29/01/2007

Hors service durant une semaine...

HospitalisationEn raison d’une petite hospitalisation, ce blog, que vous êtes de plus en plus nombreux à lire chaque jour, ne sera plus actualisé durant quelques jours.

 

Reprise des hostilités : le samedi 3 février 2007

 

Merci de votre compréhension.

 

Marc Vande Weyer

Echevin

08:50 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2007

Vie Féminine ressort ses pinces

vieféminineQuelques semaines avant la journée mondiale des femmes du 8 mars, Vie Féminine ressort ses pinces. De jolies pinces à linge toutes roses pour un prix, à deux facettes : le prix « J’en pince, j’en pince pas ».

Ce prix est né dans le cadre de la campagne contre le sexisme menée par Vie Féminine en 2005-2006.

 

Le sexisme est cette façon de penser encore trop répandue, qui enferme les femmes et les hommes dans des images toutes faites, des stéréotypes, des rôles traditionnels. Des exemples ? La femme est idiote devant un ordinateur. L’homme est un bricoleur capable de dépanner toutes les voitures. La femme est une mère parfaite et a une patience d’ange, …

 

Vie Féminine veut attirer l’attention du grand public sur les inégalités liées au sexisme. A l’occasion de la journée mondiale des femmes, le prix « J’en pince » récompense un projet qui va dans le sens de l’égalité entre hommes et femmes. Il encourage une action qui s’oppose aux rôles que la société attribue traditionnellement à la femme et à l’homme.

 

Au contraire, le prix « J’en pince pas » dénonce une initiative qui renforce les stéréotypes sexistes. Il montre du doigt le projet le plus sexiste de l’année.

 

En 2006, la Maison des sciences à Liège a reçu le prix « J’en pince » pour l’exposition « Femmes, sciences et technologies ». Cette exposition montrait en quoi les femmes ont contribué aux progrès de la science. Elle montrait aussi les difficultés que les femmes rencontrent pour s’imposer dans le monde de la recherche scientifique, un monde généralement réservé aux hommes.

 

C’est le Ministre de l’Emploi et de l’Informatique, Monsieur Peter Vanvelthoven qui a reçu le prix « J’en pince pas » pour la campagne «Pécéphobie ». Cette campagne montrait une femme effrayée à la seule vue d’un ordinateur. En attribuant ce Prix, Vie Féminine voulait attirer l’attention sur la nécessité de mener des campagnes publiques sans stéréotypes.

 

Les candidatures pour le prix 2007 sont ouvertes. Connaissez-vous quelque chose ou quelqu’un qui défend une vision égalitaire entre les femmes et les hommes ?  Ou, quelque chose ou quelqu’un qui au contraire, propose une vision inégalitaire et stéréotypée? Proposez-le pour les Prix « J’en pince, j’en pince pas » de cette année.

 

Les prix peuvent être donnés à un projet, une déclaration, une formation, un site Internet, un article de presse, un documentaire, une exposition, un concert, une pièce de théâtre, un dessin, ou encore un discours politique ou médiatique, une déclaration, … Seules conditions :l’action doit concerner la Wallonie ou Bruxelles. Elle doit avoir déjà eu lieu ou avoir commencé.

 

Les candidatures doivent être envoyées avant le 30 janvier par courrier, fax ou e-mail, à l’adresse suivante :

 

Vie Féminine
"J’en pince, j’en pince pas"
111 rue de la Poste
1030 Bruxelles
Fax : 02 223 04 42
E-mail : secretariat-national@viefeminine.be

Pour obtenir plus d'informations :
Guénaëlle Culot, Coordinatrice nationale
e-mail :coordinatrice-nationale-gc@viefeminine.be
tél : 02 227 13 00.

15:16 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2007

Le tarif électrique de nuit étendu au week-end est peu intéressant

électricité4L'extension au week-end du tarif électrique de nuit n'est pas intéressante financièrement pour le consommateur car les fournisseurs et distributeurs ont relevé leur prix, écrit vendredi la presse en faisant état d'un document qui circule dans les coulisses gouvernementales.

Le courant électrique consommé le week-end est facturé au tarif de nuit depuis le 1er janvier. La plupart des consommateurs disposant d'un compteur bihoraire paient désormais davantage qu'auparavant. Seuls les gros consommateurs (plus de 6.000 kWh par an, la moyenne étant de 3.500 kWh) ou ceux qui transfèrent plus de 40% de leur consommation de la semaine (hors nuit) vers le week-end parviennent à tirer leur épingle du jeu.

La raison en est l'augmentation de ces tarifs pour la nuit et le week-end décidée par les producteurs et distributeurs. Chez Electrabel, la hausse des prix oscille entre 6 et 15%.

18:06 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/01/2007

Berchem attire les jeunes couples

champagne2Difficile de savoir s’ils sont tous venus. En tout cas, les nouveaux Berchemois se sont pressés en masse mardi soir, à la soirée d’accueil.

 

« Vous verrez, ici il faut le vouloir, si vous voulez rester seul » a lancé Joël Riguelle, bourgmestre. Une référence au tissu associatif, très serré à Berchem. D’ailleurs tout le reste de la soirée, les nouveaux ont déambulé entre les 92 stands disponibles. « Nous avons même dû en refuser » signale Johan Leleux, du service communication.

 

Lancée il y a 6 ans, cette initiative a pour but d’informer les habitants de leurs droits et devoirs, mais aussi de présenter les nombreux services à la population. La commune le fait déjà via son journal, le "Berchem News", et son site Internet. C’était donc l’occasion de signaler leur existence aux nouveaux habitants. Pas étonnant, dès lors que l’administration soit représentée en force aux côtés des nombreuses associations. Alors mission accomplie ? « Ce soir, on peut recevoir plein d’informations aussi bien culturelles ou sociales, et je trouve ça très bien », commente Valérie. « Nous, on vient de Laeken. On s’est installé à Berchem au mois de juillet 2006. En fait, le quartier et la maison nous ont plu : il y a un bois derrière chez nous. Et notre petite aime beaucoup la nature. »

 

Depuis l’an dernier, Berchem compte 337 habitants de plus. Cela fait deux ans, que le chiffre de 20.000 Berchemois est atteint. Il s’agit surtout de jeunes couples. « On a eu la chance d’acheter un terrain pas trop loin de chez mes parents, et d’y faire construire notre maison », explique Dominique. « C’est clair qu’il ne reste plus beaucoup d’endroits constructibles et abordables. En plus, c’est une commune verte. »

 

Un seul désagrément ? « Même si c’est une commune qui bouge bien par rapport à Koekelberg, le bruit des voitures est excessif dans certaines rues », souligne Jean-Marie. La réception s’est terminée tard dans la soirée, le verre de l’amitié à la main.

 

Extrait du Journal LA CAPITALE du 26/01/2007

18:01 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/01/2007

Les partis politiques reçoivent 56 millions de subsides

donOnze partis politiques ont reçu, en 2005, 56 millions d'euros de subsides des différents niveaux de pouvoir. Les militants ont payé 3,3 millions d'euros, soit un quinzième du total des subsides, rapporte jeudi L'Echo.

Le PS reçoit la plus grande dotation mais s'autofinance le plus via ses militants: 8% de ses recettes contre 5% au MR et au CD&V et moins de 4% dans les autres partis. Les verts reçoivent peu d'argent de leurs militants. Ecolo s'en sort en mettant ses élus à contribution. Ainsi les élus doivent reverser de 25 à 30% de leurs émoluments au parti.

Les partis de gauche sollicitent leurs élus pour le financement: 15% des moyens au PS, 12 pc chez Groen! et 10,6% au sp.a. Le cdH décroche la palme des dons et legs avec 26.000 euros. Les dotations représentent 95% des recettes du FN et 94% de celles du Vlaams Belang.

18:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/01/2007

Connaissez-vous le Café des Parents ?

Famille2C'est en automne que le "Café des Parents" a ouvert ses portes au Nord de Bruxelles... Une façon de partager chaque semaine ce qui fait la vie quotidienne avec les ados...

Le café des parents, un lieu convivial pour prendre le temps !

Un lieu animé par des professionnels, dans lequel, les parents prennent le temps de s'arrêter, se rencontrer dans un cadre convivial et échanger à propos des milles et un aspects de la vie au quotidien avec des adolescent(e)s.

 

Pour qui ?

Destiné aux parents d'adolescents, « Le Café des Parents » offre un soutien à la parentalité sous ses diverses formes. Les parents, beaux-parents, grands-parents y seront accueillis durant les heures de permanence. Tous ceux qui le souhaitent, peuvent venir discuter autour d'un verre, chercher ensemble des pistes pour avancer dans leur réflexion et sortir des situations compliquées.

Le café des parents, un espace de réflexion autour des questions soulevées par l'adolescence

Des rencontres-débats autour d'une vidéo ou d'un conte, question d'amorcer la discussion, sur divers thèmes relatifs à l'éducation des adolescents.

Le projet est né à partir des réflexions des parents d'adolescents rencontrés par un groupe de professionnels de la relation d'aide de diverses associations (Service de Santé Mentale Le Norois, Planning Familial de Jette, Maisons Médicales Esseghem et Kattebroek, A.M.O. L'Oranger)

 

Pratique

« Le Café des Parents » est accessible chaque lundi de 17 à 21h00 à la salle Fenil du Centre Culturel Le Fourquet Place de l'Eglise, 15 dans la verte commune de Berchem-Ste-Agathe. L'accès est gratuit. Une participation modique aux frais sera demandée, de temps à autre, pour financer certaines activités : conférences-débats, intervenants extérieurs,...

 

Prochains thèmes

- le 29 janvier: “Ados en crise… et nous alors!?”

- le 5 février: “Violence à l’école”

 

Info

Planning Familial - Centre Pluraliste Familial de Jette 02/426.06.27
Service de Santé Mentale « Le Norois » 02/478.82.40
Maison Médicale Esseghem 02/424.25.40
Maison Médicale Kattebroek 02/469.10.17
A.M.O. L'Oranger 02/465.08.60

20:13 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/01/2007

Le prix du gaz en baisse, celui de l'électricité en hausse

gaz2Les tarifs du réseau de distribution de l'électricité augmenteront d'un peu moins de 11% en 2007 à Bruxelles. En Wallonie, ces tarifs baisseront pour quatre intercommunales mais augmenteront pour sept autres, a annoncé vendredi la Commission de régulation de l'Electricité et du Gaz (CREG), l'organe qui contrôle le marché du gaz et électricité. Par ailleurs, les tarifs de distribution du gaz naturel pour 2007 diminueront de 3% pour les ménages dans l'ensemble du pays, a précisé la CREG.

18:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2007

L'Abbé Pierre est mort

PierreL'abbé Pierre, fondateur des compagnons d'Emmaüs, une communauté de soutien aux plus pauvres, et longtemps personnalité préférée des Français, est décédé lundi à l'aube à l'âge de 94 ans dans l'hôpital parisien, a annoncé le président d'Emmaüs France, Martin Hirsch.

"L'abbé Pierre est mort cette nuit à 5H25 au Val de Grâce entouré de quelques proches", a indiqué Martin Hirsch. "L'infection pulmonaire pour laquelle il avait été hospitalisé après une amélioration tout au long de la semaine l'a finalement emporté". L'abbé Pierre, de son nom Henri Grouès, ancien résistant et député, était hospitalisé depuis le 14 janvier. Il avait fondé la première communauté Emmaüs en 1949. En février 1954, il lança un appel resté célèbre sur les ondes de Radio-Luxembourg en faveur des sans-abri. Il fut longtemps la personnalité préférée des Français.

Le président Jacques Chirac s'est dit ce lundi matin "bouleversé d'apprendre le décès de l'abbé Pierre", ajoutant que "c'est toute la France qui est touchée au coeur". "Le président de la République est bouleversé d'apprendre le décès de l'Abbé Pierre, pour lequel il éprouvait un immense respect et une profonde affection", a indiqué l'Elysée dans un communiqué.

L'abbé Pierre, de santé fragile en raison de son grand âge, vivait en banlieur parisienne et faisait des contrôles de santé de plus en plus fréquemment. "Il était prévu que l'abbé Pierre soit hospitalisé pour un bilan de santé" mais son admission le 14 janvier au Val de Grâce avait été anticipée du fait d'"une petite infection", avait alors déclaré Martin Hirsch.

20:49 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/01/2007

Forum CDH sur l'emploi

Milquet3L'emploi est au coeur des revendications flamandes de régionalisation. Pour éviter ce scénario, Joëlle Milquet, présidente du CDH, propose une nouvelle stratégie basée sur un contrat avec les chômeurs. En contrepartie, le CDH propose aussi de garantir un différence d'au moins 20 % entre le salaire et les allocations de chômage pour lutter contre les pièges à l'emploi. "Vous voulez une dynamique plus forte, une activation plus forte… Eh bien nous venons avec la logique d'un contrat que, désormais, le demandeur d'emploi qui s'inscrit au chômage ne soit pas considéré avec un statut à part où il doit attendre, mais qu'on le mette dans un vrai contrat, un vrai statut dans lequel il y a le droit à une formation qualifiante et prioritairement dans les fonctions critiques, droit à un accompagnement individualisé pour rechercher du travail, quand il est à niveau point de vue de la formation, et droit à avoir une allocation", explique Joëlle Milquet.

 

La présidente du CDH surfe sur le "non" aux Flamands. Elle refuse que l'on touche à la Constitution. Elle veut un signal clair des autres partis francophones: "Les Francophones, ensemble, doivent travailler et, ensemble, ils disent ‘on n'est demandeur de rien’. Eh bien pourquoi est-ce qu'ensemble on ne dirait pas ‘on n'a pas besoin d'une réforme de la Constitution’? Laissons la Belgique tranquille, occupons-nous des Belges. On n'a absolument aucun avantage à aller détricoter de nouveaux articles, à constamment mettre cet Etat en mutation sans stabilité minimale et disons alors qu'il faut une simple majorité, que ça ne menacera pas le Gouvernement, puisqu'il est en bout de course, de dire ‘mais écoutez-nous, les Francophones, on n'a pas envie de révisions de la Constitution’."

19:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/01/2007

Joëlle Milquet: "Ne touchons pas à la Constitution"

Milquet2La présidente du cdH, Joëlle Milquet, refuse la "fatalité à être constamment en mutation constitutionnelle. De quelle révision constitutionnelle avons-nous encore besoin?", s'interroge la présidente, dans la presse.

La présidente estime que les francophones trouveraient, sur ce sujet, des motifs de rassemblement. "Ne serait-ce pas un signal fort, un symbole, si nous, francophones, disions que nous ne voulons pas toucher à l'institution Belgique en tant que telle?", explique-t-elle.

Interrogée sur l'éventuelle désignation d'un Premier ministre francophone, la cdH a indiqué qu'elle préférait "un Premier flamand avec une réforme institutionnelle minimale à un francophone avec une grande boîte de Pandore et des concessions importantes".

 

Joëlle Milquet sera plus que vraisemblablement tête de liste à la Chambre à Bruxelles suivie, à la 2e place, du Ministre régional Benoît Cerexhe.

13:22 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/01/2007

"Les prix énergétiques continueront d'augmenter"

énergieLes tarifs du gaz et de l'électricité continueront d'augmenter au cours des prochaines années, estime Daniël Termont, le président du holding public communal Publigaz, vendredi. Il estime que la libéralisation du marché belge de l'énergie est un ratage complet.

"Centrica, E.ON, Electrabel, ... Tous m'envoient le même signal: les prix énergétiques vont continuer d'augmenter. En Belgique, il y a de plus la situation particulière qui fait que d'énormes investissements sont répercutés sur les gestionnaires du réseau de distribution. Les intercommunales, dans lesquelles siègent les communes, doivent pouvoir répercuter ces coûts via Eandis, sinon des drames risquent de se produire pour les communes. Le gouvernement flamand oblige Eandis à investir mais la CREG ne permet pas que les coûts soient répercutés sur les prix. Les communes ne sont pas en mesure d'assumer ces coûts", estime encore M. Termont.

Pour lui, la libéralisation du marché de l'énergie est un échec total. Ceux qui en ont bénéficié, ce sont les producteurs et les vendeurs, comme Electrabel et Luminus, qui gagnent des montagnes d'argent, dit encore M. Termont.

"Au parlement, on a trop facilement imaginé: 'nous allons imposer telle et telle chose et les producteurs vont payer'. Mais les producteurs ont réalisé un 'cherry picking': ils ont tiré les bénéfices de la situation et ont répercuté les charges sur le secteur public", affirme encore M. Termont.

19:52 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2007

La presse francophone envisage une plainte contre Force Nationale

presseLes journaux francophones belges envisagent de porter plainte contre Force Nationale après avoir constaté que leurs titres faisaient partie des mots-clés achetés par le parti d'extrême droite pour faire sa pub sur internet. Des mots-clés que Force Nationale a décidé de ne plus utiliser jusqu'au 2 février, date à laquelle l'affaire qui l'oppose à Michel Daerden passera en référé au tribunal de Namur.

Le parti d'extrême droite a décidé, "dans un souci d'apaisement", de supprimer tous les mots-clés relatifs aux partis, aux hommes politiques et aux médias. A la suite des révélations formulées par l'agence de presse Belga, les journaux francophones ont eu la mauvaise surprise de constater que leurs titres étaient liés, lors de l'utilisation du moteur de recherches internet Google, à un lien commercial renvoyant vers le site de Force Nationale.

"Nous étudions la possibilité d'intenter un procès au parti", confirme Philippe Nothomb, juriste d'entreprise du groupe Rossel. Même si le retrait des mots-clés change, selon Philippe Nothomb, un peu la donne, il n'est pas exclu que les quotidiens francophones lancent une procédure judiciaire contre la dissidence du FN. "Nous ne pouvons simplement pas interférer dans la plainte déjà lancée par Me Uyttendaele qui défend les intérêts du ministre wallon Michel Daerden."

Les procédures pourraient même aller jusqu'à la citation de Google en justice car la société américaine pourrait aussi être tenue responsable de la diffusion de ces liens commerciaux litigieux. "Google a été condamné fin novembre par le tribunal de commerce de Paris pour utilisation abusive du nom d'une marque et sa responsabilité civile a été engagée", commente encore le juriste. "Nous pourrions également invoquer cette utilisation abusive de notre nom, en l'espèce le titre du journal, pour faire de la publicité à un parti d'extrême droite."

19:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/01/2007

Les élections fédérales annoncées pour le 10 juin

voterLe Premier ministre Guy Verhofstadt a annoncé aujourd'hui dans une courte déclaration à la presse au 16 rue de la Loi qu'il allait proposer au conseil des ministres de vendredi la date du dimanche 10 juin 2007 pour les prochaines élections législatives fédérales. Une concertation a eu lieu aujourd'hui à ce sujet avec les présidents de partis de la majorité.

Ces élections auront pour but de choisir 150 parlementaires et 40 sénateurs. Les dernières élections pour le Parlement fédéral -Chambre des Représentants et Sénat- ont eu lieu le 18 mai 2003.

 

"Nous aurions préféré que les élections ne soient pas organisées pendant les examens", a fait savoir Aurian Bourguignon, le président de la Fédération des Etudiants Francophones (FEF), après que le premier ministre Verhofstadt a annoncé que le scrutin se déroulerait le 10 juin prochain.

Courrier
Un courrier avait pourtant été adressé il y a deux mois par la FEF et son homologue flamande (VVS) à tous les ministres fédéraux pour souligner l'impossibilité pour un étudiant d'en même temps se présenter à une élection et de passer une session d'examens.

Autres soucis
"Manifestement, ils n'en n'ont pas tenu compte", constate M. Bourguignon, qui regrette également que ce timing ne permette pas aux étudiants de s'impliquer dans leur rôle de citoyens. "Ils ont en général d'autres soucis en tête que de s'intéresser aux programmes des partis alors qu'ils sont dans la dernière ligne droite de leur blocus", souligne-t-il.

18:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/01/2007

La médiation locale déchargera le parquet

médiationL'entité de Berchem-Sainte-Agathe aurait-elle trouvé la parade à l'engorgement du parquet ? C'est en tout cas l'objectif de la plus que probable création d'une fonction de médiatrice locale.

 

"Nous essayons d'élargir le service de médiation de dettes, direction dépendant du CPAS. Pour ce qui est de la prévention, nous avions déjà une médiatrice sociale. Nous avons voulu ouvrir, à mi-temps, un poste de médiation officiel, qui fonctionnera sur plaintes", explique Joël Riguelle (LBR), le bourgmestre ayant la prévention dans ses attributions.

 

Évitons d'emblée toute confusion. La médiatrice sociale (mediation.sociale@1082berchem.be) intervient uniquement à la demande. Des exemples ? Des couacs avec le voisinage, avec l'administration, etc. Sa consoeur, que des fonds régionaux et fédéraux subsidieront, complétera cette démarche en prenant en charge des affaires classiquement laissées sans suite par la justice. Quitte, en ultime recours, à tout de même renvoyer les plaintifs vers le Parquet. Avant cet extrême, la médiatrice locale aura tenté de (ré)concilier les points de vue.

 

L'une et l'autre, des niveaux 1 ayant suivi une formation ad hoc, occuperont un même local, dans la Villa Pirsoul (dans le parc éponyme), rue Joseph Mertens. "Pendant les six mois à venir", précise Joël Riguelle, comme pour mieux mettre l'accent sur un déménagement futur.

 

Rien, cependant n'est encore fixé, pas plus en termes de lieu que d'horaires. Mais la volonté communale est ferme. "Mon souhait, c'est que la médiatrice locale puisse démarrer en février ou au 1er mars au plus tard."

 

Extrait du Journal LA DERNIERE HEURE LES SPORTS du 16/01/2007

20:55 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/01/2007

Plus de 450.000 véhicules contrôlés

contrôle2La police de la zone de Bruxelles Ouest a atteint son objectif de contrôler plus de 450.000 véhicules en 2006, dépassant ce cap de 529 unités, a-t-on appris mercredi auprès de la police dont la sécurité routière est une priorité.

 

Les policiers de la zone de Molenbeek-Saint-Jean, Jette, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe et Koekelberg ont mené l'an dernier 360 opérations de contrôle qui ont débouché sur la rédaction de 1.722 procès-verbaux et 30.625 perceptions immédiates. La vitesse maximale enregistrée était de 140 km/h sur le boulevard Mettewie à Molenbeek.

 

La vitesse de 10.596.384 véhicules a été contrôlée en 2006 par des radars automatiques sur la zone de Bruxelles Ouest. 2.934 procès-verbaux et 3.843 perceptions immédiates ont été dressés par la police. La vitesse maximale de 150 km/h a été enregistrée par un radar automatique, avenue de l'Exposition à Jette. En 2006, la police a placé préventivement durant 18.288 heures à 93 endroits différents de la zone un appareil mesurant la vitesse des automobilistes et les renseignant sur leurs dépassements de la vitesse autorisée.

 

Pour le seul mois de décembre, la police de la zone de Bruxelles Ouest a contrôlé la vitesse de 24.070 véhicules et dressé 36 procès-verbaux et 697 perceptions immédiates.

Poursuite des contrôles

 

Les radars automatiques ont contrôlé les vitesses de 1.396.641 véhicules. 379 conducteurs ont été verbalisés et 535 perceptions immédiates ont été réclamées. Un contrôle a été mené en 2007 dans la nuit du 5 au 6 janvier au cours duquel 5 conducteurs ont été verbalisés pour intoxication alcoolique ou ivresse au volant et 5 permis de conduire ont été provisoirement retirés.

 

La police poursuivra ses contrôles en janvier, le 26 à Molenbeek, le 15 et le 30 à Koekelberg, le 29 à Ganshoren, le 17 à Berchem-Sainte-Agathe et le 18 et le 23 à Jette.

 

Extrait du Journal LE SOIR du 13/01/2007

22:53 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/01/2007

Les Belges veulent un soutien financier pour le sport

sportLes Belges aspirent à un mode de vie sain et actif et 50% des Belges feraient plus de sport si les employeurs ou le gouvernement leur apportaient un soutien financier. C'est ce qui ressort d'une étude intitulée "Passage FitIndex", réalisée par le bureau d'enquêtes Significant/GfK et présentée ce jeudi par les centres de fitness Passage Fitness First.

L'étude a sondé les habitudes et les comportements des Belges en matière de sport et d'activités physiques. Un FitIndex a été mis au point dans le but de mesurer l'indice de condition physique des Belges. Le FitIndex des Belges s'élève à 6,6/10. 60% des Belges disent en effet faire du sport une fois par semaine. Le manque de temps semble être la principale raison pour que les Belges ne fassent pas de sport.

Cette étude a été réalisée auprès de 800 Belges, actifs et pensionnés.

16:08 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2007

L'Europe à 27

Europe1Presque sans bruit, la Bulgarie et la Roumanie sont entrées officiellement dans l’Union européenne depuis le 1er janvier. L’Union compte donc 2 pays de plus et 30 millions d’habitants de plus. L’Union européenne, c’est donc maintenant 27 pays et 483 millions d’habitants. Si beaucoup de Bulgares et de Roumains ont fêté l’événement, l’entrée de ces pays dans l’Union est passée presque inaperçue chez nous. Il faut dire que l’entrée de ces 2 pays n’a rien à voir avec le grand élargissement de 2004. Cette année-là, 10 pays dont 8 d’Europe centrale et de l’Est avaient rejoint l’Union. En 2004, la Roumanie et la Bulgarie n’avaient pas réussi leur examen d’entrée. Ces pays étaient jugés trop pauvres et pas assez démocratiques pour l’Union européenne.

 

Aujourd’hui, les dirigeants européens sont très prudents. La Roumanie et la Bulgarie sont surveillées de près. Les 2 pays devront encore améliorer, par exemple, la lutte contre la corruption. Il faut dire surtout que, ces derniers temps, ce n’est pas la fête pour l’Union européenne. En 2005, les Français et les Néerlandais ont refusé le traité constitutionnel. Depuis, l’Union européenne fonctionne mais n’ose pas aller plus loin.

 

L’Union européenne a donc décidé de se donner les moyens financiers et les moyens de fonctionner politiquement avant toute nouvelle adhésion. Si l’on utilise l’image de la «maison européenne». La Roumanie et la Bulgarie sont donc entrées en dernière minute dans l’Union, juste avant que la porte ne se referme. Ne se referme, bien sûr, pour un temps. Le temps de rendre le bâtiment plus solide.

18:53 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/01/2007

L'interdiction de dépassement pour les camions sera-t-elle active ou pas ?

camion3La SAV et la Febetra, les deux organisations de transport les plus importantes du pays, attendent les résultats d'une étude sur les conséquences de l'interdiction faite aux camions de dépasser sur des autoroutes à deux bandes.

"Si cette étude n'existe pas ou que les avantages de cette interdiction ne sont pas démontrés clairement, nous en conclurons que l'interdiction ne viendra pas", expliquent-elles. Selon le ministre de la Mobilité, Renaat Landuyt, il n'est cependant pas convenu de mener une étude et l'interdiction de dépasser sera bien appliquée.

Routes à 2 bandes
Le 7 juin 2006, le gouvernement fédéral a adopté une interdiction générale pour les camions de dépasser sur les routes à deux bandes. Les régions devaient émettre un avis consultatif sur la question. Tandis que la Région wallonne émettait un avis défavorable, le gouvernement flamand avait demandé une étude complémentaire sur l'impact de l'interdiction (par exemple sur la sécurité routière).

Les organisations de transport, la SAV et la Febetra, attendent les résultats de cette étude. Mais selon le ministre Landuyt, il a été convenu avec le gouvernement flamand qu'il n'y aurait pas de nouvelle étude en raison du fait qu'il existe déjà suffisamment de données sur le sujet.

Date à préciser
Cela n'est pas du goût des transporteurs. "Si cette étude n'est pas organisée ou si les avantages de cette mesure ne sont pas démontrés clairement, nous en conclurons que l'interdiction n'existe pas", préviennent la SAV et la Febetra.

Le ministre Landuyt assure que l'interdiction sera appliquée. Il ne reste plus qu'à déterminer une date d'entrée en vigueur. Celle-ci dépend du timing de remplacement des panneaux le long des routes, selon le ministre.

19:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2007

Plus de 87 % des Belges sont satisfaits du travail de la police

police5En 2006, 87,5 % des Belges se sont montrés satisfaits ou très satisfaits du travail de la police, d'après le Moniteur de sécurité 2006. Par rapport à 2000, cela représente une hausse de 10 %.

Les problèmes de quartier les plus importants sont toujours constitués par la vitesse inadaptée au trafic, la conduite agressive et les cambriolages dans les habitations, indique jeudi la police fédérale. Le Moniteur de sécurité 2006, pour lequel 43.000 Belges ont été interrogés, révèle un statu quo en matière de sentiment d'insécurité entre 2004 et 2006. Les Flamands se sentiraient plus en insécurité que les Wallons et les Bruxellois.

D'autre part, le sentiment d'insécurité serait plus prononcé chez les personnes âgées, les femmes et les personnes moins scolarisées. A noter que plus de la moitié des Belges ne connaît pas son agent de quartier. Toujours d'après le Moniteur de sécurité, près de 73 % des citoyens ayant eu un contact avec la police (20 %), étaient satisfaits à très satisfaits, toutefois cette satisfaction est moins importante chez les victimes (55 %).

20:51 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2007

Le Nereus entrevoit son avenir

GanshorenLa piscine de Ganshoren a déjà fait couler beaucoup d'encre... à défaut d'eau. Mais l'espoir pointe à l'horizon ! Fermé en 2002, pour cause d'instabilité du toit des vestiaires, le Nereus va être rénové, grâce à un accord de coopération Beliris avec le fédéral, qui payera 93 % des travaux.

 

En effet, les choses se confirment puisque le protocole d'accord Beliris doit être voté demain au conseil communal. « Après, il y aura les appels, l'attribution du marché... Puis le chantier, pour un montant de 1,55 million », explique Michèle Carthé, la bourgmestre, qui espère une réouverture fin 2008. Au cahier des charges : consolidation du toit, réfection des châssis, des sanitaires, des techniques et de la cafétéria. Mais ces travaux suffiront-ils ? Désormais dans l'opposition, le conseiller Hervé Gillard est septique. « On va remettre la piscine en état. Point. A notre époque, les gens veulent pouvoir aller au sauna, etc. Ils ne veulent pas d'une piscine à la mode stalinienne avec deux cuves et c'est tout. » Le libéral se demande même si Ganshoren a vraiment besoin de cette piscine. « Il faudrait évaluer les besoins des habitants, en majorité plus âgés. Préfèrent-ils consacrer 1 euro à la piscine, à la culture, au précompte ? »

 

Quoi qu'il en soit, le projet de rénovation est sur les rails... Restera alors à faire fonctionner l'infrastructure. La commune évalue la dépense à 250.000 euros par an, une somme qui ne sera pas remboursée par les entrées.

 

L'idée : créer une intercommunale ou une ASBL avec les communes voisines : Berchem, Jette et Koekelberg. La maïeure estime en effet que seul 10 à 15 % des usagers de la piscine viennent de Ganshoren... et qu'elle ne doit donc pas supporter seule le fonctionnement. Une étude, financée à 80 % par la Région, est sur le point de débuter pour évaluer la faisabilité du partenariat. « Il y a un intérêt à avoir un bassin tant pour les écoles que les familles, les seniors et les ados à travers les clubs. Mais à un coût soit supportable » explique Benoît Gosselin, échevin des sports à Jette. « J'espère des conclusions positives, car une infrastructure sportive n'est pas un luxe. Et je ne vois pas ce qu'on ferait d'autre de ce bâtiment... », ajoute le maïeur koekelbergeois, Philippe Pivin. Son homologue berchemois, Joël Riguelle, semble plus réservé. « J'avance avec ouverture, mais à pas de Sioux aussi : la gestion d'une piscine est un gouffre, et si c'est pour se retrouver à trois ou quatre communes en déficit au lieu d'une, ce n'est pas la peine... » De son côté, Hervé Gillard décrie totalement l'idée d'intercommunale et soutient un partenariat public-privé... La route est donc encore longue avant que les baigneurs pointent à nouveau leur nez à Ganshoren.

20:35 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/01/2007

On roule seul et toujours plus en Belgique

circulationEn Belgique, les distances routières parcourues par les véhicules belges et étrangers sont à la hausse, tout comme le kilométrage annuel moyen des voitures particulières. Les personnes circulant en voiture sur le territoire belge ont aussi de plus en plus tendance à voyager seules, révèlent des statistiques récoltées par le Service Public Fédéral (SPF) Economie.

Les distances routières parcourues en Belgique (tous types de véhicules confondus) sont ainsi passées de 80,26 milliards de kilomètres (véhicules-km) en 1995 à 94,68 milliards de kilomètres en 2005, ce qui équivaut en dix ans à une augmentation de 18%.

En région wallonne, cette augmentation est de 19,8% alors qu'en région flamande, elle est de 17,3%, comme l'indiquent les chiffres repris par la Direction générale
Statistique et Information économique du SPF Economie. En région bruxelloise, l'accroissement du kilométrage s'établit à 9,3%.

Si l'on ne prend en considération que les voitures particulières, les distances routières parcourues par ces seuls véhicules ont augmenté de 15,2% en dix ans en Belgique, passant de 67,68 milliards de km en 1995 à 77,98 milliards de km en 2005. Cette augmentation est une nouvelle fois davantage marquée en Wallonie (+17,1%) qu'en Flandre (+14,3%).

Toujours selon ces statistiques, les personnes qui conduisent en Belgique ont également de plus en plus tendance à se déplacer seules en voiture. Le nombre moyen de personnes par voiture a en effet diminué de 2,6% entre 1995 et 2005, passant en dix ans de 1,44 à 1,403. Chez les Wallons (-4,2%) cette tendance est pratiquement quatre fois plus importante qu'en Flandre (-1,6%). En région bruxelloise par contre, la tendance au co-voiturage est légèrement à la hausse (+0,5%).

Enfin, les voitures particulières belges ont parcouru en moyenne 11.285 km par an en 1995, contre 14.956 en 2005.

21:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/01/2007

Week-end d’action des Iles de Paix

ilesDes milliers de bénévoles battront à nouveau le pavé les 12, 13 et 14 janvier 2007 pour vendre les célèbres gadgets des Iles de paix. En achetant le mignon petit porte-clé, vous soutenez des millions de familles de fermiers du Sud, qui peuvent à peine survivre des produits de leurs terres. Des près de 850 millions de personnes qui souffrent de la faim, la grande majorité est constituée de fermiers. Une étrange constatation. Celles et ceux qui produisent la nourriture ont parfois difficile à survivre.

 

Associées à leurs partenaires Oxfam-Magasins du monde, Max Havelaar et d’autres organisations Nord-Sud, elles demandent aux décideurs de vite travaillera une meilleure politique de l’agriculture et du commerce.

Vous aussi pouvez aider ces fermiers à vivre une vie meilleure. En choisissant des produits issus du commerce équitable. En achetant un gadget à un des mille volontaires des Iles de Paix le week-end des 12, 13 et 14 janvier. Ou en faisant un versement sur le compte 000-0000052-52 des Iles de Paix. Pour tout don de 30 EUR au moins, vous recevrez automatiquement une attestation fiscale pour déduction d’impôts.

 

Plus d’information: www.ilesdepaix.be.

18:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/01/2007

2006 confirme la tendance au réchauffement de la planète

réchauffementLe bilan 2006 confirme la tendance au réchauffement de la planète, a affirmé dimanche Michel Jarraud, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM). M. Jarraud a indiqué que 2006 était "pour la planète, la 6e année la plus chaude, la 4e pour l'hémisphère nord", selon les données recensées auprès des 187 météorologies nationales adhérentes de cette organisation des Nations unies.

Anormal
L'expert a précisé que l'on avait vu "des températures anormalement douces en début et en fin d'année", citant en janvier et avril des températures de plus de douze degrés au dessus des moyennes saisonnières au nord de la Norvège ainsi que des "chaleurs extrêmes", avec notamment à Sydney (Australie) une température de presque 45 degrés le 1er janvier 2006.

L'OMM note également "toute une série d'événements extrêmes", comme des sècheresses très importantes dans la corne de l'Afrique suivies d'"inondations dévastatrices" dans les mêmes régions ou dans des régions "plus inattendues comme le Sahara ou le Niger", a-t-il dit.

Niveau de la mer
Concernant l'Arctique, l'OMM a calculé une "déperdition annuelle d'à peu près 60.000km2, soit la Belgique plus les Pays-Bas", a ajouté M. Jarraud selon qui l'année 2006 a été une "année presque record, juste après 2005, pour la faible étendue de la banquise en Arctique". L'élévation du niveau des mers est estimée d'ici 2100 "de 10 à 90 cm, soit en moyenne autour de 50cm", a indiqué M. Jarraud, ce qui est "considérable et catastrophique" pour des îles de l'océan Indien ou Pacifique ou des villes en bord de mer.

Evoquant 2007, M. Jarraud a indiqué que le phénomène El Nino dans le Pacifique contribuerait "à des températures plus élevées en 2007", notant par ailleurs que le réchauffement global est "provoqué en grande partie par des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine (...) qui continuent à augmenter"

17:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/01/2007

Montant record d'amendes impayées

radar9De plus en plus de Belges refusent de payer leurs amendes. Le nombre d'amendes pénales non rentrées a atteint en 2005 le chiffre record de 52.126, soit une augmentation de 10 % en un an.

Il s'agit d'une majorité d'amendes pour des infractions routières. Selon l'administration fiscale, une amende sur six n'a pas été payée en 2005. Les pertes pour les caisses de l'Etat sont estimées à plus de 50 millions d'euros.

Grâce à une loi publiée le 28 décembre dernier, l'administration fiscale peut désormais effectuer beaucoup plus rapidement des saisies sur le salaire de ceux qui refusent de payer leurs amendes.

17:30 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/01/2007

Manif contre un conseiller d'extrême droite au CPAS de Verviers

ciible

Un peu plus d'une centaine de personnes se sont réunies jeudi soir devant le CPAS de Verviers pour protester contre l'installation d'un conseiller du parti d'extrême droite FNB au conseil du CPAS de Verviers.

La manifestation, organisée par la FGTB verviétoise et l'association Le Cépage, avait pour but de protester de manière symbolique contre la venue d'un conseiller FNB. Les manifestants ont déployé des banderoles "1.000 visages contre l'extrême-droite" et ont distribué des triangles rouges, symboles des résistants et des prisonniers politiques dans les camps de concentration.

"Quelques partisans du Front national étaient présents et nous nous sommes fait face. L'ambiance était tendue mais il n'y a pas eu d'incident. Tout s'est bien déroulé. Nous sommes satisfaits", a indiqué Lince Stephan, de la FGTB.

 

Allons nous vivre la même chose à Berchem-Sainte-Agathe ?

22:20 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2007

Un cinquième des billets circulant en Belgique sont belges

billetsA peine un cinquième des billets en euros (20,4%) circulant en Belgique ont été imprimés dans le royaume, selon le site Eurobilltracker qui se charge d'étudier la "mobilité" des billets en euros circulant dans l'Union européenne.

Au mois de décembre 2006, 20,4%des billets en euros circulant dans le pays étaient belges. Un chiffre en décroissance depuis l'introduction de l'euro voici 5 ans. En effet, en janvier 2002, plus de 80 pc des billets circulant dans le royaume étaient belges. Un an plus tard, ce chiffre tombait déjà à 50%.

La part des billets "allemands" est pratiquement identique à celle des billets belges: 17,8%. Viennent ensuite les billets d'origine italienne (14,4%), portugaise (12,6%), française (11,8%) et néerlandaise (7,1%). Les billets autrichiens (2,7%) et grecs (0,7%) ne représentent qu'une infime proportion des billets circulant en Belgique.

17:39 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2007

Le Belge est en surpoids, la Belge juste à la limite

surpoidsLe Belge moyen mesure 176,3 cm et pèse 79,1 kg. La femme belge mesure quant à elle 164,5 cm en moyenne et pèse 66,7 kg. Des chiffres qui sont dans la moyenne européenne, d'après le SPF Economie qui relaie les statistiques publiées par la Commission européenne concernant la taille et le poids moyen des Belges et des Européens pour l'année 2005.

"On note une vraie tendance à l'obésité", note Suzanne Vereecken, chef du service de diététique à l'hôpital Erasme à Bruxelles. "Ce n'est pas propre aux Belges, mais on le remarque de plus en plus: les Européens, comme les Américains, sont de plus en plus gros".

Avec un Indice de masse corporelle (le rapport entre le poids et la taille) de 24,6, la femme belge est à la limite supérieure du poids normal. Le Belge est quant à lui en surpoids, avec un indice de masse corporelle de 25,45. "Oui, c'est le début de la surcharge pondérale", constate Marie Barea Fernandez, diététicienne à l'hôpital Erasme. "Ce n'est pas étonnant, en fait, parce que ça suit l'évolution de la vie dans les pays occidentaux: on pousse à la consommation, tout le temps. Il n'y a qu'à voir les portions de nourriture: en vingt ans, elles ont plus que doublé!"

20:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/01/2007

2007, année de dangers ?

De CoorebyterPour Vincent de Coorebyter (Crisp), la volonté réformatrice des Flamands ne tarira pas.
Car les Flamands ont le sentiment que les francophones les freinent.
La réforme 2007 ne sera peut-être pas la dernière.

 

 

Faut-il craindre 2007 sur le plan politique ? Nous avons interrogé Vincent de Coorebyter, directeur du Centre de recherche et d'information socio-politiques (Crisp).

La pression des partis flamands est de plus en plus forte. Est-il encore possible d'échapper à une nouvelle réforme institutionnelle ?

 

Il est impossible de dire aujourd'hui si, en 2007, on connaîtra "LA" réforme, celle qui sera un moment clé dans le destin de la Belgique : soit la réforme qui en finit avec la Belgique en la réduisant à une peau de chagrin ou la réforme qui "sauvera" la Belgique parce que l'on y trouverait les moyens de transcender les divergences de vues dans lesquels francophones et Flamands s'épuisent. Il n'y a pas forcément de raison pour dire qu'on a atteint l'état définitif de l'évolution de nos institutions. On peut très bien imaginer que comme dans d'autres États fédéraux (l'Espagne, le Royaume Uni, l'Allemagne) il y ait encore des ajustements périodiques.

 

Les réformes ne s'arrêteront donc jamais... Les Flamands affirment toujours que le fédéralisme est un système institutionnel en perpétuelle évolution. Mais les francophones, souvent, demandent que l'on fasse fonctionner l'Etat plutôt que de passer sans cesse son temps à le réformer...

 

Il y a globalement et massivement une volonté de réformer en Flandre et globalement et massivement une volonté de faire au moins une longue pause institutionnelle du côté francophone. Et l'article 35 de la Constitution (intégré lors de la réforme de 1993 et à ce jour non-appliqué) nous impose de faire un de ces jours une réforme profonde. Que dit-il ? Il précise que l'autorité fédérale ne dispose que des compétences qui lui sont définies par la Constitution et par les lois. Cet article 35 stipule donc qu'a priori, toute compétence va aux Communautés ou aux Régions et le fédéral n'a que les exceptions aux compétences des Régions et des Communautés. Ce système est l'inverse de celui dans lequel nous vivons.

 

Pourquoi sa mise en application ne figure-t-il pas au rang des revendications flamandes ?

C'est curieux, en effet. Mais il est clair que la volonté de réformer perdurera en Flandre tant que perdurera le sentiment qu'il y a des différences objectives fortes qui justifient plus d'autonomie, c'est-à-dire plus de prise en compte des spécificités de chacun.

Cela signifie-t-il que pour freiner l'ardeur réformatrice des partis flamands, il "suffirait", à supposer que les francophones en aient les moyens, de réduire les différences économiques entre Régions ?

 

La question du différentiel économique entre les Régions, est à la source de la théorie de ceux qui souhaitent réduire les transferts financiers. Selon cette thèse, ces transferts finissent par devenir abusifs et provoquent une auto-alimentation : tant que la Wallonie est maintenue sous perfusion, elle n'a pas l'obligation de se réformer en profondeur. Après l'échec des négociations sur la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, le plan Marshall était notamment destiné à montrer à la Flandre que la Wallonie voulait, dans le cadre fédéral existant, diminuer l'écart par rapport à la Flandre et donc assécher une des motivations de la demande flamande. Cela étant, il n'y a pas que cette question purement financière qui motive les partis flamands. Aurait-on globalement le même niveau de richesses, les transferts seraient-ils à peu près nuls - ce qui, selon les experts, est le cas aujourd'hui en soins de santé - cela n'empêcherait pas une bonne partie du monde politique flamand de demander plus d'autonomie au motif tout simple qu'il reste encore des différences (de démographie, de structure de l'emploi, du tissu industriel) et que se développent des différences sur le plan politique.

Pourquoi ?

Cela se reflète dans la hiérarchie électorale. Il y a ce sentiment du côté flamand qu'à travers la cohabitation au niveau fédéral, les francophones peuvent freiner - alors qu'ils sont minoritaires et au nom de leur sensibilité politique - des réformes purement politiques (et qui touchent à la sécurité sociale, au marché de l'emploi, au contrôle des chômeurs, à la délinquance, à la lutte contre les discriminations). C'est un peu l'inversion de ce qui s'est passé dans les années 50-60 du côté wallon où le regain du mouvement wallon était notamment lié au fait que la Wallonie majoritairement laïque et plutôt à gauche n'avait pas à être dominée par une Flandre plutôt catholique et majoritairement à droite. Aujourd'hui, on sent de plus en plus une influence anglo-saxonne en Flandre et française chez les francophones.

 

Extrait du Journal LA LIBRE BELGIQUE du 02/01/2007

17:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/01/2007

La traque aux fumeurs a débuté dans l'horeca

HorecaLes inspecteurs du Service publique fédéral (SPF) Santé publique et de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) sont entrés en action dans les établissements Horeca afin d'y faire respecter l'interdiction de fumer, entrée en vigueur ce lundi.

Selon Karim Ibourki, porte-parole du ministre de la Santé Rudy Demotte, "aucune communication n'est prévue quant au nombre de contrôles et à leurs suites immédiates avant la deuxième semaine de janvier. Il s'agit de pouvoir laisser travailler les inspecteurs dans le calme et la sérénité".

Quatre-vingts inspecteurs ont ainsi été affectés au respect de cette nouvelle réglementation et mèneront environ 25.000 contrôles cette année, dont la moitié au cours des trois premiers mois.

Lors d'un premier contrôle, aucune sanction ne sera appliquée en cas d'infraction. La nouvelle loi fera l'objet d'une explication au patron de l'établissement avant, en cas de récidive, de lui infliger une amende qui variera entre 150 et 1.650 euros.

22:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |