de samedi 1er novembre.

 

L’objectif de cette mesure est de permettre aux travailleurs rémunérés en titres-services de bénéficier de la prochaine indexation de salaire, tout comme les autres travailleurs.

 

Le traitement de l’asthme simplifié

En outre, tous les médicaments pour le traitement de l’asthme ou de la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) – appelés les bronchodilatateurs – seront regroupés dans la même catégorie de remboursement.

 

L’accord du médecin conseil ne sera plus demandé pour leur remboursement.

À partir du 1er novembre, la prescription de ces médicaments sera basée sur le respect des recommandations. Le médecin, généraliste ou spécialiste, devra vérifier que les patients répondent bien à certaines conditions avant de leur prescrire des bronchodilatateurs. Ainsi, pour certains médicaments, les patients seront soumis à un examen préalable. Le médecin assumera en effet l’entière responsabilité de la prescription de ces médicaments.

 

Changements à la SNCB

Quant à la SNCB, elle enregistre quelques changements. À partir du 1er novembre, les personnes à mobilité réduite profiteront d’un service amélioré au sein du réseau ferroviaire de la SNCB.

 

Grâce à une réservation 24 heures à l’avance, il leur sera en effet possible de bénéficier d’une assistance spéciale dans 103 gares.

 

Enfin, la vente des billets internationaux sera réorganisée. À partir de novembre, trois catégories de gares seront prévues pour la vente et la livraison de tickets internationaux. Cinq gares internationales – Bruxelles-Midi, Bruxelles-Nord, Bruxelles-Centrale, Anvers-Centrale et Liège-Guillemins – auront des guichets internationaux spécialisés où les tickets internationaux seront vendus et délivrés. Ensuite, 34 gares « mixtes » permettront d’acheter ce type de billets aux guichets de trafic intérieur.

 

La SNCB prévoira 69 gares de « retrait » où les voyageurs pourront retirer leurs billets après les avoir commandés via internet ou le call-center de la SNCB. Des billets de petites distances à l’étranger pourront encore être achetés dans 31 de ces gares.

 

Le Call Center International, les ventes par internet et les ventes dans les agences de voyages seront des canaux de distribution de plus en plus importants ces prochaines années.

21:34 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |