31/12/2006

31 décembre 2006 et 1er janvier 2007

Bonne et heureuse

année 2007

2007

11:51 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/12/2006

Parking à problème place Schweitzer

SchweitzerLa Région l'a promis : en 2009 au plus tard, les Berchemois pourront déambuler sur une place Schweitzer entièrement remise à neuf. Dont coût : 1,3 million d'euros. L'appel européen à candidatures a déjà stimulé l'imagination de 19 concepteurs de projets. Un jury se penchera dès le 17 janvier sur les différentes propositions émises pour apprécier leur conformité avec les conditions fixées par la Région. Les procédures de concertation et de décision suivront.

 

Mais les enjeux du chantier qui va s'engager ne se limitent pas au strict périmètre de cet important point de passage, où se croisent voitures, transports en commun et piétons. C'est la vie de tout un quartier qui est concernée par la réfection de la place Schweitzer. Aussi la problématique du parking, importante pour la survie du noyau commercial, revient-elle à l'ordre du jour, comme y faisait écho La Capitale de jeudi.

 

« Cette éventualité est envisagée dans le cadre de l'étude globale », confirme-t-on au cabinet du ministre des Travaux publics Pascal Smet (SP.A). « Mais aucune décision n'est prise ».

 

Pas d'emballement non plus dans le chef du bourgmestre Joël Riguelle (CDH). « Le problème du parking, c'est son coût, sa gestion interne, sa rentabilité. Si on n'est pas dans le cadre régional, je ne vais pas me lancer dans une aventure financière, Berchem n'en a pas les moyens ».

 

Il n'empêche que des pistes existent : sur le terrain de basket, à l'angle de la rue Goffin et de la chaussée de Gand ou bien encore sur la place Roi-Baudouin toute proche. « Des investisseurs privés pourraient également se montrer intéressés », glisse encore Joël Riguelle.

 

Lequel souhaiterait par ailleurs prendre langue avec ses homologues de Jette et Ganshoren pour susciter enfin la création d'une Agence régionale de stationnement qui permettrait de régler bien des choses.

 

Extrait du Journal LE SOIR du 29/12/2006

17:21 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/12/2006

L'électricité sera plus chère

électricité3La facture d'électricité en Wallonie et à Bruxelles augmentera d'1 à 2% en moyenne en 2007, indique la Commission de régulation de l'énergie et du gaz. En Flandre, l'augmentation atteindra 3 à 4% à la suite de la hausse des tarifs de distribution.

 

Selon le porte-parole de la Commission de régulation de l'énergie et du gaz (CREG), Tom Vanden Borre, l'augmentation de la facture d'électricité restera limitée grâce aux efforts de la CREG.

 

A partir du 1er janvier, les tarifs de distributions augmenteront de 5 à 10% en Wallonie et à Bruxelles, et de 15% en Flandre. "Côté wallon, il y a plus de variations d'une intercommunale à l'autre et selon les régions. Dans certaines régions, il y a même une baisse des tarifs", a expliqué le porte-parole.

 

Le prix de l'électricité étant composé de différents éléments, le tarif de distribution représente 40% du prix.

 

L'impact de cette augmentation sur la facture du consommateur est donc limité. Elle atteint 1 à 2% en Wallonie et à Bruxelles, et 3 à 4% en Flandre.

Selon le porte-parole, les gestionnaires de réseau ont introduit une proposition de tarif qui aurait des conséquences plus importantes sur la facture.

 

Extrait du Journal LE SOIR du 29/12/2006

21:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/12/2006

Sept citoyens sur 100 ont boudé les urnes

voter6Précisément 93,007% des électeurs inscrits aux élections locales du 8 octobre se sont rendus aux urnes, quitte à y voter nul ou blanc. Ce chiffre n'a toutefois rien d'officiel: "toute statistique nationale est désormais bannie par la régionalisation des élections locales. Mais on a la prétention de le croire correct, dès lors que l'on recense 7.069.693 votants sur 7.601.197 inscrits".

Le chiffre global varie significativement entre les régions. La participation a été la plus forte en Flandre (94,3%) et la plus faible à Bruxelles (86,7%), la Wallonie se logeant entre les deux (91,9%).

Dans chacune des 19 communes bruxelloises et dans 13 des 262 communes wallonnes, dont Liège (13,1%), l'absentéisme dépasse les 10%. En Flandre, c'est à Anvers (10,03%) que les absents ont été les plus nombreux.

18:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/12/2006

Les handicapés restent confrontés à de nombreuses difficultés

handicapés3Si d'importants progrès ont été réalisés ces dix dernières années en matière d'intégration sociale des personnes handicapées, celles-ci restent confrontées à de nombreuses difficultés dans leur vie quotidienne, notamment au niveau de l'utilisation des transports en commun et du travail, relève une enquête à paraître en janvier dans le magazine de l'organisation de défense des consommateurs Test-Achats. L'enquête a été menée de mai à juillet 2006 en Belgique, en Espagne, en Italie et au Portugal.

Parmi les 2.500 personnes interrogées en Belgique, souffrant toutes d'un handicap moteur, 80 % éprouvent souvent ou toujours des difficultés lors de l'utilisation des transports publics, 72 % à domicile, 68 % dans l'exercice d'un hobby ou d'un loisir, 59 % à l'école, 58 % dans la vie affective ou encore 57 % au travail.

Au niveau des transports en commun, 70 % déclarent ne jamais les utiliser et 80 % éprouvent des difficultés lors de leur utilisation. Sur les 19 % de sondés qui sont actifs professionnellement, 42 % estiment que leur handicap est un obstacle à l'évolution de leur carrière dans leur emploi actuel et 53 % qu'il est un frein pour décrocher un emploi de meilleure qualité.

10:32 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/12/2006

24 et 25 décembre 2006

Joyeux Noël

à tous les lecteurs de mon Blog

Noël

 

13:50 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/12/2006

108 euros dépensés en moyenne à Noël

Noël 2006Les Belges dépensent en moyenne pour Noël 69,6 euros par personne en cadeaux et 38,4 euros en activités. Au Nouvel An, le rapport s'inverse pour passer à 27,1 euros en cadeaux et 43,5 euros en activités, montre un sondage du CRIOC mené auprès de 573 personnes.

Soixante-huit % des personnes interrogées disent que leurs dépenses sont restées les mêmes par rapport aux années précédentes, 21 % ont augmenté leurs dépenses et 20 % les ont diminuées. Le montant dépensé par personne est plus élevé pour les adultes que pour les adolescents et surtout les enfants, déjà gâtés par Saint-Nicolas. Les chèques-cadeaux sont de plus en plus offerts, particulièrement pour les adultes.

16:16 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/12/2006

Eviter qu'une erreur ne profite au Belang

CPAS4Sombre semaine pour la démocratie berchemoise... Depuis l'élection, lundi lors du conseil communal, d'un représentant du Vlaams Belang au conseil de l'action sociale, nombre d'élus ont du mal à trouver le sommeil. En cause : une erreur d'attention d'un conseiller de l'opposition socialiste. « Nous sommes quatre nouveaux élus. J'avoue que, malgré les explications reçues, je n'avais pas parfaitement compris moi-même, concède Marc Ghilbert, chef de file. L'un des nôtres a été victime de stress et on ne peut l'en accabler. Maintenant, nous recevons des courriers anonymes et nous sommes la risée de tous... »

 

Le système est complexe. Chacun des 27 conseillers communaux dispose de six voix qu'il doit attribuer aux candidats CPAS. Tous les groupes peuvent en présenter et il faut au moins 12 voix pour être retenu. Dès qu'un groupe a deux élus au conseil communal, il peut donc espérer élire un des siens au CPAS. S'il y a des ex aequo, ce sont les conseillers sortants qui ont la priorité. Bref, complexe.

 

Lundi, les deux conseillers communaux VB ont mis leurs 12 voix en commun pour élire leur candidat. Mais dans les rangs PS, les 24 voix des 4 conseillers communaux se sont transformées, par une erreur de manipulation, à 23 voix et 1 bulletin blanc. Le deuxième candidat n'a obtenu que 11 voix au lieu de 12 et a dû s'effacer derrière le VB.

 

«  C'était pourtant un conseiller sortant qui aurait eu, à voix égales, la priorité sur le VB », regrette le bourgmestre Joël Riguelle, qui a demandé aux juristes du groupe CDH, à la Région, de plancher sur une simplification de la procédure de vote, à appliquer dans six ans.

 

Cela aurait aussi pu être évité si les partis démocratiques s'étaient mieux concertés, dit-il. « Il aurait fallu un accord dans l'opposition. Berch'M n'a qu'un conseiller communal mais il a présenté un candidat. Il aurait mieux valu répartir ces 6 voix sur les autres candidats. » L'élu de la liste Berch'M, Marc Hermans, ajoute : « Toutes les formations ont voulu jouer serré. Personne ne nous a sollicités pour avoir nos voix pour faire barrage au VB. »

 

Ce vote servira de leçon. Joël Riguelle se veut toutefois rassurant : « Le conseiller VB aura accès aux dossiers dont le CPAS s'occupe - de wet is de wet - mais à rien d'autre. Et je resterai attentif afin que les infos reçues ne soient pas utilisées à des fins de propagande nauséabonde. »

 

Extrait du Journal LE SOIR du 22/12/2006

21:06 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/12/2006

Couac sans impact direct

CPAS3"Je déposerai plainte à la moindre incartade ! Je serai particulièrement attentif à ce qu'il n'y ait aucune transgression de la confidentialité." Premier homme de l'entité, Joël Riguelle (CDH) se remet à peine de "la légèreté" d'un votant socialiste qui mena, le 18 décembre, dernier, à l'élection d'un Vlaams Belang, Roland Pirard, en l'occurrence, au CPAS.

 

Pour mémoire, lors de ce scrutin, chacun reçoit six voix. En cas d'égalité, une longue série de priorités identifie les élus. Dans le cas présent, le bourgmestre a recueilli 162 bulletins. Parmi eux, un blanc, un PS n'ayant rempli que cinq fois son devoir... Cinq bonnes minutes d'interruption ne furent pas de trop pour que les uns et les autres recouvrent leurs esprits et mesurent les conséquences immédiates de cette bévue.

Soyons clairs : couac, sottise, inconséquence. On utilise le jargon que l'on souhaite. Mais il n'est bien question que de ça. "Une malheureuse distraction", selon le chef de groupe PS, comme pour atténuer l'impair de l'un des siens.

 

N'empêche : lors d'une réunion préparatoire, Joël Riguelle avait rappelé les risques inhérents à une éventuelle fausse manoeuvre, "une part d'inexpérience guère rassurante".

 

Élu, le mandataire VB le restera. Avec, "de wet is de wet", un accès aux dossiers du conseil de l'action sociale. "Mais", insiste le mayeur, "sans impact négatif sur notre politique sociale". Coup de chance : cet élu de l'extrême n'aura pas accès au Comité de l'aide sociale, fort de quatre membres seulement, accordant les minimex au cas par cas.

 

La consternation estompée, Joël Riguelle, qui avoue avoir eu bien du mal à en dormir et croiser les doigts pour que la réputation de Berchem n'en pâtisse pas, s'apprête maintenant à consulter des juristes, histoire d'éviter tout autre incident similaire. Mission : simplifier, tant le mode d'élection des conseillers CPAS, que ceux du conseil de police, encore différent, mais à peine moins compliqué. "Parce qu'avec ces gens-là..."

 

Extrait du Journal LA LIBRE BELGIQUE et la DH du 21/12/2006

21:22 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/12/2006

Cordon sanitaire au CPAS de Berchem

CPAS2A l’ordre du jour ce soir-là, la réélection de 11 conseillers du CPAS. Chaque formation avait proposé ses candidats, le Vlaams Belang compris. Ce n’est qu’en dépouillant les bulletins que le bourgmestre Joël Riguelle annonce un vote blanc. "Ce vote aura de lourdes conséquences", a-t-il lancé à l’assemblée. Il demande 5 minutes d’interruption. L’explication ? Il en ressort qu’un élu PS n’a rempli que 5 bulletins au lieu des 6 nécessaires.

 

Comment cela a-t-il pu se produire ? "C’est une erreur technique", assure Marc Ghilbert, chef du groupe PS. "Il n’y a aucune volonté politique dans ce vote blanc. Il s’agit d’un malheureux geste de distraction." Un geste malvenu, à mettre sur le compte du stress et de l’inexpérience de certains socialistes nouvellement élus.

 

Pour entrer au conseil de l’action sociale, chaque candidat doit rassembler 14 voix. Les sièges sont répartis en fonction du résultat des dernières élections. Ainsi la liste du bourgmestre devait octroyer 5 sièges, le MR 3, les Socialistes 2 et Ecolo 1. Mais comme les anciens élus sont prioritaires, 12 voix suffisent.

 

"Avec ce système, il faut de la discipline parce qu’on vise au plus juste" avertit Marc Hermans, seul élu du groupe Berch’m. "Moi j’avais proposé mes propres voix au suffrage d’un candidat commun de l’opposition. Mais les négociations avec le PS et Ecolo pour le partage du mandat n’ont pas abouti."

 

Maintenant, Roland Pirard, du Vlaams Belang, va faire son entrée au conseil de l’action sociale. En conséquence, Michel Roorijck, le président du PS berchemois a pris ses responsabilités en donnant sa démission hier soir. "Je pense que, maintenant, nous devons unir nos forces contre des propositions anti-démocratiques, au lieu de nous opposer", affirme Vincent Lurquin, chef de groupe Ecolo. Le bourgmestre Riguelle se dit consterné : "Nous allons ignorer ce conseiller et dérouler le cordon sanitaire."

 

Une chose est sûre, ces 6 prochaines années, les Berchemois tiendront la gestion de la politique sociale à l’œil.

 

Extrait du Journal LA CAPITALE du 20/12/2006

21:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/12/2006

Un membre VB élu "par erreur" au CPAS de Berchem-Sainte-Agathe

DeuilUn membre du VB a été élu lundi soir par le Conseil communal de Berchem-Sainte-Agathe parmi les onze candidats qui forment le Conseil de l'action sociale de la commune bruxelloise. Une erreur d'un conseiller du groupe PS serait à l'origine de cette élection du membre du parti d'extrême droite.

"Je suis intimement convaincu qu'il s'agit d'une erreur matérielle, après avoir pris contact avec les membres de l'opposition", a réagi mardi le bourgmestre de Berche-Sainte-Agathe, Joël Riguelle, qui a déclaré ne pas avoir pu dormir de la nuit après ce vote. Les quatre conseillers PS sont tous nouveaux. L'un d'eux a remis, par distraction selon le bourgmestre, un bulletin blanc. Chaque conseiller disposait de 6 bulletins de vote à remplir. La voix manquante du conseiller PS a empêché un conseiller du sp.a de siéger et cela au bénéfice du conseiller du VB. "Si le conseiller du sp.a avait obtenu la voix du conseiller PS il aurait bénéficié du même nombre de voix que celui du VB, soit 12, mais il serait passé puisque c'était un conseiller sortant", a expliqué Joël Riguelle.

"Cette bourde n'aura pas de conséquences puisqu'elle ne modifiera pas le rapport de force. Avec 8 conseillers sur 11, nous disposons en effet d'une large majorité. Mais c'est un fait regrettable que le parti d'extrême droite ait obtenu un accès au CPAS. J'espère qu'on évitera cela dans les autres communes. Cela entache l'image de Berchem-Sainte-Agathe. Je regrette que Robert Herzeele, conseiller sortant sp.a, n'ait pas obtenu cette place, car il est expérimenté", a encore réagi Joël Riguelle.

22:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/12/2006

Baromètre politique de la Libre Belgique : le cdH se maintient !

logoCDHSelon le dernier baromètre électoral réalisé pour le compte de La Libre Belgique et RTL-TVi, le PS regagne plus de 2% en Wallonie par rapport au baromètre de septembre (de 33 à 35,2%), sans toutefois retrouver son niveau des dernières élections législatives de mai 2003 (36,4%). Le MR est en hausse aussi (de 24,9 à 26%), le cdH en légère baisse (de 18 à 17,5%), tout comme Ecolo (de 8,6 à 7,7%).

A Bruxelles, le MR redevient premier parti (de 26,8 à 28,1%), le PS est en baisse (de 27,1 à 26,4%), le cdH affiche quasi statu quo (de 12,6 à 12,4%) et Ecolo est en légère progression (de 9,2 à 9,7%). Le Vlaams Belang reste premier parti flamand à Bruxelles avec 5,6%.

En Flandre, le CD&V, toujours en tête, continue à progresser par rapport à septembre (de 28,8 à 29,4%), le Vlaams Belang est en recul (de 25,6 à 24,6%). Le sp.a (de 19,5 à 20%) et les VLD (de 17,2 à 17,4%) sont en léger progrès. Les résultats concernant la Flandre, et plus particulièrement ceux du cartel CD&V/N.VA, sont toutefois à prendre avec un certain recul car le sondage a été réalisé pour 65% avant l'annonce de la scission de l'alliance, pour 25% entre l'annonce de la séparation et le retour à la normale et pour un peu moins de 10% après le retour à la normale.

Le sondage a été réalisé du 27 novembre au 11 décembre auprès d'un échantillon de 2.000 Belges.

23:23 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2006

Joël Riguelle, Bruxellois de l'année ?

bruxellois2006Depuis 1992, chaque année, Vlan vous propose d’élire le Bruxellois de l’année. C’est vous qui choisissez de récompenser une personne, une entreprise ou une association dans chacune des cinq catégories (politique, société, économie, culture et sport). Cinq nommés sont soumis à vos suffrages dans chaque catégorie. De plus, toutes catégories confondues, vous êtes appelés à élire le «Bruxellois de l’année 2006»: un homme, une femme ou une association qui, selon vous, mérite ce titre unique. Lors des trois premières élections, Charles Picqué, ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, a été désigné «Bruxellois de l’année». En 1995, François-Xavier de Donnea, alors bourgmestre de Bruxelles-Ville, a reçu le trophée. En 1996, Nabela Benaïssa a été élue, suivie, en 1997, par Hervé Hasquin et, en 1998, par Varvara Dewez, l’animatrice préférée des enfants. En 1999, ce fut le tour de Jacques Simonet, alors ministre-président bruxellois, d’être honoré. En 2000, le Royal Sporting Club d’Anderlecht, fort de ses succès sur la scène internationale, remporta la statuette. L’année suivante, Annie Cordy a été sacrée. En 2002, c’est le pape du folklore bruxellois, Toone VII-José Géal et sa progéniture qui ont remporté la précieuse statuette. En 2003, le troupeau des 180 vaches d’Art on Cows qui avaient envahi le pavé bruxellois durant tout l’été ont suscité l’enthousiasme général. Coiffant tout le monde sur le poteau, le très jeune footballeur anderlechtois plein de promesses Vincent Kompany a raflé la mise en 2004. Enfin, l’année dernière, c’est le curé des Marolles Jacques Vanderbiest, défenseur des plus humbles, qui a remporté le Manneken-Pis symbolique 2005 toutes catégories confondues.

 

Et en 2006 ?

Cette année le Député-Bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe, Joël Riguelle est nominé dans la catégorie "Politique". Le Vlan souhaite ainsi le mettre en avant, pour sa réussite électorale qui en a fait le véritable homme fort de Berchem-Sainte-Agathe.

 

Nous vous invitons à soutenir en masse notre Député-Bourgmestre en découpant votre bulletin de vote dans le journal Vlan ou, plus simple encore, en votant par Internet en cliquant sur le lien ci-dessous.

 

Je vote pour le Bruxellois de l’année

11:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/12/2006

La fiction de la RTBF était une "mauvaise idée" pour 53% des francophones

VLA53% des francophones estiment que le documentaire-fiction sur l'indépendance de la Flandre, diffusé mercredi soir par la RTBF, était une "mauvaise idée", révèle un sondage réalisé par l'institut de sondages Ipsos.

L'émission a touché près de quatre francophones sur cinq (77%): 41% l'ont vue, 36% en ont entendu parler, tandis que 23% (surtout les 15-34 ans) disent ne pas être au courant. Parmi ceux qui ont vu l'émission ou en ont entendu parler, 53% estiment qu'il s'agissait d'une "mauvaise idée", contre 47% qui pensent le contraire (les hommes ont davantage apprécié, à 53%).

Si 54% jugent le programme irresponsable et 46% doutent de la pertinence de sa diffusion avant les élections, 74% de ceux qui l'ont vu ou en ont entendu parler reconnaissent qu'il est bien fait et qu'il reflète une réalité possible (87%). Une large majorité (91%) pense aussi qu'il a sensibilisé les francophones, sans trop déplaire aux Flamands.

La répercussion sur l'image de la RTBF semble être relativement positive: 51% estiment que le docu-fiction crédibilise la RTBF au niveau informatif, et 49% trouvent qu'il lui donne une image plus moderne et plus dynamique. 316 francophones de 15 ans et plus ont été interrogés par téléphone ce jeudi pour ce sondage. La marge d'erreur est de 5,5%.

Plus de la moitié de 20.000 lecteurs du site internet du Laatste Nieuws pensent que la Belgique sera un jour scindée et près d'un quart croient que la Flandre deviendra indépendante avant 2010. Seul un tiers des sondés se disent attachés à l'unité du pays.

23:18 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/12/2006

La Belgique sous le choc du canular de la RTBF

rtbf2Le journal de 13 heures de la RTBF était évidemment consacré à la mise en scène de l’indépendance de la Flandre, diffusée mercredi soir après l'interruption de l'émission Question à la Une. Des réactions des responsables ertébéens, dont les excuses de Jean-Paul Philippot, aux avis de quidams, on eut droit à un condensé de commentaires qui démontre à quel point le canular a (et va) marqué les esprits. L’indignation politique est telle que Laurette Onkelinx ou Didier Reynders ont estimé que la RTBF avait "cassé le cordon sanitaire en impliquant dans sa combine Filip Dewinter (grande photo)", chef de file du Vlaams Belang au Parlement flamand. Pour paraphraser un journaliste du service public, "la RTBF voulait ouvrir un débat, or, désormais, c’est elle qui se trouve au centre de celui-ci".

Excuses
La RTBF est au centre des attentions. Entre le regard soulagé de quidams interviewés et les réactions indignées de la classe politique, le programme imaginé par Philippe Dutilleul a provoqué l’émoi dans notre pays. Une émotion surprenante pour la plupart des responsables du programme, poussant Jean-Paul Philippot, l’Administrateur général de la RTBF, à s’excuser sur les ondes de La Première. "Nous avons provoqué une émotion inattendue ", déclarait-il au micro de Matin Première, dans une atmosphère tendue. "Cela renvoie à nos responsabilités. Nous ne voulions pas provoquer une telle onde de choc. Au vu des réactions, nous présentons nos excuses".

Pas de sanctions
Jean-Paul Philippot témoigne d'un malaise. Involontaire, certes, mais réel. Et profond. L’équilibre entre la liberté d’expression et la responsabilité déontologique d’informer a été rompu. En faisant participer ses "journalistes maisons", le service public a semé le doute sur un sujet qui reste délicat. Au point que des sanctions pèsent. "Il serait prématuré de prendre des mesures", a répliqué Fadila Laanan, Ministre de l’Audiovisuel en Communauté française, qui en ce moment, reçoit Philippot et Yves Thyran (directeur de l’éthique de la RTBF) dans son bureau. "J’attends le rapport des Commissaires, membres du Conseil d’Administration de la chaîne. Je dois entendre tout le monde avant de tirer des conclusions", a-t-elle ajouté.

Complicité
La retenue de la ministre de tutelle tranchait avec l’indignation du monde politique. "La chaîne a rompu le cordon sanitaire", conspuait Laurette Onkelinx. "En rendant complice Filip De Winter, la RTBF a franchi une barrière établie par tous. En outre, la déontologie des journalistes est en cause. Ils sont coupables selon moi d’avoir fragilisé les Wallons". Même son de cloche du côté de Didier Reynders, scandalisé que la chaîne publique ait mis en cause la personnalité du Roi, en prétextant son exil.

Répétition générale
La panique de la population, regroupée mercredi soir devant le Palais Royal, confirmait la tendance des visiteurs de notre site. La peur, ensuite l’indignation, s’est lue sur les visages de certains. Néanmoins, après réflexion, il apparaîtt que bon nombre ait trouvé la simulation utile pour "secouer et réveiller ce qui saute aux yeux". Aux aurores, certains croyaient encore au stratagème. Cette brutalité a toutefois réconforté les nationalistes flamands, heureux de vivre "une répétition générale d’une indépendance seulement indéterminée dans le temps".

Plus sociologique
Cette conviction flamande heurte. Comme le disait François Heinderyckx, spécialiste des médias et chargé de cours à l’ULB, "la RTBF a initié une expérience plus sociologique qu’informative". Beaucoup de Belges se sont réveillés avec une tête lourde, certains en ont été insomniaques. Par l’émoi qu’a suscité le canular, la RTBF n’a pas mesuré à quel point l’avenir de la Belgique tiraille la population. A-t-elle bien fait ou non ? Telle est la question d’un débat au centre duquel se retrouve malgré lui le service public.

 

Voir le début du canular

 

17:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/12/2006

La Belgique est morte, une fois !

DefosséLe secret avait été bien gardé. Des mois durant, une équipe de journalistes de la RTBF a travaillé sur l'idée la plus folle jamais née dans les couloirs du boulevard Reyers. Une idée portant le nom de code de « Karine et Rebecca » pour ceux qui se souviennent de ces deux gamines chantant le répertoire de Saint-Nicolas...

 

Et, mercredi soir, à 20h15, alors que les téléspectateurs qui venaient de regarder le JT et s'apprêtaient à suivre deux reportages de « Questions à la une » à forte connotation linguistique (« Va-t-on supprimer les indemnités de chômage en Wallonie? » et « Les Flamands sont-ils plus corrompus que les Wallons? ») puis l'émission devant présenter les résultats d'un sondage sur l'avenir du pays réalisé par Ipsos dans le prolongement de l'émission « Moi, Belgique », sont tombés de leur chaise ou ont sauté hors de leur canapé.

 

Alors que Jean-Claude Defossé introduit son émission, la mire apparaît sur l'écran avant l'annonce d'un flash spécial présenté par François De Brigode. C'est que l'événement est à la hauteur de l'émoi qu'allait provoquer dans le pays l'information diffusée par la RTBF: le Parlement flamand vient de voter la sécession de la Flandre du Royaume de Belgique.

 

Une heure et demie durant, se succèderont, autour du présentateur du JT, les journalistes intervenant en direct, qui du Parlement flamand, qui du Palais royal déserté par un Albert II en fuite à l'étranger (la rumeur prétend qu'il aurait pris la direction de Kinshasa où l'annonce Elisabeth Burdot), qui du Parlement wallon, qui de l'Atomium où se sont réfugiés les ministres du gouvernement bruxellois. De nombreuses réactions aussi, celle de Jean-Marie Dedecker, le trublion de la politique flamande, de Herman De Croo, le sage président de la Chambre, d'Etienne Davignon, d'Axelle Red, de Jean-Luc Fonck, de José Happart, d'Annie Cordy ou du ministre-président de la Communauté germanophone Karl-Heinz Lambertz.

 

Des reportages sur le terrain aussi, montrant les conséquences de la décision du Vlaams Parlement: le Ring de Bruxelles paralysé, des trains bloqués à la frontière linguistique, des avions détournés sur Bierset, un siège de l'OTAN en état d'alerte, des scènes de joie à Anvers, des policiers inspectant la frontière linguistique à Flobecq, des militants catalans se réjouissant au Parlement européen et, cerise sur le gâteau, un tram bruxellois de la ligne 44 bloqué au moment de quitter la Région de Bruxelles-Capitale pour Tervuren, en Flandre...

 

Tout ça, on l'aura compris, n'est qu'un gigantesque bluff, un périlleux mais tellement vraisemblable exercice de politique-fiction. Périlleux car effectué entièrement dans les conditions du direct et sans trucage. Autrement dit, tous les intervenants savent dans quelle pièce ils jouent. Et tous ceux qui arrivent dans la soirée à la RTBF pour participer à un « Mise au point » spécial ont été mis au parfum. Au début de la soirée, était apparue une mention précisant que l'émission pouvait très bien être En fin de soirée, après un écroulement symbolique de la tour Reyers, un autre insert dira que ceci était une fiction.

 

Cette idée tordue est née dans l'esprit d'un membre de l'équipe de « Tout ça (ne nous rendra pas le Congo) », Philippe Dutilleul, qui en a tiré un livre, "Bye-Bye Belgium" (Labor), qui paraîtra vendredi. Reste une question: et si le scénario se répétait vraiment, mais pour de vrai cette fois?

 

Extrait du Site Internet du Journal LE SOIR

22:02 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/12/2006

Le “Défi Energie”

IBGE

Vous voulez y aller mollo avec votre consommation d’énergie cet hiver? C’est possible. Sans que votre confort n’en pâtisse! Cette année encore, Bruxelles Environnement - IBGE invite les ménages bruxellois à participer au “Défi Energie”. Le but est fort simple: vous aider à réduire votre facture d’énergie. Cela signifie concrètement que vous vous engagez à réaliser quelques actions simples et “économiques”.

 

Comment cela fonctionne-t-il? Quelques outils sont mis à votre disposition: un test pour déterminer le type de consommateur que vous êtes; une méthode de calcul de votre consommation; des conseils personnalisés; des graphiques qui vous indiquent immédiatement l’évolution de votre consommation sur une période de 6 mois; une assistance téléphonique; des soirées thématiques auxquelles vous pouvez participer si vous le voulez.

 

Votre avantage: votre portefeuille ne sera pas l’unique bénéficiaire de cette action. Votre santé ainsi que la qualité de l’air et de la vie à Bruxelles s’en porteront également mieux !

En 2005, le “Défi Energie” avait résulté en une économie moyenne de 300 EUR par foyer participant!

 

Pour plus de renseignements sur le “Défi Energie” ou pour vous inscrire, vous pouvez surfer sur www.defi-energie.be ou appeler le service Info-Environnement de Bruxelles Environnement - IBGE au 02.775.75.75

23:05 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/12/2006

Paru dans le journal LA CAPITALE

Lacapitale

Dans le cadre de l’installation des nouveaux conseils communaux et des nouveaux collèges, le journal LA CAPITALE consacre depuis plusieurs jours un article quotidien sur un nouvel échevin. L’article de ce lundi 11 décembre m’était consacré.

 

5 questions à vos nouveaux échevins

Marc Vande Weyer

(Berchem-Ste-Agathe)

 

Nous poursuivons nos portraits de nouveaux échevins des 19 communes. La halte du jour : Berchem-Sainte-Agathe.

 

Marc Vande Weyer, qui êtes vous ?

« J’ai 39 ans. Je suis marié et papa de deux enfants : Auriane et Esteban. Je suis instituteur de formation. J’ai enseigné durant 10 ans. Ca fait 20 ans que je m’intéresse à la politique. Pendant deux ans, j’ai été le collaborateur de l’échevin de la Jeunesse, Benoît Gosselin, à Jette. Actuellement, je suis directeur d’une école fondamentale à Anderlecht. »

 

Comment êtes-vous entré en politique ?

« Il y a 18 ans, j’avais soutenu la campagne électorale de Jean-Louis Thys. J’étais déjà membre des jeunes PSC de ma commune où j’avais intégré le Conseil des Jeunes dont j’ai vite pris la présidence. J’ai été élu au conseil de Berchem en 1994 sur la liste de Julien Gooskens. J’ai donc presté deux mandats de conseiller communal. »

 

Content d’être échevin ?

« Je suis heureux de mes attributions car elles correspondent à mes compétences. Je serai échevin de la Jeunesse francophone, de la Famille et la parentalité, de la Petite Enfance, des Crèches et du prégardiennat et de l’accueil extrascolaire. »

 

Quels sont vos centres d’intérêts ?

« Je m’intéresse à tout ce qui touche à l’éducation et aux enfants. En dehors de ça, je suis bénévole dans une unité de scouts. J’aime la lecture. »

 

Quelles seront vos priorités ?

« L’information envers la population. Je pense qu’il faut essayer de combler le fossé entre les politiciens et la population. J’édite un petit journal à 2.500 exemplaires que je distribue gratuitement. J’ai mon propre blog. Je veux revitaliser la politique de la jeunesse en créant une maison des Jeunes. »

 

Extrait du Journal LA CAPITALE du 11/12/2006

22:03 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/12/2006

Oh toi le spam, prends garde à toi !

Spam2

Un nouveau site, www.spamsquad.be, visant à contrer cette calamité électronique qui encombrent nos boîtes vient d'être mis en service grâce au ministre de l'Economie et à la société électronique SpamSquad. Le problème principal avec ces petits parasites est qu'ils tentent bien souvent de nous escroquer.

 

Heureusement, la contre-attaque lancée avec ce site passe notamment par de menus conseils permettant à l'internaute de se protéger. Il y découvrira les quatre règles de base pour éviter les spams : ne pas laisser traîner son adresse électronique partout, ne répondre à un courriel qu'avec certitude, camoufler son adresse et protéger son ordinateur.

 

Des « fiches pratiques » sont consultables et portent bien leur nom. Elles font le tour des éventuels problèmes auxquels on peut être confronté sur son ordinateur en procurant une solution adéquate. Intéressant à d'autres titres, le site liste les organismes auprès desquels on peut déposer une plainte. Et enfin, on a un accès direct aux lois concernant cette matière.

 

Ce nouvel outil est bien à propos sachant qu'entre 50 et 80% du trafic de courriels serait constitué de ces petits mais bien encombrants messages. Alors tous en cœur, nous pouvons crier « Aux armes ! » Et avec l'accord du ministre.

 

Extrait du Journal LE SOIR du 09/12/2006

14:20 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/12/2006

Le Guide du Bruxelles solidaire regroupe cent commerçants

BXL solidaireÊtre consommateur et solidaire, c'est possible ! Il suffit juste de connaître les bonnes adresses".

 

Voilà qui est chose faite : ancré dans le commerce de proximité et le développement local, le Guide du Bruxelles solidaire, fraîchement publié hier, regroupe une centaine de points de vente bruxellois pour qui commerce et solidarité (sociale, locale, Nord-Sud) sont indissociables.

 

Vêtements, déco, cadeaux, beauté, produits frais... Un index par commune bruxelloise vous permettra de situer facilement les points de vente dans votre quartier de prédilection. De plus, la liste des magasins est régulièrement mise à jour sur le site www.guidebruxellessolidaire.be

 

À noter que ce petit guide est disponible à 4 euros seulement dans les magasins répertoriés, genre Citizen Dream, Oxfam-Solidarité et Magasins du monde.

 

"Ces 100 adresses essentielles de l'achat solidaire à Bruxelles sont réparties en cinq rubriques", explique Yuluka, l'agence de communication à l'initiative du projet.

 

"Maison, mode, alimentation, loisirs et vie pratique. Plusieurs dimensions de la solidarité ont été retenues dans cette sélection : celle des relations Nord-Sud, celle à l'égard de publics défavorisés mais aussi celle du lien de proximité et/ou de l'engagement environnemental".

 

Extrait du Journal LA DERNIERE HEURE LES SPORTS du 08/12/2006

22:48 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/12/2006

La loi sur les caméras de surveillance votée au Sénat

cameraLe Sénat a adopté ce jeudi une proposition de loi encadrant l'utilisation de caméras de surveillance. Aucune législation spécifique n'existait à ce jour pour régler cette matière. Le vote s'est soldé par 40 voix pour (majorité, Francis Delperée (cdH), Jean-Marie Dedecker, Hugo Coveliers) et 16 abstentions (CD&V, Clotilde Nyssens (cdH), VB, FN).

La loi règle l'utilisation des caméras selon qu'elles sont placées dans des lieux ouverts (rues commerçantes, parcs), des lieux fermés accessibles au public (centres commerciaux, gares et stations de métro, stades de football) ou des lieux fermés non accessibles au public.

La décision d'organiser une surveillance par caméra dans les espaces publics sera prise par l'organe démocratique compétent. Une demande d'avis sera introduite auprès de la Commission de la protection de la vie privée et auprès de la police locale. Le gestionnaire d'un espace accessible au public devra également avertir la Commission de la vie privée et la police. De manière générale, la présence d'une caméra de surveillance devra être signalée par un pictogramme. Le sénateur Wouter Beke (CD&V) a indiqué que cette mention ne suffirait pas au regard de la directive européenne relative à la protection de la vie privée.

Les images enregistrées ne pourront être conservées plus d'un mois, à moins qu'elles puissent contribuer à prouver un méfait. Les images seront visionnées par le responsable de l'équipement, sous contrôle policier, si l'objectif est le maintien et la préservation de l'ordre public. S'il s'agit d'un lieu fermé accessible au public (centres commerciaux), ce visionnage doit permettre l'intervention immédiate des forces de police en cas d'infraction ou de dommage à l'ordre public. La personne filmée qui voudrait examiner un enregistrement doit, pour y avoir droit, adresser une demande motivée à l'utilisateur du système.

Si la proposition a été adoptée, "Il n'est évidemment pas question de substituer les caméras à l'action des policiers sur le terrain", a dit Berni Collas (MR). "La présence des policiers dans les rues reste indispensable et doit même être renforcée", a-t-il précisé.

21:46 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/12/2006

Un site web pour les 19 CPAS

banner_boven

Un site Internet rassemblant les informations sur les aides des CPAS bruxellois a été créé par l'association de la ville et des communes de la Région bruxelloise.

 

Ce site bilingue (www.ocmw-info-cpas.be) est fonctionnel depuis lundi. Une enveloppe de 75.000 euros avait été dégagée en décembre dernier pour la création du site par le Collège de la commission communautaire commune (Cocom).

 

Le site offre des informations au sujet des aides offertes par les CPAS, valables, pour la grande majorité, pour l'ensemble des CPAS du pays, mais il consacre une attention particulière à la situation en Région bruxelloise. Le site s'adresse tant aux particuliers qu'aux professionnels du secteur social et est de ce fait scindé en deux parties.

 

Ce site se veut pragmatique et offre des réponses concrètes à des questions précises. L'information sur les différentes aides est rédigée sous forme de fiches. Celles-ci répondent de manière directe et simple aux questions que se pose un particulier.

 

Des fiches plus techniques et détaillées s'adressent aux professionnels. L'information sera actualisée régulièrement, ont annoncé les créateurs du site. Une quinzaine de fiches sont actuellement mises en ligne.

 

"La Région bruxelloise connaît une fracture sociale de plus en plus grande. Et paradoxalement, nous ne manquons pas d'institutions, dont les CPAS, venant en aide aux personnes fragilisées", a déclaré lundi la ministre Evelyne Huytebroeck, membre du collège de la Cocom.

 

"Le rôle du CPAS ne se limite pas à octroyer des allocations. Il offre en réalité de multiples services à de nombreux publics. Il fallait éviter que la richesse de ces services soit occultée par la difficulté de l'accès à l'information", a-t-elle ajouté.

 

Extrait du Journal LA DERNIERE HEURE LES SPORTS du 05/12/2006

19:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/12/2006

Un enfant sur six vit sous le seuil de pauvreté en Belgique

pauvretéEn Belgique, 17 % des enfants âgés de 0 à 15 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté. En Flandres, il s'agit de 12 %, contre 21 % en Wallonie. Leur nombre est en constante augmentation: en 2001 on parlait de 12 % mais deux ans plus tard il s'agissait déjà de 16 %, selon les statistiques du Rapport annuel 2006 sur la pauvreté et l'exclusion sociale présenté mardi à l'Université d'Anvers.

Selon Kind en Gezin, l'année dernière, 5,9 % des nouveaux-nés en Flandres seraient nés dans des familles défavorisées. Dans ce groupe, se trouvent beaucoup d'enfants dont les parents sont d'origine marocaine ou turque. L'origine ethnique semble être un facteur déterminant de la pauvreté, selon les auteurs du livre. Plus d'une personne sur deux d'origine marocaine ou turque vit en dessous du seuil de pauvreté. Leurs enfants prennent du retard à l'école, atterrissent dans des orientations avec peu de perspectives d'avenir sur le marché de l'emploi et peu d'entre eux vont dans l'enseignement supérieur.

Seulement 17 % des allochtones obtiennent un diplôme d'enseignement supérieur, contre un autochtone sur deux. Sur le marché du travail également, les allochtones restent plus longtemps au chômage ou travaillent plus souvent dans de mauvaises conditions. Les allocations d'aide sociale restent, malgré l'augmentation et l'indexation du revenu minimum, en dessous du seuil de pauvreté. Pour les auteurs du livre, il s'agit d'une série de défis pour les autorités. Le premier défi est d'augmenter le niveau de vie des plus défavorisés. Une personne isolée reçoit à partir du 1er octobre de cette année 644,48 euros par mois, ce qui est 133 euros de moins que le seuil de pauvreté européen (777 euros) d'une personne isolée.

21:10 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2006

RYD plaident pour Nuit européenne sans accident dans toute l'Europe

RYD5Les Responsable Young Drivers (RYD) souhaitent mobiliser tous les Etats de l'Union européenne en vue d'une "Nuit européenne sans accident" en 2009. C'est ce qu'a indiqué lundi Johan Chiers, le directeur de cette association qui lutte pour une conduite automobile responsable, lors d'un symposium organisé autour de cette initiative à Bruxelles.

La Nuit sans accident a été lancée en 1995 par les RYD en Belgique. A l'époque, 150 volontaires avaient proposé aux jeunes sortant dans plusieurs discothèques de s'engager à ne pas dépasser le taux d'alcoolémie de 0,5 pour mille qui constitue la limite maximale autorisée pour prendre le volant. Ceux qui avaient respecté leur engagement à la fin de la soirée recevaient un cadeau.

En 2003, l'initiative avait connu un développement européen puisque la Nuit sans accident avait été étendue au Luxembourg, aux Pays-Bas et à la France. Grâce à une aide européenne, l'initiative avait connu une nouvelle extension entre 2004 et 2006, et la Nuit sans accident avait été organisée dans 120 discothèques de 13 pays européens.

Cette année, 6.000 jeunes ont pris part à cette opération et près de 90% d'entre eux ont tenu leur engagement en ne dépassant pas un taux d'alcool de 0,5 pour mille. "Il est à noter que 95% des filles ont respecté leur engagement, contre 85% des garçons", a souligné Johan Chries.

A l'occasion d'une réunion d'évaluation, lundi, à Bruxelles, plusieurs partenaires européens ont insisté sur l'utilité de l'initiative. Les RYD espèrent que l'aide européenne permettra d'organiser une Nuit sans accident dans tous les Etats membres en 2009.

22:05 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/12/2006

L'Etat veut briser le secret bancaire

euros5Une prochaine mesure, qui va être prise dans le cadre de la future loi-programme va toucher le "secret bancaire", écrit samedi L'Echo. Le secret bancaire n'existe pas au sens strict en Belgique. Mais, dans la pratique, l'administration ne peut vérifier les comptes des contribuables sans avoir de très bonnes raisons. Cela va changer.

"Dans le cadre spécifique des missions de recouvrement, le fonctionnaire désigné pourra demander aux banques qu'on lui mette à disposition les comptes du contribuable pour établir sa situation patrimoniale. Les banques ne pourront, en d'autres mots, opposer de réserves à l'obligation de communication", explique le chef de cabinet de Hervé Jamar, secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude fiscale. Cette mesure entrera en vigueur au 1er janvier. Elle concerne a priori tous les débiteurs d'impôts. Les personnes qui organisent leur insolvabilité devraient l'être aussi.

18:47 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/12/2006

Une enquête sur la hausse annoncée des prix de l'électricité

électricité2Le ministre de l'Economie et de l'Energie Marc Verwilghen a demandé au Conseil de la concurrence une enquête sur la hausse annoncée des prix de l'électricité. Pour lui, cette hausse qui fait suite à l'instauration du tarif de nuit pendant le week-end est difficilement acceptable.

"Au lieu de faire jouer la concurrence, il semble que les fournisseurs d'énergie ont plutôt tendance à aligner leurs prix", dit-il. Au 1er janvier 2007, le tarif de nuit pour l'électricité s'appliquera aussi aux week-ends. Cependant, les fournisseurs d'énergie ont annoncé un ajustement des prix pour compenser les avantages offerts au client final, décision que déplore le ministre. Il a donc demandé aux autorités de la concurrence de déterminer si cela ne fait pas obstacle au libre marché.

19:52 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/12/2006

Echevin depuis aujourd'hui...

échevinC’est aujourd’hui en fin d’après-midi que le nouveau conseil communal issu des élections communales du 8 octobre dernier a été installé à Berchem-Sainte-Agathe.

 

Les 27 conseillers communaux ont prêté serment entre les mains du Bourgmestre Joël Riguelle. Après quoi, le conseil communal a procédé à l’élection des 7 échevins.

 

Ce premier conseil communal de la législature a été suivi par un important public. En effet, la famille, les amis et les proches des nouveaux élus se déplacement traditionnellement en nombre pour supporter leur favori lors de la première réunion d’une nouvelle mandature.

 

A l’issue de cette séance d’installation, un petit drink a été offert au public pendant que les nouveaux élus se faisaient tirer le portrait par un photographe afin d’illustrer un prochain Berchem News.

 

Comme vous le savez, j’ai été élu 5e échevin et pour moi le temps est maintenant venu de me mettre au travail dans le cadre des compétences qui m’ont été confiées. Pour rappel, je m’occuperai des dossiers ayant trait à la Jeunesse francophone, la Famille et la Parentalité, la Petite Enfance, les crèches et le prégardiennat et l’Accueil extrascolaire.

 

Cette nouvelle aventure n’aurait pas été possible sans le soutien des Berchemois. Qu’il me soit alors permis de le remercier encore une fois de leur confiance.

 

Marc Vande Weyer

Echevin

23:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |