30/04/2006

Les zones 30 à la traîne

17,9 pc des voiries communales de la Région bruxelloise ont été aménagées au 31 décembre 2005.

 

D'ici quelques années, les voiries communales des 19 communes bruxelloises seront quasi toutes en zone 30. Alliées à des plans de déplacements spécifiques à chaque quartier, ces mesures ont pour objectif de canaliser le trafic des navetteurs sur les voiries principales, de sécuriser les abords des écoles, les petites rues...

 

Les communes ne sont pas égales devant ce vaste chantier. En clair, la tâche est plus ardue à la Ville de Bruxelles, à Uccle ou Anderlecht qu'à Jette ou Ganshoren en raison des différences de taille, de densité, d'aménagement du territoire. Il n'empêche. Réalisé dans le cadre de l'élaboration d'Iris 2, le prochain plan régional de déplacement de la Région bruxelloise, le tout frais état des lieux de la mobilité à Bruxelles propose un point plutôt précis sur l'avancement des zones 30 commune par commune.

 

Chacune d'entre elles a en effet établi un Plan communal de mobilité (PCM), sur base des recommandations du Plan régional de développement (PRD). «Des recommandations parfois trop strictes», commente l'échevin anderlechtois de la Mobilité Philippe Debry (Ecolo). «Si l'on respecte le PRD à la lettre, on renvoie la circulation de transit dans d'autres voiries, en réalité pas beaucoup plus grandes que les autres. Nous avons donc décidé d'adoucir la logique pure du PRD dans les PCM.»

 

Première constatation. Aucune commune n'a pour l'instant terminé le travail.

D'un point de vue statistique, c'est la commune de Jette qui est allée le plus loin en la matière avec plus de la moitié de ses voiries communales mises en zone 30. Soit près de 25 kilomètres sur les 45,16 de voiries communales. Ixelles, pour sa part, ne dispose pas encore de Plan communal de mobilité, comme la commune de Saint-Josse.

Parties de rien en 2004, certaines communes ont par contre bien oeuvré en 2005. C'est le cas d'Anderlecht qui a mis plus de seize kilomètres de voiries communales en zone 30 l'an passé. En venant par la même occasion à bout de gros dossiers tels que le quartier de La Roue.

 

Excellente note également à Saint-Gilles et Auderghem, qui ont mis chacune environ dix kilomètres de leurs voiries en zone 30 en 2005.

 

En valeur absolue, la Ville de Bruxelles a elle aussi bien travaillé l'an passé. De 4,5 kilomètres en 2004, elle est passée à 17 kilomètres en zone 30 ou en piétonnier en 2005. Pas mal, mais peu quand on sait qu'elle compte près de 250 kilomètres de voiries communales.

 

Sur l'ensemble des voiries communales de la Région bruxelloise (1 222,73 km), 218,37 étaient en zone 30 au 31 décembre 2005, soit 17,9 pc du total.

20:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/04/2006

Les bailleurs bruxellois risquent de grosses amendes

Les propriétaires de petits logements qui mettent leur bien en location doivent disposer d’une attestation de conformité avant le 1er juillet. S’ils ne sont pas en ordre avec cette prescription, ils recevront une amende de 3.000,00 à 25.000,00 €. A la mi-mars, seuls 2.000 des 60.000 logements loués que comptent les dix-neuf communes bruxelloises répondaient à cette mesure.

 

Cette attestation de conformité est la preuve qu’une habitation est en règle en matière d’humidité, de conduites de gaz et d’électricité, d’aération et d’animaux nuisibles. Dès le 1er juillet, tous les petits logements devront avoir une telle attestation.

 

Par petits logements, on entend les appartements dont la surface est inférieure à 28 m² et les meublés indépendamment de leur superficie. Pour les appartements de plus de 28 m², l’attestation peut être demandée de manière volontaire, sans obligation. En 2004, il fut décidé d’accorder aux bailleurs un délai de 24 mois pour obtenir une attestation de conformité. Ce certificat, à charge du propriétaire, coûte 25,00 € et est valable six ans. Il est accordé sur base d’une déclaration sur l’honneur que l’habitation répond à toutes les prescriptions.

 

L’inspection réalisera toutefois un contrôle pour vérifier l’exactitude de la déclaration. Si lors d’un contrôle, il s’avère que le logement n’est pas en règle, le bailleur s’expose à une sévère amende. Huit mois après le contrôle, le propriétaire peut à nouveau s’attendre à une visite pour déterminer s’il a été remédié aux manquements. Le but de cette attestation est de lutter contre la mise sur le marché de logements en mauvais état et dangereux. La Région de Bruxelles-Capitale lance une campagne à propos de cette obligation. Pourtant, la grande majorité des propriétaires n’a pas encore entamé de démarche pour l’obtention de l’attestation. D’après l’Inspection du Logement, c’est à mettre sur le compte du fait que beaucoup de bailleurs vivent en dehors de Bruxelles et ne sont pas suffisamment informés. Les propriétaires qui ne seront pas en ordre au 1er juillet peuvent s’attendre à une surprise de vacances bien amère.

Informations: Direction régionale de l’Inspection du Logement - 02.800.38.88

09:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/04/2006

L'écharpe des échevins pas en jaune et bleu

Les goûts et les couleurs des écharpes des échevins bruxellois se discuteront à la rigueur ce vendredi en séance du parlement régional. Sans virer pour autant au jaune et bleu, couleur de la Région.

 

Recalé. Le souhait du député bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt restera lettre morte. Faut dire que l’homme, épaulé pour l’occasion par les députées Françoise Schepmans et Isabelle Molenberg, s’était mis en tête de s’attaquer à une institution : les couleurs de l’écharpe des échevins.

 

Une révolution en soi, censée épouser l’évolution institutionnelle du pays. Et surtout mettre fin à une confusion fâcheuse aux yeux de l’élu : il se fait que les échevins bruxellois portent en écharpe les couleurs noir et jaune héritées du duché de Brabant mais devenues les couleurs de la Flandre dans la Belgique fédéralisée.

 

Gênant ? Faut croire : « Il est de plus en plus mal compris que les échevins de la Région bruxelloise se portent une écharpe aux couleurs d’une autre région, la Flandre, alors que la toute grande majorité de ces échevins ne sont pas flamands mais bien francophones : sur les 145 échevins que comptent les 19 communes bruxelloises, 135 sont francophones alors que seulement 10 sont néerlandophones » argumentent les signataires de la proposition d’ordonnance.

 

Solution : adopter le jaune et le bleu, couleurs de la Région bruxelloise.

 

Et tant qu’à faire, de suggérer aussi d’adopter le port de l’écharpe maïorale et scabinale eu goût du jour. Et à la féminisation de la vie politique, locale notamment. A bas l’écharpe nouée au tour de la taille, « manière typiquement masculine ». Va pour le port « à la française », en bandoulière, de l’épaule gauche à la main droite. Façon jugée plus pratique et plus élégante.

 

La proposition a fait long feu en commission, sur l’air : « Franchement, faut-il perdre son temps à discuter de ce genre de broutilles » ? Un même sort le texte, ce vendredi en plénière.

 

Extrait du Journal LA CAPITALE du 27/04/2006.

23:01 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/04/2006

Inauguration de l'avenue Josse Goffin new look !

Le Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale informe les Berchemois que les travaux de réaménagement de l’avenue Josse Goffin sont achevés.

 

L’ouverture officielle de l’avenue Josse Goffin réaménagée aura lieu ce vendredi 28 avril 2006 à 18h00 avec la participation de Monsieur le Ministre Pascal Smet et de Monsieur le Bourgmestre Joël Riguelle qui parcourront également l’avenue en vélo.

 

Tous les membres du Conseil communal seront également présents à cette inauguration.

 

Tous les riverains sont invités à venir partager le verre de l’amitié à la fête, animée par une fanfare, qui aura lieu sous une tente à hauteur de la rue des Combattants et de la rue Egide Winteroy.

 

Venez nombreux.

22:14 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Déclaration d'impôt, délai prolongé jusqu'au 19 juillet

C’est par un bref communiqué de presse que le Ministre des Finances a annoncé que le délai initial du 30 juin 2006 pour la rentrée des déclarations à l’impôt des personnes physiques, en bref votre déclaration d’impôt, est prolongé jusqu’au 19 juillet 2006. Aucune justification n’est apportée à ce que l’on peut qualifier de "traditionnel" report mais on peut légitiment penser que celui-ci est le résultat, tout aussi traditionnel, de l’envoi tardif des formulaires aux contribuables. A l’heure où je rédige ces lignes, les formulaires n’ont toujours pas été envoyés !

 

Rappelons que pour les contribuables qui envoient leurs déclarations via tax-on-web, la date du 31 octobre est maintenue.

00:12 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/04/2006

La vulnérabilité des motards

Les motards sont sur-représentés dans les statistiques des accidents de la route. Ils ont en effet 14 fois plus de risque de mourir lors d'un accident que les occupants d'une voiture. Ces accidents sont souvent le résultat d'un manque de visibilité, du comportement inadapté du motard et des problèmes d'interaction entre les motards et les automobilistes. En 2004, 137 motards ont perdu la vie sur les routes du royaume.

Afin d'améliorer cette situation, une campagne, intitulée "Ne perdez pas les motards de vue", a été lancée lundi en présence de l'Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR), du MotorCycle Council, du ministre fédéral de la Mobilité Renaat Landuyt et des ministres régionaux flamand Kathleen Van Brempt et bruxellois Pascal Smet, ainsi que d'un représentant du ministre wallon Michel Daerden.

 

"Bien que les motards ne représentaient en 2004 que 1,1 pc du volume global de circulation, 11,8 pc des tués recensés cette année-là étaient des motards. Par kilomètre parcouru, on recense 14 fois plus de tués chez les motards que chez les conducteurs de voitures", a indiqué le ministre Renaat Landuyt. La campagne vise à sensibiliser davantage les usagers de la route à la vulnérabilité des motards. En effet, les motards n'étaient généralement pas "visibles" lors d'un accident avec une voiture. Par ailleurs, la campagne vise aussi à encourager les motards à adopter un comportement adapté. Une enquête a montré que lors d'un accident, la moitié des motocyclistes dépassaient les 50km/h en ville (et 15 pc les 100km/h). Hors agglomération, 40 pc des motards dépassaient les 80km/h.

 

Enfin, l'état des routes est responsable de 4 pc des accidents de motards. La campagne de sensibilisation à la protection des motards sera diffusée via la presse, la télévision, la radio et les routes du royaume.

22:36 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/04/2006

Bonnet d'âne pour Marie Arena...

Invitée sur l’antenne de Radio Contact ce dimanche 23 avril, Marie Arena – Ministre Présidente de la Communauté française de Belgique en charge de l’enseignement fondamental, a fait étalage de toute sa culture en matière de géographie…

 

A la question du journaliste : « Ce week-end, Anderlecht affrontait le Standard dans ce que l’on appelé le match de l’année, cela vous inspire quoi ce genre de grand rendez-vous sportif ? »

 

Marie Arena a répondu : « Je n’y connais pas grand chose en football, mais j’aime l’ambiance des stades et la ferveur des supporters. De plus, j’ai toujours tendance à encourager le petit poucet, le perdant. Je me souviens lors du dernier championnat d’Europe des Nations, j’étais dans un café et je regardais le match : Brésil-Belgique. Le Brésil n’était pas au sommet de sa forme et connaissait pas mal de critiques. Instinctivement je me suis mise à encourager cette équipe et je me suis fait sortir du café… »

 

Bilan : 10/10 pour le fair-play mais 0/10 en géographie Madame la Ministre de l’Enseignement fondamental car à l’heure où je rédige ces lignes, le Brésil ne fait toujours pas partie de l’Europe !

 

Petite lapsus sans gravité mais qui m’a bien fait rire…

16:46 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/04/2006

Un crématorium pour les animaux en Région bruxelloise

L'intercommunale bruxelloise de crémation a décidé de se mettre à la recherche d'un terrain, de préférence dans un zoning industriel au nord de l'agglomération en vue d'y construire un crématorium pour animaux domestiques.

 

Le conseil d'administration a décidé de réactiver le projet et de trouver un terrain via les communes, les agences immobilières et les banques, a expliqué cet ancien vétérinaire, membre du conseil d'administration de l'intercommunale et par ailleurs échevin de l'Etat civil à Schaerbeek. Nous affinerons ensuite les prix pour les incinérations collectives et individuelles, a-t-il ajouté en précisant que la construction du nouveau crématorium se ferait sur fonds propres, la Région de Bruxelles-Capitale ayant décidé de ne pas accorder de subsides au projet. L'investissement, qui avait été estimé à 1,38 million d'euros lors d'une première étude de faisabilité, devrait être amorti en une bonne dizaine d'années, selon l'ex-vétérinaire.

 

Pour l'heure, deux crématoriums pour animaux domestiques existent en Belgique, l'un à Boom, en Flandre, et l'autre à Sombreffe, en Wallonie. Aucune infrastructure de ce type n'existe dans l'agglomération bruxelloise, qui compterait 250.000 animaux familiers .M. Guillaume table sur un chiffre de 5.000 incinérations par an, sur les 20.000 animaux qui sont censés décéder chaque année dans les 19communes, eu égard à leur longévité moyenne de 12,5 ans.

 

Le futur crématorium proposera deux formules d'incinération, l'une collective et l'autre individuelle, par conséquent plus coûteuse. Pour les propriétaires d'un animal qui optent pour cette deuxième possibilité, une petite salle de cérémonie sera prévue afin de pouvoir se recueillir une dernière fois devant la dépouille de leur toutou ou de leur chat.

En pratique, les vétérinaires pourront acquérir des cercueils de tailles différentes, dont le prix comprendra le traitement de la dépouille. Le projet de crématorium prévoit en outre l'installation d'un sas réfrigéré qui permettra au vétérinaire d'y déposer les cercueils jour et nuit, week-end compris.

 

L'échevin schaerbeekois espère trouver le terrain d'ici un mois.

17:54 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/04/2006

Electricité du week-end bientôt facturée au tarif de nuit !

1er janvier prochain, le tarif électrique "de nuit" s'étendra aux week-ends. Si l'affaire est déjà entendue en Flandre, elle devrait l'être aussi bientôt à Bruxelles et en Wallonie. Dans un arrêté pris le 18 novembre dernier, le gouvernement flamand invite les gestionnaires de réseau de distribution de l'électricité à adapter leurs installations afin de permettre aux consommateurs disposant d'un compteur bihoraire de bénéficier d'un tarif nocturne même les week-ends.

 

Au cabinet d'André Antoine, ministre wallon en charge de la politique de l'énergie, on se dit "favorable" mais ajoute que cela n'a pas encore été "évoqué en intercabinets". A Bruxelles, le dossier semble plus avancé. "Nous étudions actuellement le moyen juridique le plus approprié pour appliquer cette mesure", assure-t-on au cabinet de la ministre compétente, Evelyne Huytebroeck.

23:27 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/04/2006

Insécurité, l'affaire de tous !

La Fondation Roi Baudouin a fait pendant plus d’un an une enquête auprès de nombreuses personnes. Les chercheurs ont interrogé des femmes, des hommes, des personnes âgées, des jeunes, des immigrés, etc. Dans toutes sortes de villes et de quartiers. Souvent, on parle de l’insécurité en chiffres: nombre de vols, d’agressions, etc. Mais l’insécurité est avant tout un sentiment, une émotion. On se sent en insécurité. Ce sentiment peut fort varier d’une personne à l’autre, ou d’un moment à l’autre. Au lieu de se contenter des chiffres de la police, la Fondation a été à la rencontre des gens, qui ont pu s’exprimer en toute liberté.

 

Un sentiment

Il existe plusieurs niveaux au sentiment d’insécurité. On peut se sentir en insécurité à cause de différents évènements de la vie: les faits-divers habituellement racontés dans les journaux comme les agressions, les vols, etc. Mais il existe bien d’autres événements insécurisants: les rackets à l’école, la circulation routière parfois agressive, la violence dans les stades de foot. Se faire frapper par son conjoint, perdre son emploi, ne plus avoir un sou en poche pour manger ou se laver dans un bain public, être enfermé dans un centre de détention pour réfugiés politiques, sont aussi des circonstances insécurisantes. La Fondation insiste sur le fait que ce sentiment doit être pris au sérieux car il crée un réel mal-être.

 

On remarque que plus les personnes vivent dans la précarité ou l’isolement, plus leur cadre de vie est laid, plus ce sentiment est fort. Ainsi, on se sentira plus vite en insécurité si on est sans emploi, si on est seul, si on est âgé, si on vit dans des quartiers défavorisés. On remarque également que pour s’en protéger, les personnes s’isolent encore plus et essayent d’éviter les événements sources d’insécurité. C’est une boucle sans fin qu’il faut combattre d’urgence. En s’isolant, les différentes catégories de personnes n’apprennent pas à se connaître. Et on sait qu’on a souvent peur de ce qu’on ne connaît pas.

 

Solutions ?

La Fondation Roi Baudouin propose plusieurs pistes pour combattre ce problème.

D’une part, elle demande aux autorités de s’occuper des causes objectives comme la criminalité, les infractions diverses. Elle lance aussi un appel aux associations et aux communes pour qu’elles inventent des projets qui aident à diminuer ce sentiment. L’idée est d’aider les gens à mieux se connaître et à se rapprocher. Aider les jeunes et les personnes plus âgées ou les gens d’origine différente à se rencontrer. Elle incite aussi chacun d’entre nous à adopter un comportement plus respectueux des autres. La sécurité, c’est bien l’affaire de tous.

18:36 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/04/2006

Meurtre de Joe Van Holsbeeck

La vidéo des agresseurs (d’après Belga)

 

La justice bruxelloise a rendu publique mercredi des images vidéo sélectionnées prises par une caméra de surveillance de la Gare centrale de Bruxelles, peu avant le meurtre de Joe Van Holsbeeck, un adolescent de 17 ans poignardé mercredi dernier pour son lecteur MP3.

 

Les images, en couleurs, proviennent d'une des trois caméras à plan fixe qui ont filmé la scène. Elle montrent les deux jeunes agresseurs quelques instants avant le crime.

 

A 16h27, ils entrent dans la gare par l'entrée principale et se postent directement près d'un mur sur la gauche. Ils y restent immobiles durant une vingtaine de secondes et observent la salle des pas perdus. Ils se mettent ensuite en mouvement en direction du grand escalier de la salle. L'un d'eux, sur la droite, semble prendre quelque chose dans la poche intérieure de son survêtement bleu foncé.

 

Il porte un training et des baskets; son complice un survêtement bleu marine zippé, barré de l'inscription «Nike » et un jeans.

 

Dans un second extrait diffusé, filmé à 16h29, les deux agresseurs sont dans la salle des pas perdus et regardent alentours.

 

Quelques instants plus tard, l'un d'entre eux -celui de droite, selon la justice- portera cinq coups de couteau mortels à Joe Van Holsbeeck pour lui voler son lecteur MP3, pendant que l'autre immobilisera l'ami qui se trouve avec lui.

 

Le parquet a diffusé ces images, où les agresseurs apparaissent clairement, afin de faciliter leur identification. Toute personne qui les aurait reconnus peut téléphoner au numéro gratuit 0800/91.119 ou s'adresser au bureau de police le plus proche.

Les parents de la victime ont visionné les images mardi, a indiqué le parquet de Bruxelles.

 

Après le meurtre, les deux jeunes ont pris la fuite par l'entrée principale de la gare. Leur fuite a en partie été filmée par une caméra de surveillance d'un établissement de la rue Saint-Jean, selon le parquet. Leur trace se perd à la place Saint-Jean.

 

Un portrait-robot du tueur, dressé grâce aux descriptions de l'ami de Joe et de vingt autres témoins, a également été diffusé mercredi et publié dans de nombreux journaux.

 

Les funérailles de Joe Van Holsbeeck se dérouleront jeudi dans l'intimité à l'église de Haren. Une marche silencieuse d'hommage à caractère civil est prévue dimanche à 15 heures à Bruxelles.

 

Extrait du Journal LA LIBRE BELGIQUE du 19/04/2006

21:09 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/04/2006

Berchem passe à l'énergie verte !

À Berchem-Sainte-Agathe, on est bien décidé à réduire sa facture d'énergie autant que possible. Faisant partie des sept communes bruxelloises engagées depuis l'an dernier dans le projet PLAGE (Plan local d'action pour la gestion énergétique), Berchem-Sainte-Agathe, qui a ainsi pu bénéficier d'un subside régional de 40.000 euros à cette fin, prend cette mission très au sérieux.

 

Lors du dernier conseil communal, plusieurs travaux, destinés à développer des performances énergétiques dans la commune, ont été votés.

À commencer par le remplacement des châssis du réfectoire de l'école centrale communale. Ceux-ci, datant des années septante, n'assuraient plus une isolation thermique adéquate. Les nouveaux châssis seront installés durant l'été 2006, avant la rentrée scolaire.

 

Un audit est en cours

Les éclairages de la salle des fêtes, de la salle du conseil communal, de la bibliothèque et de l'école centrale sont actuellement à l'étude grâce à un subside d'un montant de 28.000 euros obtenu par la commune de la part de Sibelga.

Un audit est en cours en ce qui concerne l'isolation de la toiture de l'administration communale et la possibilité d'utiliser une chaudière à condensation dans le même bâtiment.

 

Enfin, une étude de faisabilité révélera prochainement la possibilité d'installer des panneaux solaires tant au hall omnisports qu'à la salle des fêtes de l'administration communale.

 

Extrait du Journal LA DERNIERE HEURE LES SPORTS du 18/04/2006

17:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/04/2006

Citoyens non européens, la commune est à vous (aussi)

Les élections communales du 8 octobre 2006 seront les premières auxquelles les citoyens non européens pourront prendre part.

 

Toutefois, pour pouvoir voter, différentes conditions sont à remplir comme par exemple résider en Belgique de façon régulière depuis plus de 5 ans et surtout s’inscrire sur les listes électorales avant le 1er août 2006.

 

Rappelons que cette possibilité existe déjà pour les citoyens européens depuis 2000. Mais dans tous les cas, l’acte d’inscription est indispensable. Rappelons également qu’une fois que cette démarche est entreprise, elle est irréversible et que l’électeur inscrit sera obligé de se déplacer pour voter à chacune des élections auxquelles il peut prendre part.

 

Le cdH vient de publier une petite brochure très intéressante « La commune est à vous » qui explique les différentes démarches à entreprendre et les différentes bonnes manières de voter. Si vous souhaitez recevoir un exemplaire de cette brochure, je me propose de vous en faire parvenir une sur simple demande par email : vandeweyer.marc@skynet.be

 

N’oublions pas non plus que la Région de Bruxelles-Capitale a ouvert un site spécial élections communales très intéressant et sur lequel vous pourrez, notamment, télécharger les formulaires à remplir pour devenir électeur : http://www.bruxelleselections2006.irisnet.be

 

La démocratie n’est vivante que parce que vous vous impliquez, ne vous privez pas de ce droit qui vous est offert.

16:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/04/2006

Visite du Parlement fédéral

Afin de mieux connaître le fonctionnement de nos institutions mais surtout pour découvrir le Parlement fédéral (Chambre et Sénat), je vous invite à participer à la visite organisée par notre Député-Bourgmestre, Joël Riguelle.

 

Cette visite se déroule le samedi 22 avril 2006 à 9h45 ou 14h15 avec un guide de choix, le Sénateur et Professeur de Droit Constitutionnel, Francis Delperée.

 

Vous pouvez donc effectuer cette visite le matin ou l’après-midi. Le rendez-vous est fixé à la rue de Louvain, 13.

 

La visite est totalement gratuite mais l’inscription est obligatoire auprès de Madame Evelyne Debauve, la secrétaire de M. Joël Riguelle. Par mail : jriguelle@parlbru.irisnet.be ou par téléphone : 02/549.68.71.

 

Cerise sur le gâteau, ceux qui le désirent peuvent également prendre le déjeuner au Sénat pour la modique somme de 30,00 €. Là aussi, l’inscription est obligatoire.

 

Je ne peux que vous encourager à participer à cette visite qui est à faire au moins une fois dans sa vie.

17:49 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/04/2006

Clara s'exerce à la démocratie

Mieux comprendre les arcanes de la politique régionale passe désormais par la case bande dessinée. Le président du parlement bruxellois a présenté récemment « Clara s’engage » un album signé par André Moons. La cible : les jeunes. « Ce nouvel outil pédagogique vient compléter notre dispositif d’information envers le citoyen, entame Eric Tomas. Il nous manquait un élément à l’attention de la jeunesse pour expliquer ce qu’est un parlement et comment fonctionne le processus de décisions démocratiques. »

 

L’histoire. Celle d’une jeune étudiante, Clara qui décide un jour de s’engager comme déléguée de classe. Débarque alors un petit nouveau, genre rebelle, qui, à peine arrivé, propose d’organiser un concert rock à l’occasion de la fête de l’établissement. Son prénom, Thomas. Toute ressemblance avec un président d’assemblée serait purement fortuite. « On n’est pas encore là pour se faire de la pub », jure Eric Tomas. D’ailleurs, lui, à l’époque, c’était plutôt Clara puisqu’il fut, dit-il, délégué étudiant au sortir de mai 68. Bref, Thomas, celui de la BD, tente d’imposer son projet façon catcheur. Clara, elle, se fait plus fine et surtout efficace, plongeant de plain-pied dans l’univers de la concertation, de la négociation pour finir, après mille palabres et embûches au résultat escompté. Moralité : si le concert a lieu, c’est grâce à Thomas au départ mais c’est Clara qui l’a fait aboutir au travers du processus démocratique.

 

« Essayer de présenter ce processus de façon ludique était une aventure intéressante », indique l’auteur des textes et dessins. Qui se dit séduit par sa rencontre avec l’univers parlementaire. « J’étais un peu perplexe face à la complexité institutionnelle mais j’ai vu un outil efficace et bien fait qui permet, au final, de prendre les décisions nécessaires au fonctionnement de la communauté et de fédérer les énergies. »

 

Pour s’adresser à ces jeunes lecteurs, André Moons a opté pour la métaphore. « L’école est une mini-société. Quand un marginal expose une idée à la hussarde, ça peut marcher quand on est deux mais pas quand on est un million comme dans une ville ou un millier comme à l’école. » Pour pousser plus avant la découverte, le Parlement annonce des fiches pédagogiques. Elles n’étaient pas disponibles lors de la présentation mais le seront au plus tard à la fin des vacances de Pâques, promet-on. Téléchargeables gratuitement. « Pour approfondir le sujet et lancer des pistes de travail en classe », dit Eric Tomas.

 

Gratuite, la BD est bilingue. Et rien n’a été laissé au hasard : ainsi, si l’on parle de Cirque royal côté francophone, c’est l’Ancienne Belgique qui prend le relais côté néerlandophone. C’est la seule entorse, poursuit le président du Parlement qui imagine volontiers une seconde vie à la BD. « Pourquoi ne pas prolonger par un cours de langue allant jeter un œil de l’autre côté ? »

 

Pour obtenir la BD : 02/549.62.04

 

Extrait du Journal LE SOIR du 12/04/2006

17:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/04/2006

Combler le vide des «unifamiliales»

Le CDH veut permettre aux personnes âgées propriétaires de maisons de louer une partie de leur bien via les AIS. Il manquerait toutefois certaines données objectives. Mais pour le CDH, cette idée mérite réflexion.

 

 

Ce n'est pas un scoop, le logement à Bruxelles est en crise. Pour permettre aux jeunes ménages de se loger sans payer le prix fort, une idée germe dans les rangs CDH depuis plusieurs mois. Les démocrates humanistes y travaillent avec leurs partenaires de la majorité au Parlement bruxellois.

 

Pour faire simple, il s'agit de permettre aux personnes âgées de mettre en location un ou plusieurs étages de leur maison unifamiliale via les Agences immobilières sociales (AIS). Rappelons que celles-ci louent à des tarifs sociaux, donc moins intéressants pour le propriétaire, en échange de la gestion et de l'entretien du bien pendant trois ans.

 

«Il nous faut imaginer des solutions nouvelles», explique Céline Fremault, députée régionale CDH. «Si les jeunes ménages ont du mal à trouver une location à un prix décent, on remarque également qu'un certain nombre de personnes âgées n'occupent pas la totalité de leur maison. Faire en sorte d'y faire vivre des familles permettrait de faire se rencontrer les générations et donc de recréer du lien social».

 

La députée se base sur une expérience qui fonctionne depuis plusieurs années à Molenbeek: l'ASBL «Dar al Amal» qui est restée une toute petite structure faute de subsides.

 

Car l'idée nécessite l'intervention financière de la Région pour transformer ces espaces en unités de logement distinctes. Les propriétaires seraient en outre incités à entrer dans le système grâce à une réduction des impôts fonciers.

 

Au cabinet de Françoise Dupuis (PS), secrétaire d'Etat bruxelloise au Logement, on juge l'idée sympathique mais on signale le manque de données objectives dans ce domaine.

 

Pour donner une idée, on ne connaît toujours pas le nombre exact de logements inoccupés à Bruxelles (il est situé dans une fourchette de 15 à 30 000 unités).

 

Et aujourd'hui, le public privilégié par les AIS est plutôt les personnes, âgées ou pas, qui disposent de logements qu'ils n'habitent pas et pour lesquels ils souhaitent se décharger de la gestion. Par ailleurs, les AIS bruxelloises financent déjà des rénovations légères dans des logements privés et il est difficile d'imaginer les socialistes prôner des investissements publics pour financer des travaux lourds sur le même type de biens.

 

«Je crois néanmoins que cette idée mérite qu'on mette en place des projets pilotes», répond Céline Fremault qui compte déposer une proposition d'ordonnance en ce sens dans les prochaines semaines.

 

Extrait du Journal LA LIBRE BELGIQUE du 13/04/2006

23:09 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/04/2006

L'unique facture annuelle, c'est fini... ou presque

Si vous avez reçu votre facture d’eau annuelle depuis février, vous l’aurez remarqué. On y annonce (en petit), que votre prochaine facture arrivera … dans 6 mois ! Depuis le mois de février, l’IBDE a en effet modifié son mode de facturation.

 

« Depuis des années », explique le président Mohammed El Khattabi, « nous recevions des demandes de gens souhaitant pouvoir payer en plusieurs fois. Les CPAS notamment nous le faisaient remarquer : le problème n’est pas tant le prix de l’eau que le fait de tout devoir tout payer en une fois. »

 

Malgré le coût de cette mesure (plusieurs centaines de milliers d’euros pour l’envoi des 200.000 factures supplémentaires), l’intercommunale a donc décidé de franchir le gué. Si votre ménage consomme plus de 90 m³ par an, vous recevrez désormais deux factures par an : 6 mois après votre facture annuelle, il vous sera réclamé une facture servant d’acompte, soit la moitié du montant annuel payé précédemment.

 

Au-delà de 180 m³ par an, un ménage recevra dorénavant des factures trimestrielles, soit trois factures d’acompte et une facture de régularisation basée sur le relevé annuel du compteur d’eau.

 

Si vous êtes vraiment un gros consommateur, (de 2 à 20 m³ par jour), vous recevrez une facture tous les deux mois.

 

Enfin, pour les très fortes consommations (plus de 20.000 litres/jour), le système de la facturation mensuelle restera d’application. C’est le cas de certaines grosses entreprises.

 

Par contre, la situation restera inchangée pour les personnes seules ou les ménages consommant moins de 90 m³ annuellement.

 

On peut également obtenir des délais de paiement sur simple demande, sans obligation de justification. Rappelons aussi que la tarification solidaire permet, dès 2006, à 70% de Bruxellois de bénéficier d’une diminution du montant de leurs factures d’eau. Et l’intercommunale ne procède plus à aucune coupure d’eau à des fins domestiques durant la période des vacances annuelles (1er juillet au 30 août) tout comme durant la période hivernale (entre le 1er novembre et le 31 mars), sauf pour des raisons techniques ou de sécurité.

 

Extrait du journal LA CAPITALE du 12/04/2006

22:47 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/04/2006

Les camions seront bientôt interdits à Jette !

Dès l'automne, les plus de 3,5 tonnes ne pourront plus stationner dans la commune. Sauf autour du cimetière. La localité souhaite ainsi mieux lutter contre le stationnement sauvage. 80 plaques d'interdiction seront installées.

 

En lançant cette idée, l'échevin jettois en charge de la Mobilité, Jean-Louis Pirottin (CDH), s'attaque à un problème de poids dans la commune.

 

Dès l'automne prochain, Jette deviendra une zone interdite aux 3,5 tonnes. Entendez qu'ils ne pourront plus stationner où bon leur semble sur le territoire jettois. Une alternative leur sera proposée: tout le long du cimetière de Jette, comme c'est déjà le cas actuellement, avec une zone supplémentaire réservée du côté de la rue d'Esseghem, jusqu'au pont ferroviaire.

 

Cette mesure n'attend plus que l'approbation du Service public fédéral de la Mobilité. Car pour ce qui concerne les autorités locales, le conseil communal vient de donner son accord.

 

A l'heure actuelle, seules certaines voiries jettoises sont interdites aux camions, comme l'indiquent les panneaux installés à leurs extrémités. Mais pour Jean-Louis Pirottin, ces «mesures individuelles, concernant uniquement certaines rues et rejetant donc le problème des poids lourds sur les voiries parallèles, sont inefficaces».

 

En interdisant le stationnement des poids lourds sur l'ensemble du territoire communal, l'échevin compte réduire les problèmes de parking sauvage. Les autorités municipales jettoises se montreront, par contre, plus tolérantes vis-à-vis des véhicules de plus faible tonnage. Ils pourront accéder aux voiries jusqu'ici interdites à tous les camions, quel que soit leur poids.

 

Cette mesure s'intègre dans la phase 3 du Plan communal de mobilité: celle de l'action. Pour rappel, l'ensemble des réalisations entamées dans le cadre de cette phase 3 sont présentées dans le hall de la maison communale.

 

D'ici l'automne, la commune procédera à l'installation de 80 panneaux de circulation relatifs à cette interdiction, ceci à toutes les entrées de l'entité. Et une campagne de sensibilisation précédera, par ailleurs, l'entrée en vigueur de cette mesure.

 

Extrait du Journal LA LIBRE BELGIQUE du 10/04/2006

 

Notre commune ne devrait-elle pas s'inspirer de cette initiative ?

14:44 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/04/2006

La nouvelle Loi sur la circulation. Pas plus sévère, mais plus logique

Afin d'informer les usagers de la route de l'entrée en vigueur de la nouvelle législation, une vaste campagne d'information sera lancée dès le 1er avril. Différents moyens seront mis en œuvre pour diffuser l'information. A partir du 10 avril prochain, 3 affiches aux couleurs et slogans différents seront visibles le long de nos (auto)routes et du 1er au 15 avril, deux spots radio seront diffusés. Plusieurs émissions Contacts et Ça Roule ont été et seront encore consacrées à la nouvelle législation. Vous pouvez bien entendu toujours avoir accès au premier volet de la campagne, qui vous donne des informations détaillées sur la nouvelle législation sur le site de "jesuispour". En attendant, voici la carte des amendes et un aperçu des changements :

 

1er degré = 50,00 €

• Ne pas porter la ceinture

• Ne pas mettre ses clignotants quand c’est obligatoire

• Rouler à vélo la nuit sans éclairage

• Emprunter la bande bus quand c’est interdit

• Emprunter la bande d’arrêt d’urgence quand c’est interdit

 

2e degré: mise en danger indirecte = 100,00 €

• Brûler un feu orange

• Utiliser un GSM sans kit mains libres en conduisant

• Dépasser par la droite quand c’est interdit

• Ne pas respecter la distance de sécurité pour les camions

• Ne pas allumer ses feux de brouillard arrière quand c’est obligatoire

• Stationner de manière dangereuse et/ou gênante (dans certains cas)

• Stationner de manière illégitime sur un emplacement réservé aux personnes handicapées

 

3e degré: mise en danger directe = 150,00 €

• Brûler un feu rouge

• Ne pas respecter une interdiction de dépasser

• Tripler quand c’est interdit

• Dépasser à l’approche d’un endroit de traversée

• Mettre en danger un piéton ou un cycliste

• Ne pas respecter les règles relatives au croisement

 

4e degré: mise en danger irrémédiable = Renvoi devant le tribunal *

• Dépasser par la gauche dans une côte ou un virage

• Inciter à une vitesse excessive

• Ne pas respecter la signalisation à un passage à niveau

• Faire demi-tour sur autoroute

• Faire la course sur la voie publique

 

* Décision à prendre par le Procureur du Roi

23:32 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/04/2006

Berchem s'arme contre les menteurs

Qui dit commune paisible, sans gros soucis de violence, ne veut pas forcément signifier que la sécurité ne doit plus y être une priorité.

 

À Berchem-Sainte-Agathe, une trentaine d'agents communaux suivent actuellement une formation spécifique pour pouvoir établir des constats d'infractions au Règlement général de police (RGP). C'est que le bourgmestre Joël Riguelle (CDH) tient à remettre «l'accent sur le respect des règles de vie en commun». Ces fonctionnaires en formation viendront ainsi renforcer les contrôles tant dans l'espace public que dans les installations communales.

 

Flyer sur les nouvelles règles

Pour rappel, la nouvelle loi communale prévoit que les communes puissent désigner des agents pour constater des infractions au Règlement général de police passibles exclusivement de sanctions administratives.

 

Et plus question de faire semblant qu'on ignorait ce règlement dans la commune berchemoise. Les autorités communales distribueront après le week-end de Pâques un RGP dans toutes les boîtes aux lettres. Aux oubliettes donc les 1001 excuses pour tenter d'échapper aux amendes administratives en cas d'infractions, cette fois la commune de Berchem-Sainte-Agathe est bien armée, plus que jamais.

 

Extrait du Journal LA DERNIERE HEURE LES SPORTS du 06/04/2006

08:41 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/04/2006

Zone Ouest, plus de 43.000 véhicules contrôlés en mars

Le service Trafic de la police de la zone de Bruxelles-Ouest a contrôlé 43.020 véhicules et dressé 4.078 procès-verbaux au cours du mois de mars. Au total, 54 heures de contrôle ont été organisées. La vitesse maximum a été mesurée à Jette, avenue de l'Exposition où un conducteur a été flashé à 114 km/h alors que la vitesse maximale autorisée est de 50 km/h. L'objectif visé par la police de la zone de Bruxelles-Ouest est de contrôler la vitesse de 450.000 véhicules d'ici fin 2006. La police effectuera des contrôles de vitesse le 7 et 17 avril à Molenbeek-Saint- Jean, le 10 et 19 avril à Berchem-Sainte-Agathe, le 20 et 25 à Ganshoren, le 8 et le 27 avril à Jette, le 14 et 28 avril à Koekelberg.

 

Extrait du Journal LA DERNIERE HEURE LES SPORTS du 05/04/2006

23:08 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/04/2006

20.000 brochures pour les élections

20.000 brochures baptisées Je fais entendre ma voix vont être distribuées aux associations dans les prochaines semaines. Didactiques à souhait, ces mini magazines édités par la Région bruxelloise ont pour objectif d'expliquer en long et en large comment vont se dérouler les élections communales du 8 octobre prochain.

 

«Notre but était de créer un outil pédagogique tout public (jeunes, personnes âgées, handicapés, électeurs étrangers)», explique le ministre-président de la Région bruxelloise Charles Picqué (PS). «Cette brochure a pour ambition de guider les citoyens dans l'exercice de ce droit fondamental. Elle contient une série de renseignements de base mais constitue également une invitation à aller plus loin dans la recherche d'informations permettant à chacun de mieux comprendre les implications de son rôle d'électeur. Cette brochure servira de matériel pédagogique pour de nombreuses associations de terrain.»

 

Ces élections seront teintées d'un large goût de nouveauté. Primo, c'est la première fois que la Région bruxelloise organise les élections communales. Deuzio, tous les Bruxellois ou presque pourront voter, à différentes conditions. C'est-à-dire les 870.000 Belges, les 145.000 Européens et les 45.000 Non-Européens habitants recensés sur le territoire bruxellois. Si les Européens ont déjà pu voter en 2000, ils étaient très peu (7 %) et les nouveaux pays membres n'étaient pas encore présents.

 

Extrait du Journal LA DERNIERE HEURE LES SPORTS du 31/03/2006

08:16 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/04/2006

Les collectes des déchets verts reprennent ce dimanche 2 avril

Le mot «jardiner» fait spontanément penser à la taille des haies, à la plantation de fleurs, à la tonte de pelouses….

 

Mais que fait-on de ces centaines de tonnes de déchets de jardin ? Comment s’en débarrasse-t-on ? Qui dit : "dans le sac blanc", se trompe! Dans le sac blanc on met uniquement des déchets non triés qui seront éliminés par incinération. Les déchets de jardin peuvent être récupérés et compostés.

 

Pour les personnes qui ne peuvent pas composter chez elle, la une collecte saisonnière de déchets de jardin existe maintenant depuis trois ans. Elle est organisée chaque dimanche sur base de principes simples : les communes dites «vertes» sont parcourues par nos camions et collectent en porte-à-porte les déchets de jardin.

 

Pour les communes «moins vertes», des points d’apports volontaires sont mis à disposition le dimanche. Les habitants peuvent y déposer gratuitement leurs déchets de jardinage.

 

La collecte des déchets de jardin reprend dès le 2 avril 2006.

En résumé :

 

Compostage à domicile ;

Collectes en porte-à-porte dans dix communes « vertes » ;

Neuf points d’apports volontaires.

 

Semer, élaguer … composter

Quand on a la main verte, il est facile de traiter ou de composter soi-même ses déchets de jardin. Composter à la maison a deux avantages. D’une part, les déchets de jardin ne doivent pas être collectés et d’autre part, votre compost ou terreau nourrira le sol de votre jardin. En plus il est gratuit.

 

Plus d’infos ? Téléphonez à l’Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement (IBGE) 02/775 75 75. Ils vous aideront à devenir un parfait Maître Composteur.

 

Du printemps à l'automne, une collecte de déchets verts est organisée en porte-à-porte chaque dimanche. Elle s’effectue dans les communes d’Auderghem, Berchem-Sainte-Agathe, Jette, Uccle, Watermael-Boitsfort et Woluwe-Saint-Pierre, Ganshoren et Woluwé-Saint-Lambert. Cette année viennent s’ajouter à cette liste les communes d'Anderlecht et molenbeek, à présent, collectées partiellement. Les habitants de ces dix communes peuvent se débarrasser de leurs déchets de jardin au moyen du sac vert spécialement conçu à cet usage. Les branchages seront liés en fagots et déposés côté du sac.

 

Comment faire : c’est simple ! Déposer le tout sur le trottoir le dimanche pour 14h00.

Où trouver ce sac vert ? Ces sacs sont vendus à 1,71 €/le rouleau dans les grandes surfaces et certains magasins de bricolage participant à l’action "déchets de jardin".

10:16 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |