30/09/2007

Le "spit", nouvelle forme de spam

SpitUne nouvelle forme de spam a été identifiée: le "spit", soit un spam diffusé via la téléphonie sur internet, a annoncé ce jeudi Cox + Partners Security Solutions. L'entreprise prévient que, sans une bonne protection, les conséquences de cette nouvelle menace en ligne peuvent être fâcheuses.

En cas de Spit, des messages sont envoyés un peu de la même manière que s'il s'agissait d'un spam. Le destinataire de ce message est souvent un téléphone IP (via internet). Spit sera encore plus difficile à arrêter qu'un spam, avertit la société Cox. Actuellement, le marché est encore trop petit pour ce genre de menaces, mais dès que des réseaux de téléphonie entiers se baseront sur les technologies Voice over IP (VoIP), le nombre de destinataires potentiels augmentera et donc le risque de recevoir un spit également.

Une telle menace devrait considérablement charger le flux des communications. "Pour le monde des affaires, les travailleurs seront plus difficilement joignables et une baisse de la productivité se manifestera. La grosse différence avec un e-mail est qu'on peut encore facilement trouver des filtres pour ces derniers, ce qui beaucoup plus difficile pour une communication téléphonique", estime la société.

18:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/09/2007

Le site de Kim Gevaert pollué par des flamingants

KimLa signature de la sprinteuse belge Kim Gevaert au bas de la pétition anti-séparatiste "Red de Solidariteit" en faveur de la solidarité en Belgique ne plaît pas à tout le monde: elle a entraîné de nombreuses réactions de Flamands contrariés sur le forum internet de l'athlète, indique le quotidien flamand De Morgen.

"Qui est pour la Belgique est contre la Flandre (...) Tu n'es plus la bienvenue ici", "Je ne peux plus rester fan", "Pourquoi les autorités flamandes devraient encore vous soutenir?", sont quelques-uns des commentaires publiés sur le site de l'athlète. Beaucoup d'autres fans félicitent toutefois la sportive pour son geste.

Réagissant aux commentaires négatifs et sans doute pour essayer d'éviter une polémique inutile, Evert Maesschalk, le manager de Kim, a indiqué ce vendredi que la sportive n'a jamais eu l'intention de devenir la figure de proue de la campagne "Red de solidariteit". "Kim est pour la solidarité et la tolérance, mais elle souhaite mettre fin à cette discussion et se concentrer sur ce qu'elle aime vraiment faire: l'athlétisme", a conclu son manager.

21:18 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/09/2007

1 centime du m³ d'eau pour aider les plus pauvres

eau

A partir du mois de janvier prochain, les Bruxellois débourseront un centime par m³ d'eau pour permettre aux plus démunis de s'acquitter de leur propre facture. Sur base des chiffres de consommation de l'année 2006, la somme redistribuée devrait être de l'ordre de 600.000 euros par an. La décision a été prise, par voie d'arrêté ministériel, à l'initiative de la ministre de l'Environnement Evelyne Huytebroeck. L'opération ne se soldera pas par une augmentation du prix de l'eau, a tenu à préciser le cabinet de la ministre de l'Environnement plus tard dans la journée. A partir du mois de janvier prochain, l'Intercommunale Bruxelloise de Distribution de l'Eau réservera donc un centime par m³ d'eau facturé dans le cadre de la tarification en vigueur.

En Région bruxelloise, 27% de la population vit avec un revenu inférieur au seuil de risque de pauvreté. Selon la ministre, le montant constitué par ce prélèvement sera destiné aux consommateurs bénéficiant d'une aide des centres publics d'action sociale ou d'un règlement collectif de dettes. Plus précisément, il sera affecté à l'accompagnement des clients en difficulté, ce qui comprend la négociation de plans de paiement et la mise en place d'une guidance budgétaire.

Il sera aussi consacré à l'octroi de l'aide sociale financière aux personnes dont la situation d'endettement est telle qu'elles ne peuvent plus, malgré leurs efforts personnels, faire face au paiement de leur facture d'eau ainsi qu'à la prise en charge de frais résultant d'actions de dépannage ou d'amélioration des installations d'eau à domicile.

Pour Evelyne Huytebroeck, la somme ainsi dégagée devra enfin "permettre de rendre effectif un droit aussi universel que celui de l'accès à l'eau potable". La ministre a ajouté qu'à côté de cette action de solidarité intra-bruxelloise, elle souhaitait que la Région-capitale puisse également être solidaire, dans un avenir proche, avec d'autres régions dans le monde où l'accès à l'eau potable constitue chaque jour un défi.

22:20 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/09/2007

Les discussions sur l’orange bleue progressent (enfin) bien

Reynders

L'explorateur Herman Van Rompuy continue dans la discrétion sa mission en vue de relancer les discussions pour la formation d'un gouvernement fédéral. Les discussions entre les présidents des formations concernées par l'orange bleue et Herman Van Rompuy portent toujours actuellement sur la procédure et plus spécialement sur le phasage des travaux concernant une réforme de l'Etat avec notamment la création d'un Comité des sages. Le dossier Bruxelles-Hal-Vilvorde n'est toujours pas sur la table. Les quatre présidents de partis se retrouveront à nouveau autour de l'explorateur ce soir.

 

La balle dans le camp du CD&V/N-VA

Chacun s'accordait pour dire, jeudi, que la balle était dans le camp du CD&V. L'attitude qu'adopteront les sociaux-chrétiens flamands sera sans doute déterminante pour la suite. des discussions. Tout dépendra aussi de la façon dont le CD&V parviendra à convaincre son partenaire de cartel, la N-VA.

 

Côté francophone, on reconnait qu'il y a du progrès

Les discussions progressent bien, ont reconnu ce jeudi les présidents du MR et du cdH à propos de la mission d'exploration confiée au président de la Chambre, Herman Van Rompuy (CD&V). Selon eux, le bon aboutissement de celle-ci dépend maintenant de l'attitude de chaque parti.

 

Les libéraux n’attendent plus que les « oranges »

"Ces derniers jours, j'ai le sentiment que l'on progresse. L'ambiance au sein de l'orange bleue est positive et le climat de confiance est là", a souligné le président du MR, Didier Reynders, interrogé en marge de la réception officielle des Fêtes de la Communauté française.

 

M. Reynders attend maintenant de voir quelle sera l'attitude du CD&V et du cdH dans les jours qui viennent. "Il appartient maintenant à chaque formation politique de voir si elle est prête à reprendre les négociations. La famille libérale l'est. Il faut voir maintenant si c'est le cas du côté du CD&V et du cdH", a-t-il dit.

 

Milquet retrouve de l’optimisme, mais toujours modéré

La présidente du cdH, Joëlle Milquet, a quant à elle insisté sur le temps qui a passé et qui pourrait permettre d'en arriver à un cadre de négociations plus raisonnable, comme elle le souhaite depuis le début.

 

"Si la dramatisation et le temps qui a passé peuvent au moins permettre d'arriver à du raisonnable, c'est une bonne chose. Depuis le début, notre objectif est d'arriver à un cadre équilibré et raisonnable. Il y a, sur la table, des pistes pour y arriver et elles sont larges", a-t-elle ajouté.

 

Madame Milquet affiche un optimisme mesuré. "Il y a la possibilité d'être optimiste. Tout dépend maintenant de l'attitude de tout un chacun", a-t-elle expliqué.

 

Côté flamand, on tempère l’optimisme francophone

La réunion au CD&V s'est terminée en fin d'après-midi. On se refusait à tout commentaire chez les sociaux-chrétiens flamands. Le porte-parole de l'explorateur Herman Van Rompuy, quant à lui, confirmait qu'il y aurait une réunion avec les quatre présidents ce jeudi soir.

 

Si du côté francophone on se montrait relativement optimiste, du côté flamand on modérait celui-ci en fin d'après-midi. Lorsque les francophones se montrent optimistes, "ils oublient la flamme rouge" (qui marque le dernier kilomètre dans les courses cyclistes), commentait un proche de la négociation.

 

L'explorateur a déjà réuni deux fois -mardi et mercredi- les quatre présidents Didier Reynders (MR), Jo Vandeurzen (CD&V/N-VA), Bart Somers (Open Vld) et Joëlle Milquet (cdH). Ils se retrouveront une nouvelle fois jeudi soir.

 

Les discussions portent toujours sur la procédure en matière de réforme de l'Etat.

18:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2007

"En cas de scission, Bruxelles serait la capitale des francophones"

CerexheEn cas de scission du pays, Bruxelles devra être la capitale de l'espace francophone commun qui pourrait être créé, a affirmé en substance, mercredi soir, le ministre bruxellois Benoît Cerexhe, à l'occasion d'un discours prononcé dans le cadre de la Fête de la Communauté française.

"Si d'aventure, notre pays devait connaître des évolutions que je ne souhaite pas, et si, par ailleurs, nous sommes amenés à créer un espace francophone commun, il est évident que Bruxelles devra en être la capitale, administrative, culturelle et de coeur", a-t-il souligné.

Benoît Cerexhe s'est exprimé ainsi en tant que ministre-président du collège de la Commission Communautaire Française de Bruxelles, à l'occasion d'une séance académique organisée par les députés bruxellois francophones.

Y assistaient plusieurs ministres du gouvernement bruxellois, notamment le ministre sp.a Pascal Smet, et de nombreux députés bruxellois, parmi lesquels quelques néerlandophones.

20:41 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/09/2007

Fini les pièces de un et deux centimes en 2008 !

Monnaie

Le ministre des Finances, Didier Reynders, l'a annoncé au micro de RTL-TVI ce mardi : la Belgique ne frappera plus de pièces de un et deux centimes à partir de 2008. Il n'est donc pas opposé à l'idée de la suppression des pièces de un et deux centimes d'euro. Même s'il a reconnu qu'il faudra trouver une solution au niveau européen, le ministre a expliqué avoir déjà "bloqué l'idée d'en fabriquer de nouvelles en 2008".

 

"Je souhaite que l'on réfléchisse d'abord à la façon de faire revenir les pièces, de demander aux particuliers de les ramener, peut-être à travers des ONG ou des opérations à mener avec les médias", a déclaré Didier Reynders. "Et au-delà, à supprimer ces pièces en trouvant un accord avec les commerçants".

 

Pour les paiements en liquide, les prix seraient alors arrondis aux 5 centimes les plus proches. Mais le prix d'origine serait toujours de mise pour les paiements bancaires.

 

Une concertation sur la suppression des pièces d'un et deux centimes avaient déjà été menée en 2005, mais elle n'avait pas permis de dégager une solution.

 

Les commerçants en ont marre des piécettes 

Quelque 84% des commerçants affiliés au Syndicat neutre des indépendants (SNI) estiment que les pièces de 1 et 2 centimes ne doivent plus être utilisées. Ils souhaitent que la somme totale à payer à la caisse soit arrondie aux cinq centimes les plus proches, rapporte ce mardi les journaux du groupe Sud Presse.

 

Les commerçants souhaitent que les paiements électroniques continuent à s'effectuer au centime près.

 

Pour ceux-ci, les piécettes sont difficiles à différencier. Ils reprochent aux banques des frais pour les échanger.

 

En août, le ministre des Finances avait commandé 90 millions de pièces d'un et deux centimes pour faire face à la pénurie de ces menues monnaies.

21:12 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/09/2007

La crise décrédibilise la politique

marleenLes difficultés qui entourent les négociations pour la formation d'un gouvernement fédéral entament la crédibilité de la politique, a souligné ce lundi la présidente du parlement flamand, Marleen Vanderpoorten (Open Vld), dans l'allocution qu'elle a prononcée à l'occasion de la rentrée parlementaire.

Impuissance des élus
"Si nous voulons vraiment rapprocher la politique des gens, je crains que nous n'y soyons pas parvenus ces derniers mois. Les gens risquent de prendre la politique de moins en moins au sérieux et ils sont exaspérés par l'impuissance des élus, qui n'arrivent pas à s'élever au-dessus des slogans de campagne", a-t-elle dit.

Mettre de l'eau dans son vin
Madame Vanderpoorten a laissé entendre que les partis assis autour de la table des négociations devaient d'urgence mettre de l'eau dans leur vin. "Les gouvernements belges ont toujours été des gouvernements de coalition ces cinquante dernières années. Si personne ne cherche de rapprochement, il n'y aura jamais de gouvernement fédéral", a-t-elle ajouté.

50-50
Selon elle, la situation, actuellement sans issue, doit être mise à profit pour mettre en oeuvre une réforme de l'Etat qui ne doit pas seulement démêler l'écheveau communautaire mais garantir aussi plus de clarté. Tout le monde, y compris les francophones, doit gagner quelque chose dans cette réforme de l'Etat, estime-t-elle.

 

Un peu de sagesse, cela fait du bien !

22:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/09/2007

La qualité de l'air meilleure que samedi

vélo2

La qualité de l'air est meilleure en ce jour de journée sans voiture à Bruxelles que samedi, selon les derniers chiffres publiés par la Cellule Interrégionale de l'Environnement (CELINE-IRCEL). La qualité de l'air est par contre identique à celle de samedi dans la ville d'Anvers, l'autre grande ville belge à participer à la journée sans voiture.

Selon les données mises à jour à 17H00, soit deux heures avant la levée de l'interdiction de circuler en voiture, l'air à Bruxelles est "assez bon" et présente un indice 4 sur une échelle allant de 1 à 10. L'indice 1 correspond à une qualité excellente et l'indice 10 à une qualité exécrable. L'indice de la journée de samedi était à Bruxelles de 5, à savoir de qualité "moyenne". A Anvers, l'indice est actuellement de 4 et est identique à celui de samedi.

A titre de comparaison, les villes de Liège et Charleroi présentent jusqu'à présent pour la journée de dimanche un indice de 5. Il faut également noter que l'indice de pollution des deux dernières semaines à Bruxelles pour le dimanche était de 4. A Anvers, il était de 4 dimanche dernier et de 3 le dimanche précédent.

19:26 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/09/2007

Quatrième édition 'J'achète à vélo' à Bruxelles

véloLa quatrième édition "J'achète à vélo" a lieu à Bruxelles depuis samedi jusqu'au 8 novembre prochain par le GRACQ et le Fietserbond Brussel, ont annoncé samedi les organisateurs au cours d'un point presse. La Région bruxelloise intervient dans le financement de cette opération pour un montant de 75.000 euros. Plus de 1.200 commerçants, répartis sur dix communes bruxelloises, participent à l'édition 2007. Le nombre de communes participantes est en augmentation constante.

A l'occasion de la première édition, seule la commune d'Evere organisait l'opération. Elle a été ensuite rejointe par Schaerbeek et Saint-Gilles puis quatre autres communes encore en 2006. L'an dernier, quelque 7.000 achats ont été effectués à vélo dans le cadre de cette opération. Les organisateurs espèrent dépasser le cap des 10.000 achats cette année. Les clients peuvent être récompensés de leurs achats par des cadeaux à l'occasion d'une loterie.

21:23 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2007

Bruxelles sans voiture de 9 à 19h ce dimanche

sansvoitureLa circulation automobile sera interdite dans les 19 communes de la Région bruxelloise ce dimanche, entre 9 et 19 heures, à l'occasion de la Journée sans voiture, a rappelé ce vendredi la police fédérale des autoroutes. Le trafic pourrait être déjà perturbé dimanche avant 9 heures ou encore après 19 heures en raison de la mise en place des fermetures et réouvertures des routes, a précisé la police fédérale.

La circulation automobile restera toutefois possible toute la journée de dimanche sur l'ensemble du Ring de Bruxelles. En revanche, les autoroutes qui permettent d'entrer dans la capitale seront fermées à hauteur du Ring. Ainsi, les accès à Bruxelles via le complexe Reyers ou l'échangeur de Grand-Bigard seront fermés. Les sorties du Ring resteront quant à elles praticables. L'accès à différents parkings de dissuasion sera fléché à partir du Ring.

Les personnes munies d'un laissez-passer leur permettant de circuler sur le territoire des 19 communes de Bruxelles doivent respecter scrupuleusement le code de la route ainsi qu'une limitation de vitesse particulière à 30km/h.

21:41 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/09/2007

"Un GSM n'est pas un jouet"

gsmLes autorités flamandes vont distribuer 700.000 folders aux parents de jeunes enfants pour mettre en garde sur les possibles conséquences dommageables de l'utilisation du GSM par les enfants.

"Que les choses soient claires", dit Gerrit Tilborghs de la Vlaamse Agentschap Zorg en Gezondheid (agence flamande de prévention et de santé), "il n'existe à ce jour aucune étude qui prouve que l'usage du GSM est dommageable pour la santé. Nous ne voulons dès lors pas semer la panique. Mais le fait qu'il n'y ait pas de preuve ne signifie pas non plus qu'il n'y a aucun risque. Nous ne savons tout simplement pas encore et c'est pourquoi nous estimons qu'il est nécessaire d'informer les parents d'une manière neutre". "Ainsi, ils pourront tirer leurs propres conclusions", ajoute-il. En Flandre, trois jeunes de moins de 16 ans sur quatre possèdent un GSM qu'ils utilisent régulièrement.

16:40 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2007

"Papa, attache-moi ou je le dis à maman"

CeintureLe ministre de la Mobilité, Renaat Landuyt, a donné le coup d'envoi, mercredi, d'une nouvelle campagne incitant au port de la ceinture de sécurité, sur le thème "Papa, attache-moi ou je le dis à maman" (ou l'inverse).

Selon le ministre et l'Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR), la ceinture est un moyen simple et pas cher de limiter les conséquences d'un accident, et sans doute l'invention qui a permis de sauver le plus de vies humaines au niveau du trafic.

Mais, même s'ils sont actuellement conscients de la nécessité de porter la ceinture, trop de gens oublient encore de s'attacher en voiture, ont commenté les responsables de la campagne.

S'attacher avant de démarrer doit devenir un réflexe. Tel est l'objectif de la campagne. Organisée en collaboration avec P&V Assurances, la nouvelle campagne se déroulera du 24 septembre au 21 octobre.

17:14 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/09/2007

Un millier d'enfants victimes de la route

VictimesUn millier de mineurs d'âge ont été blessés et 82 autres ont été tués sur les routes en Belgique, selon les derniers chiffres, valables pour l'année 2002, fournis par l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR). Plus de la moitié des jeunes victimes d'un accident de la route ont été blessés ou ont perdu la vie alors qu'ils étaient passagers de voitures.

En outre, parmi les accidents de la route impliquant des mineurs, un tiers se sont déroulés sur le chemin de l'école. L'Etat fédéral et les Régions ont pourtant investi pour aménager des zones 30 km/h aux abords des écoles et ainsi réduire les risques d'accident. Quant à l'IBSR, il a édité à l'occasion de la rentrée scolaire une brochure explicative sur les zones 30 reprenant des conseils aux automobilistes.

Chaque année, la route tue plus de 1.000 personnes en Belgique.

22:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2007

"Un déficit de 91 et non 170 personnes à la police de Bruxelles-Ouest"

police6Le déficit en personnel de la zone de Bruxelles-Ouest est de 91 personnes, affirme lundi le porte-parole de la zone, en réaction au chiffre de 170 cité par les syndicats qui ont déposé un préavis de grève.

"Comme toutes les zones de police bruxelloise, nous sommes face à un manque de personnel", souligne Johan Berckmans, porte-parole de la zone Ouest. "C'est surtout trouver un personnel bilingue qui pose problème", ajoute-t-il.

Le chiffre de 91 personnes recouvre aussi bien les policiers que le personnel administratif, dit M. Berckmans. Il estime que des efforts ont été faits pour combler le déficit en personnel.

"Récemment, un budget a été approuvé pour 29 engagements. Dans le futur, nous allons motiver des auxiliaires de police pour qu'ils deviennent, après deux ans, inspecteurs. Dans les deux ans, cela permettra de fournir dix inspecteurs de police", dit M. Berckmans. Interrogé sur l'audit du comité P, M. Berckmans indique qu'il sera remis rapidement aux syndicats.

22:04 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/09/2007

Cinq bureaux de Poste à la trappe

Timbres

La région bruxelloise était encore épargnée par la fermeture des bureaux de poste. C'est terminé. La Poste annonce les premières fermetures pour la semaine du 24 septembre prochain, soit dans dix jours. Cinq bureaux sont concernés par cette première vague de fermetures - à chaque fois remplacées par l'ouverture de points Poste dans les environs.

 

La Poste de la place Colignon, à Schaerbeek, fermera définitivement ses portes le 24 septembre prochain. Un point Poste au GB Brusilia et un bureau de Poste rue Royale Sainte-Marie, à moins de 300 mètres de l'Hôtel de ville, devraient faire l'affaire, selon La Poste.

 

Deux bureaux de Poste fermeront leurs portes à Bruxelles dans dix jours. Le bureau Neder Albert, à Neder-over-Heembeek et le bureau Houba, à Laeken. Pour Neder, un point Poste a été ouvert en avril dernier au Delhaize de la rue de Heembeek, juste derrière l'avenue des Croix de Guerre.

 

Le bureau de Poste Basilix, à Berchem-Sainte-Agathe est lui aussi condamné. Un point Poste existe depuis quelques mois au Carrefour.

 

C'est peut-être le plus célèbre de l'année avec celui de Schaerbeek tant il a suscité de commentaires, le bureau de Poste Cours-Saint-Michel, à Etterbeek fermera bien ses portes le 24 septembre prochain.

 

Difficile de dire quelles sont les prochaines victimes, La Poste évaluant la situation au fur et à mesure. Au niveau national, elle prévoit néanmoins de fermer un bureau sur deux. "On analyse l'impact des fermetures en regardant vers quels bureaux ou points Poste se dirigent les gens", précise-t-on à La Poste. "On ne gère pas en fonction de la commune mais de l'ensemble du territoire régional."

 

À l'origine, la fermeture de ces bureaux de Poste était programmée pour le mois d'avril dernier. "On a préféré postposer ces fermetures afin que les gens prennent le temps d'acquérir de nouveaux réflexes en allant vers les points Poste."

 

Il faut savoir que des points Poste ont à chaque fois, ou presque, précédé de quelques mois la fermeture d'un bureau de Poste. La Poste s'est par ailleurs engagée à garder un bureau minimum par commune et au moins 1.300 points Poste dans tout le pays. Elle ne dit pas combien la région bruxelloise en récupérera.

 

Extrait du Journal LA DERNIERE HEURE-LES SPORTS du 14/09/2007

21:55 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2007

Les Belges se marient moins et plus tard

Mariage3

On se marie moins qu'avant en Belgique. Alors que 54.112 mariages avaient encore été célébrés en 1993, on n'en comptait plus que 41.777 en 2003. Les gens se marient en outre plus tard qu'avant, selon les statistiques publiées par le Service Public Fédéral Economie.

En dix ans, le nombre de mariages entre deux personnes qui n'ont jamais convolé précédemment est passé de 39.493 à 26.558. Ces mariages restent tout de même les plus fréquents. Ils représentent 63,5% de toutes les noces. Le nombre de mariages entre deux personnes divorcées ou entre une personne divorcée et une qui ne s'est jamais mariée est par contre en augmentation. Le nombre d'unions entre deux personnes divorcées est ainsi passé de 5.596 à 5.937, soit 14,21% des mariages.

En 1993, 3.644 mariages ont en outre été célébrés entre des hommes non mariés auparavant et des femmes divorcées, contre 3.880 (9,29% de toutes les noces) en 2003. Le nombre d'hommes divorcés et de femmes non mariées qui se sont passés la bague au doigt a lui augmenté de 3.976 à 4.119 (9,86%).

Les chiffres publiés montrent également que les Belges attendent de plus en plus longtemps avant de dire "oui". L'âge moyen auquel les hommes se marient s'élevait à 30 ans en 1993 et 34 ans et deux mois en 2003. Pour les femmes, il est passé de 27 ans et 10 mois à 31 ans et trois mois.

20:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/09/2007

La nouvelle connerie d’Arena

Rentrée2

La date était attendue avec une certaine impatience. Le suspense a été levé ce vendredi par le gouvernement de la Communauté française. Pour la prochaine rentrée, le début des inscriptions en 1ère année du cycle secondaire est fixé au 30 novembre prochain. Objectif de cette mesure : « Garantir le libre choix de l’école à tous et ne pas le laisser seulement à quelques-uns », indique Marie Arena (PS), ministre-présidente chargée de l’Enseignement obligatoire.

 

Très concrètement, les écoles ne pourront inscrire les nouveaux élèves qu’à partir du 30/11, exception faite pour les frères et sœurs d’élèves déjà inscrits dans le secondaire qui bénéficient d’une priorité de dix jours. Lors de l’inscription, l’école délivrera aux parents un numéro d’ordre. Le premier arrivé sera donc le premier servi. Une fois les capacités de l’établissement remplies, les demandes seront placées sur une liste d’attente. Les places libérées ensuite seront pourvues dans l’ordre de la liste d’attente. « Chaque parent pourra consulter le registre des inscriptions et la liste d’attente. Et en cas de doute pourra s’adresser à l’administration pour se plaindre », poursuit Arena. Selon la Communauté française, vingt écoles sur 600 – essentiellement à Bruxelles et dans le Brabant wallon – se disent confrontées à un nombre de demandes supérieur aux places disponibles.

 

Rappelons que seul le Certificat d’études de base (CEB) peut-être demandé lors de l’inscription d’un jeune. Aucune exigence complémentaire (taux de réussite, aptitude dans telle ou telle branche…) ne pourra être opposée aux parents.

 

La fin des passe-droits, des pistons, de la sélection occulte pratiquée par certains grands bahuts élitistes ? « J’ai tendance à faire confiance aux écoles et au contrôle social exercé par les parents », dit Arena. Le non-respect des dispositions légales sera en tout cas sanctionné par le retrait des subventions.

 

Notons enfin que les élèves actuellement en 5e et 6e dans une école primaire d’un établissement disposant également d’une section secondaire bénéficieront encore de la priorité pour les deux rentrées scolaires à venir.

 

Et si on s’attaquait plutôt au refinancement de la Communauté française ?

19:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/09/2007

Herman Van Rompuy a vu Reynders et Milquet ce jeudi matin

BHV

Herman Van Rompuy a rencontré jeudi matin la présidente du cdH, Joëlle Milquet, et le président du MR, Didier Reynders, dans le cadre de sa mission d'exploration. M. Van Rompuy avait rencontré les présidents des partis flamands mercredi.

Aucun progrès n'était constaté jeudi dans le dossier BHV sur lequel l'explorateur travaille en priorité. La réunion de jeudi était la dernière de la semaine et les contacts ne risquent plus d'être nombreux avant lundi. Didier Reynders s'envole ce jeudi pour Porto où il participe durant deux jours à une réunion des ministres des Finances européens. Samedi ont lieu les Fêtes de Wallonie et dimanche le Grand Prix de Francorchamps.

L'agenda footballistique allant souvent de pair avec l'agenda politique ces dernières semaines, il faut encore noter que le Standard joue à Gand dimanche soir. Au nord du pays, on indiquait mercredi que l'agenda francophone allait rendre difficile la poursuite des discussions dans les prochains jours. La présidente du cdH, Joëlle Milquet, est, elle, disponible dimanche. Vendredi soir, elle sera à Paris pour participer au talk-show On n'est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2.

16:50 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/09/2007

BHV, un dossier toujours dans l'impasse pour l'explorateur

Van Rompuy3L'explorateur royal Herman Van Rompuy s'est entretenu ce mercredi avec les présidents du CD&V, de la N-VA et de l'Open Vld. A l'ordre du jour figurait toujours le dossier "Bruxelles-Hal-Vilvorde". Selon les sources contactées mercredi, aucun progrès n'a été engrangé.

 

Herman Van Rompuy organise depuis mardi des discussions par groupe linguistique. L'explorateur a vu mardi matin les partis néerlandophones de l'orange bleue puis dans l'après-midi, les francophones. Au menu: les exigences flamandes de scinder l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

 

Mercredi matin, Herman Van Rompuy a revu les partis flamands avant une nouvelle discussion avec les francophones jeudi matin. Mais selon plusieurs sources contactées mercredi, il n'y a toujours aucune avancée à ce stade et il ne se passera plus grand chose dans les prochains jours.

 

Il ne se passera probablement plus rien

Une source a indiqué que les francophones n'avaient pas renouvelé mardi leur exigence d'extension de la Région bruxelloise en cas de scission de l'arrondissement BHV. Du côté flamand, certains se demandaient s'il s'agissait-là d'un point de vue définitif.

 

Après la réunion de jeudi matin avec les francophones, il ne se passera probablement plus rien. Jeudi en fin d'après-midi, Didier Reynders s'envole pour Porto où a lieu une réunion des ministres des Finances européens.

 

Samedi, place aux festivités wallonnes à Namur. Dimanche enfin, a lieu le Grand Prix de Formule 1 de Francorchamps. C'est aussi la reprise du championnat de football en division 1. Dimanche soir, le Standard joue à Gand.

 

Finalement, c'est la sortie médiatique d'Yves Leterme ce mercredi qui a suscité le plus de commentaires, bon nombre d'interlocuteurs s'interrogeant sur les motivations du candidat premier ministre.

23:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2007

L'écueil BHV au centre des discussions de l'orange bleue

Van Rompuy2L'explorateur Herman Van Rompuy a vu ensemble ce mardi les partis flamands de l'orange bleue, puis les francophones pour tenter de surmonter l'écueil "Bruxelles-Hal-Vilvorde" qui recueille toute l'attention de l'explorateur à ce stade de sa mission.

 

Selon plusieurs sources, il n'y aurait pas d'avancée, Flamands et francophones restant sur leurs positions.

 

Un 'signal positif'

Certains se montraient même "très pessimistes", ne voyant pas très bien quel était encore le sens de poursuivre la discussion dans ce cadre. Pourtant, la discrétion restait de mise mardi et il se disait que l'explorateur pourrait continuer sa mission "au moins jusqu'à la fin de la semaine prochaine", ce qui était plutôt analysé dans les milieux les plus optimistes comme un signal "positif".

 

Le fait aussi que l'explorateur ait évolué vers des contacts multilatéraux par groupe linguistique, une première depuis que Leterme a rendu son tablier à la mi-août, était également perçu dans les mêmes milieux comme un signal notable.

 

La prudence est de mise

Au sein de chaque parti concerné, on restait prudent, dans le souci de ne pas faire échouer la difficile mission de l'explorateur. "Les contacts sont fort intenses pour le moment", indiquait-on notamment mardi.

 

Herman Van Rompuy poursuivra cette semaine ses contacts à propos de BHV. L'explorateur voit les partis flamands de l'orange bleue mercredi et les partis francophones jeudi. Didier Reynders doit lui se rendre jeudi à 18 heures à une réunion des ministres européens des Finances.

22:53 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/09/2007

"L'avenir des démocraties appartient au fédéralisme"

Milquet 2

La présidente du cdH, Joëlle Milquet, qualifie la Belgique de "laboratoire" dans un entretien accordé lundi au quotidien français Libération, et estime que "l'avenir des démocraties appartient au fédéralisme". "L'avenir des démocraties appartient au fédéralisme, car ce modèle permet de rassembler des personnes de langues, de cultures, de traditions différentes derrière un projet commun. La Belgique est, de ce point de vue, un laboratoire", analyse Joëlle Milquet.

"Si, à dix millions de personnes, dans un pays développé, on ne parvient pas à bâtir un projet collectif, cela signerait la faillite de ce qu'on essaye de construire au niveau européen et même international", estime la présidente du cdH. Elle affirme toutefois croire en l'avenir de la Belgique "si l'on a un minimum de sens de l'intérêt général, ce qui est le cas des francophones et, je crois, d'une bonne partie des néerlandophones".

Celle qu'on surnomme "Madame Non" au nord du pays est consciente "qu'à terme, une scission de la Flandre est possible", tout en considérant que ce scénario appartient à la fiction. Elle reste toutefois ferme sur ses positions: "Si la Flandre devait décider de prendre son indépendance, elle la prendrait toute seule et sans Bruxelles, que ce soit bien clair". Joëlle Milquet s'adresse enfin au cartel CD&V/NV-A et affirme que "ce pays compte encore 40% de francophones qui ne sont pas des paillassons".

17:52 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2007

Les codes postaux voués à disparaître ?

laposte2Se pourrait-il qu’un jour, le code postal soit complètement banni de nos enveloppes? Ce scénario aux relents de science-fiction pourrait devenir réalité à long terme.

 

“ Il y a 5 ans, le code postal constituait encore la donnée centrale fournissant l’identification de la destination ”, raconte Emmanuel Foulon.

 

Une donnée parmi d’autres

Mais certaines lettres étaient extraites du tri par lecture optique, à cause d’un code postal inadéquat: “ Soit parce que ce code n’était pas mentionné, soit parce qu’il était erroné ou tout simplement souligné. Une vieille manie dont certaines personnes n’arrivent pas à se débarrasser mais qui perturbait la machine! ”

Toutefois, La Poste s’est dotée d’un nouveau matériel, capable de trier 30.000 lettres à la minute.

“ Pendant 60 ans, le code postal est demeuré une donnée primordiale. Aujourd’hui c’est un renseignement parmi d’autres, presque secondaire, puisque la machine est également capable de lire l’adresse, le nom de la commune et celui du destinataire ”.

 

Un Lien affectif

“ D’ailleurs le code postal est une donnée qui nous a “ échappé ” et qui est entrée dans le domaine public ”, poursuit Emmanuel Foulon. “ Quand vous dites “ 1000 ”, les gens pensent immédiatement à Bruxelles avant de songer à la poste. Regardez le magazine “ zone 02 ”, qui fait directement référence au préfixe bruxellois. De même il existe des journaux communaux mettant en exergue le code postal. ”

 

Ainsi, Woluwe-Saint-Lambert affiche fièrement son “ 1200 ” dans l’adresse de son site Internet.

 

“ Les gens sont réellement attachés à leur code postal. Pour cette raison, et parce que le système dont nous nous servons pour l’instant nous satisfait amplement, nous n’envisageons pas de les supprimer à court terme. Mais à long terme il est probable que nous nous orientons vers un système plus personnalisé. Où chaque boîte aux lettres correspondrait, par exemple, à un numéro d’identification unique et personnalisé. Mais ce n’est pas pour demain! Nos enfants, voire nos petits-enfants, pourraient connaître ce changement. Nous parlons donc d’un avenir éloigné.”

 

Le code n’est plus qu’une donnée d’identification parmi d’autres.

22:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/09/2007

Bruxelles sans voitures (ou presque) le 23/09

sans voiture

On ne change pas (ou que peu) une formule gagnante. Le canevas de l’événement reste donc le même.

 

Sauf demande de dérogation à introduire d’ici le 19 septembre pour les autres, seuls les véhicules des transports en commun, les taxis, les autobus, les services d’urgence, et les véhicules conduits par des personnes handicapées pourront y circuler à une vitesse maximale de 30km/h.

 

La Stib renforcera son offre de transport sur plusieurs lignes de métro, trams et bus.

Les visiteurs arrivant de l’extérieur pourront ranger leurs véhicules sur les parkings de dissuasion pour la plupart accessibles gratuitement, à l’exception du plus vaste d’entre eux : le parking C du Heysel.

 

Cet événement co-organisé par la Région et les 19 communes bruxelloises clôturera une semaine de la mobilité quant à elle un peu plus longue que d’habitude.

 

Cogérée en grande partie par Inter-Environnement et son pendant flamand le Bral, celle-ci commencera le 15 septembre par une série de mini-concerts dans les principales stations de métro du sous-sol bruxellois, et par « une nuit des transports en commun » à la gare Centrale.

 

Le 16 septembre, la société Cambio réunira tous ses abonnés et ceux que le système des voitures partagées intéresse. Les communes de Berchem-Sainte-Agathe, de Ganshoren et de Koekelberg en profiteront pour inaugurer deux nouvelles stations de care sharing.

 

Dans le cadre du dimanche sans voiture, le pôle de Bruxelles champêtre, où il sera possible de profiter de dégustations campagnardes sera déplacé de la place Poelaert, en chantier, à la Place Royale.

 

Il y aura un lâcher de ballons, symboles de pureté de l’air, au Mont des Arts. Autre particularité : des équipes de Touring secours, plus habituées à secourir les automobilistes, parcourront la Petite Ceinture et le Pentagone pour intervenir en cas de panne de vélo.

 

Un stand de réparations sera installé à l’angle de la rue de la loi et de l’avenue des Arts, non loin de leurs bureaux.

 

Des vélos pourront être loués et d’autres, réparés, au pôle vélo de la gare du Nord. Les initiatives locales sont toujours plus nombreuses grâce aux associations qui sont à présent une centaine à avoir rallié l’événement et la semaine de la mobilité.

 

Au menu : des randonnées cyclistes, des balades à pied ou en calèche, des croisières en bateau sur le canal, des expositions, des promenades à la découverte des quartiers et de la musique.

 

Présentant le programme de la semaine de la mobilité, le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet a indiqué qu’il souhaitait toujours organiser d’autres dimanches sans voiture durant l’année, mais à une échelle plus réduite.

 

D’après lui, la Ville de Bruxelles était sur le point d’accepter de libérer le centre de Bruxelles des voitures un dimanche en juin et un autre en août derniers. Mais elle y a renoncé au dernier moment pour des raisons d’insuffisance d’effectifs policiers. Selon Pascal Smet, le projet sera remis sur la table en octobre prochain.

23:09 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2007

1,8% des Belges ne connaissent pas la brosse à dents

brosse

Une étude réalisée auprès de 500 Belges sur leurs habitudes concernant l'hygiène buccale révèle que 2,4% des Belges se brossent les dents en voiture et que nous ne consacrons en moyenne que 47 secondes à cet activité. Il est par ailleurs également intéressant de noter que 1,8 % des personnes interrogées ne se brosseraient jamais les dents. L'étude en question a été commandée à une société spécialisée dans les études de marché par la marque de produits d'hygiène dentaire Oral-B.

6 minutes
Les Belges se brossent les dents deux fois par jour, la durée moyenne du brossage dure cependant à peine 47 secondes. Les résultats montrent que si la grande majorité des Belges (72,6%) se brosse encore les dents de façon manuelle, le nombre d'utilisateurs de brosses à dents électriques augmente progressivement. Pour éliminer au maximum la plaque dentaire, il est nécessaire d'effectuer un brossage de 2 minutes avec une brosse à dents électrique ou de 6 minutes avec une brosse à dents manuelle, souligne la marque. A peine 24% d'entre eux le feraient correctement, selon cette enquête.

Endroits variés
La plupart des Belges se brossent les dents dans la salle de bains (75,8%). Certains Belges indiquent se brosser régulièrement les dents dans la nature (11,2%). Les autres endroits plutôt inhabituels pour cette activité cités par les personnes interrogées sont sur le lieu de travail (6,1%), dans les WC publics (4,5%), les parkings (3%), la voiture (2,4%), aux toilettes (2,4%), au lit (1%) et dans l'avion (1%).

Julie Taton et Kim Clijsters
Enfin, si pour la majorité des Wallons interrogés, c'est Julie Taton qui a le plus beau sourire (devant Marie Gillain ou Jean-Claude Van Damme), c'est Kim Clijsters qui est la personne la plus plébiscitée en Flandre et pour l'ensemble de la Belgique.

18:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/09/2007

Joëlle Milquet, grande gagnante de la crise

Milquet10

A l'issue d'un questionnaire pour évaluer les compétences des trois leaders de l'Orange bleue auquel ont répondu 3.500 lecteurs de Vers l'Avenir, Joëlle Milquet sort grande gagnante de l'actuelle crise autour de la formation d'un gouvernement. Elle gagne des galons en popularité et en confiance, peut-on lire jeudi dans les journaux du groupe.

Par rapport à une enquête similaire menée fin mai, à la veille des élections, la cote de Didier Reynders reste stable. Par contre, l'image d'Yves Leterme s'est encore dégradée, indique Vers L'Avenir qui précise qu'il perd en audace, en sens politique et en esprit de décision. Si en mai, la présidente du cdH avait obtenu un score global de 6, contre 6,1 pour le président du MR, elle affiche aujourd'hui un résultat de 7,1, contre 6,8 pour Didier Reynders. Yves Leterme, qui avait atteint 5,8 en mai, se situe aujourd'hui à un score de 5.

Joëlle Milquet obtient le meilleur résultat des trois personnalités en ce qui concerne l'audace, l'esprit de décision, le fait de transmettre une vision, d'inspirer confiance et de rechercher un consensus. Didier Reynders obtient le meilleur score des trois pour ce qui est de la résistance au stress et de ses capacités de diriger.

17:24 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2007

Disparition inquiétante à Zellik

Guylain

On est sans nouvelle de Guylain Nura Bofale depuis deux jours. La fillette, d'origine congolaise âgée de 10 ans a été aperçue la dernière fois lundi vers 16h00 aux abords du domicile de ses parents à Zellik. Cette disparition est jugée inquiétante. Un avis de recherche a été lancé par la police fédérale et Child Focus.

 

Guylain Nura Bofale mesure 1m55 et est de corpulence forte. Ses cheveux, raides, tombent sur les épaules. Le parquet de Bruxelles demande aux personnes qui auraient vu Guylain ou qui connaissent l'endroit où elle se trouve de prendre contact avec les enquêteurs via le numéro de téléphone gratuit 0800/91.119 ou avec Child Focus via le numéro 110. Les témoignages peuvent aussi parvenir à la police fédérale via l'adresse avisderecherche@police.be.

 

Zellik, c’est juste à côté de Berchem-Sainte-Agathe, soyons donc attentifs et vigilants !

22:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/09/2007

4 automobilistes sur 10 connaissent mal les règles de priorité

PrioritéQuatre automobilistes sur dix auraient bien besoin de rafraîchir leurs connaissances en matière de règles de priorité, selon un test du club VAB et de l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR).

La moitié des automobilistes interrogés ignorent les règles de priorité en faveur des cyclistes. Le VAB et l'IBSR lancent ce mardi un test et un module d'apprentissage sur la priorité. Parmi les règles ayant obtenu le plus mauvais score: la priorité de droite face à un cycliste circulant sur une piste cyclable, la priorité de droite face à un cycliste circulant sur une piste supposée pour cyclistes (sans signaux), la priorité du cycliste sur une piste cyclable, la priorité du cycliste sur un passage pour cyclistes et la priorité du tram sur le piéton.

Soumis à un groupe pilote de 100 automobilistes, le test s'est effectué sous forme de 25 questions à choix multiple sur les principales règles de priorité associées à des situations de circulation spécifiques illustrées par une photo. Le test a une structure conforme à celle de l'examen théorique pour l'obtention du permis de conduire: 15 secondes par question. "Si nous jugeons le groupe pilote selon les mêmes critères que l'examen théorique officiel, six automobilistes sur dix seulement auraient réussi. En effet, quatre automobilistes sur dix ont commis cinq erreurs ou plus", selon l'IBSR et le VAB.

Le test est à présent accessible au grand public. L'objectif est de permettre aux participants d'améliorer leurs connaissances en matière de règles de priorité, des règles qui ont subi quelques modifications au cours des dernières années. Les automobilistes reconnaissent leur méconnaissance des règles de priorité en invoquant la multiplicité des modifications ces dernières années. Ils font référence aux règles de priorité sur les ronds-points, celles en faveur du cycliste et plus récemment la modification des règles de priorité de droite. En outre, ils invoquent le fait que depuis l'obtention de leur permis de conduire, leurs connaissances n'ont jamais été remises à jour. Le manque d'information autour de ces modifications est également mis en avant. Des efforts doivent donc encore être faits dans ce sens, d'après l'IBSR et le VAB.

Le but du test est de mesurer la connaissance des automobilistes en la matière afin de développer une campagne informative adéquate. Et sur base d'une analyse des résultats, le VAB fera un rapport aux pouvoirs publics. Le test peut être effectué sur Internet à l'adresse
http://www.vab.be/testsurlapriorité

18:32 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/09/2007

De nombreux ados ont déjà vécu une mauvaise expérience sur Internet

AdolescentDeux adolescents sur trois en Belgique ont déjà vécu une expérience négative sur Internet, ressort-il d'une enquête d'Action Innocence, une association luttant contre la pédophilie et les abus sexuels sur la toile, a rapporté lundi la radio-télévision publique flamande VRT.

 

Les adolescents sont souvent confrontés à des images indésirables ou à des contacts déplaisants.

 

Au total, 38% se plaignent d'avoir reçu des images pornographiques ou violentes non désirées. Beaucoup se font aussi approcher sur le plan sexuel.

 

5% des sondés se sont déjà vus demander de se déshabiller devant la webcam.

 

Action Innocence a lancé une campagne pour informer les parents des risques encourus par leurs enfants quand ils surfent sur des sites non sécurisés.

 

Plus de 6.000 enfants âgés de 10 à 13 ans ont été interrogés dans le cadre de cette enquête.

17:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/09/2007

Le cap des 5 millions de voitures est atteint

traficEn date du 1er août 2007, on dénombrait en Belgique 6.362.161 véhicules, dont, pour la première fois, 5.048.723 voitures particulières, selon des chiffres de la division Statistique du Service public fédéral (SPF) Economie. C'est la première fois dans notre pays que le nombre de voitures est aussi important, relève La DH.

On
a enregistré une croissance de 1,5% par rapport à la fin de l'année 2006, où on se trouvait encore sous la barre symbolique des 5 millions, avec 4.929.284 voitures particulières. Depuis 2000, on compte 8% de voitures en plus sur nos routes. Le nombre des camions, camionnettes ou autres tout-terrains et celui des motos sont aussi en hausse, de respectivement 3,1% et 4,2% par rapport à fin 2006. Et de respectivement 27,8% et 34,9% par rapport à 2000
.

23:05 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/09/2007

Larges divergences entre Francophones et Flamands

LionSelon un sondage réalisé auprès de lecteurs des quotidiens économiques francophone L'Echo et flamand De Tijd, 70% des Flamands jugent une réforme de l'Etat "absolument prioritaire", alors que 58% des Francophones estiment qu'elle est inutile ou pas urgente.

La scission du pays est souhaitée par 43% des lecteurs flamands et rejetée par 88% des lecteurs francophones, alors que la constitution d'une majorité dite de l'"Orange bleue" est souhaitée par 72% des lecteurs de chaque rôle linguistique.

Le sondage fait encore apparaître que trois Flamands sur quatre jugent les revendications de leurs négociateurs raisonnables, qu'une majorité de francophones juge qu'une scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde peut être monnayée en échange d'un élargissement de la Région bruxelloise mais que 80% des Flamands rejettent ce compromis. En outre, la fusion Communauté française-Région wallonne est souhaitée par 90% des lecteurs francophones interrogés.

Quant à l'indice de confiance accordé aux négociateurs actuels, il révèle que 77% des lecteurs de L'Echo optent pour... Guy Verhofstadt, 57% pour Didier Reynders et 29% pour Joëlle Milquet. Côté flamand, Yves Leterme obtient 58%, Guy Verhofstadt 40% et Bart De Wever 35%. Le sondage indique encore que lecteurs francophones et flamands rejettent mutuellement dans l'"autre camp" la responsabilité de la crise mais aussi que 6 lecteurs flamands sur dix accepteraient un premier ministre francophone.

23:59 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |