11/02/2016

Images de Marc - L'aventure continue

IDM 2016.jpg

Dès le 1er mars 2016, une nouvelle version de votre journal Images de Marc arrivera dans vos boites aux lettres, du moins si vous faites partie de mon fichier.

Une nouvelle fonction au sein de ma commune qui me donnera l’occasion de vous proposer un nouveau logo et une nouvelle mise en page de ce lien trimestriel avec les Berchemois né en 1999 déjà.

Vous ne faites pas partie de mon fichier et vous souhaitez recevoir mon journal ? Rien de plus simple : envoyez-moi vos coordonnées complètes à mon adresse mail : vandeweyer.marc@skynet.be. Attention, uniquement réservé aux Berchemois !

21:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/02/2016

Les communes s'attaquent aux rénovations non déclarées

Rénovation.jpg

De plus en plus de communes se mettent activement à la recherche de particuliers ayant omis de déclarer une rénovation au cadastre. Plusieurs communes bruxelloises ont ainsi interrogé des propriétaires dont les habitations sont dépourvues de tout confort selon les données officielles au cours des derniers mois. Les communes flamandes ont elles aussi redoublé d'efforts afin de revoir le revenu cadastral des bâtiments rénovés, rapporte De Tijd samedi.

"Etant donné que le précompte immobilier est une source de revenus importante pour les communes, nous avons augmenté les initiatives depuis trois ans", explique Francis Adyns, porte-parole du SPF Finances.

Le précompte immobilier est calculé sur la base du revenu cadastral. Quelque 80% du précompte immobilier est destiné aux communes. Pour les communes flamandes, cela représente environ un quart des rentrées financières.

Vu que de plus en plus de travaux de rénovation peuvent se passer de permis de bâtir, les communes sont bien moins informées de ceux-ci. Plusieurs communes bruxelloises, dont Bruxelles-Ville, Uccle et Evere, ainsi que les autorités locales flamandes ont dès lors récemment mis les bouchées doubles pour dénicher les travaux n'ayant pas été déclarés. En deux ans, ce sont 2.338 dossiers qui ont été ouverts par les contrôleurs flamands.

Une révision générale du revenu cadastral n'est pas à l'ordre du jour, a indiqué le ministre des Finances Johan Van Overtveldt en janvier à la commission des Finances et du Budget.

Bientôt à Berchem-Sainte-Agathe ? Qui sait…

10:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2016

Grippe: le seuil épidémique est franchi

grippe.jpg

Le seuil épidémique a été dépassé pour la première fois cette année entre le 25 et le 31 janvier 2016, avec 232 consultations pour syndrome grippal chez un généraliste par 100 000 habitants  », explique le Dr Isabelle Thomas, virologue à l’ISP. « L’activité grippale devrait continuer à augmenter la semaine prochaine. Si ce scénario se confirme et que l’activité se maintient au-dessus du seuil épidémique la semaine prochaine, l’ISP pourra alors officiellement déclarer l’épidémie de grippe en Belgique », poursuit-elle.

L’épidémie de grippe n’est pas encore officielle même si dans certaines classes de l’école maternelle que je dirige, la moitié des enfants sont absents. Pour déclarer officiellement l’épidémie de grippe en Belgique, deux conditions doivent être remplies simultanément : 20 % minimum des échantillons respiratoires analysés par le laboratoire national de la grippe de l’ISP doivent être positifs. Entre le 25 et 31 janvier 2016, 66 % des échantillons analysés par l’ISP se sont avérés positifs pour les virus de la grippe (34 % de souches A et 31 % de souches B).

Le seuil épidémique de 144 consultations par 100 000 habitants doit être dépassé durant au moins deux semaines consécutives. Ce n’est actuellement pas encore le cas, raison pour laquelle l’épidémie de grippe n’est pas encore officiellement déclarée en Belgique. L’ISP s’attend désormais à ce que l’activité grippale augmente la semaine prochaine. Il est toutefois impossible de prédire la date à laquelle le ’pic épidémique’ sera atteint, ni son intensité. Ce n’est qu’a posteriori, lorsqu’une diminution de l’activité grippale aura été constatée, que l’ISP pourra déterminer la date et l’intensité du pic en Belgique.

Depuis le début de la période de surveillance, les différentes souches des virus Influenza A et B circulent simultanément, avec une prédominance de souches A(H1N1) et B, surtout de la lignée Victoria. Il est à ce stade trop tôt pour évaluer l’efficacité des vaccins trivalents et quadrivalents pour la saison grippale 2015-2016.

Il est désormais trop tard pour se vacciner, sauf cas exceptionnel à évaluer avec son médecin…

18:17 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2016

2380 Belges ont demandé à changer de nom et/ou de prénom en 2015

CI 2.jpg

L'an dernier, 2380 Belges ont introduit une demande pour changer de nom de famille et/ou de prénom. Parmi ces cas, 1170 concernaient le nom de famille, 1002 le prénom et 208 les deux, selon les chiffres du SPF Justice. Le nombre de sollicitations augmente d'année en année. De 865 en 1997, elles sont passées à 2143 en 2014.

Une longue procédure est d'application pour aboutir à un changement de nom. Le SPF Justice souligne d'ailleurs que « le changement de nom et/ou de prénom volontaire n’est pas un droit mais une simple faveur accordée respectivement par arrêté royal ou ministériel ».

Le changement de nom ne peut qu'exceptionnellement être accordé, en la présence de motifs sérieux (d'ordre familial, personnel, socio-historique, administratif...) et si le nom sollicité ne prête pas à confusion et ne nuit pas au demandeur ou à d'autres personnes. En ce qui concerne les prénoms, les cas particuliers fondés sur le transsexualisme requièrent en outre une déclaration d'un psychiatre et d'un endocrinologue.

Le coût de la procédure pour le changement de prénom est fixé à 490 euros mais le ministre de la Justice peut éventuellement réduire ce montant à 49 euros si le prénom est « ridicule ou odieux, a une consonance étrangère, prête à confusion, est modifié uniquement par un trait d’union ou un signe qui modifie sa prononciation ou est simplement abrégé », selon les termes repris sur le site internet du service public. Le changement de prénom pour cause de transsexualisme coûte, lui, toujours 49 euros.

En ce qui concerne le changement de nom de famille, il coûte 49 euros. Le coût de l'ajout d'un nom, d'une particule ou le remplacement d'une lettre majuscule par une minuscule grimpe toutefois à 740 euros par personne.

En moyenne, la durée totale de la procédure est inférieure à 6 mois pour le changement de prénom et de douze à dix-huit mois pour le nom de famille.

18:31 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/01/2016

Le SchweitZ' Air Festival

Schwetzair.jpg

Pas encore entendu parler du SchweitZ' Air Festival ? Cette activité est la dernière initiative que j’ai soutenue en ma qualité d’Echevin de la Jeunesse. Elle est le résultat d’une entreprise menée par des jeunes pour des jeunes. J’ai souhaité que le Service Jeunesse soutienne et coache cette activité en partenariat avec nos deux centres culturels !

Malheureusement, je ne suis plus à la manœuvre politique mais je vous invite à soutenir cette rafraîchissante initiative car le SchweitZ' Air Festival sera le nouvel évènement musical gratuit du nord-ouest de Bruxelles au printemps 2016.

Un festival de musique en plein air qui s’étendra sur une journée, le samedi 18 juin 2016 et qui vous proposera un programme à la fois original et éclectique.

Envie de passer une soirée conviviale pour soutenir le projet ? ...

Alors, rejoignez-nous le vendredi 19 février à la salle des Fêtes de Berchem-Sainte-Agathe.

Au programme : apéro, repas, concert et soirée dansante.

Pour mener à bien ce projet, nous avons besoin de votre soutien et de votre présence!

On vous attend nombreux.

- Programme

19h00: apéro

19h30: repas (spaghetti bolognaise ou végétarien)

21h00: concert de Stefan Dixon

23h00: soirée dansante

- Quand

Le 19 février 2016

- Où

A la Salle des Fêtes de Berchem-Ste-Agathe. Avenue du Roi Albert, 33 - 1082 Berchem-Sainte-Agathe.

- Prix

All-in (apéro/repas/dessert + concert + soirée):

12€ (adulte)

8€ (étudiant)

Concert/soirée: 4€

- Réservation : schweitzairfestival@gmail.com

19:59 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/01/2016

Ne dites plus Télé Bruxelles, mais Bx1

bx1.jpg

Après 30 années d'existence médiatique sous le nom de Télé Bruxelles, la chaine de télévision régionale a officiellement changé de nom, vendredi soir, pour adopter celui de Bxl1, certes un peu plus métallique, mais qui se veut plus en phase avec la vocation multiple de la plupart des medias, présents sur leur support de prédilection (ici, la télévision), mais aussi dans les réseaux sociaux, sur les supports mobiles, voire d'autres moyens de diffusion.

Le basculement a eu lieu vendredi soir au cours d'une émission spéciale agrémentée d'un moment convivial organisé dans le pourtour de la place De Brouckère, en présence de nombreuses personnalités de la société politique, civile et médiatique bruxelloise.

BX1, ne se lit pas seulement sous un nouveau logo décliné vendredi soir sur écran géant, et reprenant des lettres de Bruxelles et, le "1" figurant une position de media historique dans sa vocation régionale. Il se décline sous forme d'un changement dans la programmation à travers la diffusion de huit nouvelles émissions.

Au rang un des nouveautés cités par BX1, l'information désormais diffusée le samedi également pour boucler toute la semaine. L'émission du samedi consistera en un "tout en image" couvrant l'actualité de la journée.

Feront leur apparition dès les prochains jours, des émissions consacrées à la gastronomie bruxelloise, le dimanche; à la philosophie depuis un lieu emblématique de la ville, le mardi; à vocation historique consacrée au centenaire de la Première Guerre mondiale, le jeudi; au destin d'anciens chercheurs d'emploi, les mercredi et dimanche; à diverses facettes de l'architecture urbaine, le lundi, et une autre portant un regard décalé sur les sorties cinéma, le vendredi.

Le "tram", sera désormais consacré, un dimanche sur deux, à l'histoire de Bruxelles racontée par des historiens ou archivistes.

19:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2016

La religion toujours aussi présente chez les Belges francophones

église 2.jpg

Septante-quatre pour cent des Belges francophones revendiquent une identité religieuse, ressort-il jeudi d'un sondage Ipsos-ORELA-RTBF-Le Soir. La plupart se disent catholiques, pratiquants (20%) ou non pratiquants (43%).

Au total, 26% des Belges francophones sont "incroyants, indifférents, athées ou agnostiques". Ils sont plus nombreux à Bruxelles (30%) qu'en Wallonie (25%), et parmi les hommes (38%) que les femmes (14%).

Le catholicisme est nettement plus présent en Wallonie (68% dont 47% de non pratiquants) qu'à Bruxelles (40% dont 28% de non pratiquants).

L'islam, qui concerne 7% des francophones (dont 1% de non pratiquants), est la religion la plus pratiquée à Bruxelles (19%, plus 4% de non pratiquants). Seuls 3% des Wallons francophones se disent musulmans.

Par ailleurs, 35% des sondés considèrent la religion comme un facteur de repli. Les musulmans sont à 94% opposés à l'idée que la religion puisse constituer un facteur de violence. Les catholiques sont partagés, 45% d'entre eux ayant répondu par l'affirmative à cette proposition.

Le sondage a été effectué par téléphone auprès de 600 Belges francophones de 18 ans et plus (300 en Wallonie, 300 à Bruxelles), entre le 12 et le 20 janvier.

22:49 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2016

cdH... Une chute inévitable !

Lutgen - Milquet.jpg

Au printemps 2011, le cdH était en ébullition parce qu’un sondage le pointait à 10 % en Wallonie et à Bruxelles. Le départ (attendu) de Joëlle Milquet de la présidence avait même été un peu précipité. Cinq ans plus tard, le baromètre du journal Le Soir annonce le cdH à 6,8 % à Bruxelles et 11,1 % en

Wallonie… sous le résultat historiquement bas de 2014. « C’est un signal qui doit nous interpeller », admettent de hauts mandataires. Comment analyser la dégringolade – même si l’on dira que ce n’est qu’un sondage et qu’il faut tenir compte de la marge d’erreur ? Réponse en trois temps.

  1. La difficulté centriste

Les humanistes tiennent à le souligner, comme le député Georges Dallemagne : « Il y a une tendance à la baisse de tous les partis classiques et une tendance générale à préférer les extrêmes. C’est un enseignement majeur : le désenchantement par rapport au travail des gouvernements face aux nouvelles sirènes, populistes ou extrémistes. » Mais à cette tendance générale s’ajoute une spécificité cdH : celle de faire entendre une voix centriste entre des avis (bien) plus tranchés à gauche et à droite dans un débat politique très polarisé. Georges Dallemagne le résume en une « question existentielle », qui vaut selon lui pour tous les partis traditionnels : « Est-ce qu’on répond encore à l’attente d’une société en train d’évoluer très fort par rapport à certaines menaces ? Le projet humaniste résonne-t-il encore pour une partie de la population ? »

Le politologue Pascal Delwit (ULB) pose la question ainsi : « Comment s’identifier ? Le centrisme, c’est un positionnement politique, pas une identité. Or, pour créer une adhésion, il faut un électorat en phase avec un message. Avant, le parti était le défenseur de l’enseignement libre confessionnel, du réseau hospitalier libre… Mais on n’est plus là-dedans. Et c’est très dur pour lui de trouver son ton dans l’opposition, car le gouvernement fédéral, très marqué à droite, génère une opposition très à gauche ; le cdH, lui, ne peut pas se positionner à gauche d’autant qu’il essaie de reprendre l’électorat de centre droit du MR. Cela n’aide pas à la clarté et la lisibilité du message. » Pourtant, au cdH, on juge disposer d’« un boulevard entre une droite dure et une gauche tiraillée par le PTB », mais l’on avoue « ne pas arriver à le capitaliser ».

  1. Un message peu clair

Comment occuper ce boulevard ? « On doit être plus combatifs, beaucoup plus tranchés dans l’expression de nos positions et se faire un peu violence par rapport à notre ADN de la nuance et du pragmatisme, car on vit dans une période où c’est médiatiquement moins porteur. Nous devons être plus impactants, plus présents. » Ce qui vaut aussi pour le président : « Benoît doit davantage incarner la ligne cdH. » Le message lui est manifestement remonté mardi… D’autant que plusieurs idées de Benoît Lutgen ont fait pschitt : la ville nouvelle, le modèle Fepros de sécurité sociale francophone, ou l’appel à la réunion des présidents de parti francophone. La réflexion pour « mieux véhiculer le message » est en cours en interne. L’opération « alternative.be » visant à faire des parlementaires des référents dans leurs matières en fait partie. Et dans les semaines qui viennent, nous glisse-t-on, « des positions plus affirmées, permettant plus d’identification » sont prévues.

  1. Le problème des personnalités

Quand un parti va mal, ses ténors sont sur la sellette. Pas mal de Bruxellois regrettent que le parti se wallonise, voire se ruralise sous la présidence de Lutgen. D’autres reconnaissent que « la spirale négative » de Joëlle Milquet, qui enchaîne les couacs médiatiques (elle parle de « bashing »), se répercute sur le parti. A Bruxelles en tout cas, l’heure de la transition est attendue par la nouvelle génération, les Milquet, Delpérée, Cerexhe… occupant le terrain depuis les années 2000. Reste que, jusqu’à preuve du contraire, c’est Milquet qui fait les voix « sans aucune comparaison avec les autres ». Mais notre sondage annonce son recul en termes de popularité : elle est désormais 8e au hit-parade des personnalités. Et en Wallonie, les ministres cdH ne brillent pas par leur popularité, si l’on excepte Maxime Prévot. Alors, y at-il un problème de personnalités au cdH ? « Oui, surtout dans les grands pôles urbains comme Charleroi, Mons, Tournai, Liège…, répond Pascal Delwit. Le parti a du mal à faire émerger de nouvelles personnalités. » Outre un conflit latent Milquet-Lutgen, reconnaissent certains cdH. Des Bruxellois s’interrogent dès lors : faut-il remplacer Milquet comme chef de file dans la capitale, d’autant qu’elle n’a plus guère le temps de remplir ce rôle, qu’elle ne mobilise plus les troupes comme autrefois et que sa vision de la ville n’est plus forcément partagée ? « La question devra être tranchée », répondent plusieurs humanistes. Mais, selon nos informations, son remplacement n’est pas nécessairement à l’ordre du jour. Car malgré son image polémique de l’heure et une méthode et une communication brouillonnes « qui occultent tout pour le moment, on reconnaît sa capacité à « mener à bien ses réformes ».

 

Extrait du Journal LE SOIR du 27/01/2016

18:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/01/2016

Le tunnel Léopold II restera ouvert au trafic en journée

Léopold II.jpg

Après une inspection minutieuse de la zone dans laquelle un morceau de béton est tombé au cours du week-end dernier, il a été décidé de maintenir le tunnel Léopold II ouvert au trafic en journée, a indiqué lundi après-midi Bruxelles mobilité par la voix de sa porte-parole.

Au cours des prochains jours, et en dépit d'une inspection déjà effectuée dans un délai plutôt récent, une inspection minutieuse de l'ensemble de l'ouvrage sera effectuée de nuit, donnant lieu à des fermetures temporaires et partielles, a-t-elle précisé, ajoutant que cela ne remettrait nullement en cause la nécessité à brève échéance de rénover cette infrastructure.

"Lorsque vous êtes compétent, vous ne l'êtes pas seulement pour les avantages, mais aussi pour les inconvénients. Si l'on constate que le gouvernement bruxellois n'en a pas fait assez par le passé, celui-ci doit être déclaré responsable et ne pas envoyer la facture chez les autres."

Plusieurs élus francophones ont plaidé lundi matin en faveur d'une intervention du fédéral et des Régions afin de résoudre les problèmes de mobilité à Bruxelles et, plus particulièrement, la question de la vétusté des tunnels bruxellois. Les chefs de file du PS et du MR à Bruxelles ont ainsi appelé à un travail commun, associant le fédéral et les Régions, sur la mobilité dans et autour de Bruxelles, après les avaries de deux tunnels dans la capitale.

Mais, selon Ben Weyts, le gouvernement bruxellois doit assumer la responsabilité et ne pas envoyer la facture chez les autres. "Le fait que les Flamands utilisent les infrastructures bruxelloises n'a rien à voir. Je ne réclame pas d'argent aux Régions wallonne et bruxelloise pour l'entretien de la E40 parce que des Wallons et des Bruxellois l'utilisent pour se rendre à la Côte. Enfin, la 6e réforme de l'État a prévu un montant supplémentaire de 500 millions d'euros en faveur de la Région de Bruxelles-Capitale, basée notamment sur la charge présumée des navetteurs sur l'infrastructure", fait valoir le ministre.

Bral, le mouvement urbain qui se bat pour un Bruxelles durable, estime que la rénovation des tunnels bruxellois n'est pas une solution. Selon lui, la fermeture des tunnels est à terme inévitable.

"Avec les avaries de deux tunnels dans la capitale, c'est toute la vision de la mobilité du siècle passé qui s'effondre. La fermeture des tunnels est inévitable et ce, qu'ils soient aujourd'hui rénovés ou pas", estime le Bral. "Quoi qu'il en soit, de nombreuses personnes devront adapter leurs habitudes de déplacement et c'est pourquoi il y a dans cette crise l'opportunité de faire de réels progrès. De plusieurs études, il ressort que le comportement de déplacement dépend en grande partie de nos habitudes, voilà une occasion de les changer."

Selon l'organisation, l'argent disponible doit être injecté dans les transports publics afin qu'ils soient plus efficaces et davantage développés.

13:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/01/2016

Une reconnaissance du travail accompli !

cardan.jpg

A l’occasion d’un numéro spécial sur la citoyenneté et avant de céder mon mandat d’Echevin à la fin du mois de décembre dernier, il m’a été demandé par l’équipe du « Cardan » (une revue destinée aux écoles secondaires libres de Bruxelles-Brabant) d’écrire un article sur les actions menées à Berchem-Sainte-Agathe dans le cadre de mes compétences d’Echevin de la Jeunesse ayant pour objectifs de renforcer cette valeur essentielle. Voici l’article tel qu’il est paru dans le n°171 de janvier et février 2016.

 

On prétend que la commune est le niveau de pouvoir préféré des citoyens ! Sans doute parce qu’il permet aux mandataires communaux d’agir dans le quotidien des habitants de leur commune, au plus près de leurs besoins ou aspirations. C’est sans doute pour cela que j’ai choisi de m’impliquer dans la vie politique de ma commune, il y a déjà plus de 25 ans.

M’engager pour ma commune, travailler dans le concret des gens, améliorer la vie de mes voisins, voilà le moteur de mon action.

Conseiller communal entre 1995 et 2006, j’ai la chance d’avoir pu intégrer le Collège des Bourgmestre et Echevins de la commune de Berchem-Sainte-Agathe et donc l’exécutif communal en décembre 2006. Mon engagement a donc pris une autre dimension et j’ai notamment reçu la responsabilité de gérer la politique de la Jeunesse, de la Famille et la Petite Enfance.

Au cœur de mon action pour la jeunesse, la question de la citoyenneté a toujours été présente !

Bien entendu, nous proposons aux jeunes Berchemois un nombre important d’activités de loisirs mais, au travers d’initiatives plus originales ou inédites, plus formatrices, également nous avons également mis un point d’honneur à véhiculer ou à former à certaines valeurs essentielles comme le respect, la solidarité ou la démocratie.

Pour les enfants de 5e et 6e année primaire, nous avons mis sur pied un Conseil Communal des Enfants bilingue, une exception en Belgique. Nous n’avons pas voulu créer un gadget électoral mais travailler dans le concret. La mise en place de ce CCE répond à un processus qui s’étend sur 2 ans. Après avoir pu visiter la commune et comprendre les rouages de la démocratie locale, les 12 classes de P5 de Berchem-Sainte-Agathe doivent, dans le cadre d’un budget défini, proposer un projet original pour améliorer le quotidien des enfants berchemois. Chaque classe élit ensuite deux représentants qui défendent ce projet au sein du CCE. Au terme des 12 présentations, les jeunes conseillers doivent choisir et voter pour le meilleur projet sans pouvoir voter pour le leur. Douloureux dilemme qui invite nos jeunes à privilégier le bien commun et l’intérêt général. A ce jour, nous avons pu inaugurer un bike-park (un parcours d’obstacles pour vélos) et un parcours santé dans le bois communal. Un bel exercice de démocratie participative.

Dans le cadre des activités formatrices, la commune a également voulu rentabiliser intelligemment la période qui sépare la fin des examens de juin et la remise des résultats, ce moment d’inactivité que l’on appelle « les Jours Blancs ». En plus des activités de loisirs, nous proposons à nos jeunes de se former gratuitement au BEPS (le Brevet Européen de Premiers Secours). Cette formation rencontre toujours un grand succès et nous sommes à chaque fois contraints de la dédoubler. Cette volonté des jeunes de consacrer du temps à apprendre les bons gestes à poser pour venir en aide à autrui en cas de besoin témoigne également de leur souci d’être des citoyens actifs et responsables.

La commune a également pris conscience qu’une franche importante de notre jeunesse du fait de leur origine, de leur milieu familial ou de leur parcours scolaire n’avait pas accès au monde du travail étudiant et était privée d’une première expérience professionnelle qui peut pourtant souvent servir de tremplin pour une entrée dans la vraie vie active. La commune a donc décidé de créer l’opération « Eté Solidaire ». Cette initiative permet chaque année à 25 jeunes de travailler une semaine durant les vacances d’été pour la commune, le CPAS, la bibliothèque communale ou le centre de revalidation VALIDA. Indépendamment du fait que les jeunes pourront grâce à cet emploi écrire ou ajouter une ligne d’expérience sur leur CV, il est à noter que ces emplois sont à haute valeur humaine ajoutée ! Non seulement le jeune peut se valoriser d’un travail au service de la collectivité mais à chaque fois, ce type d’expérience a permis de renvoyer vers les divers employeurs, une image positive d’une jeunesse qui n’est pas toujours des plus privilégiée.

Un autre souci de la commune a été et est d’encourager les activités intergénérationnelles ! Que ce soit avec les enfants en âge primaire qui fréquentent la plaine de vacances et qui rendent des visites régulières aux pensionnaires du home communal ou lors des activités « Vacances Jeunes » que nous organisons avec nos ados. Depuis la mise en place de cette offre d’activités ludiques pour les 12-16 ans, nous avons souhaité organisée à minima, au moins 1 activité par mois avec les aînés de notre commune. Cela se concrétise par exemple par une visite commune de l’exposition spéciale 14-18 l’année dernière et de l’exposition 40-45 cette année, d’une journée à la mer ou d’une visite de Bruxelles. A travers des rencontres inédites, la barrière des préjugés entre jeunes et aînés s’estompe, le respect s’installe et des connivences se créent. Une belle manière également d’éveiller à la citoyenneté.

Dans notre commune, les activités ludiques et sportives pour nos jeunes ont toute leur place mais nous n’oublions jamais la responsabilité qui est la nôtre de faire de ces jeunes les citoyens de demain. Dans cet esprit, nous mettons tout en place pour donner à tous, les mêmes chances de réussite et d’émancipation sociale.

 

Marc Vande Weyer - Echevin de la Jeunesse francophone de Berchem-Sainte-Agathe

13:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/01/2016

Les plaques personnalisées sont toujours un grand succès

plaques perso.jpg

Les plaques d'immatriculation personnalisées sont un grand succès: 5.846 d'entre elles ont été délivrées en 2015, selon une réponse à une question parlementaire de la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant (MR), évoquée dimanche dans De Zondag.

Beaucoup d'automobilistes optent pour leur propre nom ou pour un mot en rapport avec leur voiture. Les entreprises ne sont pas en reste, personnalisant également parfois leur flotte de véhicules.

Les règles entourant ces plaques d'immatriculation personnalisées avaient été assouplies fin mars 2013. Depuis lors, le nombre de demandes a doublé et 2014 a constitué une année record en la matière avec 6.498 demandes. Ces cinq dernières années, ces personnalisations ont rapporté 21,6 millions d'euros à l'Etat.

Fin novembre dernier, le prix d'une telle plaque a doublé, passant à 2.000 euros. Depuis lors, une importante baisse des demandes a déjà été constatée en décembre.

22:18 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/01/2016

La Foire du Livre de Bruxelles sera gratuite cette année

Foire du livre.jpgLa Foire du Livre de Bruxelles, qui se déroulera à Tour et Taxis du 18 au 22 février prochains, aura pour thème "Le bonheur est à la page", ont annoncé les organisateurs lors d'une conférence de presse mercredi. L'accès à l'événement sera par ailleurs entièrement gratuit pour le public, sur décision du conseil d'administration.

Cette décision a été prise "parce que nous estimons que l'art et la culture doivent rester accessibles à tous, sans distinction" et "que nous sommes persuadés que donner accès aux savoirs contribuera au bonheur collectif", déclarent les organisateurs dans un communiqué.

De nombreuses rencontres avec des auteurs sont cette année encore prévues, comme Melvin Burgess, Ludovic Flamant, Catherine Girard-Audet, Dominique Maes, Brigitte Susini ou Jo Witek.

Les jeunes, "public privilégié" du salon, pourront aussi bénéficier d'un programme sur mesure, avec des ateliers éducatifs mais aussi des jeux de piste et des lectures contées, mais aussi des rencontres scolaires, autour de la thématique du bonheur.

Le laboratoire expérimental "Comix Factory" permettra de mettre en avant les dernières tendances et technologies liées à la littérature, et les traditionnelles séances de dédicaces rythmeront également ce rendez-vous.

18:56 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/05/2013

Les nouvelles plaques d'immatriculation agricoles sont berchemoises !

plaque rouge.jpg

Les tracteurs agricoles utilisés dans le cadre légal de l'exonération de l'accise pour des travaux agricoles et horticoles, ainsi que pour la pisciculture et la sylviculture devront désormais être immatriculés au moyen d'une plaque rouge (fond rouge, caractères blancs). La mesure entre en vigueur ce 1er juin mais une période de transition prévaudra jusque fin 2014. Le but poursuivi est d'améliorer les contrôles visuels et des douanes et accises de ces tracteurs agricoles.

Ce lundi, le secrétaire d'Etat à la Mobilité Melchior Wathelet a pressé dans les ateliers d'une entreprise berchemoise la première de ces plaques rouges en présence de Marc Vande Weyer, Echevin délégué.

La marque d'immatriculation "G" sera attribuée via une demande d'immatriculation normale. Par ailleurs, les tracteurs agricoles utilisés en dehors des activités liées à une exploitation agricole, horticole, forestière ou piscicole, obtiendront une plaque d'immatriculation blanche. Ils devront utiliser du gasoil blanc. Enfin, les tracteurs agricoles seront soumis au contrôle technique annuel, à l'exception de ceux utilisés exclusivement en lien avec une exploitation agricole, horticole, forestière ou piscicole. Cette nouvelle réglementation est la conséquence de la présence de plus en plus massive ces dernières années sur les routes de tracteurs utilisés à d'autres fins qu'agricoles.

Rappelons enfin que l’ensemble des plaques d’immatriculation de notre pays sont réalisées par la société OTM, une entreprise berchemoise située à la rue de Grand-Bigard.

22:55 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/05/2013

Plus de 150.000 nouveaux chiens chez nous en 2012 dont le mien !

media_xll_5847007.jpg

Pas moins de 156.000 nouveaux chiens ont été enregistrés par l'Association belge d'identification et d'enregistrement canin (ABIEC) en 2012, rapportent les titres Sudpresse vendredi. Au total, il y aurait environ 1.120.000 chiens en Belgique.

L'ABIEC a enregistré 156.643 nouveaux chiens l'an passé, contre 154.857 en 2011. Certains chiens ne sont cependant pas répertoriés car leur propriétaire n'en informe pas l'ABIEC, même si c'est une obligation légale, rappelle l'association.

Au total, plus de deux millions de chiens sont enregistrés en Belgique. Ce chiffre doit cependant être relativisé car beaucoup de maîtres ne préviennent pas l'ABIEC quand leur chien décède. Selon la dernière étude en date, la Belgique compterait au total 1.120.000 chiens.

L'ABIEC fournit également le podium des races de chiens les plus populaires en 2012. Le favori des amateurs de toutous est le chihuahua (16.169 inscriptions), loin devant le border collie (5.912) et le shih tzu (4.598

12:18 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/05/2013

Le projet de mosquée bloqué

Mosquée.jpg

Les riverains de la chaussée de Zellik ne veulent pas d’une mosquée chez eux. Le projet est au point mort.

Y aura-t-il oui ou non une mosquée au rez-de-chaussée du 29 de la chaussée de Zellik, à l’emplacement de l’ancienne brasserie ? Impossible pour l’instant de répondre avec certitude à cette question. Le projet est actuellement bloqué.

Revenons au début de l’histoire pour comprendre. Depuis 30 ans, il existe une mosquée à Berchem-Sainte-Agathe, sur la chaussée de Gand. Située un peu plus bas au départ, elle est maintenant localisée depuis 15 ans au numéro 1244. Cependant, elle est devenue trop petite pour accueillir tous les fidèles. “Certains prient même dehors”, précise le bourgmestre, Joël Riguelle.

Sur fonds propres, l’association qui gère la mosquée a donc décidé d’acquérir de nouveaux locaux. Après quelques recherches, le choix s’est porté sur ce bâtiment de la chaussée de Zellik, qui pourrait accueillir 300 personnes. “Ce qui nous paraissait un bon emplacement, car le quartier n’est pas trop densément peuplé”, ajoute le bourgmestre. La commune a donc donné son accord et délivré les permis nécessaires.

Mais voilà, si le quartier n’est pas très peuplé, les quelques riverains qui vivent aux étages du bâtiment ne voient pas du tout d’un bon œil l’arrivée d’une mosquée. Plusieurs d’entre eux ont donc introduit un recours devant le Conseil d’État. Par ailleurs, le rez-de-chaussée fait partie d’une copropriété. Il faut donc l’accord des autres propriétaires pour un changement d’utilisation du lieu. Or, ceux-ci ne sont pas décidés à le donner. “Franchement, qui voudrait voir débarquer 300 personnes chez lui ?”, nous lance une habitante.

Une autre, qui préfère rester anonyme, accepte d’en dire plus. “Quand nous avons acheté notre bien, il y avait une entreprise de titre-services au rez-de-chaussée. On nous avait dit qu’il pourrait y avoir des bureaux ici, mais sûrement pas un lieu de culte. Ce n’est pas le fait que ce soit une mosquée qui me dérange. Nous voulons juste vivre dans le calme”, raconte-t-elle. “Et puis, où se gareraient-ils ?”

Concernant le parking, Joël Riguelle avance la solution de la collaboration public-privé. “On aurait pu trouver une solution. Nous l’avons fait dans le passé avec Volvo, qui avait mis à disposition ses parkings lors de la fête de l’Aïd, par exemple.”

Extrait du site www.dhnet.be (16/05/2013)

15:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/05/2013

Moins de mariages et moins de divorces

Mariage4.jpg

Le nombre de mariages est en diminution depuis 2008, de même que le nombre de divorces, selon les derniers chiffres du SPF Economie, rapportés mercredi par plusieurs journaux. On a ainsi enregistré en 2011 41.001 mariages et 27.522 divorces, contre 45.613 mariages et 35.366 divorces en 2008.

Le nombre de mariages a diminué d'un tiers par rapport à 1990, quand on enregistrait encore 64.554 unions. Seule l'année 2002 a enregistré un nombre plus faible de mariages (40.343) depuis la Deuxième Guerre Mondiale.

L'âge moyen des mariés était de 35 ans et trois mois. Pour ceux dont c'était la première union, l'âge moyen était de 30 ans et cinq mois.

Selon des sociologues, la crise pourrait expliquer cette diminution des mariages et des divorces, mais ce n'est pas facile à estimer.

17:26 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/05/2013

Un enfant de 4 ans devient bourgmestre

enfant mayeur.jpg

Bobbie Tufts, un petit garçon de 4 ans, ne sait encore ni lire ni écrire et pourtant il vient d'être nommé bourgmestre du village de Dorset, dans le Minnesota aux Etats-Unis. Chaque année, ce village de 22 habitants nomme un nouveau dirigeant par tirage au sort. Et cette année, c'est le nom du petit Bobbie qui est sorti du chapeau.

Bobbie est un enfant ordinaire qui aime chanter, danser et surtout pêcher. Le bambin a également une "amoureuse", une fillette prénommée Sophia, qui fera donc peut-être figure de Première petite amie tout au long de cette année.

Bien entendu, l'enfant n'aura aucun rôle politique à jouer. À Dorset, le rôle de bourgmestre est purement protocolaire et se limite à quelques apparitions publiques. Toutefois, l'enfant semble prendre ce nouveau projet très au sérieux. Bobbie a même accordé ses premières interviews à la presse locale vendredi dernier.

Les villageois semblent également très contents de leur nouveau bourgmestre. "Il est fantastique", a déclaré Kathy Schmidt, une de ses administrées qui a vanté l'énergie débordante et la simplicité du mini politicien.

21:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/05/2013

8% des Belges font des enfants pour les allocations

allocations.jpg

Horloge biologique, allocations familiales, tentative de sauver son couple, la ligue des familles s'est penchée sur les raisons qui poussent les Belges à devenir parents.

Quelles sont les motivations pour avoir ou pour ne pas avoir des enfants? C'est la question que s'est posée la ligue des familles. Dans un sondage réalisé en partenariat avec l'institut Dedicated, 459 parents ont répondu à ces questions.

Si la majorité des personnes sondées (73%) disent avoir fait des enfants parce qu'ils les aiment tout simplement et 61% affirment qu'il s'agissait de quelque chose de "naturel", 8% des Belges avouent avoir été motivés par l'octroi d'allocations familiales tandis que 6% ont fait cela pour sauver leur couple. 55% des citoyens évoquent leur épanouissement personnel, 31% leur horloge biologique et le souci de créer une descendance.

L'accident (17%), la pression familiale (10%), l'envie de quitter ses parents (8%) sont également des raisons évoquées.

A l'inverse, 58% des Belges expliquent refuser de mettre au monde un enfant vu l'état actuel et futur du monde dans lequel on vit. La crise économique est également une des principales raisons évoquées puisque 57% des Belges renoncent à leur envie d'enfants car leurs revenus sont insuffisants (57%), qu'ils craignent les coûts d'une crèche ou d'une gardienne (56%), vu le contexte de la crise économique, financière ou environnementale (52%), ou parce que le congé parental n'est pas assez rémunéré (45%) et les allocations familiales pas assez importantes (42%).

Le changement d'organisation (44%), la petitesse du logement (40%), le congé parental et maternité trop court ainsi que les conséquences néfastes sur la carrière sont également déplorées.

23:00 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/05/2013

François Hollande au plus bas après un an de mandat

Hollande2.jpg

Le président François Hollande a perdu trois points de confiance en un mois, tombant à 24%, un record de faiblesse au bout d'un an de mandat présidentiel, selon l'institut TNS Sofres.

Dans le baromètre politique de mai établi pour le Figaro Magazine, le chef de l'Etat est crédité de 24% de personnes lui faisant confiance pour résoudre les problèmes du pays. Elles étaient 27% en avril.

Le nombre de personnes qui lui refusent cette confiance est en hausse également de trois points à 73% (3% sans opinion).

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault subit une érosion comparable: - 2 points de confiance (23%) et + 2 points de défiance à 69% (8% sans opinion).

Selon l'institut, la cote de confiance d'un chef de l'Etat mesurée au bout d'un an était de 32% pour Nicolas Sarkozy, 53% pour Jacques Chirac en 2003, 44% pour le même en 1996, 58% pour le premier mandat de François Mitterrand et 61% pour le second.

Sondage réalisé en face à face du 24 au 27 avril auprès de 1.000 personnes représentant l'ensemble de la population française de 18 ans et plus.

La désillusion, c'est maintenant !

22:50 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/05/2013

Le nouveau billet de 5 euros sera mis en circulation jeudi

 5 euros.jpg

Le nouveau billet de cinq euros, première coupure d'une nouvelle série de billets baptisée "Europe", sera mis en circulation jeudi, a rappelé mardi la Banque centrale européenne. Le billet sera disponible "à travers les canaux habituels", c'est-à-dire aux guichets des banques et aux distributeurs automatiques, a ajouté l'institution monétaire de Francfort.

Les anciens billets, de la première série, sont toujours valables, mais seront progressivement retirés de la circulation. La date de leur retrait définitif sera annoncée "bien en avance". Mais même après cette date, ces anciens billets continueront de conserver leur valeur et pourront être échangés auprès des banques centrales de a zone euro.

Le visage d'Europe choisi provient d'un vase antique en céramique du IVe siècle avant notre ère qui fait partie de la collection du musée du Louvre à Paris.

La série Europe "sera plus intelligente et plus sûre que la première série", avait estimé en janvier le président de la BCE Mario Draghi.

Apparaissent également sur les nouveaux billets le cyrillique, troisième alphabet officiel de l'Union européenne avec le latin et le grec depuis l'arrivée de la Bulgarie dans l'Union en 2007, et Chypre et Malte sur la carte du continent sur les billets. Les deux pays sont entrés en 2004 dans l'UE et ont rejoint la zone euro au 1er janvier 2008.

11:37 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/04/2013

Une application pour signaler les voiries défectueuses à Bruxelles

 

Fix my street.jpg

Les citoyens peuvent désormais signaler les défectuosités des voiries publiques dans dix communes bruxelloises sur la plate-forme internet et mobile "Fix My Street", officiellement lancée mardi par la ministre bruxelloise des Travaux publics, l'administration Bruxelles Mobilité, le Centre d'informatique pour la Région bruxelloise (CIRB) et les échevins des communes pilotes. "Après le dépôt d'une plainte, l'application permet en outre aux citoyens de suivre le traitement du problème signalé jusqu'à sa résolution", a précisé la ministre.

Les "incidents" pouvant être signalés couvrent tant les nids-de-poule que les trottoirs endommagés, les pistes cyclables difficilement visibles ou les marquages au sol en mauvais état. Et "peu importe qu'il s'agisse d'une voirie communale ou régionale, le citoyen - une fois qu'il a encodé le type de défectuosité et la localisation - est assuré que sa plainte arrive à bonne instance pour être traitée dans les meilleurs délais", affirme la ministre des Travaux publics.

La plate-forme "Fix My Street", qui a coûté 200.000 euros, représente également un instrument de rapportage précieux pour les autorités. "Grâce aux statistiques - nombre et type de problèmes, temps de réparation, etc. -, les autorités auront une meilleure visibilité des endroits où le bât blesse et où les processus internes doivent être adaptés afin d'améliorer la vitesse et le traitement des problèmes", explique encore la ministre.

A terme, Bruxelles Mobilité espère rallier les 19 communes de la capitale autour du projet. Pour l'heure, dix communes y participent: Bruxelles-Ville, Ixelles, Evere, Koekelberg, Auderghem, Schaerbeek, Berchem-Sainte-Agathe, Saint-Gilles, Woluwé-Saint-Lambert et Forest. Dès l'été, Etterbeek, Saint-Josse-ten-Noode, Woluwé-Saint-Pierre et Watermael-Boitsfort s'ajouteront à la liste. Et pour les cinq communes restantes, des tractations sont en cours.

Le site internet, où l'application mobile peut être téléchargée, est disponible à cette adresse: fixmystreet.irisnet.be.

 

23:20 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/10/2012

Demain, je compte sur vous !

vote utile.jpg

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

16:43 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/10/2012

Mes priorités pour Berchem : Vous et votre santé !

one2.jpg

Durant cette semaine qui précède la grande échéance électorale communale, retrouvez mes priorités parmi le programme dense de la LBR pour les 6 années à venir…

 

Vous et votre santé

 

Vous souhaitez une politique de santé de première ligne !

Vous souhaitez des actions concrètes d’information et de prévention !

 

Pour vous :

• nous créerons une 2e « Consultation pour enfants » de l’ONE pour faire face à l’augmentation démographique et assurer le suivi de tous les enfants ;

• nous organiserons pour les très jeunes enfants, le dépistage de maladies et d’handicaps comme la surdité, le diabète, l’autisme, en collaboration avec l’ONE et Kind & Gezin » ;

• nous poursuivrons les Opérations « Safety Summer » et « Safety Holidays » en collaboration avec les professionnels locaux de la santé (prévention consommation de l’alcool et protection MST) ;

• nous développerons autour du pôle « Valida » des services complémentaires comme des consultations diététiques et de médecine sportive de base.

 

Tout le programme de la LBR en cliquant ici

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

14:29 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/10/2012

Mes priorités pour Berchem : Vous et votre famille !

Famille7.jpg

Durant cette semaine qui précède la grande échéance électorale communale, retrouvez mes priorités parmi le programme dense de la LBR pour les 6 années à venir…

 

Vous et votre famille

 

Vous souhaitez des nouvelles places d’accueil pour les 0-3 ans !

Vous souhaitez que vie familiale et vie professionnelle soit harmonieusement compatibles !

Vous souhaitez que la famille soit reconnue comme une valeur essentielle !

Vous souhaitez vivre dans une commune où lien intergénérationnel est valorisé !

 

Pour vous :

• nous ouvrirons une nouvelle crèche néerlandophone de 36 places ;

• nous ouvrirons une deuxième Maison Communale d’Accueil de l’Enfant en collaboration avec le CPAS et l’asbl Courte Echelle qui intégrera des enfants porteurs de handicap ;

• nous créerons des places supplémentaires en crèche dans le cadre du projet immobilier « Jardins du Nord » ;

• nous mettrons en place un service de garde d’enfants malades à domicile avec des professionnels et des « grands-parents » de substitution ;

• nous améliorerons l’information des familles (site web, guides de l’accueil, etc…)

• nous poursuivrons notre soutien à la parentalité et aux familles à travers la coordination de tous les acteurs de terrain (conférences, collaboration avec les associations de parents des écoles, etc…)

• nous continuerons à organiser annuellement le « Carrefours des Générations » en veillant à faire se rencontrer jeunes et moins jeunes dans des activités communes ;

• nous solliciterons et encadrerons des « seniors mentors » qui aideront les plus jeunes dans leur parcours scolaire au sein du Dispositif d’Accrochage Scolaire (DAS).

 

Tout le programme de la LBR en cliquant ici

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

17:11 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/10/2012

Mes priorités pour Berchem : Vous et Sport !

sports.jpg

Durant cette semaine qui précède la grande échéance électorale communale, retrouvez mes priorités parmi le programme dense de la LBR pour les 6 années à venir…

 

Le Sport…

 

Vous souhaitez des infrastructures sportives décentralisées !

Vous souhaitez une offre sportive diversifiée et renouvelée !

Vous souhaitez une réelle politique de « Sport pour tous » !

 

Pour vous :

• nous créerons et rénoverons les petites infrastructures  de quartier (place de l’Initiative, piste de santé le long de la promenade verte, etc…) ;

• nous organiserons une journée sportive inter-école, tournoi « olympique » au niveau communal (pratique sportive et intégration) ainsi qu’une Journée Sportive Annuelle pour les jeunes Berchemois ;

• nous combinerons l’accueil « actif » des enfants pendant la pratique sportive des parents en proposant des activités de psychomotricité, sport, etc… Dans cet objectif, une refonte des horaires d’occupation sera envisagée ;

• nous couvrirons les terrains de tennis extérieurs pour offrir davantage de plages horaires et permettre une pratique du tennis en toutes saisons ;

• nous veillerons à l’accès des plus démunis aux activités sportives en collaboration avec le CPAS ;

• nous favoriserons l’accès aux piscines des communes voisines pour les écoles en subsidiant une partie du prix d’entrée.

 

Tout le programme de la LBR en cliquant ici

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

18:23 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/10/2012

Mes priorités pour Berchem : Vous les jeunes !

Jeunes12.jpg

Durant cette semaine qui précède la grande échéance électorale communale, retrouvez mes priorités parmi le programme dense de la LBR pour les 6 années à venir…

 

La jeunesse…

 

Vous souhaitez que l’on prenne en compte vos besoins sans pour autant vous infantiliser !

Vous souhaitez que la commune vous aide à préparer votre avenir !

Vous souhaitez bénéficier d’un lieu de rencontre et d’informations !

Vous souhaitez vivre dans une commune attentive au bien-être de tous !

 

Pour vous :

• nous poursuivrons et amplifierons l’opération « Eté Solidaire » qui permet aux jeunes de goûter à une première expérience professionnelle et qui leur met véritablement le pied à l’étrier ;

• nous ouvrirons un « Point Jeunesse » qui sera le lieu où les jeunes pourront s’informer dans différents domaines comme les métiers, les formations, les études à l’étranger, les loisirs, les sports, les vacances, les voyages, la santé, le logement, le bénévolat ou encore les démarches administratives.

• nous préparerons les jeunes au seuil de la majorité légale via des séances d’information et un kit « Clés pour la majorité » ;

• nous poursuivrons l’Opération « Jours blancs – Jours intelligents » qui permet aux jeunes de rentabiliser au mieux les jours d’inactivités qui séparent la fin des examens et la remise des résultats scolaires en proposant des activités inédites de formation et d’éducation ;

• nous pérenniserons le principe de la prime communale à l’acquisition d’un premier bien immobilier pour les jeunes via le remboursement de la part communale du précompte immobilier ;

• nous poursuivrons notre politique de soutien aux mouvements de jeunesse de notre commune dans les projets qu’ils portent ;

• nous confierons au Conseil communal des Enfants un budget annuel pour lequel il assumera le choix des projets.

 

Tout le programme de la LBR en cliquant ici

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

17:24 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/10/2012

Mes priorités pour Berchem : Vous et l'accueil extrascolaire

extrascolaire.jpg

Durant cette semaine qui précède la grande échéance électorale communale, retrouvez mes priorités parmi le programme dense de la LBR pour les 6 années à venir…

 

L’accueil extrascolaire

 

Vous souhaitez des solutions intelligentes et innovantes pour le temps extrascolaire et principalement le mercredi après-midi !

Vous souhaitez que vos enfants soient encadrés par du personnel compétent !

Vous souhaitez une offre de stages plurielle et accessible financièrement pendant les congés scolaires !

Vous souhaitez que l’on n’oublie pas les ados durant les vacances !

 

Pour vous :

• nous développerons un programme d’activités pour les 12-18 ans comme nous l’avons déjà fait pour les 3-12 ans ;

• nous développerons le principe de l’ « académie d’été » avec une offre de stages originales et de qualité durant les vacances d’été ;

• nous améliorerons encore l’information en créant un site Internet spécial pour le parascolaire berchemois qui reprendra les activités qui ont lieu durant l’année scolaire, les stages, les infos diverses (spectacles, etc…) ;

• nous mettrons en place un « pedibus » pour permettre aux enfants contraints de rester en garderie de pouvoir se déplacer en toute sécurité dans des lieux d’activités extrascolaires en dehors des murs de l’école ;

• nous développerons une réelle politique de formation du personnel d’encadrement de nos écoles.

 

Tout le programme de la LBR en cliquantici

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

16:15 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/10/2012

Mes priorités pour Berchem : Vous et l'enseignement communal

élèves 1.jpg

Durant cette semaine qui précède la grande échéance électorale communale, retrouvez mes priorités parmi le programme dense de la LBR pour les années à venir…

 

Commençons par l’enseignement communal…

 

Vous souhaitez plus de places en sections maternelle et primaire !

Vous souhaitez un projet pédagogique performant !

Vous souhaitez des chances de réussite égales pour tous !

Vous souhaitez qu’on réponde de façon innovante aux défis liés au changement sociologique de notre population !

 

Pour vous :

• nous construirons une nouvelle école fondamentale à côté du centre sportif et nous y développerons un projet pédagogique intégrant des enfants porteurs de handicap ;

• nous mettrons en place un suivi dès la maternelle afin de discerner les éventuels troubles de l’apprentissage et autres difficultés scolaires ;

• nous maintiendrons les avantages sociaux au bénéfice de tous les enfants fréquentant une école berchemoise (libre, communal ou communautaire) ;

• nous accompagnerons les jeunes de 12 à 18 ans à travers des « études dirigées » ;

• nous ouvrirons nos écoles fondamentales aux nouvelles technologies : tableaux interactifs, éducation à l’informatique,…

• nous développerons le principe d’ « Ecole en réseau » incluant tous les intervenants (école, bibliothèque, centre culturel, académie, PMS,…) afin de faire à l’évolution sociologique et aux défis qui en découlent.

• nous développerons une politique d’ouverture et de programmation culturelle dans l’enseignement fondamental en collaboration avec les centres culturels, la Cocof et la VGC ;

• nous soutiendrons nos équipes éducatives par l’engagement d’un conseiller pédagogique qui accompagnera les jeunes enseignants et organisera l’indispensable formation continuée.

 

Tout le programme de la LBR en cliquant ici

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

23:08 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/10/2012

Contre les amendes administratives dès 14 ans

jeunes7.jpg

Le Conseil de la Jeunesse, la Ligue des droits de l'homme ainsi que plusieurs organisations de jeunes s'opposent à la possibilité d'infliger des amendes administratives à des jeunes de 14 ans.

 

Le gouvernement fédéral devrait approuver sous peu un projet de loi qui étend le dispositif des sanctions administratives. Parmi les dispositions en cours d'élaboration, il en est une qui permet de sanctionner des mineurs de 14 ans et plus. Jusqu'à présent, la limitation est établie à 16 ans.


"Nous ne pouvons accepter cette décision et nous nous opposons à cette nouvelle loi fantasque et troublante", ont déclaré les associations dans un communiqué.

Stigmatisation
"Ce projet de loi (...) stigmatise clairement les jeunes en les considérant comme des délinquants en puissance à éduquer au plus vite. C'est une rengaine de plus en plus entendue: les jeunes sont bruyants, trainent dans la rue, envahissent l'espace public. Peut-on encore accepter aujourd'hui une telle approche? Alors que la plupart des jeunes témoignent clairement des problèmes d'insécurité qu'ils rencontrent, on vient à présent leur expliquer que la seule solution pour vivre ensemble est la sanction", ont-elles souligné.


Les associations réclament une approche fondée sur la formation et la prévention, à l'image de ce que font les nombreux services de jeunesse existant et les milliers de personnes qui œuvrent en collaboration avec les jeunes.


Aucune définition de l'incivilité

Le projet en préparation pose des questions juridiques auxquelles aucune réponse n'est apportée, ont-elles encore fait remarquer: il n'existe à ce jour aucune définition globale de ce qu'est une incivilité, ni de règlement commun fixant les sanctions. Le Comité de l'ONU en charge de la Charte des droits de l'enfant a interpellé la Belgique sur le fait que les communes puissent infliger des amendes administratives aux jeunes en dehors du cadre juridique habituel, ont-elles également rappelé.

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

21:57 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/10/2012

Famille et travail, priorités des jeunes européens

jeunes6.jpg

Le travail est la deuxième priorité des jeunes actifs européens âgés de 20 à 30 ans, après la vie de famille, selon une enquête Cegos rendue publique mercredi.

 

Selon cette enquête, menée dans cinq pays européens - Allemagne, France, Espagne, Italie et Royaume-Uni -, 86% des jeunes actifs interrogés sur leurs priorités citent la famille et 59% le travail.

 

Viennent ensuite les amis (50%), l'argent (32%), les loisirs (29%), le temps libre (26%) et les voyages (13%).

 

Par pays, seuls les Italiens placent le travail en tête de leurs priorités (88%), tandis que les Français et les Britanniques le relèguent à la troisième place, jugeant cet aspect de leur vie moins important que la famille et les amis.

 

Selon l'enquête, les jeunes travaillent avant tout pour gagner leur vie (83%) mais également pour se réaliser (53%) et pour développer leurs compétences (48%). Les jeunes Français sont moins attirés par l'idée de créer leur entreprise (22%) que leurs voisins européens (47% en Italie, 35% au Royaume-Uni, 30% en Espagne et 27% en Allemagne)

 

Parmi les jeunes interrogés, 39% ont pu bénéficier d'un contrat permanent (du type CDI ou statut de fonctionnaire) pour leur premier poste. Au Royaume-Uni, ce type d'emplois pérennes étaient les plus nombreux (62%), tandis que l'Espagne n'en comptait que 19%, la France se situant légèrement sous la moyenne avec 33%.

 

Pour cette enquête, Cegos a interrogé en mai 2012 un échantillon de 3.000 jeunes actifs de 20 à 30 ans (600 par pays) et 500 directeurs des ressources humaines (DRH).

 

Retrouvez-moi sur le site : www.marcvandeweyer.be

Retrouvez-moi sur : Youtube

22:30 Écrit par Marc Vande Weyer | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |